Emboîtements-01 : Wu Jun 吳均 (469-520)

Xu Qi Xie Ji« Le lettré de Yangxian », « Yangxian shusheng » 陽羡書生, est un xiaoshuo 小說 en wenyan 文言 bien connu des amateurs de ce type de récits, ces « contes en langue classique » chinois si particuliers qui fleurirent principalement pendant la période dite des Six dynasties [1] et que Robert Ford Campany qui les a étudiés avec attention appelle « anomaly accounts » ou « strange writing » [2]. Etranges, ils le sont autant par le contenu qui plonge le plus souvent dans l’inexplicable, le supra-, ou le para-humain, que par leur nature propre qui se situe quelque part entre la fiction inspirée et le pensum d’historiographe.

Ce conte est attribué à Wu Jun 吳均 (469-520) qui l’a intégré dans sa Suite aux Notes de Qi Xie, Xu Qi Xie ji 續齊諧記. Figure littéraire reconnue de son époque et historiographe de la dynastie sudiste des Liang 梁 (502-557), Wu Jun est prisé non seulement pour son style très personnel, mais aussi pour avoir, dit-on, « livré avec ce recueil le produit le plus élaboré de cette période  initiale  de  l’art narratif  chinois » [3].

Comme souvent dans les productions de ce registre, Wu Jun n’a pas hésité à faire des emprunts aux collections anciennes notamment en reprenant plusieurs récits du Soushenji 搜神記 (A la recherche des esprits)[4] de Gan Bao 干寶 (vers 280- 350 ?), ou, comme pour ce « Yangxian shusheng » en puisant dans les soutras bouddhiques, en l’occurrence le [Samyukta] Avadâna-sûtra traduit en chinois par Kang Senghui 康僧會 (mort en 280) sous le titre de [Jiuza] Piyujing [舊雜]譬喻經 ([Ancien] Livre d’apologues [divers]) [5]. Cette parabole — « Fanzhi tu hu » 梵志吐壺 (Le brahmane cracheur de calebasse) — a été considérablement amplifiée pour passer de 50 à quelque 500 caractères. Une autre source d’inspiration pourrait être un des rares textes rescapés d’un Lingguizhi 靈鬼志 (Traité des esprits et des fantômes) attribué à un certain Xun 荀 des Jin orientaux (317-420) [6]. Ce « Daoren qi shu » 道人奇術 (Les prodiges de l’homme de la Voie), parfois intitulé « Waiguo daoren » 外國道人 (L’homme de la Voie venu d’ailleurs), fournit une date, l’an 387, pour des événements qui mettent en scène non pas un brahmane faisant sortir de sa bouche une calebasse et de celle-ci une femme capable du même prodige mais avec un homme, mais un taoïste provenant d’une contrée lointaine pas moins doué et extravagant [7]. Ce texte qui a sinisé la source indienne est à la fois plus long et plus riche en motifs narratifs et sera repris dans des collections des dynasties Tang (618-907), telle que le Fayuan zhulin 法苑珠林 (juan 61), et Song (960-1279) comme le Taiping yulan 太平御覽 (983, Li Fang 李昉 (925-996) ed.,  juan 359). L’agglomération de ces deux sources aboutit chez Wu Jun avec ce texte qui, malgré ses défauts, ou peut-être à cause d’eux, n’a pas laissé indifférentes les générations de lettrés postérieurs à sa composition.

C’est ainsi qu’on le retrouve sans presque aucune variante, et peut-être grâce au juan 284 du Taiping guangji  太平廣記 (Vaste recueil de l’ère de la Grande Paix [976-983]) édité par Li Fang 李昉 en 978 [8], dans des anthologies tardives de ce qu’on appellera, couramment à partir des Ming  (1368-1644), les zhiguai xiaoshuo 志怪小說 (récits de l’extraordinaire), et plus tard encore, dans les écrits du génie des lettres chinoises du début du XXe siècle, l’écrivain Luxun 魯迅 (1881- 1936) qui lui accorde toute son attention en le reproduisant in extenso dans sa Brève histoire du roman chinois (Zhongguo xiaoshuo shilüe 中國小說史略, 1926) [9]. C’est à partir de là qu’il a été traduit en français (Bisotto, 1993) [10], après l’avoir été plusieurs fois en anglais (Yang Hsien-Yi & Gladys Yang, 1959 ; Connery, 1985) [11].

D’autre part, ce texte surprenant eut une influence sur un certain nombre d’œuvres narratives : le grand lettré des Tang que fut Duan Chengshi 段成式 (ca. 803-863) [12] en fournit une version personnelle dans son œuvre la plus fameuse, Youyang zazu 酉陽雜俎 (Mélanges de Youyang) [13]. La comparaison avec sa source montre une réduction sensible du texte qui passe du demi-millier de caractères à 255 signes, dont seuls 200 proviennent effectivement de la version supposée originale. Le décalage ne s’explique pas seulement par la simplification des motifs narratifs et l’élimination de détails, mais aussi par une élaboration littéraire caractéristique du style de Duan :

Xu Yan traversait les monts Sui’an lorsqu’il rencontra un étudiant d’une vingtaine d’années allongé au bord du chemin qui lui dit « J’ai mal aux pieds » et demanda à se loger dans la cage d’oies [que portait Yan.] Yan accepta en blaguant et l’étudiant entra dans la cage : celle-ci ne grandit pas et il s’assit en compagnie des deux oies. Yan s’en chargea sans la trouver plus lourde. Arrivé sous un arbre, l’étudiant sortit de la cage et dit à Yan : « Je voudrais vous offrir un modeste repas ». Yan répondit : « Très bien ! » Alors, l’étudiant fit sortir de sa bouche un plat en bronze contenant une profusion de mets variés les plus délicats et délicieux qui soient, et les étala devant lui.  Après force coupes d’alcool, l’étudiant dit : « Mon épouse me suit toujours, je souhaiterais l’inviter. » Yan : « Fort bien ! » Et c’est à nouveau de sa bouche que l’étudiant fit sortir une fille dans les 15 ou 16 ans, à la beauté incomparable. Tous deux s’assirent en toute intimité. Quand l’étudiant, ivre, s’affala, la fille prit la parole : « Je cache, par-devers  moi, un homme. Je vais l’appeler un moment, mais de grâce n’en dites mot ! » et la femme sortit de sa bouche un homme dans les 20 ans, vif d’esprit et avenant. Xu Yan et lui parlèrent de choses et d’autres et trinquèrent, mais l’étudiant fit mine de se réveiller. La fille sortit alors de sa bouche un paravent de brocart pour lui cacher son amant. Plus tard, comme l’étudiant était sur le point de s’éveiller, la fille ravala son amant, restant seule à tenir compagnie à Yan. L’étudiant se leva lentement et dit à  Yan :  « En dormant autant, j’ai abusé de votre temps. Il est déjà tard, je dois vous quitter » et il ravala son épouse et tous les ustensiles en bronze, sauf un grand plat : « Je n’ai rien d’autre à vous offrir en guise de souvenir », dit-il. [14]

On ne peut éviter de penser à nouveau au texte de Wu Jun en lisant un petit roman érotique qui parut vraisemblablement au milieu du XVIIe siècle. En effet, le Dengcao heshang zhuan 燈草和尚傳 (La biographie du Moine Mèche de Lampe) y fait clairement référence dans son chapitre 5 : « Voilà qui me rappelle cette histoire intitulée L’Etudiant et la cage de l’oie sauvage, dans laquelle un garçon crache une fille qui, à son tour, vomit un garçon ! » [15]

En livrant cette nouvelle traduction qui s’efforce de rendre à ce texte sa savoureuse rusticité d’origine, on ne peut s’empêcher d’y lire une percutante métaphore de l’art de raconter des histoires qui s’enchâssent les unes dans les autres selon le bon vouloir du conteur.

Sous les Jin de l’Est [a], Xu Yan de Yangxian [b] traverse les monts Sui’an ; il rencontre un étudiant âgé de dix-sept, dix-huit ans allongé au bord du chemin qui lui dit « J ’ai mal aux pieds » et demande à se loger dans la cage d’oies que porte Yan. Yan croit à une plaisanterie mais l’étudiant entre dans la cage : celle-ci ne grandit pas, lui ne rapetisse pas, et il s’assoit en compagnie des deux oies sans que celles-ci en soient effrayées. Chargé de son fardeau, Yan reprend sa route sans le trouver plus lourd. Plus loin, il se repose sous un arbre. L’étudiant sort alors de la cage et dit à Yan : « Je voudrais vous offrir un modeste repas ». Yan répond : « Excellent ! » Alors, l’étudiant fait sortir de sa bouche un plat en bronze et une boite contenant une profusion de mets variés les plus délicats et délicieux qui soient, aux parfums exquis et savoureux, de ceux que l’on voit rarement dans ce monde, servis dans une vaisselle en bronze. Après force coupes d’alcool, l’étudiant dit : « Mon épouse me suit toujours, je souhaiterais l’inviter un petit moment. » Yan : « Fort bien ! » Et l’étudiant fait à nouveau sortir de sa bouche une fille dans les quinze ou seize ans à la tenue élégante et à la beauté incomparable. Ils festoient de concert jusqu’à ce que l’étudiant, ivre, s’affale. La fille prend alors la parole : « Bien que mariée à cet homme, c’est un autre que j’aime et que je cache par-devers moi. Puisque mon mari s’est assoupi, je vais l’appeler un moment, mais de grâce n’en dites mot ! » Yan : « Entendu ! » La femme sort de sa bouche un homme dans les vingt-trois, vingt-quatre ans, vif d’esprit et charmant d’apparence. Xu Yan et lui parlent de choses et d’autres. Comme l’étudiant fait mine de se réveiller, la fille sort de sa bouche un paravent de brocart pour lui cacher son amant. Elle retenue allongée auprès de son mari, l’amant dit à Yan : « Cette fille m’aime, mais je n’en suis pas comblé ! Moi aussi, j’ai une fille qui me suit en cachette. J’aimerais bien la voir un petit moment. Je vous prie de n’en rien révéler. » Yan : « D’accord ! » Et lui aussi sort de sa bouche une fille d’une vingtaine d’années, avec laquelle il festoie et badine un bon moment. L’étudiant ayant fait du bruit, le garçon dit : « Ils vont bientôt se réveiller » et il ravale celle qu’il avait sortie de sa bouche. Peu après, la fille quitte l’étudiant et dit à Yan : « Il va bientôt se lever » et elle ravale son amant, restant seule à tenir compagnie à Yan. Bientôt, l’étudiant s’adresse à Yan : « J’ai dormi plus longtemps que prévu. Vous êtes resté seul à vous ennuyer. Il est tard, je dois vous quitter » et il ravale son épouse et tous les ustensiles en bronze sauf un grand plat de deux bons pieds. En quittant Yan, il lui dit : « Je n’ai rien d’autre à vous offrir en guise de souvenir. » Pendant l’ère Taiyuan [c], Yan, devenu clerc à la Terrasse des Orchidées, présenta le plat à Zhang San, l’Intendant du Palais. A la vue de l’inscription, San dit : « Il a été fabriqué la troisième année de l’ère Yongping des Han [d] ».

陽羡書生 : 東晉陽羡許彥於綏安山行。遇一書生。年十七八。臥路側。云。腳痛。求寄彥鵝籠中。彥以為戲言。書生便入籠。籠亦不更廣。書生亦不更小。宛然與雙鵝並坐。鵝亦不驚。彥負籠而去。都不覺重。前息樹下。書生乃出籠。謂彥曰。欲為君薄設。彥曰。甚善。乃於口中吐一銅盤奩子。奩子中具諸饌殽。海陸珍羞方丈。其器皿皆是銅物。氣味芳美。世所罕見。酒數行。乃謂彥曰。向將一婦人自隨。今欲暫要之。彥曰。甚善。又於口中吐出一女子。年可十五六。衣服綺麗。容貌絕倫。共坐宴。俄而書生醉臥。此女謂彥曰。雖與書生結好。而實懷外心。向亦竊將一男子同來。書生既眠。暫喚之。願君勿言。彥曰。甚善。女人於口中吐出一男子。年可二十三四。亦穎悟可愛。仍與彥敘寒溫。書生臥欲覺。女子吐一錦行障。書生仍留女子共臥。男子謂彥曰。此女子雖有情。心亦不盡。向復竊將女人同行。今欲暫見之。願君勿泄言。彥曰。善。男子又於口中吐一女子。年二十許。共讌酌。戲調甚久。聞書生動聲。男曰。二人眠已覺。因取所吐女子。還內口中。須臾。書生處女子乃出。謂彥曰。書生欲起。更吞向男子。獨對彥坐。書生然後謂彥曰。暫眠遂久。君獨坐。當悒悒耶。日已晚。便與君別。還復吞此女子。諸銅器悉內口中。留大銅盤。可廣二尺餘。與彥別曰。無此藉君。與君相憶也。彥大元中。彥為蘭臺令史。以盤餉侍中張散。散看其題。云是漢永平三年所作也。

Notes de la traduction : a. La dynastie des Jin de l’Est ou Jin orientaux (Dong Jin) s’installa dans le sud de la Chine entre 317 et 420 et eut pour capitale Nankin (Province du Jiangsu). b. Yangxian correspond à l’actuelle ville de Yixing dans la province du Jiangsu. c. L’ère Taiyuan correspond à la deuxième partie du règne de l’empereur Xiaowu (r. 372-396) de la dynastie des Jin orientaux ; elle couvre les années 376 à 396. d. L’ère Yongping des Han orientaux (25-220) ou Han postérieurs couvrant les années 58 à 75, il s’agit de l’an 60 après J.-C..

—– Notes de la présentation—-
1/ Voir Rémi Mathieu, Démons et Merveilles dans la littérature chinoise des Six Dynasties. Le fantastique et l’anecdotique dans le Soushen ji de Gan Bao. Paris : You Feng, 2000, 164 p.
2/ Robert Ford Campany, Strange Writing. Anomaly Accounts in Early Medieval China. New York : State University of New York Press, 1996. xii + 524 p.
3/ Hou Zhongyi 候忠義, Zhongguo wenyan xiaoshuo shigao 中國文言小說史稿. Beijing : Beijing Daxue, (1990) 1994, vol. 1, pp. 153-158.
4/ Sur ce recueil voir principalement Rémi Mathieu, op. cit. et Gan Bao, In the Search of the Supernatural. The Written Record. (De Woskin, Kenneth, Crump, J.I., Jr, trad.). Stanford (Cal.) : Stanford University Press, 1996, xxxvi, 283 p.
5/ Voir Hou Zhongyi, op.cit., pp. 157-158 et Mensikov, L. N., « Les paraboles bouddhiques dans la littérature chinoise », Bulletin de l’Ecole Française d’Extrême-Orient. Tome LXVII, 1980, pp. 303-336.
6/ Campany, op. cit., p. 94.
7/ Huang  Jihao 黃繼豪, « Fojiao yingxiang Liuchao xiaoshuo zhi yi liezheng yanjiu qianxi Jiuza piyujing « Fanzhi tu hu » yi wen bei hanhua de guocheng » 佛教影響六朝小說之一例証研究淺析「舊雜譬喻經」「梵志吐壺」一文被漢化之過程, Beiye 貝葉, 8, pp. 57-61. Consulté en ligne le 10/10/07 à l’URL : http://ccbs.ntu.edu.tw/FULLTEXT/JR-MAG/mag93518.htm
8/ Li Fang (ed.), Taiping guangji (Vaste recueil de l’ère de la Grande-Paix, 976-983). Beijing : Zhonghua shuju, (1961) 1986, 10 vols., juan 284, pp. 2266-7.
9/ Luxun, Zhongguo xiaoshuo shilüe (Guo Yushi, ed.). Shanghai : Shanghai guji, 1998, pp. 29-31.
10 / Charles Bisotto (trad.), Brève histoire du roman chinois. Paris : Gallimard, « Connaissance de l’Orient », vol. n° 62, 1993, pp. 65-68.
11/ Yang Hsien-Yi, Gladys Yang (Trad.), Lu Hsun, A Brief History of Chinese Fiction. Beijing : Foreign Language Press, (1959) 1982 : « The Scholar by the Roadside », pp. 53-55. C’est un des zhiguai anciens traduits par Chris Connery dans Karl S. Y. Kao (ed.), Classical Chinese Tales of the Supernatural and the Fantastic. Selections from the Third to the Tenth Century. Bloomington : Indiana University Press, 1985. Voir « The Scholar from Yang-hsien », pp. 161-163.
12/ Voir Duan Chengshi, Chinese Chronicles of the Strange. The  « Nuogao ji ». (Reed, Carrie E., trad.). New York  : Peter Lang,  « Asian Thought and Culture », vol. 44, 2001, 219 p.
13/ Voir « Xuji » 續集 juan 4, “Bianwu pian”貶誤篇. Il y apparaît sous le titre : « Xu Yan » 許彥.
14/ Duan Chengshi, Youyang zazu. (Xu Yimin, ed.). Beijing : Xueyuan, 2001, pp. 327-330 : 許彥於綏安山行。遇一書生。年二十餘。臥路側。云。足痛。求寄鵝籠中。彥戲言許之。書生便入籠中。籠亦不更廣。書生雙鵝並坐。彥負之不覺重。至一樹下。書生乃出籠。謂彥曰。欲薄設饌。彥曰。甚善。乃於口中吐一銅盤。盤中海陸珍羞。方丈盈前。酒數行。謂彥曰。向將一婦人自隨。今欲召之。彥曰。甚善。遂吐一女子。年十五六。容貌絕倫。接膝而坐。俄書生醉臥。女謂彥曰。向竊一男子同來。欲暫呼。願君勿言。又吐一男子。年可二十餘。明恪可愛。與彥敘寒溫。揮觴共飲。書生似欲覺。女子吐錦行障障書生。久而書生將覺。女又吞男子。獨對彥坐。書生徐起。謂彥曰。暫眠遂久留君。日已晚。當與君別。還復吞此女子。及諸銅盤。悉納口中。留大銅盤與彥。曰。無此藉意。與君相憶也。
15/ Anonyme, Le Moine Mèche de Lampe (Tatu, Aloïs, trad.). Arles : Philippe Picquier, coll. « Le pavillon des corps curieux », 1998, p. 74. Sur ce roman voir ma notice « The Candlewick Monk » dans Gaëtan Brulotte, John Phillips (eds.), Enclycopedia of Erotic Literature. New York – London : Routledge , 2006, pp. 332-334.


3 réflexions au sujet de « Emboîtements-01 : Wu Jun 吳均 (469-520) »

  1. Ping : Frictions textuelles | Pierre Kaser

  2. Ping : Emboîtements-02 : Ji Yun 紀昀 (1724-1805) | Kaser

  3. Nous sommes nombreux, je crois, à être durablement tombés sous le charme de ce récit tout à fait étonnant, qui outrepasse allègrement les limites du genre zhiguai et semble préfigurer les géniales inventions de Pu Songling. Mais saviez-vous que l’histoire du lettré de Yangxian avait déjà été traduite en français au moins deux fois par le passé ? La première fois en 1907 par un certain Charles B. Maybon dans un court article du Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, tome 7, 1907. pp. 360-363, où l’auteur signale une ressemblance frappante avec un épisode du conte d’introduction des Mille et Une Nuits, ressemblance qui n’est sans doute pas le simple fait du hasard. Cet article, intitulé tout simplement Un conte chinois de VIe siècle, est consultable ici sur le portail Persée.

    La seconde traduction, plus récente, est due à Bi Shengmei et fait partie d’un choix de 17 « récits surnaturels IIIe – VIe siècle » publiés dans le n°1983/3,pp. 41-63, de la défunte revue pékinoise Littérature chinoise. En voici le texte intégral :

    Xu Yan de Yangxian

    Xu Yan était originaire de la sous-préfecture de Yangxian. Un jour qu’il était en voyage, non loin de la chaîne de Sui’an, il rencontra un jeune lettre âgé de 17 ou 18 ans. Étendu au bord de la route et prétendant avoir mal aux pieds, ce jeune lettré manifesta le désir de se reposer dans la cage aux oies que portait Xu Yan. Celui-ci acquiesça, pensant que le jeune homme voulait plaisanter. Mais en fait, il entra dans la cage. Il n’y était pas très au large, mais il n’y était pas non plus trop à l’étroit. Le jeune lettré était assis entre deux oies et sa présence ne semblait pas les effrayer. Xu Yan continua sa marche avec la cage sur son dos, sans avoir l’impression d’être trop chargé. Au bout d’un moment, il décida de s’arrêter et de se reposer à l’ombre d’un arbre. Le lettré sortit alors de sa cage et dit :
    — J’ai envie de vous préparer un petit banquet.
    — C’est merveilleux, lui répondit Xu Yan.
    Aussitôt le lettré tira de sa bouche un joli coffret en cuivre dans lequel il y avait des plats avec d’excellents mets et diverses boissons. Après avoir bu, le jeune lettré déclara à Xu Yan :
    — J’ai avec moi ma femme, je voudrais l’inviter aussi à manger.
    — Faites comme vous voudrez, fit Xu Yan.
    Le jeune lettré dégagea alors de sa bouche une jeune femme. Elle paraissait avoir 15 ou 16 ans. Ses vêtements étaient superbes et son visage, très fin. Elle mangea avec les deux hommes. Le lettré qui avait trop bu s’endormit et la jeune femme profita de ce moment pour dire à Xu Yan :
    — Bien que j’aie épousé ce jeune homme, je ne l’aime pas. Je porte en moi un homme avec qui je suis liée depuis fort longtemps, et maintenant que mon mari s’est endormi, je voudrais le faire sortir. Mais je vous prie de ne rien dire de tout cela à mon époux.
    — Vous pouvez compter sur moi, le rassura Xu Yan.
    Un homme âgé de 23 à 24 ans sortit alors de la bouche de la jeune femme. Intelligent et aimable, il échangea quelques formules de politesse avec Xu Yan. Juste avant que le jeune lettré ne se réveille, son épouse le recouvrit avec une étoffe de soie qu’elle avait crachée de sa bouche. Invitée par son mari à venir se coucher près de lui, elle obéit aussitôt. L’amant de la jeune épouse dit alors à Xu Yan :
    — Cette femme, bien qu’affectueuse, manque de loyauté. J’ai une autre amie que j’ai connue il y a très longtemps. Je voudrais la faire venir, mais je vous en prie, soyez discret.
    — Je vous le promets, répondit Xu Yan.
    Cet homme fit alors sortir de sa bouche son amie. Elle avait environ vingt ans. Tous les trois mangèrent, burent et bavardèrent longuement. Quand ils entendirent bâiller le jeune lettré, l’homme s’écria :
    — Ils vont se réveiller tous les deux.
    Et aussitôt il remit son amie dans sa bouche. Peu de temps après, la jeune femme se leva et dit à Xu Yan :
    — Mon mari va se réveiller dans un instant.
    Cela dit, elle remit son amant dans sa bouche puis alla s’asseoir en face de Xu Yan. Le jeune lettré, s’étant levé à son tour, exprima ses regrets à Xu Yan :
    — Oh ! J’ai dormi beaucoup trop longtemps. Je suis désolé de ne pas avoir tenu compagnie. J’espère que vous n’en avez pas été contristé. Comme il se fait tard maintenant, je dois vous quitter.
    Après avoir mis de nouveau dans sa bouche sa femme et le coffret, le jeune lettré fit ses adieux à Xu Yan. Il lui donna en souvenir de leur rencontre un plateau de deux pieds de diamètre environ.
    — Excusez-moi, dit-il, je n’ai rien d’autre à vous offrir comme cadeau que ce plateau.
    Plus tard, Xu Yan, au cours de l’ère Taiyuan des Jin, fut nommé fonctionnaire à la Cour impériale et fut chargé de rédiger les événements historiques de l’empire. Il fit donc de ce plateau à Zhang San, un familier de l’empereur. Zhang San y déchiffra l’inscription suivante : « Fabriqué en l’an 3 de l’ère Yongping ».

    Ce choix de récits est précédé d’un article de Zhong Shuzi 钟树芝, Légendes et récits surnaturels de l’Antiquité, dans lequel on peut lire cette courte appréciation du Xu Qi Xie Ji :

    La Suite des récits extraordinaires des Qi, due à la plume géniale du grand poète Wu Jun, de l’époque des Liang, rassemble bon nombre de récits étranges particulièrement intéressants dont Xu Yan de Yangxian, que Lu Xun qualifie de « récit formidable », et qui déborde d’allégories. L’œuvre, à travers d’habiles intrigues, reflète certains aspects hideux de la vie débauchée des dignitaires féodaux, dévoilant l’hypocrisie et les ruses auxquelles ils se livrent. On peut y voir aussi l’influence du bouddhisme.

    À cette époque, la revue réservait dans chacun de ses numéros une petite place à la littérature ancienne, et c’est grâce à elle que j’ai entendu parler pour la première fois de Yuan Mei et de son Zibuyu, ainsi que de Ji Yun et de son Yuewei caotang biji parmi autres.

    Bien à vous,

    Alian Rousseau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *