S 1 (IACCCLV-6)

HeyinglouLes gloriettes de la réunion des reflets

S 1. Malgré d’infinies précautions et grâce aux manigances d’un vieil ami, un barbon confucéen se trouve contraint d’abandonner sa fille chérie au fils de son beau-frère, un libertin qu’il déteste. Le jeune homme, un instant éconduit, voit sa persévérance doublement récompensée car il épouse en prime la fille du vieil ami.

Introduction : Comme l’annonce un ci liminaire, rien ne peut arrêter un amour déclaré. En découle la nécessité de séparer autant que possible les appartements intérieurs des autres parties de la maison afin d’éviter les rencontres entre personnes des deux sexes. Ne prendre aucune précaution, c’est laisser la porte ouverte à des aventures du genre de celles qui arrivèrent à Li Jing 李靖 (z. Yaoshi 葯師, 571-649) telles qu’elles sont narrées dans le Hongfuji  紅拂記 ou à Cui Qianniu 崔千牛, ou encore à celles qu’illustre ce roman. Conte principal : L’administrateur général (guancha 觀察) Tu 屠 et son beau-frère, le superviseur (tiju 提舉) Guan, tous deux mandarins à la retraite, vivent chez les parents de leur épouse dans le xian de Qujiang 曲江 dépendant de Shaozhou 韶州 au Guangdong. Le premier est ouvert à tous les plaisirs de la vie, le second est un barbon pétri de morale confucéenne. Sœurs jumelles d’un caractère égal au départ, mesdames Tu et Guan ont fini par épouser le tempérament de leur mari respectif. Aussi quand meurent leurs parents, divise-t-on tout naturellement la propriété familiale en deux résidences distinctes. L’étang du jardin a été, et ceci malgré le coût élevé des travaux, également coupé en deux par un mur qui séparent dorénavant les deux familles. Seuls les gloriettes qui bordent, de part et d’autre, l’étendue d’eau se font encore face : celle des Tu à l’ouest, celles des Guan à l’est. Zhensheng 珍生, le fils des Tu, et la belle Yujuan 玉娟, la fille des Guan, autrefois indifféremment élevés par leur mère ou leur tante, pensent à son ancien camarade de jeux. Mais rien n’y fait, les tentatives de Zhensheng pour voir sa cousine se heurtent à un refus catégorique de M. Guan.

Par une chaude journée d’été, les jeunes gens qui prennent le frais chacun dans sa gloriette, découvre le reflet du visage de l’autre à la surface de l’étang. L’occasion est trop rare pour que Zhensheng, lequel partage avec son père un caractère enflammé, n’en profite pour proposer une alliance. Le sourire qu’il reçoit pour réponse l’encourage à passer par-dessus le mur le jour suivant. La surprise est trop forte pour la jeune fille qui le prie de ne plus lui occasionner une telle frayeur. Dès lors, les jeunes gens se contentent de s’échanger des poèmes par feuilles de lotus interposées, poèmes que Zhensheng réunit en un volume intitulé  « Pièces sur la réunion des reflets », Heying bian  合影編. L’ouvrage ravit les parents Tu qui prennent le parti d’assister leur fils dans son projet. A cette fin, on fait appel à Lu Ziyou 路子由, un ami, dont la première démarche se solde par un échec. Lu propose alors à son ancien camarade de promotion, la main de sa fille adoptive, la belle Jinyun 錦雲 dont les huit caractères sont identiques à ceux du fils Tu. L’union est arrangée au grand dam de Zhensheng qui tombe malade. Yujuan n’est pas longue à partager son tourment, et comme lui commence à dépérir. Tu, qui a pris fait et cause pour son cher fils, insiste pour rompre l’engagement, revers auquel se résout à son tour Lu pour le plus grande affliction de sa chère Jinyun. Pour le moins désappointé par les conséquences désastreuses de son revirement, Lu met sur pied une parade dont le but ultime est de permettre au jeune Tu d’épouser les deux jeunes filles.

Pour extorquer son accord au père réticent, il lui demande la main de Yujuan pour son fils adoptif. Guan, à qui on s’est gardé de révéler l’identité du garçon en question, accepte avec enthousiasme. Quant à Jinyun, elle se rend auprès de la jeune fille qu’elle tire de son angoisse et l’avertit de sa prochaine félicité.Tout se passe donc à merveille et les deux mariages ont lieu le même jour, Guan ne découvrira le pot aux roses que deux jours après, lorsque s’inclinent devant lui les trois jeunes gens.

Le tour ourdi par Lu à son encontre fait comprendre au barbon la futilité de son entêtement passé. Il en retrouve sa joie de vivre d’antan. D’un commun accord, les deux résidences sont à nouveau réunies pour la plus grande satisfaction de tous. Les deux gloriettes sont reliées par un pont et baptisées « Gloriettes de la réunion des reflets », Heyinglou 合影樓.

Plus tard, Zhensheng réussira ses examens et deviendra shijiang 侍講 au Cilin 辭林 (Membre de l’Académie Hanlin chargé de l’explication des classiques).

Commentaire final : Voici un thème qui vient, à propos, renouveler le genre amoureux qui n’avait rien vu d’aussi original depuis Guan Hanqing 關漢卿 et qui est propre à rivaliser avec le Xixiangji 西廂記.

  1. « Les gloriettes de la réunion des reflets », « Heying lou »  合影樓
  2. Trois chapitres, 10 500 caractères environ. 1 ci, 5 poèmes réguliers : 2 x 7, 2 x 4, 3 x (4 x 7), 3 poèmes irréguliers et 1 description poétique.
  3. Milieu de fonctionnaires à la retraite. Personnages imaginaires. Le jeune homme suivra la voie de son père en accédant à un poste administratif. Jeunes filles sensibles ; les mères des jeunes gens épousent le caractère de leur mari.
  4. Pièce du genre caizi jiaren 才子佳人, baptisée successivement fengliu xi 風流戲 (comédie libertine), jiahua  佳話 (propos galant) ou encore d’anecdote, yishi 逸事, par Li Yu. La narration fonctionne sur l’opposition nette entre un libertin libre penseur (Tu) et un moraliste obtus, ardent défenseur des rites antiques (Guan). La résolution des tensions intervient grâce à un troisième personnage (le vrai héros de l’histoire), Lu Ziyou qui parvient à réconcilier les frères ennemis et propose un exemple de modération. L’histoire démonte, méthodiquement et avec humour, les principes rigoristes annoncés crânement dans le prologue. (ec)
  5. Pendant l’ère Zhizheng (1341-1368) des Yuan à Qujiang, préfecture de Shaozhou au Guangdong. Aucun détail topographique sauf ceux concernant la résidence des protagonistes.
  6. Li Yu annonce, sans parvenir à convaincre, avoir utilisé pour source le bitan  筆談 d’un certain sieur Hu 胡.
  7. Traductions et adaptations : Voir http://kaser.hypotheses.org/22 et ITLEO : http://tinyurl.com/cgkdav5 [Accès réservé]
  • manchou : à compléter.
  • japonais  : Karashima Takeshi 幸 島驍, « à compléter », Juniro 十二樓. Tôkyô, Tôyôbunsha kyôkai, 1958, pp. à compléter, coll. « Zenyaku Chûkoku bungaku taikei », I. 23.
  • allemand : H. Rudelsberger, « Die Schatten im Wasser »,  Chinesische Novellen. Vol. 1, Leipzig, 1914, pp. 200-227 et Wien, 1924, pp. 143-159 ;  Franz Kuhn, « Der Turm der verliebten Schemen”, Die dreizehnstökkige Pagode. Essen, 1956, pp. 43-80, et Altchinesische Liebesgeschichten. Weisbaden-Berlin, Emil Wollner, 1961, pp. 7-49.
  • russe : D. N. Voskrisenski,« à compléter », (1985) 1999, pp. 25-57.
  • anglais : Sir John Francis Davis, « The Shadow in the Water », Chinese Novels, Translated from the Originals to which are added Proverbs and Moral Maxims, Collected from their Classical Books and other Sources. London, 1822, pp. 51-106. ; Nathan Mao, « The Reflections in the Water », Twelve Towers, Stories by Li Yü. Hong Kong, The Chinese University Press, (1975) 1979, pp. 1-12 (Adaptation).
  • français : Voir http://kaser.hypotheses.org/22 et ITLEO : http://tinyurl.com/cgkdav5 [Accès réservé]

[En travaux] Voir « Shi’er lou pour l’IACCCLV 6 » : http://kaser.hypotheses.org/672


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *