Enfer chinois (01-a)

LiulichangBookstoreDans un article du Monde des Livres (du 23.04.2009) qui signale la sortie du film de John Woo et la réédition de la traduction du roman qui a inspiré les Trois Royaumes, Nils C. Ahl rappelle fort justement à ses lecteurs que ce livre, le Sanguo yanyi 三國演義, est « un monument de la littérature chinoise » : « Les Trois Royaumes figurent parmi les quatre œuvres classiques du panthéon littéraire chinois aux côtés du Voyage en Occident, d’Au fil de l’eau et du Rêve dans le pavillon rouge. Sa particularité, c’est qu’il est de très loin le plus lu, le plus connu, le plus populaire. La seule façon pour le lecteur occidental d’imaginer sa notoriété est de la comparer à celle des Trois Mousquetaires, d’Alexandre Dumas – comme le fait Jean Lévi dans son introduction. En Chine et en Asie du Sud-Est, tout le monde connaît l’intrigue générale et les personnages des Trois Royaumes. Nul besoin de l’avoir lu, nul besoin même de savoir lire. » Certes, mais n’y-a-t-il pas dans cette envolée érudite source de confusion, voire, in fine, un regrettable oubli. Lire la suite