Le Moine Mèche-de-lampe (4)

Les non sinisants ne peuvent pour l’heure avoir du Guwangyan 姑妄言 (Propos faciles)[1] qu’une vision très partielle puisque ne leur a été offert en traduction qu’un infime extrait de ses 24 énormes chapitres lesquels occupent pas moins de 10 volumes (à savoir les volumes 36 à 45) de la collection « Siwuxie huibao » 思無邪匯報 (dont il a été question ici). Le passage traduit figure dans l’anthologie Quatre amours du temps des Han, des Tang, des Yuan et des Qing (Traduit du chinois par Huang San et Lionel Epstein. Paris : You Feng, 2012). Il y a reçu un titre — « Érotique élémentaire »[2] (pp. 165-182) — et est suivi d’une brève « postface » (pp. 181-182) qui reprend les éléments importants sur la nature de cet ouvrage rare, peu lu et encore assez peu étudié. 

Je les résume : on doit l’édition de ce roman à Chan Hing-ho (alias Chen Qinghao 陳慶浩) qui, grâce à l’aide du sinologue russe Boris Riftin (1932-2012)[3], a pu obtenir une copie du manuscrit complet conservé à la Bibliothèque Nationale de Moscou. C’est une œuvre de Cao Qujing 曹去晶 sur lequel on ne sait peu, sinon qu’il était originaire de Chaoyang (Mandchourie) et qu’il exerça des fonctions subalternes à Nankin avant de se retirer dans son Liaoning natal ; les abondants commentaires qui parsèment l’ouvrage sont signés Lin Dunweng 林鈍翁, un pays tout aussi inconnu. La préface du manuscrit porte une date : 1730. Cette présentation s’achève par une description du contenu et un mot sur le passage traduit :

« Ce sont des récits libres, de la région de Nankin, à la fin des Ming. Une manière d’accumulation de figures et situations convenues, portant essentiellement sur trois familles sous plusieurs générations, un milieu de lettrés, de petits notables, d’acteurs ; un fort tableau social, jetant une lumière crue sur les us et coutumes. Nous avons choisi cette amour-là car c’est le seul récit libre, à notre connaissance, qui se passe à l’école, et pour sa fraîcheur. Le reste du million de caractères attend un courageux. »

On en apprend naturellement plus en lisant la description fournie par Chan Hing-ho en ouverture de son édition[4]. Il y revient sur la volonté de l’auteur de décrire la nature humaine sous tous ses aspects et, entre autres, sur l’étendue des lectures qui ont nourri l’écriture de ce « monu-roman », citant notamment un extrait du commentaire liminaire au premier chapitre dans lequel Lin Dunweng s’extasie :

« J’ai, au bas mot, lu plus d’un millier de romans, aucun n’avait atteint ce degré de complétude ! » 余閱稗官小說不下千部,未有如此之全者。

Mais si je jette aujourd’hui un coup d’œil rapide sur ce monument littéraire qui fait référence à un ensemble riche et varié de la productions littéraires des marges (roman, théâtre, blagues, chansons, etc.), c’est parce qu’à la fin de son cinquième chapitre, il évoque le Dengcao heshang zhuan 燈草和尚傳[5], ramenant ainsi la date de diffusion de ce roman à une date antérieure à 1730. Voici le passage [en rouge, il s’agit d’un commentaire de Lin Dunweng] :

且說那萬緣和尚。他一個月中有十日在姚家來住。這日晚飯後。燈下獨坐。正帶了一本燈草和尚的小說來看。【這正是和尚看的小說。】看得欲火如焚。

Mais parlons plutôt du Moine Dix-Mille Affinités, qui venait loger dix jours durant par mois chez les Yao. Ce soir-là, après le dîner, il s’était assis seul sous la lumière de la lampe à huile, un exemplaire du Moine Mèche-de-Lampe en main pour se délasser par la lecture d’un roman. [Voilà bien le genre de roman dont se délectent les moines.] La lecture mit le feu à ses désirs …

Je reviendrai naturellement, un de ces prochains jours, sur ce roman monumental que je découvre par petits bouts à mes moments perdus, lesquels sont bien trop rares. Qui sait si je n’en traduirais pas un morceau significatif pour répondre à l’appel à contributions lancé ces derniers jours par la revue en ligne de l’axe « Littératures d’Asie et traduction » (IrAsia), Impressions d’Extrême-Orient ?  Ce serait assurément un excellent choix pour rendre hommage à André Lévy lequel n’aurait fait qu’une bouchée de ce festin littéraire de la fin de l’ère Yongzheng 雍正 (1722-1735). L’appel est > ici <.

[1] On en trouvera dans Wikisource une version numérique de bonne facture faisant clairement apparaître les commentaires intégralement reproduits à partir de l’URL : https://zh.m.wikisource.org/zh/姑妄言

[2] Il s’agit d’un extrait du milieu du sixième chapitre. Voir GWY, « SWXHB », vol. 3, pp. 705-725 ou pp. 669-689 dans la pagination continue de l’œuvre. [En ligne] https://zh.m.wikisource.org/wiki/姑妄言/卷06, de « 再說贏陽住的這一條街上 » à « 那女子只當耳邊風,不曾聽見。 »

[3] Sur Boris Riftin, voir « Academician Boris L’Vovich Riftin (1932–2012): the Extraordinary Life of a Brilliant Scholar », CHINOPERL, 31:1, (2012) p. 259-272, [En ligne] https://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1179/chi.2012.31.1.259 

[4] Voir volume 1, pp. 15-33 et dans des articles parus depuis dont le détail sera un jour proposé dans un autre billet de ce carnet de recherche qui portera le titre : « Enfer chinois (13) ». Le vol. 10 de l’édition du Guwangyan propose un article de Boris Riftin sur sa découverte de l’œuvre (pp. 3053-357). Voir également la notice de Chen Qinghao 陳慶浩 (Chan Hing-ho), pp. 82-84, dans Shi Changyu石昌渝 (ed.), Zhongguo gudai xiaoshuo zongmu – Baihua juan 中國古代小說總目-白話卷. Taiyuan : Shanxi jiaoyu, 2004. 

[5] Pour le chapitre complet, voir [En ligne] https://zh.m.wikisource.org/wiki/姑妄言/卷05 ; le passage apparaît dans le vol. 2, p. 644. (lignes 8-10) ; voir l’illustration ci-dessus.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.