Shi’er lou 十二樓 (Les Douze pavillons)

En travaux :

  1. « Heying lou »  合影樓, Les gloriettes de la réunion des reflets
  2. « Duojin lou »  奪錦樓, Le cabinet du choix des époux
  3. « Sanyu lou »  三與樓, La tour des trois enseignements
  4. « Xiayi lou » 夏宜樓, La villa du confort estival
  5. « Guizheng lou » 歸正樓, Le monastère de la Résipiscence
  6. « Cuiya lou » 萃雅樓, Le Pavillon de tous les raffinements
  7. « Fuyun lou » 拂雲樓, Le belvédère perce-nuages
  8. « Shijin lou » 十巹樓, Le hall des dix noces
  9. « Hegui lou » 鶴歸樓, Le havre du retour de la grue
  10. « Fengxian lou » 奉先樓, Le sanctuaire du sacrifice aux ancêtres
  11. « Sheng wo lou » 生我樓, La maison qui m’a donné le jour
  12. « Wenguo lou » 聞過樓, L’hôtel de la conscience morale

Shi’er lou, recueil de contes ou de nouvelles ?

SEL-TDM01Le problème est sans aucun doute marginal. En effet, qui donc se formalisera de voir le Shi’er lou 十二樓 qualifié de « recueil de nouvelles » au lieu du  traditionnel « recueil de contes » ? On pourrait même trouver sur la couverture d’une traduction intégrale à venir et partout ailleurs, quelque chose comme « douze récits en langue vulgaire du début de la dynastie Qing » sans que personne ne s’en émeuve particulièrement. Il n’empêche que le choix d’un terme au détriment de l’autre mérite deux mots d’explication.

La consultation des dictionnaires français de termes littéraires s’avère sans grand secours de ce point de vue, aussi vais-je me contenter de me tourner exclusivement vers un des ouvrages qui a affronté ce point précis dans le contexte chinois, c’est-à-dire Le conte chinois en langue vulgaire du XVIIe siècle (Paris : Collège de France-Institut des hautes études chinoises, 1981) qui est la version éditée d’une thèse soutenue par son auteur André Lévy, le 11 janvier 1974, thèse portant le sous titre de Vogue et déclin d’un genre narratif de la littérature chinoise. Continuer la lecture

S 12 : Wenguo lou (IACCCLV-6)

L’hôtel de la conscience morale

S 12. Comment, grâce à l’aide d’un préfet éclairé, un groupe de lettrés réussit à faire revenir leur ami, un excentrique dont ils prisent la compagnie, sur sa promesse de ne jamais plus remettre les pieds en ville laquelle est considérée par lui comme le lieu de tous les tourments et qu’il a quitté un an plus tôt pour se livrer à une vie d’ermite paysan libre-penseur. 

Introduction : C’est à la campagne que l’on vit le mieux ! Ne dit-on pas d’ailleurs qu’en temps de troubles il est bon d’y chercher refuge ? On peut aussi y trouver l’harmonie en temps de paix, comme le fait le héros de cette  « histoire  rupestre » (linquan jiahua 林泉佳話) qui surprendra plus d’un lecteur tout en l’incitant à changer sa manière d’envisager la vie. Continuer la lecture

S 11 : Shengwo lou (IACCCLV-6)

S11La maison qui m’a donné la vie

S 11. Séparé de ses parents depuis sa prime enfance, un jeune homme adopte sans le savoir son véritable père et sauve fortuitement sa mère et sa bien-aimée des griffes de brigands. Il retrouve finalement les lieux de son enfance qui ont, sa vie durant, hanté ses rêves. Une particularité physique atteste de son lien de parenté.

Introduction : Le poème liminaire exprime les souffrances d’une jeune femme de la haute société prise dans la tourmente de la marche des Bandits Déferlants (Chuangzei  闖賊) de Li Zicheng 李自成  (1605 ?- 1645) vers le Sud : déshonorée, elle se refuse la mort qui l’exposerait aux mânes accusateurs de son défunt mari. Tout cela n’a peut-être que peu de rapport avec le récit à venir, mais quoi qu’il en soit, c’est en dernier lieu au Créateur, Zaowu 造物, que revient le loisir de séparer et de réunir les gens. Ce préambule trouve aussi sa justification dans le fait que ce lou intervient « entre deux histoires d’enlèvement » (S 10 et S 12). Continuer la lecture

S 10 (IACCCLV-6)

Le sanctuaire du sacrifice aux ancêtres

S10. Séparé des siens par les troubles de la fin des Ming, un bachelier retrouve après des mois de recherches effrénées, son fils, seul héritier de son clan, et son épouse qui, au prix de sa vertu, a su le préserver de la mort en suivant un bienveillant général mandchou. 

Introduction : À ceux qui veulent suivre la doctrine bouddhique sans entrer en religion, je conseillerais de tenter de s’interdire de manger de la viande et de consommer du vin. Si c’est trop difficile, il faut couper la poire en deux en commeçant par proscrire le chien et le bœuf. N’est-il pas, en effet, particulièrement ingrat de tuer ceux qui éloignent les rodeurs de nos maisons et ceux grâce à qui nos champs sont labourés ? Le fait réel qui suit montre qu’on a tout à gagner à se conduire selon cet accomodement. Continuer la lecture

S 9 (IACCCLV-6)

Le Havre du retour de la grue 

S 9. Sa philosophie de la moindre espérance permet à un brillant lettré réticent à entrer dans la carrière mandarinale d’affronter avec succès l’adversité d’un monde cruel et de préserver son épouse des affres de la séparation. 

Introduction : Un gufeng 古風 des Yuan donne le ton en prenant parti de décrire la joie des retrouvailles du bouvier et de la tisserande (Niulang Zhinü 牛郎織女) au lieu de s’apitoyer comme on le fait ordinairement de leur séparation. Le bonheur tient d’ailleurs dans la façon de regarder les choses. C’est ainsi qu’un pauvre malheureux dans une auberge infestée de moustiques passe la nuit à faire les cent pas sourire aux lèvres. Plutôt que se plaindre d’être privé de moustiquaire, il ne peut s’empêcher de manifester sa joie de pouvoir frapper les insectes qui l’attaquent. Quand un richard au sort plus enviable puisque protéger d’une gaze mais qui semble souffrir plus qu’en enfer, lui en demande la raison, il répond que pire serait sa situation s’il se trouvait en prison entravé par des chaînes. De fait, le locataire du trente-troisième enfer envie toujours, ceux qui résident au trente-deuxième ! Continuer la lecture

S 8 (IACCCLV-6)

Le hall des dix noces

S 8. Après neuf alliances dont il n’a pu se satisfaire, un jeune bachelier se marie une seconde fois avec sa première épouse, une femme d’une frigidité extrême. Comme prévu par un diseur de bonne aventure, le dixième mariage sera le bon.  

Introduction (maotou 冒頭) : Qui n’aimerait jouir de la fortune dans ses jeunes années, voire même avant sa naissance ? Mais, il faut se convaincre qu’une telle félicité est chose fort rare. Tao Zhugong 陶朱公 (Fanli 范蠡, z. Shaobo 少伯) n’a fait fortune qu’après avoir quitté les affaires ; Jiang Taigong 姜太公, lui, n’a été remarqué que sur le tard et il a fallu longtemps avant que Liang Hong  梁鴻 ne rencontre Meng Guang 孟光. Il en va d’ailleurs au sujet du mariage comme pour le reste : plus on désire quelque chose, plus son obtention réjouit. Continuer la lecture

S 7 (IACCCLV-6)

Le belvédère Perce-Nuages

S 7. A peine débarrassé d’une épouse laide, un jeune et brillant bachelier tente par tous les moyens de renouer avec sa première fiancée, une beauté sans égale jadis rejetée pour son impécuniosité. Il n’y parvient que grâce à l’aide de la camériste de celle-ci, qui, tout en travaillant au bonheur de sa maîtresse, n’oublie pas le sien propre en devenant la concubine du jeune homme.  

Introduction : Tout comme le poème liminaire qui met en garde les maîtres de maison contre les machinations dont peuvent se rendre coupables les servantes, les histoires qui vont suivre sont des encouragements à la méfiance envers la domesticité. Il serait donc erroné d’y voir une incitation à agir telle que le fit telle soubrette des Ming qui avait invité son amant à violer sa maîtresse pour s’affranchir d’éventuelles critiques sur sa moralité. N’ayant pu supporter son déshonneur, la vertueuse veuve, laquelle venait de voir ruinées vingt années de viduité, se donna la mort. L’affaire fut portée devant un tribunal et les coupables sévèrement châtiés.  Continuer la lecture

S 6 (IACCCLV-6)

Le pavillon de tous les raffinements

S 6. Ayant refusé les avances du cruel et influent Yan Shifan, un jeune mignon cultivé tombe dans les mains d’un vieil eunuque qui le fait castrer pour le garder à son service. Cédé en héritage au fils du Premier Ministre Yan, l’eunuque malgré lui prendra finalement sa revanche en obtenant de l’empereur la tête du responsable de sa déchéance. 

Introduction : Le huitain liminaire composé voici vingt ans à l’occasion d’une visite à la colline du tigre, Huqiushan 虎丘山 (Suzhou 蘇州), exprime l’admiration de Jueshi baiguan 覺世稗官 [Li Yu] pour les fleuristes, qui, avec les libraires et les parfumeurs exercent « les trois occupations raffinées parmi le vulgaire », suzhong san ya 俗中三雅. Seul le commerce des antiquités leur est supérieur, encore que tout dépend du caractère de ceux qui s’adonnent à ces métiers réputés vils. Car s’ils s’y livrent sans art et avec le goût du profit, l’on peut aussi bien dire d’eux qu’ils constituent les « trois vulgaires parmi l’élégance », yazhong san su 雅中三俗. Continuer la lecture

S 5 (IACCCLV-6)

Le monastère de la Résipiscence

S5.Après une existence entièrement consacrée à l’art de dérober, un voleur de génie quitte la carrière pour se faire moine taoïste. Ses dons trouvent leur consécration dans un épisode final nous montrant par quels subterfuges il parvient à faire financer par d’autres la construction de son monastère. 

Introduction : Au poème liminaire qui exhorte à faire le bien répond une discussion sur la nécessité de se « réformer », huitou  回頭. Un passage des Quatre Livres (Si shu 四書) ne dit-il pas que, dès lors que la volonté de changer est prise, ce sont les plus mauvais d’entre nous qui, en fin de compte, en retirent la plus grande récompense. Pour preuve, ce qui arriva à un boucher qui avait accroché sur sa porte un avis annonçant son désir de ne plus tuer d’animaux de sa vie. Trois jours plus tard, alors que le quartier était la proie des flammes, sa maison était la seule à échapper à un incendie. A ceux qui en faisait le reproche au Ciel, il faisait remarquer que le supérieur du temple voisin réduit en cendres s’était récemment lancé dans la contrefaçon d’argent. D’ailleurs, les seuls à véritablement pouvoir se « réformer » sont ceux qui ont commencé leur existence dans l’ornière du mal. Cela revient pour eux à changer de mode de vie. C’est ce qu’illustre le yeshi 野史 qui suit. Continuer la lecture

S 4 (IACCCLV-6)

La villa du confort estival

S 4. Comment un jeune et brillant lettré choisit sa femme à l’aide d’un télescope qui le fait passer auprès d’elle pour un immortel et lui permet de balayer tous les obstacles qui se sont dressés entre lui et l’élue de son cœur.  

L’introduction (yintou 引頭) reprend six jueju 絕句 d’un ensemble de dix intitulé Cailian ge 采蓮歌, dans lequel Li Yu illustrait naguère la supériorité de la fleur de lotus, hehua  荷花. L’histoire qui suit — au départ, une simple anecdote rapportée entre amis, développe le thème de la cueillette des fleurs de lotus. « Si elle mérite, comme on l’assure, d’être transmise, c’est que les comportements frivoles et légers contiennent en eux quelque chose de sérieux ». D’ailleurs, ne sont-ils pas la cause de la pérennité des hommes sur terre .  Continuer la lecture

S 3 (IACCCLV-6)

La tour des trois enseignements

S 3. En s’appropriant, jusqu’à son dernier refuge, la résidence d’un esthète dépensier, un  riche propriétaire terrien condamne sa famille à la ruine et au déshonneur. Finalement, c’est le propre fils du lettré spolié qui la sortira de l’ornière dans laquelle l’avait plongé la cupidité. 

Introduction : La vente d’une propriété est comme nous le rappelle deux poèmes écrits par un gaoren  高人 des Ming, le pire des crève-cœurs. Mais, si l’on convient qu’une résidence reste en possession d’une même famille rarement plus de cent ans, on se résoudra plus facilement à la céder de son vivant plutôt que la condamner à être vendue par un héritier dans le besoin ou un mauvais fils. Seuls Tang Yao 唐堯 et Yu Shun 虞舜 ont su suivre ces principes raisonnables.  Continuer la lecture

S 2 (IACCCLV-6 )

S02ALe cabinet du choix des époux

S 2. Initialement fiancées à quatre prétendants aussi ignares qu’affreusement laids, deux jumelles épousent finalement l’unique lauréat d’un concours dirigé de main de maître par un jeune mandarin désireux de trancher équitablement un litige familial.

Introduction : Un ci liminaire met en garde les parents contre les unions qui vont contre le désir de leurs enfants et font leur malheur. Si chacun se donnait la peine de réfléchir avant de sceller des fiançailles et bannissait toute précipitation, le ridicule et les complications d’un revirement seraient épargnés aux uns et aux autres, pour le bien des deux partis comme le repos des juges qui peinent toujours à trancher ces délicats litiges familiaux.  Continuer la lecture

S 1 (IACCCLV-6)

HeyinglouLes gloriettes de la réunion des reflets

S 1. Malgré d’infinies précautions et grâce aux manigances d’un vieil ami, un barbon confucéen se trouve contraint d’abandonner sa fille chérie au fils de son beau-frère, un libertin qu’il déteste. Le jeune homme, un instant éconduit, voit sa persévérance doublement récompensée car il épouse en prime la fille du vieil ami.

Introduction : Comme l’annonce un ci liminaire, rien ne peut arrêter un amour déclaré. En découle la nécessité de séparer autant que possible les appartements intérieurs des autres parties de la maison afin d’éviter les rencontres entre personnes des deux sexes. Ne prendre aucune précaution, c’est laisser la porte ouverte à des aventures du genre de celles qui arrivèrent à Li Jing 李靖 (z. Yaoshi 葯師, 571-649) telles qu’elles sont narrées dans le Hongfuji  紅拂記 ou à Cui Qianniu 崔千牛, ou encore à celles qu’illustre ce roman. Continuer la lecture

Les Comédies silencieuses de Li Yu en mandchou

Début de la la table des matières du Liyan ceng bi bithe (Haikou : Hainan, 2001)

Je rassure ceux qui ont été intrigué par le titre de ce billet : je ne me suis pas (encore) mis au mandchou, bien que l’envie m’en soit venu à plusieurs reprises, savoir à chaque fois que la traduction d’un roman chinois ancien dans cette langue était signalée dans de savants écrits. Ce fut notamment le cas lorsque je lus, voici longtemps, l’article que Martin Gimm consacra à ce sujet dans Literary Migrations. Traditional Chinese Fiction in Asia (17-20th centuries) édité par Claudine Salmon voici 30 ans1 et plus particulièrement lorsqu’il y fait référence à des traductions de xiaoshuo de Li Yu 李漁. Je le cite ci-dessous en respectant ses choix typographiques et de transcription :  Continuer la lecture

  1. Beijing : International Culture Publishing Corporation, 1987. L’article de Martin Gimm est intitulé « The Manchu Translations of Chinese Novels and Short Stories — An Attempt at an Inventory », in Op. cit, pp. 143-208 []