Shi’er lou 十二樓 (Les Douze pavillons)

En travaux :

  1. « Heying lou »  合影樓, Les gloriettes de la réunion des reflets
  2. « Duojin lou »  奪錦樓, Le cabinet du choix des époux
  3. « Sanyu lou »  三與樓, La tour des trois enseignements
  4. « Xiayi lou » 夏宜樓, La villa du confort estival
  5. « Guizheng lou » 歸正樓, Le monastère de la Résipiscence
  6. « Cuiya lou » 萃雅樓, Le Pavillon de tous les raffinements
  7. « Fuyun lou » 拂雲樓, Le belvédère perce-nuages
  8. « Shijin lou » 十巹樓, Le hall des dix noces
  9. « Hegui lou » 鶴歸樓, Le havre du retour de la grue
  10. « Fengxian lou » 奉先樓, Le sanctuaire du sacrifice aux ancêtres
  11. « Sheng wo lou » 生我樓, La maison qui m’a donné le jour
  12. « Wenguo lou » 聞過樓, L’hôtel de la conscience morale

Shi’er lou, recueil de contes ou de nouvelles ?

SEL-TDM01Le problème est sans aucun doute marginal. En effet, qui donc se formalisera de voir le Shi’er lou 十二樓 qualifié de « recueil de nouvelles » au lieu du  traditionnel « recueil de contes » ? On pourrait même trouver sur la couverture d’une traduction intégrale à venir et partout ailleurs, quelque chose comme « douze récits en langue vulgaire du début de la dynastie Qing » sans que personne ne s’en émeuve particulièrement. Il n’empêche que le choix d’un terme au détriment de l’autre mérite deux mots d’explication.

La consultation des dictionnaires français de termes littéraires s’avère sans grand secours de ce point de vue, aussi vais-je me contenter de me tourner exclusivement vers un des ouvrages qui a affronté ce point précis dans le contexte chinois, c’est-à-dire Le conte chinois en langue vulgaire du XVIIe siècle (Paris : Collège de France-Institut des hautes études chinoises, 1981) qui est la version éditée d’une thèse soutenue par son auteur André Lévy, le 11 janvier 1974, thèse portant le sous titre de Vogue et déclin d’un genre narratif de la littérature chinoise. Continuer la lecture

Le Moine Mèche-de-lampe (4)

Les non sinisants ne peuvent pour l’heure avoir du Guwangyan 姑妄言 (Propos faciles)[1] qu’une vision très partielle puisque ne leur a été offert en traduction qu’un infime extrait de ses 24 énormes chapitres lesquels occupent pas moins de 10 volumes (à savoir les volumes 36 à 45) de la collection « Siwuxie huibao » 思無邪匯報 (dont il a été question ici). Le passage traduit figure dans l’anthologie Quatre amours du temps des Han, des Tang, des Yuan et des Qing (Traduit du chinois par Huang San et Lionel Epstein. Paris : You Feng, 2012). Il y a reçu un titre — « Érotique élémentaire »[2] (pp. 165-182) — et est suivi d’une brève « postface » (pp. 181-182) qui reprend les éléments importants sur la nature de cet ouvrage rare, peu lu et encore assez peu étudié.  Continuer la lecture

Enfer chinois (01-b)

Les Aventures galantes d’un épicier

Dans un précédent billet, j’ai déjà vaguement évoqué ce dont il va être question dans celui-ci. En toute logique, j’aurai dû en faire état, non pas maintenant, mais il y a au moins deux ans, sinon plus, car je disposais déjà de tous les éléments nécessaires pour cela, les ayant dûment consignés dans la fiche ad hoc de l’Inventaire des traductions en langue française des littératures d’Extrême-Orient, à savoir le projet ITLEO de l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction », lequel, cela dit en passant, devrait être bientôt accessible en ligne pour le profit du plus grand nombre. La fiche en question était celle du Jin Ping Mei 金瓶梅, roman-fleuve qui a attiré l’attention des sinologues français depuis le début du XIXe siècle, selon des étapes dont il en a été question ailleurs — et dont il sera à nouveau fait état dans l’article à paraître dont je vous ai déjà parlé—, étapes qui conduisirent à la traduction intégrale du Jin Ping Mei cihua 金瓶梅詞話 publiée à la « Bibliothèque de La Pléiade » (Gallimard, 1985).  Continuer la lecture

Le Moine Mèche-de-lampe (3)

L’étude de la réception de la littérature de divertissement chinoise mettant, peu ou prou, en avant la sexualité, ce que, pour aller vite, on appelle la littérature érotique, peut encore réserver de piquantes surprises à celui qui, comme moi, s’y est livrée avec conviction des années durant. En ce qui me concerne donc, les dernières en date sont toutes fraîches. Elles me sont apparues une fois que j’avais mis ce que je croyais être le point final à un panorama[1] synthétique sur le sujet. Fort heureusement, il n’était pas encore trop tard pour les intégrer dans la version française de cet article à paraître. Je vais faire état ici de l’une d’entre elles ; celle qui concerne un ouvrage auquel j’ai consacré un peu de temps il y a des années — c’était en 1998 ! —, et des billets sur ce carnet, et, repousse à plus tard de parler de la seconde qui touche au Jin Ping Mei 金瓶梅.  Continuer la lecture

Histoire des traductions en langue française [CR à venir]

Yves Chevrel, Jean-Yves Masson (s.l.d.), Histoire des traductions en langue françaiseLagrasse : Verdier, 2012-201?

    • 2019 : XXe siècle. 1914-2000 (s.l.d. de Bernard Banoun, Isabelle Poullin et Yves Chevrel), 1910 p.
    • 2015 : XVe et XVIe siècles. 1470-1610 (s.l.d. de Véronique Duché, 1341 p.)
    • 2014 : XVIIe et XVIIIe siècles, 1610-1815 (s.l.d. d’Yves Chevrel, Annie Cointre et Yen-Maï Tran-Gervat, 1373 p.)
    • 2012 : XIXe siècle. 1815-1914 (s.l.d. d’ Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez, 1369 p.

L’ensemble de ce colossal projet est dûment présenté dans un document accessible sur le site de l’éditeur, résumé ici ou là en un paragraphe éclairant :  Continuer la lecture

Les Comédies silencieuses de Li Yu en mandchou

Début de la la table des matières du Liyan ceng bi bithe (Haikou : Hainan, 2001)

Je rassure ceux qui ont été intrigué par le titre de ce billet : je ne me suis pas (encore) mis au mandchou, bien que l’envie m’en soit venu à plusieurs reprises, savoir à chaque fois que la traduction d’un roman chinois ancien dans cette langue était signalée dans de savants écrits. Ce fut notamment le cas lorsque je lus, voici longtemps, l’article que Martin Gimm consacra à ce sujet dans Literary Migrations. Traditional Chinese Fiction in Asia (17-20th centuries) édité par Claudine Salmon voici 30 ans1 et plus particulièrement lorsqu’il y fait référence à des traductions de xiaoshuo de Li Yu 李漁. Je le cite ci-dessous en respectant ses choix typographiques et de transcription :  Continuer la lecture

  1. Beijing : International Culture Publishing Corporation, 1987. L’article de Martin Gimm est intitulé « The Manchu Translations of Chinese Novels and Short Stories — An Attempt at an Inventory », in Op. cit, pp. 143-208 []

Emboîtements-02 : Ji Yun 紀昀 (1724-1805)

Pour le premier emboitement de cette série, je m’étais penché sur « Le lettré de Yangxian », « Yangxian shusheng » 陽羡書生, récit en langue classique attribué à Wu Jun 吳均 (469-520), qui, à la réflexion, est, non seulement une belle métaphore de l’art de conter, mais aussi une manière très piquante d’évoquer l’emprunt d’un motif littéraire et une magistrale démonstration de la façon de le plier à sa volonté (j’y reviendrai un jour prochain).

Dans le récit dont on va lire une traduction, nous allons retrouver une évocation de ce conte, sous le titre de « Yangxian elong » 陽羨鵝籠 (La cage aux oies de Yangxian), histoire que son protagoniste principal se remémore alors qu’il est témoin d’un phénomène d’emboitement similaire lors d’un piquant concours d’histoires de fantômes auquel il assiste sur les bords du Lac Boyang.  Continuer la lecture

Sinologists as Translators [CR]

9789629966072_boarder-500x730Lawrence Wang-chi Wong, Bernhard Fuehrer (eds.), Sinologists as Translators in the Seventeenth to Nineteenth Centuries. Hong Kong : The Chinese University Press – Research Centre for Translation, “Asian Translation Traditions Series”, 2, 2015, xx-440 p.

Onze contributions en langue anglaise composent ce beau volume qu’ouvre une introduction signée Bernhard Fuehrer, de la SOAS, dont il est le coéditeur avec Lawrence Wong de la CUHK.

On peut consulter le contenu de l’ouvrage sur le site de l’éditeur qui propose également en version pdf l’introduction (pp. xi-xx) et la description suivante :  Continuer la lecture

Enfer chinois (01-a)

LiulichangBookstoreDans un article du Monde des Livres (du 23.04.2009) qui signale la sortie du film de John Woo et la réédition de la traduction du roman qui a inspiré les Trois Royaumes, Nils C. Ahl rappelle fort justement à ses lecteurs que ce livre, le Sanguo yanyi 三國演義, est « un monument de la littérature chinoise » : « Les Trois Royaumes figurent parmi les quatre œuvres classiques du panthéon littéraire chinois aux côtés du Voyage en Occident, d’Au fil de l’eau et du Rêve dans le pavillon rouge. Sa particularité, c’est qu’il est de très loin le plus lu, le plus connu, le plus populaire. La seule façon pour le lecteur occidental d’imaginer sa notoriété est de la comparer à celle des Trois Mousquetaires, d’Alexandre Dumas – comme le fait Jean Lévi dans son introduction. En Chine et en Asie du Sud-Est, tout le monde connaît l’intrigue générale et les personnages des Trois Royaumes. Nul besoin de l’avoir lu, nul besoin même de savoir lire. » Certes, mais n’y-a-t-il pas dans cette envolée érudite source de confusion, voire, in fine, un regrettable oubli. Continuer la lecture

Retour aux sources

 Un précédent billet intitulé « From China to Vietnam » avait fourni une rapide présentation du roman chinois Jin Yun Qiao zhuan 金雲翹傳 et rappelé son influence sur l’écriture du chef-d’œuvre de Ngyuen Du 阮攸, le Kim-Vân-Kiêu. Il se trouve que ce roman toucha également le Japon avec entre autres le Fuzoku kingyoden 風俗金魚伝 de Takizawa Bakin 滝沢 馬琴 (1767-1848) dont je reproduis ici les pages 8B-9A du premier volume de l’Imprimé conservé à la Bibliothèque de l’Université de Waseda.

La prise en compte de l’influence de ce roman en Chine même, notamment sur le théâtre, et bien sûr sur la production romanesque et poétique au-delà des frontières de l’empire chinois rend naturellement son étude intéressante, mais la manière dont celui-ci combine des sources classiques touchant à des événements historiques, en fait un objet d’étude passionnant. Du reste, sa composition et, par exemple, la manière dont il traite quasi exclusivement des aventures de la belle Wang Cuiqiao 王翠翹, prouvent son originalité par rapport à la production à laquelle on l’associe d’ordinaire, savoir le caizi jiaren xiaoshuo 才子佳人小說. Il n’est pas loin, par moments, de faire penser aux Infortunes de la vertu de Sade. Il mérite plus que le mépris affiché par les spécialistes vietnamiens du Kieu qui le décrivent comme une œuvre médiocre et sans intérêt, le pus souvent sans avoir jamais jeté un regard à ce qui tient de source à leur chef-d’œuvre national.

C’est aussi pour moi une sorte de retour aux sources, puisque je me rappelle avoir lu ce roman voici exactement 30 ans ! Une édition légèrement expurgée en avait été donnée en 1983 par Li Zhizhong 李致忠 pour la collection « Ming-mo Qing-chu xiaoshuo xuankan » 明末清初小說選刊 des Editions Chunfeng wenyi de Shenyang.

Tout cela pour dire que j’ai inscrit l’étude du Jin Yun Qiao zhuan au programme des cours de traduction de la spécialité « Recherche en sinologie » du master Aire culturel Asiatique (AMU) et, qu’en conséquence, je devrais être en mesure de faire état de nos progrès dans la découverte de cet ouvrage sur ce carnet, l’espace de travail restant réservé aux étudiants. La traduction complète de la version longue viendra en son temps.

Traduire le roman érotique chinois ancien en langue vulgaire

Verbatim de mon intervention à la première journée du stage organisé à Aix-en-Provence par la Jeune Équipe Littérature Chinoise et Traduction (Université de Provence) [ancien Leo2t], le vendredi 3 février 2006, suivi des réponses données aux questions posées par un public composé de l’ensemble des stagiaires.

La littérature dont il va être question est une littérature de fiction qui souffre depuis sa naissance du mépris et de la méfiance de l’orthodoxie lettrée chinoise et qui, d’une certaine manière, est toujours considérée comme inférieure, de moindre qualité et d’intérêt secondaire dans l’élucidation et l’exploration de la culture et de la civilisation chinoises anciennes. Le xiaoshuo 小說 ancien en langue vulgaire, est au même titre que l’expression dramatique chinoise, avec laquelle elle partage tant, un genre qui fut considéré comme mineur incapable de rivaliser avec la poésie et la prose classiques. Continuer la lecture

Le vendeur d’huile

Illustration à Zhan Huakui 占花魁 de Li Yu 李玉 .

Illustration à Zhan Huakui 占花魁 de Li Yu 李玉 .

On trouvera ci-dessous la brève préface rédigée pour Le Vendeur d’huile qui conquiert Reine de Beauté (Récit traduit du chinois sous la direction de Jacques Reclus. Paris : Editions Philippe Picquier, 1990, pp. 5-10). Il s’agissait de présenter la réédition d’un ouvrage paru sous le même titre en 1976 et d’en assuré la révision (transcription). L’illustration ci-contre est empruntée à une édition de la pièce de théâtre tirée de l’histoire ; c’est une des six qui avait été ajoutées à ce volume qui est maintenant épuisé. 

Depuis sa parution, la publication dans la « Bibliothèque de La Pléiade » de Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Jingu qiguan) (Gallimard, 1996) a offert une nouvelle traduction par Rainier Lanselle de ce conte sous le titre « Le marchand d’huile conquiert seul la Reine des Fleurs » (voir pages 201-279 et les commentaires pages 1721-1737). Continuer la lecture

From China to Viêt Nam

JYQZA l’occasion de la Conférence internationale « Evaluer l’interface : Etudes régionales et interdisciplinaires sur l’Asie du Sud-Est et le Pacifique/Search for the Interface : Interdisciplinary and Areas Studies in South-East Asia and the Pacific », qui s’était tenue à Marseille (Université de Provence, Site St Charles) et sur le Danielle Casanova, navire de la SCNM, entre le continent et Bastia, du 23 au 25 juin 2004, j’avais eu l’honneur de donner une communication intitulée en français :  « De la Chine au Vietnam : les avatars du Jin Yun Qiao zhuan, roman chinois en langue vulgaire du milieu du XVIIe siècle. » Je reproduit ci-dessous le texte qui avait été présenté en anglais, langue retenue pour cette manifestation organisée par l’IRSEA. Continuer la lecture

Lecteurs du Yu Jiao Li

Illustration tirée d'une édition Qing du Huajian ji 花箋記

Illustration tirée d’une édition Qing du Huajian ji 花箋記

Ce billet est le premier d’une série, dont les composants seront déclinés sur le mode de « Lecteurs du …» et dont le but est de collectionner des éléments textuels en rapport avec la réception d’une traduction d’un roman chinois ancien en français. Il s’agit d’une extension à un complément au travail mené dans le cadre de l’axe de recherche Littérature d’Extrême-Orient, textes et traduction, sur l’Inventaire des traductions françaises des littératures d’Extrême-Orient (ITLEO). Ce complément a pour intitulé provisoire « Itleo+ » et vise à collecter et à analyser les écrits critiques sur le roman chinois ancien en français depuis le début du XVIIIe siècle.

Ce premier billet s’attache au Yu Jiao Li 玉嬌梨 , roman de type caizi jiaren 才子佳人, connu grâce à Jean-Pierre Abel-Rémusat qui le rendit accessible sous le titre : Iu-kiao-li, ou, Les deux cousines ; roman chinois (Paris : Moutardier, 1826, 4 vol.). Sur ce sujet on pourra également lire l’article de Philippe Postel : « Les traductions des romans de mœurs chinois classiques en français », Impressions d’Extrême-Orient, n° 3 (2013), [En ligne à l’URL : http://ideo.revues.org/241] La traduction a été numérisée par Pierre Palpant sur son site Chineancienne.fr, à l’URL : http://www.chineancienne.fr/traductions/yu-kiao-li-ou-les-deux-cousines-trad-rémusat/

Je vais, pour commencer, reprendre des billets ou fragments de billets déjà publiés sur internet.          [Les liens et dates de publication initiales seront fournis entre crochets]. Continuer la lecture