Les « Shi shuo » de Margouliès

Initialement envisagé comme un appendice à ma contribution1 au numéro 13 d’Impressions d’Extrême-Orient, la revue en ligne de l’axe Littératures d’Asie et traduction (LAT) sur le thème “Maître(s) et disciple(s)”, ce bref examen des deux traductions données par Georges Margouliès (1902-1972) à un texte de Han Yu 韓愈 (768-824) va inaugurer, sur ce carnet de recherche, une nouvelle catégorie de billets consacrés à des traductions historiques ; y seront reprises des présentations, avec, ou non, des analyses plus ou moins poussées selon les cas, de traductions, plus ou moins historiques (ou aspirant à le devenir), ayant fait l’objet de cours ou bien d’exposés réalisés dans le cadre d’ateliers de traduction du sous axe Littérature chinoise (LitChi). Continuer la lecture

  1. Pierre Kaser, « De l’utilité des maîtres », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 13 | 2021, mis en ligne le 19 décembre 2021, URL : http://journals.openedition.org/ideo/2090 []

Préface détournée pour un ouvrage à paraître

Lorsqu’elle est souhaitée et discutée en amont, une collaboration à des travaux académiques et éditoriaux chinois avec des collègues et des maisons d’édition de RPC, occasionne toujours des surprises pour ne pas dire des contrariétés, le pire des cas étant de retrouver ses écrits (plus ou moins fidèlement) traduits dans des publications dont on n’a jamais entendu parler — la faute en revenant parfois à des complicités inattendues qui s’arrangent des conventions et des règles du savoir vivre.

Le texte source ci-dessous était destiné à figurer en tête d’un ouvrage dont le maître d’œuvre est le Professeur Qian Linsen 錢林森 : Faguo hanxuejia lun Zhongguo wenxue : gudian xiju he xiaoshuo  法國漢學家論中國文學-古典戲劇和小說, lequel proposera en chinois des travaux de sinologues français sur le théâtre et le roman chinois anciens. La sortie du livre ayant été retardée à cause de la crise sanitaire, cette préface a été intégrée dans le numéro 30 de la revue d’études sinologiques publié par le Pr Yan Chunde 閻純德, Hanxue yanjiu 漢學研究1. Je me sens donc libre d’en fournir ici le texte source et m’engage à rendre compte de la publication de l’ouvrage de Qian Linsen lorsque celui-ci aura vu le jour. Continuer la lecture

  1. « Faguo hanxuejia lun Zhongguo wenxue : gudian xiju he xiaoshuo xuyan » “法國漢學家論中國文學-古典戲劇和小說”序言 (Préface à Sinologues français sur la littérature chinoise : théâtre et roman anciens), Hanxue yanjiu 漢學研究, n° 30, 2021-8, pp. 143-146, Zhang Junwei 張峻巍, trad. []

Le Moine Mèche-de-lampe (4)

Les non sinisants ne peuvent pour l’heure avoir du Guwangyan 姑妄言 (Propos faciles)[1] qu’une vision très partielle puisque ne leur a été offert en traduction qu’un infime extrait de ses 24 énormes chapitres lesquels occupent pas moins de 10 volumes (à savoir les volumes 36 à 45) de la collection « Siwuxie huibao » 思無邪匯報 (dont il a été question ici). Le passage traduit figure dans l’anthologie Quatre amours du temps des Han, des Tang, des Yuan et des Qing (Traduit du chinois par Huang San et Lionel Epstein. Paris : You Feng, 2012). Il y a reçu un titre — « Érotique élémentaire »[2] (pp. 165-182) — et est suivi d’une brève « postface » (pp. 181-182) qui reprend les éléments importants sur la nature de cet ouvrage rare, peu lu et encore assez peu étudié.  Continuer la lecture

Le Moine Mèche-de-lampe (3)

L’étude de la réception de la littérature de divertissement chinoise mettant, peu ou prou, en avant la sexualité, ce que, pour aller vite, on appelle la littérature érotique, peut encore réserver de piquantes surprises à celui qui, comme moi, s’y est livrée avec conviction des années durant. En ce qui me concerne donc, les dernières en date sont toutes fraîches. Elles me sont apparues une fois que j’avais mis ce que je croyais être le point final à un panorama[1] synthétique sur le sujet. Fort heureusement, il n’était pas encore trop tard pour les intégrer dans la version française de cet article à paraître. Je vais faire état ici de l’une d’entre elles ; celle qui concerne un ouvrage auquel j’ai consacré un peu de temps il y a des années — c’était en 1998 ! —, et des billets sur ce carnet, et, repousse à plus tard de parler de la seconde qui touche au Jin Ping Mei 金瓶梅.  Continuer la lecture

Le théâtre et le roman chinois anciens en France (en bref)

L’article reproduit ci-dessous a été rédigé pour une revue coréenne qui va proposer deux numéros consacrés à la traduction et à la réception de la littérature d’Asie en France. Il sera prochainement remplacé par une version plus développée donc plus complète.

Le théâtre et le roman chinois anciens en France

La littérature chinoise ancienne en France, c’est avant tout le corpus des traductions dans notre langue qui ont été données de ses œuvres ; il en va ainsi du roman et du théâtre chinois anciens que l’on ne connaît pas grâce à des histoires complètes, mais dont on peut, néanmoins, se faire une idée à travers des présentations sommaires et, surtout, à travers des traductions.  Continuer la lecture

Histoire des traductions en langue française [CR à venir]

Yves Chevrel, Jean-Yves Masson (s.l.d.), Histoire des traductions en langue françaiseLagrasse : Verdier, 2012-201?

    • 2019 : XXe siècle. 1914-2000 (s.l.d. de Bernard Banoun, Isabelle Poullin et Yves Chevrel), 1910 p.
    • 2015 : XVe et XVIe siècles. 1470-1610 (s.l.d. de Véronique Duché, 1341 p.)
    • 2014 : XVIIe et XVIIIe siècles, 1610-1815 (s.l.d. d’Yves Chevrel, Annie Cointre et Yen-Maï Tran-Gervat, 1373 p.)
    • 2012 : XIXe siècle. 1815-1914 (s.l.d. d’ Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez, 1369 p.

L’ensemble de ce colossal projet est dûment présenté dans un document accessible sur le site de l’éditeur, résumé ici ou là en un paragraphe éclairant :  Continuer la lecture

Sinologists as Translators [CR]

9789629966072_boarder-500x730Lawrence Wang-chi Wong, Bernhard Fuehrer (eds.), Sinologists as Translators in the Seventeenth to Nineteenth Centuries. Hong Kong : The Chinese University Press – Research Centre for Translation, “Asian Translation Traditions Series”, 2, 2015, xx-440 p.

Onze contributions en langue anglaise composent ce beau volume qu’ouvre une introduction signée Bernhard Fuehrer, de la SOAS, dont il est le coéditeur avec Lawrence Wong de la CUHK.

On peut consulter le contenu de l’ouvrage sur le site de l’éditeur qui propose également en version pdf l’introduction (pp. xi-xx) et la description suivante :  Continuer la lecture

HDR, etc.

hdrDepuis samedi 28 novembre 2015, je peux ajouter une ligne à mon CV, puisque c’est la date à laquelle s’est tenue ma soutenance pour l’obtention d’une habilitation à diriger des recherches (HDR). L’événement s’est déroulé salle des professeurs du centre des lettres de notre Université d’Aix-Marseille. Le jury était présidé par Vincent Durand-Dastès (INALCO) et comprenait Roger Darrobers (Paris 10), Noël Dutrait (AMU), Jin Siyan (Université d’Artois), Alexis Nuselovici (AMU). Continuer la lecture

Shi’er lou en traduction

Avant de se lancer dans une traduction, il n’est pas inutile de faire le point sur la manière dont le texte auquel on va se consacrer pendant de longs mois a été reçu de par le monde.

J’ai déjà eu l’occasion (ailleurs et ici) de traiter ce sujet pour la partie française, ce qui fut, du reste, très rapide puisque seuls trois des Shi’er lou 十二樓 ont été, à ce jour, traduits dans notre langue, et à chaque fois, à partir d’une version anglaise réductrice – il s’agit des trois premiers récits qui figurent parmi les toutes premières œuvres romanesques chinoises à avoir été offertes dans une langue occidentale. C’était en 1815 grâce à  J. F. Davis, qui s’était d’abord attaqué à S31 avant de revoir, en 1822, sa traduction et de lui adjoindre deux autres lou, S1 et S2. Ce sont ces trois textes qu’Abel Rémusat (1788-1832) fera passer en français en 1827 ; il avait été précédé de peu par Antoine Bruguière de Sorsum (1773-1823) qui avait rendu S3 dans notre langue à partir de la première version de Davis : « San-iu-leau ou les trois étages consacrés, conte moral » (Roy & Gravier, 1819). Depuis, aucune nouvelle traduction française n’est apparue. Continuer la lecture

  1. J’utiliserai la lettre S pour désigner le recueil Shi’er lou ; le nombre qui suit est celui du récit dans la collection comme présentée dans le précédent billet []

Li Yu en français (suite 2)

Théophile Gautier, Le Pavillon sur l’eau

L’autre référence absente du relevé établi sous le titre   « Li Yu en français » est celle d’une adaptation de « Heyinglou » 合影樓 (Les gloriettes de la réunion des reflets), premier des Shi’er lou 十二樓 dont on sait déjà qu’il a été rendu en français par Jean-Pierre Abel-Rémusat en 1827 sous le titre « L’ombre dans l’eau » (Contes chinois. Paris, Moutradier, 1827) à partir de la traduction anglaise de Sir John Davis parue 5 ans plus tôt dans Chinese Novels, « The Shadow in the Water » (Londres, 1822, pp. 51-106).

En fait, c’est le 25 janvier 2012 que j’ai pu prendre connaissance, grâce à Pierre Palpant, de cette adaptation réalisée par Théophile Gautier (1811-1872) : Le Pavillon sur l’eau (Paris, Ferroud, 1900, VIII, 48 pages). Le Maître du site chineancienne.fr a eu la bonne idée de mettre ce texte à la disposition des amateurs de littérature chinoise en lui conservant sa présentation élégante et en reproduisant l’ensemble des illustrations d’Henri Caruchet ; on peut aussi lire la préface de Camille Mauclair (1872-1945) qui ne nous apprend rien sur la genèse de cette adaptation libre éditée 28 ans après la disparition du  père de Judith Gautier (1845-1917). Rien n’est dit, non plus, des précédentes éditions du récit : en 1863, dans  Romans et contes (Paris, Charpentier, 1863, pp. 353-369) et en 1897, dans Oeuvres de Théophile Gautier. Romans et contes (Paris,  A. Lemerre, pp. 385-403). Continuer la lecture

Li Yu en français (suite 1)

Paris, Mercure de France, 1932

Les choses sont ainsi faites : quelques jours après avoir envoyé la version chinoise de l’article « Li Yu en français » dont ce billet est un début de complément, j’ai retrouvé un livre acheté naguère chez un bouquiniste dans lequel George Soulié de Morant (1875-1955) avait traduit des poèmes de Li Yu.

Je ne reviendrai pas ici sur l’œuvre de Soulié et sur son apport à la connaissance de la littérature chinoise en France. On trouvera des éléments non seulement sur un site créé à sa gloire, lequel donne une liste exhaustive de ses publications, mais aussi dans un article de Jeanine Jacquemin facilement accessible en ligne ici. Son œuvre de traducteur est souvent l’objet d’évaluations critiques. On en trouvera notamment une sous la plume de Philippe Postel dans un article publié dans le numéro 2 d’Impressions d’Extrême-Orient (ici). Continuer la lecture

Li Yu en français

Statue de Li Yu,  Jieziyuan,  Lanxi (Zhejiang, RPC)

L’article reproduit ci-dessous a été écrit pour paraître en chinois dans un recueil de communications données à l’occasion du 400e anniversaire de la naissance de Li Yu qui a été fêté en septembre 2011 à Lanxi    兰溪  (Province de Zhejiang, RPC).

Il sera complété prochainement par des éléments découverts après sa rédaction finale qui est intervenue en novembre 2011.

Pour un non initié, Li Yu 李 漁 (1611-1680) est un inconnu sur les terres de Diderot, un nain dans l’espace littéraire français. Ceci tient à un contexte culturel et linguistique qui n’a rien de bien porteur : dorénavant, les Français sont, dans leur grande majorité, peu curieux des littératures anciennes et encore moins lorsqu’elles viennent d’Orient — tout est naturellement phénomène de mode et nous nous trouvons actuellement dans le creux d’une vague ; de plus, notre pays ayant peu de lecteurs sinophones, le rôle des sinologues est de ce point de vue crucial. Continuer la lecture