Le vendeur d’huile

Illustration à Zhan Huakui 占花魁 de Li Yu 李玉 .

Illustration à Zhan Huakui 占花魁 de Li Yu 李玉 .

On trouvera ci-dessous la brève préface rédigée pour Le Vendeur d’huile qui conquiert Reine de Beauté (Récit traduit du chinois sous la direction de Jacques Reclus. Paris : Editions Philippe Picquier, 1990, pp. 5-10). Il s’agissait de présenter la réédition d’un ouvrage paru sous le même titre en 1976 et d’en assuré la révision (transcription). L’illustration ci-contre est empruntée à une édition de la pièce de théâtre tirée de l’histoire ; c’est une des six qui avait été ajoutées à ce volume qui est maintenant épuisé. 

Depuis sa parution, la publication dans la « Bibliothèque de La Pléiade » de Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Jingu qiguan) (Gallimard, 1996) a offert une nouvelle traduction par Rainier Lanselle de ce conte sous le titre « Le marchand d’huile conquiert seul la Reine des Fleurs » (voir pages 201-279 et les commentaires pages 1721-1737).

 Le Vendeur d’huile qui conquiert Reine de Beauté

« Notre maison a réussi à se procurer au prix fort cent vingt récits romanesques en langue vulgaire anciens et modernes, dont le recueil Paroles éclairantes pour édifier le monde constitue la première livraison, et Paroles éternelles pour mettre en garde le monde, la deuxième … Voici enfin la troisième qui a pour titre Paroles éternelles pour éveiller le monde … Avec les gravures précédentes, le joyau est complet. »

À lire cette annonce du patron d’une maison d’édition de Suzhou, on imagine l’effervescence qu’a dû susciter la parution, entre 1620 et 1627, de ces trois recueils de quarante contes chacun qui réactualisait une matière remontant pour les plus anciens d’entre eux, aux productions des conteurs publics des dynasties Song (960-1279) et Yuan (1279-1368) mélangés à des créations récentes. De fait, la publication des Trois paroles [San yan 三言] par Feng Menglong 馮夢龍 (1574-1646) donna le coup d’envoi à la vogue d’un genre littéraire qui, s’il survivra bien à la chute de la dynastie Ming (1368-1644), ne perdurera guère plus d’une décennie sous la nouvelle dynastie Qing (1644-1911). Quelques-uns de ces chefs-d’œuvre les plus marquants deviendront des repères pour la création romanesque chinoise. Le récit du Vendeur d’huile qui conquiert pour lui seul Reine-des-Fleurs [Mai youlang duzhan Huakui 賣油郎獨占花魁], qui constitue le troisième chapitre du troisième volume, est de ceux-là.

Son succès fut immédiat. Li Yu 李玉 ( ?- 1681), le grand dramaturge de Suzhou, ami de Feng, ne tarda pas à s’en inspirer pour composer une de ses quatre plus fameuses pièces, A la conquête de Reine-des-Fleurs [Zhan Huakui 占花魁], pour laquelle il transposa l’intrigue dans le milieu mandarinal. Le compilateur des Spectacles curieux modernes et anciens (Jingu qiguan 今古奇觀) ne l’oubliera pas et le placera en bonne position parmi les quarante contes des Trois Paroles et des Histoires Extraordinaires à en frapper sur la table, les fameux Pai’an jingqi, dues au pinceau inven◾tif et fécond de Ling Mengchu 凌濛初(1580-1644). Dès lors, il sera de toutes les falsifications, se retrouvant encore [en trente-sixième position] dans une anthologie (le Xihu shiyi 西湖拾以遺, 1791) d’Histoires du lac de l’Ouest (à Hangzhou) sur les bords duquel se déroule son récit, et le thème du petit commerçant qui séduit par sa seule bonté d’âme la plus prisée des courtisanes sera décliné selon tous les modes et se coulera dans tous les genres populaires, jusqu’à nos jours où l’on peut encore partager les émois du jeune colporteur aux sons des tambours et des gongs des opéras de Pékin et de Shanghai.

Un chef-d’œuvre en quête d’auteur

Au terme d’une savante étude Patrick Hanan (The Chinese Short Stories. Cambridge (Mass.), Harvard U.P., 1973) concluait que la rédaction du Vendeur d’huile ne pouvait être mise au crédit de Feng Menglong. Rien de surprenant à cela quand on sait que dans son œuvre pourtant abondante, la part du créateur reste loin derrière celle du compilateur, de l’éditeur, du découvreur et du défenseur de cette littérature réputée de second ordre, négligée et rejetée par la majorité de ses contemporains lettrés. C’est d’ailleurs sous cette étiquette qu’il fit son apparition sur la scène littéraire du Suzhou du début du XVIIe siècle, en lançant sur le marché un recueil de chansons d’amour, les Gua-zhi’er 掛枝兒, qu’il avait commencé à collecter dès 1596. Malgré, ou peut-être grâce au scandale qui s’en suivit, il récidiva en offrant un recueil de Shange 山歌, Chansons de la montagne, pas moins crues que les précédentes. Rappelons que son nom est également associé à la circulation du meilleur des Quatre Livres extraordinaires – l’expression serait de lui – le Jin Ping Mei 金瓶梅 (Fleur en Fiole d’Or dans la traduction d’André Lévy, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », 1985). Mais plus que son théâtre, ce seront les Trois paroles qui nous feront connaître et apprécier ce lettré d’exception qui n’accéda à un modeste poste mandarinal que sur le tard et qui resta fidèle aux Ming dans la tourmente finale.

La candidature de Langxian 浪仙, l’Immortel Libertin, à qui est attribué une bonne moitié des Paroles éternelles, dont les plus brillantes, ne saurait être retenue. Faudrait-il alors rechercher notre auteur parmi les proches de Feng ? Pas obligatoirement. Mais qu’importe son  nom. Nous sommes sûrs d’avoir avec lui un romancier de grand talent, amoureux lui aussi de la littérature en langue vernaculaire. Pour preuve la facilité avec laquelle il a su couler son récit dans le moule du genre court, mêlant à une langue parlée limpide, précise autant qu’économique, des poésies et autres Gua-zhi’er dont il a ponctué avec à-propos un texte particulièrement développé. On trouve ainsi pas moins de cinq de ces chansons à la mode qui ont certainement dû contribuer à attacher un peu plus un public qui en était friand déjà transporté par l’originalité du thème. Se débarrassant rapidement de l’incontournable prologue, il conduit avec une maestria digne des meilleurs promoteurs du roman d’amour un récit traité avec clarté et vivacité, surtout dans les dialogues. C’est aussi un habitué du Lac de l’Ouest dont il aime à évoquer les temples et les promenades ; peut-être même un dramaturge qui n’aurait pu se dispenser de l’artifice chéri des amoureux de l’opéra du sud : les retrouvailles finales. En lettré peut-être déçu par le système des examens, unique moteur de l’ascension sociale, ses sympathies vont plus aux petits boutiquiers qu’aux rejetons des grandes familles mandarinales, dont il dénonce les turpitudes.

Observateur averti du monde des prostituées, il nous offre là un tableau vivant du lupanar avec ses règles, son langage fleuri et ses acteurs, croquant avec le même bonheur ses habitués, comme le sieur Jin, notable fortuné mais « chichement outillé » qui ne regarde pas à la dépense pour « cueillir la fleur » d’une fillette ivre morte, ou encore ses maquerelles uniquement guidées par l’appât du gain – « un mendiant se présenterait-il avec de quoi payer, elles l’accueilleraient volontiers »  –, comme cette volubile mère Liu, qui en deux occasions nous montre tout le ressort de son intarissable caquet, capable de faire accepter à « une enfant tombée dans le ruisseau » une vie de mensonges et de débauches dans l’espoir d’une hypothétique union avec un client plein aux as, nous exposant au passage toute sa philosophie de la vie.

Mais ce conte n’est pas simplement un remarquable document sur les mœurs Ming. Il renouvelle de surcroît le genre amoureux en mettant en scène deux protagonistes que sépare un gouffre infranchissable. Qu’on en juge : lui n’est qu’un naïf, autant qu’honnête, petit détaillant d’huile, capable des plus lourds sacrifices ; elle, la capricieuse Huakui, la Reine de Beauté du moment, élue par ses admirateurs dans une parodie des examens impériaux, adulée et convoitée par le beau monde, plus souvent pour ses charmes que pour son habileté dans les arts du pinceau et du chant. Véritable tour de force du romancier, ce sera elle qui finira par proposer le mariage !

Le grand mérite du conteur n’est pas tant d’innover que de nous peindre de manière tout à fait convaincante l’évolution des sentiments de la jeune femme, et de nous faire suivre une à une les étapes qui l’amènent, à travers les conseils reçus et l’expérience acquise, à préférer un sans-le-sou attentionné et désintéressé  – sa nuit chez la courtisane est exemplaire de délicatesse  –, à tout autre riche prétendant, pour nous faire accepter comme allant de soi cette incroyable conversion.

C’est exactement contre ce penchant « trompeur » de la littérature romanesque que s’insurgea trente ans plus tard, un écrivain comme Li Yu 李漁 (Liweng 笠翁, 1611-1680) qui en réaction s’ingénia avec son ironie dévastatrice coutumière à en prendre le contre-pied pour composer une croustillante parodie (Voir « Reine de cupidité » dans A mari jaloux, femme fidèle. Picquier, 1990) dans laquelle il reproche au roman de se contenter d’illustrer avec trop d’indulgence l’exception et d’avoir mené bon nombre de petits colporteurs à la ruine. Méfiance donc.

Voici le lecteur prévenu avant d’aborder la traduction qu’un collectif d’étudiants sous la direction avisée du regretté Jacques Reclus donnait en 1976 de cette « Reine de Beauté » au charme si envoûtant.

  • On se fera une bonne idée de la richesse de ces deux monuments de la littérature romanesque chinoise en dévorant les traductions d’André Lévy et notamment ses Sept victimes pour un oiseau (Flammarion, 1981) et son Antre aux fantômes des collines de l’Ouest (Gallimard, 1972) pour les San yan de Feng et son Amour de la renarde (Gallimard, 1970) pour les Er pai de Ling Mengchu.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *