Sinologists as Translators [CR]

9789629966072_boarder-500x730Lawrence Wang-chi Wong, Bernhard Fuehrer (eds.), Sinologists as Translators in the Seventeenth to Nineteenth Centuries. Hong Kong : The Chinese University Press – Research Centre for Translation, « Asian Translation Traditions Series », 2, 2015, xx-440 p.

Onze contributions en langue anglaise composent ce beau volume qu’ouvre une introduction signée Bernhard Fuehrer, de la SOAS, dont il est le coéditeur avec Lawrence Wong de la CUHK.

On peut consulter le contenu de l’ouvrage sur le site de l’éditeur qui propose également en version pdf l’introduction (pp. xi-xx) et la description suivante :  Lire la suite

HDR, etc.

hdrDepuis samedi 28 novembre 2015, je peux ajouter une ligne à mon CV, puisque c’est la date à laquelle s’est tenue ma soutenance pour l’obtention d’une habilitation à diriger des recherches (HDR). L’événement s’est déroulé salle des professeurs du centre des lettres de notre Université d’Aix-Marseille. Le jury était présidé par Vincent Durand-Dastès (INALCO) et comprenait Roger Darrobers (Paris 10), Noël Dutrait (AMU), Jin Siyan (Université d’Artois), Alexis Nuselovici (AMU). Lire la suite

Shi’er lou en traduction

Avant de se lancer dans une traduction, il n’est pas inutile de faire le point sur la manière dont le texte auquel on va se consacrer pendant de longs mois a été reçu de par le monde.

J’ai déjà eu l’occasion (ailleurs et ici) de traiter ce sujet pour la partie française, ce qui fut, du reste, très rapide puisque seuls trois des Shi’er lou 十二樓 ont été, à ce jour, traduits dans notre langue, et à chaque fois, à partir d’une version anglaise réductrice – il s’agit des trois premiers récits qui figurent parmi les toutes premières œuvres romanesques chinoises à avoir été offertes dans une langue occidentale. C’était en 1815 grâce à  J. F. Davis, qui s’était d’abord attaqué à S3* avant de revoir, en 1822, sa traduction et de lui adjoindre deux autres lou, S1 et S2. Ce sont ces trois textes qu’Abel Rémusat (1788-1832) fera passer en français en 1827 ; il avait été précédé de peu par Antoine Bruguière de Sorsum (1773-1823) qui avait rendu S3 dans notre langue à partir de la première version de Davis : « San-iu-leau ou les trois étages consacrés, conte moral » (Roy & Gravier, 1819). Depuis, aucune nouvelle traduction française n’est apparue. Lire la suite

Li Yu en français (suite 2)

Théophile Gautier, Le Pavillon sur l’eau

L’autre référence absente du relevé établi sous le titre   « Li Yu en français » est celle d’une adaptation de « Heyinglou » 合影樓 (Les gloriettes de la réunion des reflets), premier des Shi’er lou 十二樓 dont on sait déjà qu’il a été rendu en français par Jean-Pierre Abel-Rémusat en 1827 sous le titre « L’ombre dans l’eau » (Contes chinois. Paris, Moutradier, 1827) à partir de la traduction anglaise de Sir John Davis parue 5 ans plus tôt dans Chinese Novels, « The Shadow in the Water » (Londres, 1822, pp. 51-106).

En fait, c’est le 25 janvier 2012 que j’ai pu prendre connaissance, grâce à Pierre Palpant, de cette adaptation réalisée par Théophile Gautier (1811-1872) : Le Pavillon sur l’eau (Paris, Ferroud, 1900, VIII, 48 pages). Le Maître du site chineancienne.fr a eu la bonne idée de mettre ce texte à la disposition des amateurs de littérature chinoise en lui conservant sa présentation élégante et en reproduisant l’ensemble des illustrations d’Henri Caruchet ; on peut aussi lire la préface de Camille Mauclair (1872-1945) qui ne nous apprend rien sur la genèse de cette adaptation libre éditée 28 ans après la disparition du  père de Judith Gautier (1845-1917). Rien n’est dit, non plus, des précédentes éditions du récit : en 1863, dans  Romans et contes (Paris, Charpentier, 1863, pp. 353-369) et en 1897, dans Oeuvres de Théophile Gautier. Romans et contes (Paris,  A. Lemerre, pp. 385-403). Lire la suite

Li Yu en français (suite 1)

Paris, Mercure de France, 1932

Les choses sont ainsi faites : quelques jours après avoir envoyé la version chinoise de l’article « Li Yu en français » dont ce billet est un début de complément, j’ai retrouvé un livre acheté naguère chez un bouquiniste dans lequel George Soulié de Morant (1875-1955) avait traduit des poèmes de Li Yu.

Je ne reviendrai pas ici sur l’œuvre de Soulié et sur son apport à la connaissance de la littérature chinoise en France. On trouvera des éléments non seulement sur un site créé à sa gloire, lequel donne une liste exhaustive de ses publications, mais aussi dans un article de Jeanine Jacquemin facilement accessible en ligne ici. Son œuvre de traducteur est souvent l’objet d’évaluations critiques. On en trouvera notamment une sous la plume de Philippe Postel dans un article publié dans le numéro 2 d’Impressions d’Extrême-Orient (ici). Lire la suite

Li Yu en français

Statue de Li Yu,  Jieziyuan,  Lanxi (Zhejiang, RPC)

L’article reproduit ci-dessous a été écrit pour paraître en chinois dans un recueil de communications données à l’occasion du 400e anniversaire de la naissance de Li Yu qui a été fêté en septembre 2011 à Lanxi    兰溪  (Province de Zhejiang, RPC).

Il sera complété prochainement par des éléments découverts après sa rédaction finale qui est intervenue en novembre 2011.

Pour un non initié, Li Yu 李 漁 (1611-1680) est un inconnu sur les terres de Diderot, un nain dans l’espace littéraire français. Ceci tient à un contexte culturel et linguistique qui n’a rien de bien porteur : dorénavant, les Français sont, dans leur grande majorité, peu curieux des littératures anciennes et encore moins lorsqu’elles viennent d’Orient — tout est naturellement phénomène de mode et nous nous trouvons actuellement dans le creux d’une vague ; de plus, notre pays ayant peu de lecteurs sinophones, le rôle des sinologues est de ce point de vue crucial. Lire la suite