Le Moine Mèche-de-lampe (4)

Les non sinisants ne peuvent pour l’heure avoir du Guwangyan 姑妄言 (Propos faciles)[1] qu’une vision très partielle puisque ne leur a été offert en traduction qu’un infime extrait de ses 24 énormes chapitres lesquels occupent pas moins de 10 volumes (à savoir les volumes 36 à 45) de la collection « Siwuxie huibao » 思無邪匯報 (dont il a été question ici). Le passage traduit figure dans l’anthologie Quatre amours du temps des Han, des Tang, des Yuan et des Qing (Traduit du chinois par Huang San et Lionel Epstein. Paris : You Feng, 2012). Il y a reçu un titre — « Érotique élémentaire »[2] (pp. 165-182) — et est suivi d’une brève « postface » (pp. 181-182) qui reprend les éléments importants sur la nature de cet ouvrage rare, peu lu et encore assez peu étudié.  Continuer la lecture

Enfer chinois (01-b)

Les Aventures galantes d’un épicier

Dans un précédent billet, j’ai déjà vaguement évoqué ce dont il va être question dans celui-ci. En toute logique, j’aurai dû en faire état, non pas maintenant, mais il y a au moins deux ans, sinon plus, car je disposais déjà de tous les éléments nécessaires pour cela, les ayant dûment consignés dans la fiche ad hoc de l’Inventaire des traductions en langue française des littératures d’Extrême-Orient, à savoir le projet ITLEO de l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction », lequel, cela dit en passant, devrait être bientôt accessible en ligne pour le profit du plus grand nombre. La fiche en question était celle du Jin Ping Mei 金瓶梅, roman-fleuve qui a attiré l’attention des sinologues français depuis le début du XIXe siècle, selon des étapes dont il en a été question ailleurs — et dont il sera à nouveau fait état dans l’article à paraître dont je vous ai déjà parlé—, étapes qui conduisirent à la traduction intégrale du Jin Ping Mei cihua 金瓶梅詞話 publiée à la « Bibliothèque de La Pléiade » (Gallimard, 1985).  Continuer la lecture

Le Moine Mèche-de-lampe (3)

L’étude de la réception de la littérature de divertissement chinoise mettant, peu ou prou, en avant la sexualité, ce que, pour aller vite, on appelle la littérature érotique, peut encore réserver de piquantes surprises à celui qui, comme moi, s’y est livrée avec conviction des années durant. En ce qui me concerne donc, les dernières en date sont toutes fraîches. Elles me sont apparues une fois que j’avais mis ce que je croyais être le point final à un panorama[1] synthétique sur le sujet. Fort heureusement, il n’était pas encore trop tard pour les intégrer dans la version française de cet article à paraître. Je vais faire état ici de l’une d’entre elles ; celle qui concerne un ouvrage auquel j’ai consacré un peu de temps il y a des années — c’était en 1998 ! —, et des billets sur ce carnet, et, repousse à plus tard de parler de la seconde qui touche au Jin Ping Mei 金瓶梅.  Continuer la lecture

Histoire des traductions en langue française [CR à venir]

Yves Chevrel, Jean-Yves Masson (s.l.d.), Histoire des traductions en langue françaiseLagrasse : Verdier, 2012-201?

    • 2019 : XXe siècle. 1914-2000 (s.l.d. de Bernard Banoun, Isabelle Poullin et Yves Chevrel), 1910 p.
    • 2015 : XVe et XVIe siècles. 1470-1610 (s.l.d. de Véronique Duché, 1341 p.)
    • 2014 : XVIIe et XVIIIe siècles, 1610-1815 (s.l.d. d’Yves Chevrel, Annie Cointre et Yen-Maï Tran-Gervat, 1373 p.)
    • 2012 : XIXe siècle. 1815-1914 (s.l.d. d’ Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez, 1369 p.

L’ensemble de ce colossal projet est dûment présenté dans un document accessible sur le site de l’éditeur, résumé ici ou là en un paragraphe éclairant :  Continuer la lecture

Sinologists as Translators [CR]

9789629966072_boarder-500x730Lawrence Wang-chi Wong, Bernhard Fuehrer (eds.), Sinologists as Translators in the Seventeenth to Nineteenth Centuries. Hong Kong : The Chinese University Press – Research Centre for Translation, « Asian Translation Traditions Series », 2, 2015, xx-440 p.

Onze contributions en langue anglaise composent ce beau volume qu’ouvre une introduction signée Bernhard Fuehrer, de la SOAS, dont il est le coéditeur avec Lawrence Wong de la CUHK.

On peut consulter le contenu de l’ouvrage sur le site de l’éditeur qui propose également en version pdf l’introduction (pp. xi-xx) et la description suivante :  Continuer la lecture

Enfer chinois (04)

[…] Dans ce billet numéroté 04 de la série « Enfer chinois », je vais m’en tenir à une sobre présentation de trois titres que j’ai eu le plaisir de réaliser sous la direction de Jacques Cotin pour la collection d’érotiques qu’il a créée en 1996 chez le même éditeur et qui a pour nom « Le Pavillon des corps curieux » (PCC).

Directeur littéraire à la « Bibliothèque de La Pléiade » (Gallimard) de 1987 à 1996 — il y a notamment accueilli Les Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Jingu qiguan 今古奇觀) traduits par Rainier Lanselle en 1996 —, Jacques Cotin a notamment épaulé André Lévy, non seulement pour Fleur en Fiole d’Or (1985) et La Pérégrination vers l’Ouest (1991), mais aussi plus récemment pour les Chroniques de l’étrange (Picquier, 2005) de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715). En plus d’être un orfèvre de l’édition, Jacques Cotin est aussi un expert ès curiosa et un fin connaisseur des littératures des marges, mariant admirablement fantaisie et rigueur. Son Dictionnaire des postures amoureuses (Arles : Picquier-Poche, « PCC », 2001, 434 p.) relève de ces deux facettes de sa personnalité et permet une approche originale d’un corpus que certains préfèrent éviter ou condamner sans appel. Continuer la lecture