Frictions textuelles

La lecture des pages 51 et 52 de La Seconde main ou le travail de la citation dont les Editions du Seuil viennent de donner une édition de poche avec une postface inédite de l’auteur, Antoine Compagnon, m’a offert le beau terme de « Frictions textuelles » dont je vais user, voire abuser, à chaque fois que je me pencherai sur la manière dont un texte en cite, en vampirise un autre. Il me paraît plus ouvert que celui d’« emboîtement » dont je m’étais servi pour titrer plusieurs billets de ce carnet. Il me servira à englober toutes sortes de relations textuelles dont l’emboîtement n’est qu’une modalité, de même que la greffe, ou les autres combinaisons que peut nous offrir la littérature chinoise.  Lire la suite

Greffes-01 : Jin Yun Qiao zhuan 金雲翹傳, chapitre 5

貫華堂評論金雲翹傳二十回清刊本-卷一31B-32A

La lecture du Jīn Yún Qiào zhuàn 金雲翹傳 réserve bien des surprises1. L’une d’entre elles figure à la fin du chapitre 5, quand pour convaincre M. Wang qu’il doit se faire à l’idée d’abandonner sa fille à son destin — lequel sera terrible, car, pour sauver son père d’une sombre affaire, elle se vend sans le savoir à un lupanar et non, comme elle le croit, comme concubine à un honnête homme —, on lui raconte une histoire qui doit avoir raison de ses derniers scrupules. On sait qu’il en faudra plus, mais regardons l’anecdote en question qui tranche avec le récit et passe pour une pièce rapportée dont je cherche toujours la source — il me semble avoir lu une histoire similaire, mais ma mémoire flanche désespérément : Lire la suite

  1. Voir une description de ce roman dans notre billet « Les infortunes chinoises de la vertu » []

Emboîtements-02 : Ji Yun 紀昀 (1724-1805)

Pour le premier emboitement de cette série, je m’étais penché sur « Le lettré de Yangxian », « Yangxian shusheng » 陽羡書生, récit en langue classique attribué à Wu Jun 吳均 (469-520), qui, à la réflexion, est, non seulement une belle métaphore de l’art de conter, mais aussi une manière très piquante d’évoquer l’emprunt d’un motif littéraire et une magistrale démonstration de la façon de le plier à sa volonté (j’y reviendrai un jour prochain).

Dans le récit dont on va lire une traduction, nous allons retrouver une évocation de ce conte, sous le titre de « Yangxian elong » 陽羨鵝籠 (La cage aux oies de Yangxian), histoire que son protagoniste principal se remémore alors qu’il est témoin d’un phénomène d’emboitement similaire lors d’un piquant concours d’histoires de fantômes auquel il assiste sur les bords du Lac Boyang.  Lire la suite

Emboîtements-01 : Wu Jun 吳均 (469-520)

Xu Qi Xie Ji« Le lettré de Yangxian », « Yangxian shusheng » 陽羡書生, est un xiaoshuo 小說 en wenyan 文言 bien connu des amateurs de ce type de récits, ces « contes en langue classique » chinois si particuliers qui fleurirent principalement pendant la période dite des Six dynasties [1] et que Robert Ford Campany qui les a étudiés avec attention appelle « anomaly accounts » ou « strange writing » [2]. Etranges, ils le sont autant par le contenu qui plonge le plus souvent dans l’inexplicable, le supra-, ou le para-humain, que par leur nature propre qui se situe quelque part entre la fiction inspirée et le pensum d’historiographe.

Ce conte est attribué à Wu Jun 吳均 (469-520) qui l’a intégré dans sa Suite aux Notes de Qi Xie, Xu Qi Xie ji 續齊諧記. Figure littéraire reconnue de son époque et historiographe de la dynastie sudiste des Liang 梁 (502-557), Wu Jun est prisé non seulement pour son style très personnel, mais aussi pour avoir, dit-on, « livré avec ce recueil le produit le plus élaboré de cette période  initiale  de  l’art narratif  chinois » [3].

Lire la suite