Reprises

Source cnsphoto.

Source cnsphoto.

Je profite de l’été pour réactiver ce carnet de recherche en commençant à rapatrier des billets initialement publiés sur le blog de l’équipe de recherche Littérature d’Extrême-Orient, textes et traduction, lequel blog va migrer vers hypotheses.org à la rentrée 2014. On retrouvera également ici des publications sur des sites personnels anciens. Ces différents billets seront naturellement revus, mais à la marge (suppression ou réactualisation des hyperliens, voir suppression d’informations obsolètes –  les coupes et les ajouts éventuels seront dûment signalés entre crochets). A chaque fois, le lien et la date de mise en ligne de la publication initiale seront fournis lorsque cela sera possible. On trouvera en fin de billet la liste des transferts et des publications à venir. Lire la suite

Le Moine Mèche-de-lampe (1)

Le Moine Mèche de Lampe (1998)

Le Moine Mèche de Lampe (1998)

Notice sur le Dengcao heshang zhuan 燈草和尚傳pour Gaetan Brulotte, John Phillips (eds.),
Encyclopedia of Erotic Literature (Routlegde, 2006) (Version française inédite – version anglaise)

Le Moine Mèche-de-Lampe

Il n’y a aucune chance que ce petit roman coquin en douze chapitres soit l’œuvre de Gao Ming (mort en 1359), célèbre poète et dramaturge de la dynastie des Yuan (1279-1368), à qui il fut attribué. La recherche à partir des pseudonymes qui l’accompagnent conduit à d’autres ouvrages licencieux mineurs, mais n’aboutit à aucune attribution. Sa première mention sur une liste de proscription en situe la diffusion à une date antérieure à 1810 — il y survivra sous différents titres. Il date plus vraisemblablement de la fin des Ming (1368-1644) ou du tout début des Qing (1644-1911), ce qui en fait un digne représentant de la production romanesque en langue vulgaire de ce milieu du XVIIe s. chinois si riche en romans de ce genre. Il s’en distingue néanmoins par une tonalité rare dans ce domaine en combinant à un érotisme torride, l’humour et le fantastique, faisant preuve au passage d’une imagination débridée. Lire la suite

Le Moine Mèche-de-Lampe (2)

DCHS01On trouvera ci-dessous la reproduction de l’introduction, des extraits du répertoire, l’avertissement à la traduction et un extrait du chapitre cinq du Dengcao heshang zhuan 燈草和尚傳 : Le Moine Mèche-de-Lampe. Roman pornographique du début des Qing. Traduit du chinois et présenté par Aloïs Tatu (pseud. Pierre Kaser). Arles : Editions Philippe Picquier, coll. « Le pavillon des corps curieux », 1998. 169 p. Réédition en collection « Picquier Poche»,  n° 173, 2002. 169 p.

« Introduction »

[Les mots suivis d’un astérisque sont expliqués dans le « Répertoire » ci-dessous.]

— Que diable nous proposez-vous donc ? Un Moine Mèche-de-Lampe ? Rien que ça ! Et qu’est-ce donc, s’il vous plaît ? Un missel taoïsant ? Une de ces bouddhi-niaiseries à la mode ? Lire la suite

Le Pavillon des Jades (1)

Le Pavillon des jades (2003)

Le Pavillon des jades (2003)

Notice sur Bi Yu Lou 碧玉樓
pour Gaetan Brulotte, John Phillips (eds.),
Encyclopedia of Erotic Literature (Routlegde, 2006)
(Version française inédite – version anglaise)

Le Pavillon des Jades

Pour la plupart des romans chinois en langue vulgaire qui apparurent à la fin des Ming (1368-1644) et au début des Qing (1644-1911), il est difficile, voire impossible, d’identifier l’auteur et la date de publication. Celui-ci ne déroge pas à la règle. Son préfacier, également inconnu, en assure la promotion en annonçant qu’il porte une mise en garde contre la dissolution des mœurs, mais surtout des développements érotiques qui vont plus loin que tout ce qui a été écrit dans ce domaine avant lui. Pourtant, malgré ses qualités propres, il est loin de surpasser les précédents dont il s’inspire directement. Lire la suite

Le Pavillon des Jades (2)

Bi Yu Lou

Bi Yu Lou

On trouvera ci-dessous la reproduction de l’introduction, des extraits du répertoire, l’avertissement à la traduction de Bi Yu Lou 碧玉樓 : Le pavillon des Jades
Roman érotique. Traduit du chinois par Aloïs Tatu et présenté par Pierre Kaser.
Arles : Éditions Philippe Picquier, Collection « Le pavillon des corps curieux », 2003, 164 p.

Introduction

[Les mots suivis d’un astérisque sont expliqués dans le « Répertoire » ci-dessous.]

      « Depuis toujours, bien lire consiste à considérer les choses sous tous les angles et non d’un unique point de vue.
Cette sorte d’écrit ne déroge pas à la règle. »
Li* Yu (1611-1680), Rouputuan* (Chair, tapis de prière).

Qui présente un roman* érotique chinois en langue vulgaire se sent généralement obligé de donner à son geste les justifications les plus nobles. Mais qu’il le fasse à la va-vite ou avec la pertinence volubile de l’expert, il est plus ou moins condamné d’affirmer bien fort que l’ouvrage qu’il ose livrer « révèle un aspect mal connu de la forêt des Lettres chinoises », ou/et, « lève un pan du voile qui pèse sur les mœurs de ces Chinois d’antan », s’il ne veut pas se faire accuser d’être (je résume) un opportuniste pervers prompt à tremper sa plume dans la fange pour récolter le maigre fruit de son labeur 1. Lire la suite

Galantes chroniques de renardes enjôleuses (1)

Galantes Chroniques de renardes enjôleuses (2005)

Galantes Chroniques de renardes enjôleuses (2005)

Notice sur Yaohu yanshi 妖狐艷史
pour Gaetan Brulotte, John Phillips (eds.),
Encyclopedia of Erotic Literature (Routlegde, 2006)
(Version française inédite – version anglaise)

Galantes chroniques de renardes enjôleuses

Pas plus identifiable que la plupart des romans en chinois vulgaire qui s’adressent à un public friand d’érotisme et à la recherche d’un divertissement facile, ce roman en douze chapitres doit vraisemblablement dater de la première moitié de la dynastie Qing (1644-1911).

Son auteur n’est assurément pas le poète Xu Lin (1462-1538) à qui il fut attribué quand bien même le jeu de pseudonymes qu’il propose mènerait vers lui. C’est également le cas d’un autre petit roman de même taille et de même facture, le Taohua yanshi qui pourrait bien sortir de la même officine. Lire la suite

Galantes chroniques de renardes enjôleuses (2)

Galantes chroniques de renardes enjôleuses (2014)

Galantes chroniques de renardes enjôleuses (2014)

On trouvera ci-dessous la reproduction de l’introduction (avec ses notes et des extraits du Répertoire) à la traduction du Yaohu yanshi 妖狐艷史 : Galantes chroniques de renardes enjôleuses. Féerie érotique et morale des Qing.
Traduite du chinois par Aloïs Tatu, présentée et annotée par Pierre Kaser 
suivie de « Les renardes par l’une d’elles » par Solange Cruveillé
. Arles : Éditions Philippe Picquier, 
Collection « Le Pavillon des corps curieux », 2005. 166 p. Réédition en format de poche chez le même éditeur : 2014, 176 p.

Introduction

Galantes chroniques de renardes enjôleuses est un roman* en langue vulgaire, un tongsu xiaoshuo selon la terminologie chinoise. Lire la suite

Aux portes de l’enfer chinois

Détail d'une peinture de Xu Guan 徐莞 (XVIIIe s.) [Le palais du printemps (2006, p. 157)]

Détail d’une peinture de Xu Guan 徐莞 (XVIIIe s.)
[Le palais du printemps (2006, p. 157)]

[Avant de dérouler l’inventaire des ouvrages tirés de l’enfer chinois disponibles en langue française,] voici des conseils de lectures préliminaires. En effet, le sujet est délicat ; une approche trop brutale pourrait conduire les moins préparés à commettre des contresens ou à se braquer contre un des aspects les plus naturels de la vie des Chinois des temps anciens et la manière dont ils en rendaient compte dans leurs écrits. Quoi de mieux pour s’y préparer que de lire attentivement, ou de feuilleter, quelques publications récentes qui donnent à voir et à comprendre ?

Parmi celles-ci notons d’abord Le Palais du printemps. Peintures érotiques de Chine (Paris : Paris Musées/Editions Findakly, 2006, 256 p.), très beau et riche catalogue de l’exposition qui s’est tenue au Musée Cernuschi (Paris) entre le 3 février et le 7 mai 2006 et qui permettait de faire découvrir la collection réunie par Ferdinand Bertholet, collection unique que plusieurs ouvrages comme Les Jardins du plaisir (Paris : Philippe Rey, 2003, 188 p.) et Rêves de Printemps, l’art érotique en Chine. Collection Bertholet (Arles : Philippe Picquier, 1998, traduction de Dreams of Spring. Erotic Art of China. Amsterdam : The Pepin Press, 1997) pour s’en tenir qu’aux plus récents, avaient déjà dévoilée. Cette présentation l’emporte sur les précédentes par le nombre d’œuvres reproduites et aussi la qualité du travail éditorial (textes, bibliographie, index et glossaire des caractères chinois, mise en page, impression) conduit par Eric Lefebvre. Il propose également deux articles liminaires d’un grand intérêt : l’un (pp. 29-42) du grand spécialiste de la peinture chinoise, James Cahill [(1926-2014)], l’autre d’un fin connaisseur de l’érotisme chinois et de la littérature qu’il a suscité, savoir André Lévy (pp. 11-27). Lire la suite

L’Enfer chinois dans l’Encyclopedia of Erotic Literature

SWXHB0XL’Encyclopedia of Erotic Literature, éditée par Gaëtan Brulotte et John Phillips [est parue] chez Routledge (New York et Londres) en 2006. […] L’ouvrage est publié en deux beaux et gros volumes : le volume 1 couvre les lettres A à K, soit d’Abélard and Héloïse au russe Mikhail Kuzmin (1872-1936) ; le volume 2, la fin de l’alphabet, soit de L. Erectus Mentulus (Lupton Allemong Wilkinson, c. 1900-1993) à Emile Zola (1840-1902). Chaque volume présente le même index de 203 pages et est précédé de 36 pages proposant une introduction, la liste des auteurs et celle des quelque 500 entrées (formatée en essais de 1000 à 8000 mots). Le texte présenté sur deux colonnes court sur 1468 pages. Lire la suite

Enfer chinois (01)

Fleur en Fiole d’Or (chap. 8)
(Gallimard, 1985)

[Le premier volet de cette modeste présentation des ouvrages tirés de l’enfer chinois disponibles en traduction française […] commence par l’ évocation] du chef-d’œuvre incontestable du genre, Jin Ping Mei 金瓶梅.

Dans un essai dont l’attribution à Zhang Zhupo 張竹坡 (1670-1698), auteur d’un fameux commentaire du roman fleuve, a été remise en question, on peut lire : « Le premier des livres extraordinaires n’est pas licencieux » Diyi qishu fei yinshu lun 第一奇書非淫書論. Pourtant, Jin Ping Mei achevé à l’extrême fin du XVIe siècle s’est très rapidement retrouvé à l’index d’où il n’est pas encore réellement sorti.

Nongzhuke 弄珠客, le Joueur-de-Perles, était quant à lui était plus direct quand il annonçait dans sa préface de 1617 : « Le Jin Ping Mei est un livre obscène » 金瓶梅穢書也, mais, ajoutait-il aussitôt, son auteur avait l’intention de « mettre le monde en garde et non de le pousser au mal ». Quand bien même le considère-t-on dans les savantes études qu’on a commencé à lui consacrer en abondance dans les années 80 en RPC comme « une encyclopédie des us et coutumes de la Chine ancienne », « un livre de moral » ou « une atteinte aux bonnes mœurs dénonçant les carences du système impérial », les éditions chinoises modernes courantes restent encore très pudiques et les éditions complètes fort rares. Le lecteur français est donc mieux placé que le chinois puisque, à égalité avec l’allemand, le russe et l’anglais, il peut le lire dans son intégralité, et ceci depuis plus de vingt ans, grâce à la traduction déjà historique qu’André Lévy livra en 1985 à la « Bibliothèque de la Pléiade » sous le titre de Fleur en Fiole d’Or [Paris : Gallimard, 2 tomes : CXLIX, 1272, LIX, 1483 pages. « Préface », Etiemble (Tome 1, pp. IX-XXXVI) ; « Introduction », A. Lévy (ib., pp. XXXVII-CXLIX)]. Lire la suite

Enfer chinois (02)

swxhbL’affaire est entendue [voir « Enfer chinois (01) »] ! Il n’y a de bonnes traductions qu’à partir de bonnes éditions. La distance entre le texte d’origine et le rendu final s’en trouve réduit d’autant et n’est plus seulement contingent que du talent et de la compétence du traducteur. Or donc, si l’on met de côté ces deux derniers paramètres, il y a deux catégories de traductions – j’ai naturellement en tête celles des textes anciens, mais il devrait en être de même pour les textes plus récents, voire même contemporains -, et à fortiori deux catégories de traducteurs : ceux qui prennent pour base une édition critique de qualité établie à partir de la consultation de l’ensemble ou d’un nombre significatif des éditions subsistantes, ou à défaut l’établissent eux-mêmes, et les autres, qui – volontairement ou non – se satisfont d’une seule édition dont ils ne remettent pas en cause la validité et qu’ils présentent souvent sans autre forme de procès comme « originale » ou « de référence » ou simplement « ancienne », parfois même « unique ». Lire la suite

Enfer chinois (03-a)

Eros chinois Les traductions dont il va être question dans ce billet (et plusieurs des suivants) ont toutes été publiées aux Editions Philippe Picquier, d’abord à Paris, puis à Arles, et mis à part le dernier, déjà rééditées dans la collection « Picquier-poche » — les dates de publication fournies ici sont celles des éditions princeps. Saluons au passage le rôle déterminant joué par cette maison dans la découverte de ce pan de la littérature romanesque chinoise. La rencontre de son directeur avec Chan Hing-ho a contribué à redresser une approche, qu’avec le recul on peut juger un peu hasardeuse […]. Lire la suite

Enfer chinois (03-b)

« A l’heure de la toilette… » IX° des dix gravures de Wang Chao Ki 王紹吉 pour La Folle d’amour (1949).

On doit aux Editions You-Feng (Paris, 2005) d’avoir rendu largement accessible un livre que seuls quelques rares collectionneurs pouvaient encore consulter — sachez qu’il vous en coûterait 350 euros pour vous rendre acquéreur de l’un des 204 exemplaires tirés sur « pages volantes sous couverture rempliée, chemise et étui cartonnés », dans un format 30 x 22 par les Editions du Siao en 1949. Pour beaucoup moins, soit 13,5 €, mais dans un format réduit (22,5 x 20 cm), l’éditeur-libraire du 45, rue Monsieur-le-Prince (Paris VI) a donc fait revivre dans ce qui semble être sa mise en page d’origine avec les dix illustrations de Wang Chao Ki [alias Ouang Shao Ki, soit Wang Shaoji 王紹吉, peintre originaire du Sichuan] l’ouvrage de 119 pages suivant :

Lo Mengli. La Folle d’amour. Confession d’une chinoise du XVIIIe siècle. Adapté et préfacé par Lucie Paul-Margueritte.

Ce qui m’invite à vous le signaler […], c’est qu’il n’est pas sans rapport avec deux de mes sujets de prédilection, savoir la littérature chinoise des temps anciens et les traductions françaises de cette même littérature, mais aussi, et surtout, que c’est un avatar intéressant et surprenant du Chipozi zhuan 癡婆子傳, roman qui a fait l’objet d’un billet de la série « Enfer chinois » (n° 03-a). Lire la suite

Enfer chinois (04)

[…] Dans ce billet numéroté 04 de la série « Enfer chinois », je vais m’en tenir à une sobre présentation de trois titres que j’ai eu le plaisir de réaliser sous la direction de Jacques Cotin pour la collection d’érotiques qu’il a créée en 1996 chez le même éditeur et qui a pour nom « Le Pavillon des corps curieux » (PCC).

Directeur littéraire à la « Bibliothèque de La Pléiade » (Gallimard) de 1987 à 1996 — il y a notamment accueilli Les Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Jingu qiguan 今古奇觀) traduits par Rainier Lanselle en 1996 —, Jacques Cotin a notamment épaulé André Lévy, non seulement pour Fleur en Fiole d’Or (1985) et La Pérégrination vers l’Ouest (1991), mais aussi plus récemment pour les Chroniques de l’étrange (Picquier, 2005) de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715). En plus d’être un orfèvre de l’édition, Jacques Cotin est aussi un expert ès curiosa et un fin connaisseur des littératures des marges, mariant admirablement fantaisie et rigueur. Son Dictionnaire des postures amoureuses (Arles : Picquier-Poche, « PCC », 2001, 434 p.) relève de ces deux facettes de sa personnalité et permet une approche originale d’un corpus que certains préfèrent éviter ou condamner sans appel. Lire la suite

Enfer chinois (07)

[Afin d’éviter les répétitions qu’une republication intégrale du billet numéroté 07-a dans la série « Enfer chinois » impliquerait, en voici une version réduite. Il concerne le chef-d’œuvre du roman érotique chinois, le Rouputuan 肉蒲團 (Chair, tapis de prière, 1657) sur lequel on pourra lire d’autres billets. Catégorie : Rouputuan 肉蒲團.] Lire la suite