Hommages bibliographiques

Jacques Dars et André Lévy, le 14 décembre 1994

Dans le volume XXXVII-1 (2018, pp. 9-23) d’Études chinoises, la revue de l’Association française des études chinoises, vient de paraître un hommage à André Lévy qui nous a quitté il y a maintenant plus d’un an (c’était le 3 octobre 2017, voir ici), hommage que j’ai complété d’une bibliographie des travaux du traducteur-sinologue que je voulais exhaustive (voir pp. 25-55). Or, je m’aperçois avoir manqué au moins deux références pourtant faciles d’accès. Il s’agit d’une part d’une contribution à un ouvrage collectif publié en 1992 présentant une traduction partielle du Soushenji 搜神記 :

  • Gan Bao, À la recherche des esprits (Récits tirés du Sou shen ji). Traduit du chinois présenté et annoté sous la direction de Rémi Mathieu. Paris : Gallimard, coll. “Connaissance de l’Orient”, 1992, n° 78, 353 p.
    • André Lévy qui s’est chargé du chapitre VIII y signe la traduction des sept premières anecdotes, soit les n° 227 à 233 (Voir pp. 115-118, et 265-267 pour les notes) :
      • 227. “Yu shun cultive le mont Li”
      • 228. “Le roi Tang, fondateur des Shang, met fin à la sécheresse”
      • 229. “Le roi Wen ramène de chasse son conseiller, le grand Duc Wang”
      • 230. “Le roi Wu calme les eaux du Fleuve”
      • 231. “Confucius reçoit le présage de l’avènement des Han”
      • 232. “Confucius lit le présage de l’avènement de Liu Bang”
      • 233. “La capture d’un amiral bizarre présage le règne de l’empereur Guangwu”

Continuer la lecture

Frictions textuelles

La lecture des pages 51 et 52 de La Seconde main ou le travail de la citation dont les Editions du Seuil viennent de donner une édition de poche avec une postface inédite de l’auteur, Antoine Compagnon, m’a offert le beau terme de « Frictions textuelles » dont je vais user, voire abuser, à chaque fois que je me pencherai sur la manière dont un texte en cite, en vampirise un autre. Il me paraît plus ouvert que celui d’« emboîtement » dont je m’étais servi pour titrer plusieurs billets de ce carnet. Il me servira à englober toutes sortes de relations textuelles dont l’emboîtement n’est qu’une modalité, de même que la greffe, ou les autres combinaisons que peut nous offrir la littérature chinoise.  Continuer la lecture

Greffes-01 : Jin Yun Qiao zhuan 金雲翹傳, chapitre 5

貫華堂評論金雲翹傳二十回清刊本-卷一31B-32A

La lecture du Jīn Yún Qiào zhuàn 金雲翹傳 réserve bien des surprises1. L’une d’entre elles figure à la fin du chapitre 5, quand pour convaincre M. Wang qu’il doit se faire à l’idée d’abandonner sa fille à son destin — lequel sera terrible, car, pour sauver son père d’une sombre affaire, elle se vend sans le savoir à un lupanar et non, comme elle le croit, comme concubine à un honnête homme —, on lui raconte une histoire qui doit avoir raison de ses derniers scrupules. On sait qu’il en faudra plus, mais regardons l’anecdote en question qui tranche avec le récit et passe pour une pièce rapportée dont je cherche toujours la source — il me semble avoir lu une histoire similaire, mais ma mémoire flanche désespérément : Continuer la lecture

  1. Voir une description de ce roman dans notre billet « Les infortunes chinoises de la vertu » []

Les Comédies silencieuses de Li Yu en mandchou

Début de la la table des matières du Liyan ceng bi bithe (Haikou : Hainan, 2001)

Je rassure ceux qui ont été intrigué par le titre de ce billet : je ne me suis pas (encore) mis au mandchou, bien que l’envie m’en soit venu à plusieurs reprises, savoir à chaque fois que la traduction d’un roman chinois ancien dans cette langue était signalée dans de savants écrits. Ce fut notamment le cas lorsque je lus, voici longtemps, l’article que Martin Gimm consacra à ce sujet dans Literary Migrations. Traditional Chinese Fiction in Asia (17-20th centuries) édité par Claudine Salmon voici 30 ans1 et plus particulièrement lorsqu’il y fait référence à des traductions de xiaoshuo de Li Yu 李漁. Je le cite ci-dessous en respectant ses choix typographiques et de transcription :  Continuer la lecture

  1. Beijing : International Culture Publishing Corporation, 1987. L’article de Martin Gimm est intitulé « The Manchu Translations of Chinese Novels and Short Stories — An Attempt at an Inventory », in Op. cit, pp. 143-208 []

Emboîtements-02 : Ji Yun 紀昀 (1724-1805)

Pour le premier emboitement de cette série, je m’étais penché sur « Le lettré de Yangxian », « Yangxian shusheng » 陽羡書生, récit en langue classique attribué à Wu Jun 吳均 (469-520), qui, à la réflexion, est, non seulement une belle métaphore de l’art de conter, mais aussi une manière très piquante d’évoquer l’emprunt d’un motif littéraire et une magistrale démonstration de la façon de le plier à sa volonté (j’y reviendrai un jour prochain).

Dans le récit dont on va lire une traduction, nous allons retrouver une évocation de ce conte, sous le titre de « Yangxian elong » 陽羨鵝籠 (La cage aux oies de Yangxian), histoire que son protagoniste principal se remémore alors qu’il est témoin d’un phénomène d’emboitement similaire lors d’un piquant concours d’histoires de fantômes auquel il assiste sur les bords du Lac Boyang.  Continuer la lecture

HDR, etc.

hdrDepuis samedi 28 novembre 2015, je peux ajouter une ligne à mon CV, puisque c’est la date à laquelle s’est tenue ma soutenance pour l’obtention d’une habilitation à diriger des recherches (HDR). L’événement s’est déroulé salle des professeurs du centre des lettres de notre Université d’Aix-Marseille. Le jury était présidé par Vincent Durand-Dastès (INALCO) et comprenait Roger Darrobers (Paris 10), Noël Dutrait (AMU), Jin Siyan (Université d’Artois), Alexis Nuselovici (AMU). Continuer la lecture

Enfer chinois (01-a)

LiulichangBookstoreDans un article du Monde des Livres (du 23.04.2009) qui signale la sortie du film de John Woo et la réédition de la traduction du roman qui a inspiré les Trois Royaumes, Nils C. Ahl rappelle fort justement à ses lecteurs que ce livre, le Sanguo yanyi 三國演義, est « un monument de la littérature chinoise » : « Les Trois Royaumes figurent parmi les quatre œuvres classiques du panthéon littéraire chinois aux côtés du Voyage en Occident, d’Au fil de l’eau et du Rêve dans le pavillon rouge. Sa particularité, c’est qu’il est de très loin le plus lu, le plus connu, le plus populaire. La seule façon pour le lecteur occidental d’imaginer sa notoriété est de la comparer à celle des Trois Mousquetaires, d’Alexandre Dumas – comme le fait Jean Lévi dans son introduction. En Chine et en Asie du Sud-Est, tout le monde connaît l’intrigue générale et les personnages des Trois Royaumes. Nul besoin de l’avoir lu, nul besoin même de savoir lire. » Certes, mais n’y-a-t-il pas dans cette envolée érudite source de confusion, voire, in fine, un regrettable oubli. Continuer la lecture

Traduire le roman érotique chinois ancien en langue vulgaire

Verbatim de mon intervention à la première journée du stage organisé à Aix-en-Provence par la Jeune Équipe Littérature Chinoise et Traduction (Université de Provence) [ancien Leo2t], le vendredi 3 février 2006, suivi des réponses données aux questions posées par un public composé de l’ensemble des stagiaires.

La littérature dont il va être question est une littérature de fiction qui souffre depuis sa naissance du mépris et de la méfiance de l’orthodoxie lettrée chinoise et qui, d’une certaine manière, est toujours considérée comme inférieure, de moindre qualité et d’intérêt secondaire dans l’élucidation et l’exploration de la culture et de la civilisation chinoises anciennes. Le xiaoshuo 小說 ancien en langue vulgaire, est au même titre que l’expression dramatique chinoise, avec laquelle elle partage tant, un genre qui fut considéré comme mineur incapable de rivaliser avec la poésie et la prose classiques. Continuer la lecture