S 2 (IACCCLV-6 )

S02ALe cabinet du choix des époux

S 2. Initialement fiancées à quatre prétendants aussi ignares qu’affreusement laids, deux jumelles épousent finalement l’unique lauréat d’un concours dirigé de main de maître par un jeune mandarin désireux de trancher équitablement un litige familial.

Introduction : Un ci liminaire met en garde les parents contre les unions qui vont contre le désir de leurs enfants et font leur malheur. Si chacun se donnait la peine de réfléchir avant de sceller des fiançailles et bannissait toute précipitation, le ridicule et les complications d’un revirement seraient épargnés aux uns et aux autres, pour le bien des deux partis comme le repos des juges qui peinent toujours à trancher ces délicats litiges familiaux. 
Conte : Pendant l’ère Zhengde 正德 (1506-1521) de la dynastie Ming, vit à Jiangxia 江夏, xian dépendant de la préfecture de Wuchang 武昌 au Huguang, un marchand de poissons du nom de Qian Xiaojiang 錢小江. Sa femme, née Bian 邊, une mégère acrimonieuse avec laquelle il passe son temps à se disputer, lui a donné deux jumelles. Elles sont aussi belles qu’intelligentes et font tourner la tête de tous ceux qui ont la chance de les apercevoir. C’est ainsi que les parents qui n’ont pu s’entendre sur l’épineux problème de leur mariage n’ont rencontré aucune difficulté pour trouver chacun de son côté deux fiancés à qui offrir leur progéniture. Mais les choses se  compliquent lorsque les cadeaux de fiançailles commencent à pleuvoir et que se présentent en même temps messieurs Zhao 趙, Qian 錢, Sun 孫 et Li 李, tous sûrs de leur bon droit. Chacun campant sur ses positions, une date de mariage est finalement arrêtée. Mais le jour dit, Bian n’hésite pas à donner la bastonnade aux envoyés des élus de son cher mari. Etant acquis qu’« il est plus facile de battre une armée d’hommes que de réduire à quia un général femelle », Qian Xiaojiang se résout à porter plainte contre son épouse.

Le préfet (taishou 太守) en place est justement un jeune jinshi  進士 (docteur) nouvellement nommé qui jouit d’une excellente réputation. Mais ce sont les mêmes disputes qui se produisent au tribunal, le mari comme la femme faisant valoir ses droits à décider de l’avenir de leurs chères filles ; celles-ci, conviées à trancher, refusent de choisir entre les candidats paternels et les prétendants maternels, lesquels s’avèrent tous aussi laids et stupides les uns que les autres. Sensible au charme des deux jeunes personnes, le juge décide de dépêcher des entremetteuses officielles (guanmo 官媒) à la recherche de maris dignes de leur beauté et de leurs qualités morales. Peine perdue ! Aucunes des recrues qui lui sont présentées ne lui conviennent. L’examen provincial (xiangshi 鄉試) approchant, il décide alors d’organiser un examen qui servira à aiguiser l’ardeur des bacheliers tout en permettant de sélectionner de véritables talents : chacun des deux meilleurs célibataires recevra la main d’une des jumelles et les deux meilleurs lauréats déjà mariés se verront gratifier chacun d’une biche ; sont invités à se participer aux épreuves tous les niankao tongsheng 年考童生 des dix sous-préfectures voisines. Pendant la période des épreuves, les jeunes filles sont logées au premier étage d’un bâtiment baptisé pour l’occasion Duojin lou  奪錦樓, Le cabinet du choix des époux.

Au terme de la première épreuve écrite, ne restent plus en lice que dix candidats par xian, mais seuls deux lauréats réussissent à passer avec succès les deux suivantes — une entrevue avec le préfet et une nouvelle épreuve écrite : ce sont Lang Zhiyuan 郎志遠, lequel est absent au moment de la proclamation des résultats et le shengyuan 生員 Yuan Shijun 袁士駿. Ce dernier ne montre d’ailleurs aucune excitation à être honoré, et refuse même la main de l’aînée, car on lui a fermement déconseillé de se marier. Pour preuve du danger qu’il y a à aller contre les avis éclairés des diseurs de bonne aventure, ses six précédentes fiancées sont toutes mortes alors qu’il n’a pas toujours pas atteint l’âge de vingt ans. Le juge n’a que faire de ses mises en garde, il devra se marier sous peine de sanction. Quant à ce Lang, il devra répondre de son absence et subir une nouvelle épreuve écrite, car l’écriture de sa seconde copie est différente de celle de la première ! C’est alors que Yuan avoue avoir rédigé la deuxième composition de son ami Lang. Puisqu’il en est ainsi, conclut le magistrat les deux jeunes filles lui reviennent. Du reste, en en épousant deux au lieu d’une, il éloigne le mauvais sort. Les trois jeunes gens s’inclinent devant leur bienfaiteur et vont se marier.

Par la suite, Yuan Shijun, brillamment reçu à l’examen provincial, deviendra à l’issue d’une nouvelle réussite aux examens métropolitains, un Hanlin sanguan 翰林散館 avant d’occuper bien d’autres postes prestigieux. Le juge qui avait montré beaucoup de diligence et de discernement dans cette affaire sera muté à Pékin où il deviendra bingke geishi 兵科給事.

Commentaire final : Le mandarin n’agit pas, contrairement à ce que l’on pourrait croire, en toute impartialité, mais bien plutôt selon sa propre perception des choses.

  1. « Le cabinet du choix des époux », « Duojin lou » 奪錦樓
  2. Un chapitre (sic !), 7 000 caractères environ. Un ci liminaire.
  3. Couple de commerçants dont les filles sont désirées autant par des gens du même milieu que par des lettrés. Seule marque de leur basse extraction : elle savent à peine lire. Leur union avec un brillant lettré leur assure une ascension sociale prestigieuse : leur mari deviendra membre de l’Académie Hanlin.
  4. Le problème du mariage au cœur d’une comédie. Le système des concours mis au service du bien public (la gestion des mariages) avec beaucoup d’ironie. Le juge ne se fie pas aveuglément aux épreuves littéraires écrites et fait subir un oral aux candidats. Il sera recompensé par une promotion. (ecl)
  5. Pendant l’ère Zhengde  (1506-1521) des Ming à Jiangxia, xian dépendant de la préfecture de Wuchang  au Huguang.
  6. Source possible, un cas « Jie qin dabian » 劫親大變, figurant au juan 3 [Panyu bu 判語部] du Zizhi xinxshu chuji 資治新書初集 [16:505-6] édité par Li Yu. Réf. Sun Kaidi : Cf. Kangxi Jinhua zhi 康熙金華志 11 ; Li Yu, « Huohu xing » 活虎行. Conte ayant peut-être figuré dans la deuxième livraison des Wushenxi [erji]. Voir Inventaire analytique du conte chinois en langue vulgaire, tome 5 (2006), p. 183.
  7. Traductions et adaptations :
  • manchou : probable. Voir IACCCLV, 5, p. 131
  • japonais  : Karashima Takeshi幸島驍, Juniro 十二樓. Tôkyô, Tôyôbunsha kyôkai, « Zenyaku Chûkoku bungaku taikei », I. 23, 1958
  • russe : D. N. Voskrisenski, Moscou (1985) 1999
  • allemand : H. Rudelsberger, « Die Geschichte von den Zwillingsschwestern »,  Chinesische Novellen. Vol. 1, Leipzig, 1914, pp. 185-200 et Wien, 1924, pp. 160-168.
  • anglais :  Sir John Francis Davis, « The Twin Sisters », Chinese Novels, Translated from the Originals to which are added Proverbs and Moral Maxims, Collected from their Classical Books and other Sources. London, 1822, pp. 107-151 ; R. K. Douglas, « The Twins », Chinese Stories.  Edinburgh – London, 1883, p. 82-124 et Blackwood’s Magazine, CXLII, juillet 1887, p. 49-68 • Nathan Mao, « The Jackpot », Twelve Towers, Stories by Li Yü. Hong Kong, The Chinese University Press, (1975) 1979, pp. 13-20 (Adaptation)
  • français : Voir http://kaser.hypotheses.org/22 et ITLEO : http://tinyurl.com/pfulros [Accès réservé]
    • Jean-Pierre Abel Rémusat, « Les deux jumelles » : résumé dans Mélanges Asiatiques ou choix de morceaux de critique et de mémoires. Paris, Librairie Orientale de Donpey-Dupré père et fils, 1826, vol. 2, pp. 339-441 et traduction dans Contes chinois. Volume 3, Paris, Moutardier, 1827, pp. 99-142 ; Emile Louis Jean Legrand, « Les deux jumelles », La matrone du pays de Soung. Contes chinois. Paris, A. Lahure, 1884, p. 41-73.

[En travaux] Voir “Shi’er lou pour l’IACCCLV 6” : http://kaser.hypotheses.org/672


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *