Les Comédies silencieuses de Li Yu en mandchou

Début de la la table des matières du Liyan ceng bi bithe (Haikou : Hainan, 2001)

Je rassure ceux qui ont été intrigué par le titre de ce billet : je ne me suis pas (encore) mis au mandchou, bien que l’envie m’en soit venu à plusieurs reprises, savoir à chaque fois que la traduction d’un roman chinois ancien dans cette langue était signalée dans de savants écrits. Ce fut notamment le cas lorsque je lus, voici longtemps, l’article que Martin Gimm consacra à ce sujet dans Literary Migrations. Traditional Chinese Fiction in Asia (17-20th centuries) édité par Claudine Salmon voici 30 ans1 et plus particulièrement lorsqu’il y fait référence à des traductions de xiaoshuo de Li Yu 李漁. Je le cite ci-dessous en respectant ses choix typographiques et de transcription : 

  • 31. JUE SHI MINGYAN 覺世名言
    • Giyo si ming yan bithe – Partial translation of the short story collection mostly known under the title of Shier lou 十二樓 by Li Yu 李漁 (1611-c. 1680); only the 4th story: Hiya i leo (夏宜樓). (…/…) Pe 1 [Peking, Palace Museum Library (at present in the Hall Xuanshou tang 萱壽堂 of the Palace Shouan gong 壽安宮)] : Ma. Ms, incomplete, 1 book. (p. 163)
  • 34. LIANCHENG BI 連城璧
    • Liyan ceng bi bithe – Translation of the well-known short story collection (not drama as Fuchs suggests) of Li Yu 李漁 (1611-c. 1680), also known under the title Wusheng xi 無聲戲. (…/…) Pe 1 [idem] : Ma. Ms, complete, 10 book. (…/…) Fuchs (1936) (p. 163)
  • 47. ROUPU TUAN 肉蒲團
    • Jeo pu tuwan bithe (…/…) Be 4 [Berlin (GDR), Universitätsbibliothek, Humboldt-Universität] : Ma. Ms, draft; details unknown; lost in World War II (p. 168)

Il m’était alors apparu que la consultation de la traduction des contes de la première série de xiaoshuo  de Li Yu aurait pu m’apporter des informations sur la manière dont Li Yu avait réorganisé les deux recueils de Wusheng xi 無聲戲 ou Comédies silencieuses (W). Mais je n’ai jamais eu l’occasion de vérifier cette hypothèse. Ainsi, lorsque j’ai collaboré au tome 5 de l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire pour ces collections2, j’avais du me résoudre à n’indiquer dans la rubrique 7 du premier récit de la collection (WI 1, p. 131), la citation de M. Gimm signalée plus haut, suivi de l’aveu d’impuissance suivant : « Nous ne sommes pas en mesure d’affirmer s’il s’agit ou non d’une intégrale » et pour les autres récits, un renvoi à ce constat d’échec. 

Et mis à part, à l’occasion de lectures et surtout le constat d’une résurgence des études du mandchou et des écrits anciens dans cette langue, j’avais plutôt cherché à oublier que je n’avais pas avancé d’un pouce sur ce sujet et rien fait pour combler mes lacunes dans ce secteur !

Couverture de l’édition en facsimilé du Liyan ceng bi bithe (Haikou : Hainan, 2001)

La chose en était restée là jusqu’à ce que je reçoive un mail de Guillaume Lescuyer 3 qui, après avoir consulté mes modestes travaux4, a constaté le flou entourant les traductions mandchoues des xiaoshuo de Li Yu, me proposait son aide : c’était le 6 mars 2017 ; deux jours plus tard, je recevais un document de sept pages dans lequel mon correspondant me fournissait une description détaillée des pages 123 à 449 d’un volume de la collection  « Gugong zhenben congkan » 故宮珍本叢刊 éditée par le Musée de la Cité interdite5 publié à Haikou (RPC) par la maison d’éditions de Hainan en 2001, mais également des observations et déductions d’un grand intérêt.

Il en ressortait qu’on avait là la totalité des contes des Wushengxi traduits en mandchou, sans doute avant 1750 à partir de la réédition que Li Yu en avait donné sous le titre de Lianchengbi 連城璧 (Le jade valant une série de places fortes, L), ce que laisse penser le titre retenu de Liyan ceng bi bithe. Rester à associer à chaque récit traduit sa source. Les éléments fournis par Guillaume Lescuyer pour chacun d’entre eux m’ont permis de recomposer le recueil à partir duquel le traducteur avait travaillé.

Mais avant de livrer ces conclusions, je voudrais en profiter pour faire un rappel sur l’histoire compliquée de la publication d’une série de recueils ayant diffusé les premiers xiaoshuo de Li Yu. Pour cela, je vais reproduire ci-dessous l’essentiel de ma présentation de la série pages 139 à 141 du tome 5 de l’Inventaire, fruit d’une recherche menée dans le cadre de ma thèse de doctorat sur l’œuvre romanesque de Li Yu6 :

L’auteur  (bianci 編次 ) de cette collection, originale à plus d’un titre, est le dramaturge et essayiste bien connu Li Yu    (hao : Liweng ,  Hushang Liweng  上笠 , 1611-1680).  Bien que son hao figure à maintes reprises dans les commentaires marginaux, il signe cette série qu’il dut éditer à Hangzhou entre 1654 et 1656 en utilisant le pseudonyme de Jueshi baiguan  覺世稗官  (Le Romancier qui éveille le monde). Son ami, le poète Du Jun 杜濬  (zi Yuhuang 于皇, 1611-1687) joua un rôle non négligeable dans la diffusion des différentes moutures de la collection. Il en signe les commentaires marginaux et de fin de chapitre du pseudonyme de Shuixiang jijiu 睡鄉祭酒 (le Maître de cérémonie du village endormi). Première étape d’une œuvre romanesque aussi exceptionnelle qu’expéditive — elle s’achève en 1658, avec la publication d’une collection de « nouvelles », Shi’er lou  十二樓  (Douze tours) — , l’édition et la diffusion de Wushengxi (Comédies Silencieuses) méritent une attention particulière.

L’édition du Wushengxi et de ses suites

L’examen des différentes éditions qui nous sont parvenues des contes publiés par Li Yu sous le titre de Comédies silencieuses (cf. tableau des éditions ci-dessous) démontre que la collection vit le jour en deux étapes. A la première série, composée de douze contes, s’en ajouta une seconde, qui en comprenait six.

La première livraison dut paraître vers 1654-1655 sous le titre Wushengxi xiaoshuo 無聲戲小說 (Wxs). Elle s’ouvre sur une préface signée Weizhai zhuren 偽齋主人, « Le Maître du pseudo-Studio » (sans doute Li Yu), laquelle est accompagnée d’un jeu de douze illustrations originales non signées, gravées par Cai Sihuang  蔡思璜 de Xiaoshan 蕭山 (près de Hangzhou 杭州).

Selon toute vraisemblance, Li Yu a réédité ce volume sous le titre de Wushengxi yiji   一集 (W I), en même temps que la  publication d’une suite constituée de six nouveaux  contes, intitulée Wushengxi  erji 二集 (W II), ou peu après. Il est probable que cette deuxième livraison fut publiée vers 1656, grâce à l’aide financière de Zhang Jinyan 張晉彥 (zi Tangong 坦公, jinshi  en 1631, mort vers 1665),  gouverneur provincial en exercice à Hangzhou de 1654  à 1658.

Ces deux volumes (W I ; W II), aujourd’hui perdus, devaient proposer deux jeux d’illustrations originales signées Hu Nianyi 胡念翌, gravées par Cai Sihuang. On en retrouve les deux tiers en tête de l’Edition combinée des Comédies silencieuses en douze hui, Wushengxi heji 合集 (Whj), réalisée par Du Jun, à la demande de Li Yu, pour contrecarrer une édition pirate de même envergure donnée vers 1659 sous le titre Wushengxi hexuan 合選  (Choix combiné des Comédies silencieuses) (Whx), dont il ne subsiste que neuf contes.

Du Jun, qui en signe la préface, a retenu pour son anthologie (Whj) sept  contes de Wxs/W I, et cinq de ceux de W II. Il a modifié les titres en sentences parallèles afin de procéder à une réorganisation de la matière.

Un recueil complémentaire, reprenant la totalité des contes restants de Wxs/W I (soit cinq hui) et intégrant un texte inédit (placé en troisième position), a semble-t-il paru peu après sous le titre de Wushengxi waiji 外集 (Recueil extérieur des Comédies silencieuses, Wwj).

Ces refontes (Whj ; Wwj) qui à elles deux recueillent l’intégralité des contes des deux recueils originaux moins un conte (utilisé pour les Douze Tours, Shi’er lou [1658]) reverront le jour, plus tard, sous un nouveau titre :  Lianchengbi  連城璧 (Le Jade valant une série de places fortes, L). Cette réédition est constituée d’un Lianchengbi quanji 全集 (Recueil complet, Lq) en douze hui, réplique du Whj, et d’une « Annexe » Lianchengbi waibian 外編  (Lw) en six hui qui correspondant au Wwj.

Hormis le Whx et un petit volume en quatre juan publié sans doute à Quanzhou  pendant l’ère Qianlong (1736-1795) ou l’ère Jiajing (1796-1821), intitulé  Wushengxi xiaoshuo  (Wx) (il reprend les contes 4  à 7 du Wxs / W I), qui utilisent tous les deux des planches gravées pour l’occasion, ce sont les mêmes planches, qui, moyennant quelques modifications, ont servi pour l’impression de toutes les éditions recensées.

Aucun des deux manuscrits tardifs réalisés au Japon à partir du Lianchengbi n’est complet., et la redécouverte de la version imprimée intégrale du Lianchengbi à la bibliothèque de Saeki au Japon en rend la consultation accessoire.

Sachant cela, on voit que notre traducteur7 mandchou avait à sa disposition 18 récits. Il est intéressant de savoir comment il a procédé. La solution peut se présenter sous la forme suivante (en haut, le numéro du conte dans la traduction mandchoue ; en bas le conte du Wushengxi, traduit, soit tiré du premier volume – WI, soit du second – WII :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
WII 1 WI 3 WII 2 WI 2 WI 1 WI 4 WII 3 WI 12 WI 10 WI 11

On se rend compte que le traducteur a retenu 7 contes du premier recueil du Wushengxi (WI), soit les numéros 1, 2, 3, 4, 10, 11 et 12 et 3 contes du second (WII)s, savoir les contes supposés avoir occupé les places 1, 2 et 3. Il s’agit donc d’un panachage qui nous renvoie naturellement vers l’examen des recueils tardifs qui ont exploités la matière fournie par les recueils initiaux.

Lorsqu’on confronte la composition du volume de traductions avec les suites aux Wushengxi signalées plus haut, on est frappé de la familiarité avec le Wushengxi heji (Whj), mais, puisque la traduction est parue sous le titre de Liyan ceng bi bithe, on doit plus vraisemblablement se tourner vers sa réédition tardive sous le titre de Lianchengbi quanji (Lq). On retrouve donc dans le même ordre les contes figurant respectivement de première à la huitième place (Lq 1-8), puis on retrouve aussitôt les contes occupant les places 10 et 11. Manquent les deux récits qui occupaient les place 9 et 12, savoir respectivement : WII 5, « Le quintuple mariage » (Inventaire, t. 5, pp. 183-187) et WII 6, « Le cocu imaginaire » (Inventaire, t. 5, pp. 187-192).

On a donc maintenant une idée précise des Wushengxi traduits en mandchou et du recueil qui a servi de base à cette traduction. Voici une description Liyan ceng bi bithe qui utilise les transcriptions et traductions des titres, ainsi que les indications fournis par Guillaume Lescuyer en regard des codes et titres données aux contes des Wushengxi dans le tome 5 l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire auquel on renvoie :

  1. tan cu ioi hise efiyere de gūnin ulaha: lio miyoo gu uculeme wajifi jalangga de bucehe: Tan Chuyu se consacre au métier d’acteur. Liu Miaogu cesse de chanter et meurt chaste. (pp. 124-164) > Whj 1/Lq 1 : WII 1, « Amants de scène, époux pour toujours » (pp. 170-175)
  2. usiha tuwara mafa efiyeme jakūn hergen be dasaha: yadara dzaoli gaitai tumen yan i boigon ilibuha: L’astrologue corrige par jeu les huit caractères. Le pauvre licteur met soudainement sur pied une propriété de mille taels. (pp. 165-178) > Whj 2/Lq 2 : WI 3, « L’horoscope renversé » (pp. 136-138)

  3. giohoto haha sain baita be yabuha: han jala niyalma oho: Un mendiant accomplit une bonne action. L’empereur devenu entremetteur. (pp. 179-226) > Whj 3/Lq 3 : WII 2, « Craint-pas-la-misère » (pp. 175-179)

  4. bolgo hafan urun de cisulehe ehecun be alime gaihakū: jurgangga niyalma. hehe be dufedehe murishūn be tucibume mutehekū: Un honnête magistrat refuse qu’une belle-fille soit calomniée. Un homme de principe ne peut rendre public l’inconduite sexuelle dont a été victime une femme. (pp. 227-254) > Whj 4/Lq 4 : WI 2, « Les rats » (pp. 132-136)

  5. saikan sargan juse gemu ilga dengjan i jobocun de tušaha: albatu haha elemangga nemeyen uhuken hūturi be aliha: Les mignonnes font toutes l’expérience de la peine de la lanterne-fleur. Un homme du commun connait un doux bonheur. (pp. 255-290) > Whj 5/Lq 5 : WI 1, « Comment se consoler d’un époux laid » (pp. 128-131)

  6. edun de tušafi hūlha be ucaraha bime ferguwecuke baha: benciyan be aname ulin bederebuhe de amba bayan be mutebuhe: Après avoir été pris dans la tempête et avoir rencontré un bandit, recevoir une merveille. Augmentant son capital et ayant fait revenir l’opulence, avoir créé de grandes richesses. (pp. 291-324 )> Whj 6/Lq 6 : WI 4, « Comment faire changer les signes physiognomoniques » (pp. 138-142)

  7. silhingga hehe. eigen bisire anggasi be tuwakiyaha: budun haha bucehekū fayangga bederehe: La femme jalouse surveille la veuve mariée. Le retour de l’âme immortelle du mari inutile. (pp. 325-381) > Whj 7/Lq 7 : WII 3, « Le Maître ès jalousie » (pp. 179-183)

  8. jingkini sargan. asigan sargan. hešen enteheme be efulehe: takūršara hehe jalangga tuwakiyan be yongkiyabuha: La première épouse et la concubine détruisent le principe éternel. La servante reste parfaitement chaste. (pp. 382-410) > Whj 8/Lq 8 : WI 12, « La servante exemplaire » (pp. 163-167)

  9. asigan sargan silhidara de. amba sargan jobolon be aliha: fe sebjen be sirame. booi gubci hūwaliyasun oho: Parce que la concubine est jalouse, l’épouse principale souffre. Donnant suite à une joie ancienne, la maisonnée toute entière est apaisée.(pp. 411-430) > Whj 10/Lq 10 : WI 10, « Les femmes jalouses » (pp. 157-159)

  10. sain aha jurgan be ujuleme ejen be tuwašatame genehe: mentuhun jui omolo ulin be dosidahai ergen jociha: Faisant grand cas de la droiture, le bon serviteur s’en va protéger son maître. Convoitant les richesses, fils et petit-fils stupides périssent. (pp. 430-449) > Whj 11/Lq 11 : WI 11, « Un serviteur meilleur qu’un fils » (pp. 160-163)

Un examen plus détaillé du Liyan ceng bi bithe devrait pouvoir, un jour, nous apprendre de quel type de traduction il s’agit-là, et, in fine, évaluer sa qualité. Pour l’heure, je remercie chaleureusement Guillaume Lescuyer d’avoir permis de satisfaire une curiosité concernant un des aspects peu connu de la réception des écrits de Li Yu après sa mort.

  1. Beijing : International Culture Publishing Corporation, 1987. L’article de Martin Gimm est intitulé « The Manchu Translations of Chinese Novels and Short Stories — An Attempt at an Inventory », in Op. cit, pp. 143-208 []
  2. Chan Hing-ho (ed.). Paris : Collège de France/Institut des Hautes Etudes Chinoises, coll. « Mémoires de l’IHEC », vol. VIII-5, 2006, pour la présentation (pp. 118-126), la révision du premier recueil, Wusheng xi yiji 一集  (pp. 129-167) et les notices pour le second Wusheng xi erji 二集 (pp. 169-195) []
  3. Actuellement doctorant en égyptologie à l’Université de Liège a précédemment étudié le mandchou. On pourra découvrir son parcours sur sa page sur le site de son université à l’URL : http://web.philo.ulg.ac.be/antiquite/guillaume-lescuyer/ []
  4. On pourra consulter ma contribution au tome 5 de l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire à partir des liens fournis dans le billet de ce carnet intitulé HDR, etc. à l’URL :  https://kaser.hypotheses.org/814 : voir premier volume, pp. 137-172 []
  5. Il s’agit du 729e volume, qui fait partie de la sous-collection consacrée aux écrits en langue des minorités ethniques, Shaoshu minzu yuwen 少數民族語文. Il en a été tiré 400 exemplaires. Il contient, outre les traductions de contes de Li Yu, celle de huit autres textes dont celle du Sai hong si 賽紅絲, roman en 16 chapitres dont la BNF possède un bel imprimé accessible en ligne via Gallica []
  6. Voir « L’œuvre romanesque de Li Yu (1611-1680. Parcours d’un novateur »,Thèse de doctorat sous la direction de M. le Pr. André Lévy, Université Paris VII/Jussieu, 1994. 589 p. []
  7. J’opte ici pour le singulier, mais rien n’interdit de penser qu’on pourrait avoir affaire à plusieurs traducteurs. Celui-ci aurait pu traduire d’autre xiaoshuo, soit trois caizi jiaren xiaoshuo 才子佳人小說 à savoir Sai hong si 賽紅絲 signalé plus haut, Guilian meng 歸蓮夢 et Yuzhi ji 玉支璣, ainsi qu’une autre collection de contes en langue vulgaire, le Badongtian 八洞天. Voir les numéros 13 à 16 dans Walter Fuchs, « Neues Material zur mandjurischen Literatur aus Pekinger Bibliotheken », Asia Major, 7 (1932), p. 474, respectivement numérotés 48, 16, 69 et 1 par M. Gimm dans « The Manchu Translations », Literay Migrations, 1987 []

Une réflexion au sujet de « Les Comédies silencieuses de Li Yu en mandchou »

  1. Je me permets juste deux mots de commentaire par rapport à mon propre billet, mais ce sont des réflexions qui n’y avaient pas leur place :
    1. En composant ce billet, je me suis, à nouveau, réjoui des possibilités offertes par la mise en commun des travaux de recherches via la mise en ligne sur internet, car elle donne la possibilité de rentrer en contact avec d’autres chercheurs et ouvre à des collaborations fructueuses.
    2. J’ai, une nouvelle fois, vérifié que, pour des travaux tels que celui entrepris autour des contes chinois (voir https://kaser.hypotheses.org/672) ou celui sur les traductions (https://leo2t.hypotheses.org/itleo-en-bref), le support en ligne est incomparablement supérieur et plus efficace que le livre. Il permet les mises à jour forcément indispensables dans ce genre de recherches… le livre non !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *