Les Dix jours de Yangzhou (suite)

La traduction est une occupation solitaire, le travail de recherche qui l’entoure également. Pour alléger le poids de cette pesante solitude, j’ai tenté de faire partager mon intérêt pour le Yangzhou shiri ji 揚州十日記 à mes étudiants de master, lesquels se sont ainsi retrouvés confrontés à des extraits  directement tirés de l’ouvrage ou ayant un rapport avec lui (voir ici, les 3 derniers billets). Si je n’ai pas soulevé une vague d’enthousiasme, j’ai néanmoins reçu, en retour de mes perfides sollicitations, une attention polie et somme toute relativement studieuse que je souhaite saluer ici ; j’en profite également pour remercier chaleureusement celles et ceux qui ont contribué à ma recherche en me procurant des documents chinois difficiles d’accès. Lire la suite

Les Dix jours de Yangzhou

La sortie prochaine aux Editions Anacharsis (coll. « Famagouste », Toulouse) de la traduction par mes soins du Yangzhou shiri ji 揚州十日記 de Wang Xiuchu 王秀楚, me donne l’occasion de réactiver ce carnet de recherche délaissé depuis le milieu de l’été 2012. En guise d’apéritif, je vous livre, aujourd’hui, le bref aperçu fourni à l’éditeur qui a sélectionné ce titre au milieu de trois propositions (faites il y a deux années quasiment jour pour jour) — les deux  autres propositions étaient des textes de Li Yu, lequel devra attendre :

La seule ville d’Yangcheu, qui estoit egalement belle & riche, resista puissamment aux troupes de l’Ennemy, & mesme le fils d’un des Generaux Tartares perdit la vie dans une attaque. Un Colao, appellé Zuüs, tres-fidelle à l’Empereur, commandoit dans cette place une puissante garnison ; mais enfin il fallut se rendre à la discretion du Vainqueur, qui fit passer tous les soldats, & tous les habitants au fil de l’épée ; enleva tout ce qu’on pouvoit prendre dans les maisons ; & de peur que la pourriture des corps morts n’infectast l’air, & ne produisit la peste, les fit mettre sur le haut des maisons, & puis brusla la ville & les fauxbourgs. Lire la suite