Le Moine Mèche-de-lampe (3)

L’étude de la réception de la littérature de divertissement chinoise mettant, peu ou prou, en avant la sexualité, ce que, pour aller vite, on appelle la littérature érotique, peut encore réserver de piquantes surprises à celui qui, comme moi, s’y est livrée avec conviction des années durant. En ce qui me concerne donc, les dernières en date sont toutes fraîches. Elles me sont apparues une fois que j’avais mis ce que je croyais être le point final à un panorama[1] synthétique sur le sujet. Fort heureusement, il n’était pas encore trop tard pour les intégrer dans la version française de cet article à paraître. Je vais faire état ici de l’une d’entre elles ; celle qui concerne un ouvrage auquel j’ai consacré un peu de temps il y a des années — c’était en 1998 ! —, et des billets sur ce carnet, et, repousse à plus tard de parler de la seconde qui touche au Jin Ping Mei 金瓶梅.  Continuer la lecture