Enfer chinois (01-a)

LiulichangBookstoreDans un article du Monde des Livres (du 23.04.2009) qui signale la sortie du film de John Woo et la réédition de la traduction du roman qui a inspiré les Trois Royaumes, Nils C. Ahl rappelle fort justement à ses lecteurs que ce livre, le Sanguo yanyi 三國演義, est « un monument de la littérature chinoise » : « Les Trois Royaumes figurent parmi les quatre œuvres classiques du panthéon littéraire chinois aux côtés du Voyage en Occident, d’Au fil de l’eau et du Rêve dans le pavillon rouge. Sa particularité, c’est qu’il est de très loin le plus lu, le plus connu, le plus populaire. La seule façon pour le lecteur occidental d’imaginer sa notoriété est de la comparer à celle des Trois Mousquetaires, d’Alexandre Dumas – comme le fait Jean Lévi dans son introduction. En Chine et en Asie du Sud-Est, tout le monde connaît l’intrigue générale et les personnages des Trois Royaumes. Nul besoin de l’avoir lu, nul besoin même de savoir lire. » Certes, mais n’y-a-t-il pas dans cette envolée érudite source de confusion, voire, in fine, un regrettable oubli. Lire la suite

Enfer chinois (01)

Fleur en Fiole d’Or (chap. 8)
(Gallimard, 1985)

[Le premier volet de cette modeste présentation des ouvrages tirés de l’enfer chinois disponibles en traduction française […] commence par l’ évocation] du chef-d’œuvre incontestable du genre, Jin Ping Mei 金瓶梅.

Dans un essai dont l’attribution à Zhang Zhupo 張竹坡 (1670-1698), auteur d’un fameux commentaire du roman fleuve, a été remise en question, on peut lire : « Le premier des livres extraordinaires n’est pas licencieux » Diyi qishu fei yinshu lun 第一奇書非淫書論. Pourtant, Jin Ping Mei achevé à l’extrême fin du XVIe siècle s’est très rapidement retrouvé à l’index d’où il n’est pas encore réellement sorti.

Nongzhuke 弄珠客, le Joueur-de-Perles, était quant à lui était plus direct quand il annonçait dans sa préface de 1617 : « Le Jin Ping Mei est un livre obscène » 金瓶梅穢書也, mais, ajoutait-il aussitôt, son auteur avait l’intention de « mettre le monde en garde et non de le pousser au mal ». Quand bien même le considère-t-on dans les savantes études qu’on a commencé à lui consacrer en abondance dans les années 80 en RPC comme « une encyclopédie des us et coutumes de la Chine ancienne », « un livre de moral » ou « une atteinte aux bonnes mœurs dénonçant les carences du système impérial », les éditions chinoises modernes courantes restent encore très pudiques et les éditions complètes fort rares. Le lecteur français est donc mieux placé que le chinois puisque, à égalité avec l’allemand, le russe et l’anglais, il peut le lire dans son intégralité, et ceci depuis plus de vingt ans, grâce à la traduction déjà historique qu’André Lévy livra en 1985 à la « Bibliothèque de la Pléiade » sous le titre de Fleur en Fiole d’Or [Paris : Gallimard, 2 tomes : CXLIX, 1272, LIX, 1483 pages. « Préface », Etiemble (Tome 1, pp. IX-XXXVI) ; « Introduction », A. Lévy (ib., pp. XXXVII-CXLIX)]. Lire la suite