Shi’er lou en traduction

Avant de se lancer dans une traduction, il n’est pas inutile de faire le point sur la manière dont le texte auquel on va se consacrer pendant de longs mois a été reçu de par le monde.

J’ai déjà eu l’occasion (ailleurs et ici) de traiter ce sujet pour la partie française, ce qui fut, du reste, très rapide puisque seuls trois des Shi’er lou 十二樓 ont été, à ce jour, traduits dans notre langue, et à chaque fois, à partir d’une version anglaise réductrice – il s’agit des trois premiers récits qui figurent parmi les toutes premières œuvres romanesques chinoises à avoir été offertes dans une langue occidentale. C’était en 1815 grâce à  J. F. Davis, qui s’était d’abord attaqué à S3* avant de revoir, en 1822, sa traduction et de lui adjoindre deux autres lou, S1 et S2. Ce sont ces trois textes qu’Abel Rémusat (1788-1832) fera passer en français en 1827 ; il avait été précédé de peu par Antoine Bruguière de Sorsum (1773-1823) qui avait rendu S3 dans notre langue à partir de la première version de Davis : « San-iu-leau ou les trois étages consacrés, conte moral » (Roy & Gravier, 1819). Depuis, aucune nouvelle traduction française n’est apparue.

Qu’en est-il pour les autres langues ? Les collaborateurs d’ITLEO peuvent déjà voir mon relevé qui complète ceux réalisés naguère par Helmut Martin (Li Li-weng über das Theater. Heidelberg, 1966, pp. 316-318), Wang Lina 王麗娜 (« Shi’er lou zai waiguo » 十二樓在外國 (Les Douze pavillons à l’étranger), Ming Qing xiaoshuo luncong, 4 (1986), pp. 92-101, repris pp. 360-369 de Zhongguo gudian xiaoshuo xiqu mingzhu zai guowai 中國古典小說戲曲名著在外國, Shanghai : Xuelin, 1988), moi-même (dans « L’œuvre romanesque de Li Yu (1611-1680). Parcours d’un novateur », Thèse de doctorat, Université de Paris VII/Jussieu, 1994,  pp. 494-498) et  Lutz Bieg (dans « Li Yu im Western – nach Helmut Martins Dissertation von 1966. Ein « State of the Field »- Bericht mitt drei bibliographischen Anhängen», Christina Neder, Heiner Roetz, Ines-Susanne Schilling (eds.), China in seinen biographischen Dimensionen. Gedenkschrift für Helmut Martin. Wiesbaden : Harrassowitz Verlag, 2001, pp. 27-43). Mais le contenu de cette base de données en construction n’étant pas encore librement accessible, je vais dresser ci-dessous un rapide tableau de la situation.

Il n’est pas certain que la collection entière n’ait pas été traduite en mandchou, mais nous n’avons de certitude que pour le quatrième récit, devenu « Hiya i leo » dans un manuscrit conservé à la Cité interdite (Pékin) [voir Martin Gimm, « The Manchu Translations of Chinese Novels and Short Stories: An Attempt at an Inventory » dans Claudine Salmon (ed.), Literary Migrations : Traditional Chinese Fiction in Asia (17-20th centuries). Beijing : International Culture Publishing Corp., 1987, p. 163, n° 31].

Par contre, il est assuré que les Japonais peuvent lire tout Shi’er lou dans leur langue depuis que Karashima Takeshi 辛島驍 (1903-1967) a, en 1958, donnait à la collection « Zenyaku Chūgoku bungaku taikei »  全譯中國文學大系, I. 23), un Kakusei meigen Jūnirō  覺世名言十二樓  (Tōkyō : Tōyō bunsha kyōkai, 506 p.). L’année suivante, il traduisit pour le même éditeur le premier volume des Wushengxi.

Les russes peuvent également lire la collection entière grâce à  Dmitrij Nikolaevič Voskresenskij (Дмитрий Николаевич Воскресенский), par ailleurs traducteur des Wushengxi et du Rouputuan ; il en fournit une première version en 1985, laquelle sera reprise en 1999 et pour partie en 2008 avec les douze récits de la première livraison des Wushengxi.

C’est, à ma connaissance, les deux seules intégrales pour le moment. Il existe par contre un nombre relativement important de traductions partielles en plus de celles de Davis signalées plus haut.

La situation, complexe, pourrait se résumer comme suit.  En plus, de la version allemande (vraisemblablement réalisée d’après celle de Rémusat) des deux premiers récits par Hans Rudelsberger en 1914 (Leipzig, rééditée en 1924 à Vienne), c’est à Franz Kuhn (1884-1961) que l’on doit la plus grande contribution à la diffusion du Shi’er lou dans la langue de Gœthe lequel, ceci dit en passant, aurait très bien pu lire les traductions de Davis pour former son fameux jugement sur le génie romanesque chinois (voir ici). Kuhn, qui, on le sait, traduisit si librement Rouputuan (1959), ne s’attacha qu’à seulement six des douze récits (S1, S4, S5, S7, S9, S10, S11) qu’il livra en trois publications entre 1940 et 1958.

En langue anglaise, il existe bien une intégrale, mais celle-ci est, en fait, une adaptation réductrice des Douze pavillons. Elle nous vient de Nathan K. Mao qui la publia à Hong Kong en 1975 (Twelve Towers. Short Stories by Li Yü retold by N. Mao. The Chinese University Press (1975) 1979). Les véritables traductions anglaises du Shi’er lou ont été livrées par le grand spécialiste de Li Yu, Patrick Hanan. Après avoir livré une remarquable monographie intitulée The Invention of Li Yu (Harvard University Press, 1988), il traduisit, en plus d’un choix de contes tirés des Wushengxi (Silent Operas, The Chinese University of Hong Kong, 1990), un excellent  Rouputuan (The Carnal Prayer Mat, Ballantine, 1990) qui est, à ce jour, la meilleure traduction en langue occidentale de ce roman. En 1992, il récidiva avec A Tower for the Summer Heat (New York, Ballantine Books) dans lequel il proposait une traduction aussi précise que fluide de S4, S5, S6, S7, S9 et S11. Il semblerait que ce volume très réussi ait été traduit en italien par Roberto Buffagni sous le titre de Una torre per il calore estivo (Milan, Feltrinelli, 1994), mais je n’ai pas encore pu consulter cette traduction au carré.

On le voit à travers ce rapide relevé auquel on peut ajouter la traduction par Brigitte Teboul-Wang de la préface à l’édition originale au Shi’er lou signée par Du Jun 杜浚 (1611-1678) le fidèle ami de Li Yu (voir Jacques Dars, Chan Hingho (eds.), Comment lire un roman chinois. Anthologie de préfaces et commentaires aux anciennes œuvres de fiction. Arles : Editions Philippe Picquier, 2001, pp. 177-179), il faut vraiment une traduction intégrale française. L’œuvre le mérite.

*J’utiliserai la lettre S pour désigner le recueil Shi’er lou ; le nombre qui suit est celui du récit dans la collection comme présentée dans le précédent billet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *