Les Comédies silencieuses de Li Yu en mandchou

Début de la la table des matières du Liyan ceng bi bithe (Haikou : Hainan, 2001)

Je rassure ceux qui ont été intrigué par le titre de ce billet : je ne me suis pas (encore) mis au mandchou, bien que l’envie m’en soit venu à plusieurs reprises, savoir à chaque fois que la traduction d’un roman chinois ancien dans cette langue était signalée dans de savants écrits. Ce fut notamment le cas lorsque je lus, voici longtemps, l’article que Martin Gimm consacra à ce sujet dans Literary Migrations. Traditional Chinese Fiction in Asia (17-20th centuries) édité par Claudine Salmon voici 30 ans1 et plus particulièrement lorsqu’il y fait référence à des traductions de xiaoshuo de Li Yu 李漁. Je le cite ci-dessous en respectant ses choix typographiques et de transcription :  Lire la suite

  1. Beijing : International Culture Publishing Corporation, 1987. L’article de Martin Gimm est intitulé « The Manchu Translations of Chinese Novels and Short Stories — An Attempt at an Inventory », in Op. cit, pp. 143-208 []

Shi’er lou pour l’IACCCLV 6

JSBGSELDans la note de la rédaction rédigée pour présenter une contribution inédite de Jacques Dars initialement destinée à l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire (IACCCLV), mais publiée dans le volume d’hommages que lui a consacré la revue en ligne Impressions d’Extrême-Orient [1], je rappelais combien le regretté traducteur du Shihuizhuan  水滸傳 et de tant d’autres chefs-d’œuvre de la littérature narrative chinoise ancienne [2], avait contribué à poursuivre le travail initié pas André Lévy à la fin des années 1970. J’ajoutais en citant le maître d’œuvre de l’entreprise : « Ce projet avait pour but de dresser « l’inventaire analytique et critique du corpus des huaben 話 本 » et, ainsi, de « mettre en valeur les richesses documentaires de toutes sortes du corpus et les rendre plus facilement exploitables, tant du point de vue de la thématique littéraire que de l’histoire sociale et économique » [3]. Vingt-huit ans après la publication du premier volume de l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire, paraissait, en 2006, un cinquième volume dans lequel Jacques Dars s’était chargé du Xihu jiahua 西湖佳話 (1673), chef-d’œuvre tardif de cette vogue littéraire qui s’est développée à la fin des Ming 明 (1368-1644) et au début des Qing 清 (1644-1911) » [4] Je concluais : « Un sixième volume pourrait, un jour, mettre un point final à cette entreprise qui a déjà traité 19 recueils et offert des résumés d’un peu plus de 400 contes. » Lire la suite

S 1 (IACCCLV-6)

HeyinglouLes gloriettes de la réunion des reflets

S 1. Malgré d’infinies précautions et grâce aux manigances d’un vieil ami, un barbon confucéen se trouve contraint d’abandonner sa fille chérie au fils de son beau-frère, un libertin qu’il déteste. Le jeune homme, un instant éconduit, voit sa persévérance doublement récompensée car il épouse en prime la fille du vieil ami.

Introduction : Comme l’annonce un ci liminaire, rien ne peut arrêter un amour déclaré. En découle la nécessité de séparer autant que possible les appartements intérieurs des autres parties de la maison afin d’éviter les rencontres entre personnes des deux sexes. Ne prendre aucune précaution, c’est laisser la porte ouverte à des aventures du genre de celles qui arrivèrent à Li Jing 李靖 (z. Yaoshi 葯師, 571-649) telles qu’elles sont narrées dans le Hongfuji  紅拂記 ou à Cui Qianniu 崔千牛, ou encore à celles qu’illustre ce roman. Lire la suite

S 2 (IACCCLV-6 )

S02ALe cabinet du choix des époux

S 2. Initialement fiancées à quatre prétendants aussi ignares qu’affreusement laids, deux jumelles épousent finalement l’unique lauréat d’un concours dirigé de main de maître par un jeune mandarin désireux de trancher équitablement un litige familial.

Introduction : Un ci liminaire met en garde les parents contre les unions qui vont contre le désir de leurs enfants et font leur malheur. Si chacun se donnait la peine de réfléchir avant de sceller des fiançailles et bannissait toute précipitation, le ridicule et les complications d’un revirement seraient épargnés aux uns et aux autres, pour le bien des deux partis comme le repos des juges qui peinent toujours à trancher ces délicats litiges familiaux.  Lire la suite

S 11 (IACCCLV-6)

S11La maison qui m’a donné le jour

S 11. Séparé de ses parents depuis sa prime enfance, un jeune homme adopte sans le savoir son véritable père et sauve fortuitement sa mère et sa bien-aimée des griffes des brigands. Il retrouve finalement les lieux de son enfance.

Introduction : Le poème liminaire exprime les souffrances d’une jeune femme de la haute société prise dans la tourmente de la marche des Bandits Déferlants (chuangzei  闖賊) de Li Zicheng 李自成  (1605 ?- 1645) vers le Sud : déshonorée, elle se refuse la mort qui l’exposerait aux mânes accusateurs de son défunt mari. Tout cela n’a peut-être que peu de rapport avec le récit à venir, mais quoi qu’il en soit, c’est en dernier lieu au Créateur, Zaowu   造物, que revient le loisir de séparer et de réunir les gens. Lire la suite

Enfer chinois (07)

[Afin d’éviter les répétitions qu’une republication intégrale du billet numéroté 07-a dans la série « Enfer chinois » impliquerait, en voici une version réduite. Il concerne le chef-d’œuvre du roman érotique chinois, le Rouputuan 肉蒲團 (Chair, tapis de prière, 1657) sur lequel on pourra lire d’autres billets. Catégorie : Rouputuan 肉蒲團.] Lire la suite

Shi’er lou, recueil de contes ou de nouvelles ?

SEL-TDM01Le problème est sans aucun doute marginal. En effet, qui donc se formalisera de voir  le Shi’er lou 十二樓 qualifié de « recueil de nouvelles » au lieu du  traditionnel « recueil de contes »  ? On pourrait même trouver sur la couverture et partout ailleurs, quelque chose comme « douze récits en langue vulgaire du début de la dynastie Qing » sans que personne ne s’en émeuve particulièrement. Il n’empêche que le choix d’un terme au détriment de l’autre mérite deux mots d’explication.

La consultation des dictionnaires français de termes littéraires s’avère sans grand secours de ce point de vue, aussi je vais me contenter de me tourner exclusivement vers un des ouvrages qui a affronté ce point précis dans le contexte chinois, c’est-à-dire Le conte chinois en langue vulgaire du XVIIe siècle (Paris : Collège de France-Institut des hautes études chinoises, 1981) qui est la version éditée d’une thèse soutenue par son auteur André Lévy, le 11 janvier 1974, thèse portant le sous titre de Vogue et déclin d’un genre narratif de la littérature chinoise. Lire la suite

Shi’er lou en traduction

Avant de se lancer dans une traduction, il n’est pas inutile de faire le point sur la manière dont le texte auquel on va se consacrer pendant de longs mois a été reçu de par le monde.

J’ai déjà eu l’occasion (ailleurs et ici) de traiter ce sujet pour la partie française, ce qui fut, du reste, très rapide puisque seuls trois des Shi’er lou 十二樓 ont été, à ce jour, traduits dans notre langue, et à chaque fois, à partir d’une version anglaise réductrice – il s’agit des trois premiers récits qui figurent parmi les toutes premières œuvres romanesques chinoises à avoir été offertes dans une langue occidentale. C’était en 1815 grâce à  J. F. Davis, qui s’était d’abord attaqué à S31 avant de revoir, en 1822, sa traduction et de lui adjoindre deux autres lou, S1 et S2. Ce sont ces trois textes qu’Abel Rémusat (1788-1832) fera passer en français en 1827 ; il avait été précédé de peu par Antoine Bruguière de Sorsum (1773-1823) qui avait rendu S3 dans notre langue à partir de la première version de Davis : « San-iu-leau ou les trois étages consacrés, conte moral » (Roy & Gravier, 1819). Depuis, aucune nouvelle traduction française n’est apparue. Lire la suite

  1. J’utiliserai la lettre S pour désigner le recueil Shi’er lou ; le nombre qui suit est celui du récit dans la collection comme présentée dans le précédent billet []

Les Douze pavillons : mise en chantier

Alors que Les Dix jours de Yangzhou ne sont pas encore arrivés dans les librairies, me voici, non pas véritablement désœuvré, mais pour ainsi dire orphelin. Certes, je suis loin d’avoir rempli toutes mes obligations du moment, notamment concernant les diverses occupations de l’axe Leo2t (deux numéros d’IDEO sur le gril et l’inventaire ITLEO à alimenter, etc.), mais l’envie d’en découdre avec un texte chinois est trop forte. Après quelques minutes d’hésitation, j’ai fait mon choix.

L’objet de mon attention pour les mois à venir sera donc le Shi’er lou 十二樓.

Mais avant de me lancer véritablement dans le travail de traduction, il va me falloir dans un premier temps réunir l’ensemble des éléments épars accumulés au cours des nombreuses années pendant lesquelles j’ai nourri et, d’une certaine façon, fait avancer ce projet. Lire la suite

Li Yu and Rou putuan [The Carnal Prayer Mat]

Page 1A du Rou putuan 肉蒲團

Je reproduis ci-dessous dans son intégralité une notice composée en 2005 pour paraître dans l’Encyclopedia of Erotic Literature  éditée par Gaetan Brulotte et John Phillips, et qui sortit chez Routledge (New York) l’année suivante en deux volumes. Elle figure pages 809 à 813 du volume 2. Elle a été traduite du français par Victor Thibout. Dans l’édition papier, la notice sur le roman intervient (pp. 809-811) avant la biographie (pp. 811-813). Je me suis contenté d’ajouter les caractères chinois. Pour une courte présentation de l’Encyclopedia of Erotic Literature voir l’article en ligne de Gaetan Brulotte (http://www.gbrulotte.com/en/books/file.xhtm) ; pour une note sur la place réservée à la littérature chinoise dans cette encyclopédie, voir « L’Enfer chinois dans l’Encyclopedia of Erotic Literature » En illustration : page 1A du chapitre 1 du roman dans le manuscrit japonais  conservé à l’Université de Tôkyô : Sôkôdô bunka  雙紅堂文庫 (Tôyô bunka kenkyujo  東京文化研究所).

Li Yu 李漁 (1611-1680) is a quite original and astounding figure in the history of Chinese letters. As it is, his work and contribution widely exceed the sole field of literature. After failing three times the examination to what then was the step before last to an official position, the Bachelor’s degree, Li Yu soon (probably around 1642) abandoned any hope of making a career in the Imperial administration. He subsequently withdrew from society for a while, before taking up various activities which were to become his only source of income until the end of his lifetime. Lire la suite

Les Carnets secrets de Li Yu

Les Carnets secrets de Li Yu

Je reproduis ci-dessous un compte-rendu publié dans la revue Études chinoises, vol. XXIII (2004), pp. 532-540.

Il concerne la dernière traduction signée par Jacques Dars qui nous a quitté le 28 décembre 2010. [Voir l’hommage publié dans Etudes Chinoises, n° 30 (2011)]. Je me suis contenté d’ajouter les caractères à la version initiale.

Fin 2009, l’ouvrage dont il traite a été réédité dans un format réduit chez le même éditeur.

Jacques Dars,  Les Carnets secrets de Li Yu. Un art du bonheur en Chine. Arles : Editions Philippe Picquier, 2003, 336 p. Lire la suite

Li Yu 李漁 (1611-1680), une micro-biographie

Li Yu par Wang Jiaxun 王家训

Pour ceux qui ne seraient pas familiers de Li Yu, voici, pour satisfaire leur légitime curiosité, une micro-biographie rédigée pour le Dictionnaire mondial des littératures (Pascal Mougin, Karen Haddad-Wotling (eds.), Paris : Larousse, 2002, p. 534) à laquelle je me suis contenté d’ajouter les caractères chinois.

LI Yu 李漁 (1611-1680) occupe une place tout à fait originale dans l’histoire des lettres chinoises, mais son apport dépasse largement le seul domaine littéraire. Ayant très tôt abandonné l’idée de faire carrière dans l’administration impériale, il se lança dans diverses activités dont il tira ses revenus. C’est ainsi qu’il vécut plus de ce que pouvait lui rapporter son imagination que de l’assistance peu fiable des mandarins qu’il côtoya d’abord à Hangzhou 杭州 (1650-1660), puis à Nankin 南京. En 1677, il retrouve la métropole culturelle à laquelle l’associe définitivement son surnom le plus connu de Hushang Liweng 湖上笠翁, Le Vieux pêcheur du bord du Lac (de l’Ouest). Sa créativité sans cesse en ébullition se manifesta non seulement dans le domaine de l’édition, mais aussi dans celui de la décoration de jardin et de la direction théâtrale. Sa production écrite est à l’image de son caractère. Elle est loin de se résumer comme on le fait encore trop souvent aux deux cahiers liminaires de son recueil d’essais libres, Xianqing ouji 閒情偶寄 (Notes jetés au gré du sentiment d’oisiveté). Outre, ce texte fondamental qui constitue une véritable dramaturgie dont la valeur n’a cessé d’être prisée depuis sa publication en 1671, il laisse une œuvre riche et variée. Lire la suite

Li Yu en français (suite 2)

Théophile Gautier, Le Pavillon sur l’eau

L’autre référence absente du relevé établi sous le titre   « Li Yu en français » est celle d’une adaptation de « Heyinglou » 合影樓 (Les gloriettes de la réunion des reflets), premier des Shi’er lou 十二樓 dont on sait déjà qu’il a été rendu en français par Jean-Pierre Abel-Rémusat en 1827 sous le titre « L’ombre dans l’eau » (Contes chinois. Paris, Moutradier, 1827) à partir de la traduction anglaise de Sir John Davis parue 5 ans plus tôt dans Chinese Novels, « The Shadow in the Water » (Londres, 1822, pp. 51-106).

En fait, c’est le 25 janvier 2012 que j’ai pu prendre connaissance, grâce à Pierre Palpant, de cette adaptation réalisée par Théophile Gautier (1811-1872) : Le Pavillon sur l’eau (Paris, Ferroud, 1900, VIII, 48 pages). Le Maître du site chineancienne.fr a eu la bonne idée de mettre ce texte à la disposition des amateurs de littérature chinoise en lui conservant sa présentation élégante et en reproduisant l’ensemble des illustrations d’Henri Caruchet ; on peut aussi lire la préface de Camille Mauclair (1872-1945) qui ne nous apprend rien sur la genèse de cette adaptation libre éditée 28 ans après la disparition du  père de Judith Gautier (1845-1917). Rien n’est dit, non plus, des précédentes éditions du récit : en 1863, dans  Romans et contes (Paris, Charpentier, 1863, pp. 353-369) et en 1897, dans Oeuvres de Théophile Gautier. Romans et contes (Paris,  A. Lemerre, pp. 385-403). Lire la suite

Li Yu en français (suite 1)

Paris, Mercure de France, 1932

Les choses sont ainsi faites : quelques jours après avoir envoyé la version chinoise de l’article « Li Yu en français » dont ce billet est un début de complément, j’ai retrouvé un livre acheté naguère chez un bouquiniste dans lequel George Soulié de Morant (1875-1955) avait traduit des poèmes de Li Yu.

Je ne reviendrai pas ici sur l’œuvre de Soulié et sur son apport à la connaissance de la littérature chinoise en France. On trouvera des éléments non seulement sur un site créé à sa gloire, lequel donne une liste exhaustive de ses publications, mais aussi dans un article de Jeanine Jacquemin facilement accessible en ligne ici. Son œuvre de traducteur est souvent l’objet d’évaluations critiques. On en trouvera notamment une sous la plume de Philippe Postel dans un article publié dans le numéro 2 d’Impressions d’Extrême-Orient (ici). Lire la suite

Li Yu en français

Statue de Li Yu,  Jieziyuan,  Lanxi (Zhejiang, RPC)

L’article reproduit ci-dessous a été écrit pour paraître en chinois dans un recueil de communications données à l’occasion du 400e anniversaire de la naissance de Li Yu qui a été fêté en septembre 2011 à Lanxi    兰溪  (Province de Zhejiang, RPC).

Il sera complété prochainement par des éléments découverts après sa rédaction finale qui est intervenue en novembre 2011.

Pour un non initié, Li Yu 李 漁 (1611-1680) est un inconnu sur les terres de Diderot, un nain dans l’espace littéraire français. Ceci tient à un contexte culturel et linguistique qui n’a rien de bien porteur : dorénavant, les Français sont, dans leur grande majorité, peu curieux des littératures anciennes et encore moins lorsqu’elles viennent d’Orient — tout est naturellement phénomène de mode et nous nous trouvons actuellement dans le creux d’une vague ; de plus, notre pays ayant peu de lecteurs sinophones, le rôle des sinologues est de ce point de vue crucial. Lire la suite