Le vendeur d’huile

Illustration à Zhan Huakui 占花魁 de Li Yu 李玉 .

Illustration à Zhan Huakui 占花魁 de Li Yu 李玉 .

On trouvera ci-dessous la brève préface rédigée pour Le Vendeur d’huile qui conquiert Reine de Beauté (Récit traduit du chinois sous la direction de Jacques Reclus. Paris : Editions Philippe Picquier, 1990, pp. 5-10). Il s’agissait de présenter la réédition d’un ouvrage paru sous le même titre en 1976 et d’en assuré la révision (transcription). L’illustration ci-contre est empruntée à une édition de la pièce de théâtre tirée de l’histoire ; c’est une des six qui avait été ajoutées à ce volume qui est maintenant épuisé. 

Depuis sa parution, la publication dans la « Bibliothèque de La Pléiade » de Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Jingu qiguan) (Gallimard, 1996) a offert une nouvelle traduction par Rainier Lanselle de ce conte sous le titre « Le marchand d’huile conquiert seul la Reine des Fleurs » (voir pages 201-279 et les commentaires pages 1721-1737). Lire la suite

L’importance de vivre de Lin Yutang

The Importance of LivingLe texte suivant est la préface à la réédition de la traduction française de J. Biadi (Buchet/Chastel, 1948) de The Importance of Living de Lin Yutang 林語堂 (1895-1976). L’ouvrage est paru en 2004 aux Editions Philippe Picquier sous le titre L’importance de vivre. Il a été réédité en format poche par le même éditeur en 2007.

« Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? »

« Au risque de me vanter, je dirais que, de mon point de vue, Père est un véritable écrivain. Quand il écrit, c’est comme si le royaume que constitue la maison était sien,  et personne, sinon les vendeurs de rue, n’oserait le déranger. Cela vaut la peine d’être vu. Son cabinet de travail est simple mais confortable. Ses murs sont couverts de rayonnages de livres. Dans un coin un peu retiré se tient son bureau — toujours aussi ordonné. Père travaille généralement la porte fermée. Quand il l’ouvre, un nuage de fumée flotte dans l’air et on peut sentir l’odeur du tabac1. » Lire la suite

Confucius à Broadway

The Wisdom of Confucius (Random, 1943)

The Wisdom of Confucius (Random, 1943)

Le texte qu’on va lire a été écrit (en octobre 2005) pour constituer la préface à la révision, pour le compte de la maison d’éditions Philippe Picquier (Arles), d’un ouvrage que Lin Yutang 林語堂 (1895-1976) avait consacré à Confucius et qu’il avait fait paraître en 1938 sous le titre The Wisdom of Confucius. L’éditeur m’avait prié de revoir la traduction française de cet ouvrage signée Th. Bridel-Wasem (La Sagesse de Confucius. Paris – Neuchâtel : Editions Victor Attinger, collection « Orient »,   n° 18, 1949,  252 p.). [*] Devant le refus de l’éditeur de retenir cette préface, j’avais repris mon texte et, après révision, l’avait présenté sous le titre « Confucius à  Broadway : La sagesse de Confucius de Lin Yutang », lors du colloque international « L’Asie et le Pacifique entre mondialisation et globalisation. Résistances, métissages et stratégies d’adaptation » (Atelier : Métissages culturels : arts et littérature) qui s’est tenu à Cassis (13) les 2 et 3 octobre 2008.

La Sagesse de Confucius de Lin Yuntang (sommairement revue et complétée d’une courte bibliographie) a été publiée (sans mention de ma participation) avec une autre préface en 2006 et rééditée en format de poche en 2008. Lire la suite

Le Tombeau des amants

Le Tombeau des amants

On trouvera ci-dessous la préface à la traduction du 14e conte du Shidiantou 石點頭 (1635) dans 

Le Tombeau des amants.  Conte chinois de la fin des Ming. Traduit du chinois et annoté par Thomas Pogu. Paris, Editions Cartouche, 2012, 63 p.

Elle occupe les pages 5 à 15. J’ai ajouté les caractères et intégré les notes de bas de pages dans le corps du texte entre crochets. L’illustration ci-contre est celle que reçut le récit dans l’édition du Yejingchi  葉敬池 de Suzhou à la fin des Ming conservée à l’Université de Tôkyô. Sur le  recueil, on pourra consulter le tome quatrième de l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire (André Lévy, Michel Cartier, avec la collaboration de Rainier Lanselle), Paris, Collège de France – Institut des Hautes Etudes Chinoises, « Mémoires de l’Institut des Hautes Etudes Chinoises », vol. VIII-4, 1991, pp. 1-59. La notice pour  « Pan Wenzi qihe yuanyang zhong » 潘文子契合鴛鴦塚  (Pan Wenzi reste uni à son ami dans la tombe des canards mandarins), a été réalisée par Jacques Dars (1941-2010) sous le titre « Les deux amis », pp. 56-59.

Dans son Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de la Chine (1615), Matteo Ricci (1552-1610) écrit : « Il y a des rues pleines de garçons habillés en prostituées. Et il y a des gens qui achètent ces garçons et leur enseignent la musique, le chant et la danse ; après quoi, bellement vêtus et maquillés comme des femmes, ces pauvres hommes sont initiés à ce terrible vice. » Le « premier sinologue » avait bien plus tôt, soit quelque semaines après son arrivée en Chine, déjà relevé qu’un « des vices énormes » des mandarins n’était autre celui des goûts « contre nature », soit les amours de la cour arrière comme on les appelait là-bas. Lire la suite