Enfer chinois (01-b)

Les Aventures galantes d’un épicier

Dans un précédent billet, j’ai déjà vaguement évoqué ce dont il va être question dans celui-ci. En toute logique, j’aurai dû en faire état, non pas maintenant, mais il y a au moins deux ans, sinon plus, car je disposais déjà de tous les éléments nécessaires pour cela, les ayant dûment consignés dans la fiche ad hoc de l’Inventaire des traductions en langue française des littératures d’Extrême-Orient, à savoir le projet ITLEO de l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction », lequel, cela dit en passant, devrait être bientôt accessible en ligne pour le profit du plus grand nombre. La fiche en question était celle du Jin Ping Mei 金瓶梅, roman-fleuve qui a attiré l’attention des sinologues français depuis le début du XIXe siècle, selon des étapes dont il en a été question ailleurs — et dont il sera à nouveau fait état dans l’article à paraître dont je vous ai déjà parlé—, étapes qui conduisirent à la traduction intégrale du Jin Ping Mei cihua 金瓶梅詞話 publiée à la « Bibliothèque de La Pléiade » (Gallimard, 1985). 

La traduction dont il va être question ci-dessous  s’insère donc dans un continuum allant de 1816 avec Jean-Pierre Abel-Rémusat (1788-1832) à 1985 avec André Lévy (1925-2017)[1] [https://leo2t.hypotheses.org/891] en passant par l’évocation, en 1862, du roman par Léon d’Hervey-Saint-Denys (1822-1892), sa découverte par Maurice Jametel (1856-1889), puis sa traduction partielle en 1949 d’après la version de Franz Kuhn (1884-1961), qui arrivait après la réduction criminelle que George Soulié de Morant (1878-1955) livra en 1912 ; elle montre également l’importance — souvent minimisée, voire ignorée —, de la traduction intermédiaire (ou traduction relais comme on voudra) en manchou dans ce processus d’appropriation du roman en France et en Europe.

Venons-en donc sans plus tarder à cette re-découverte qui met en vedette rien de moins que le fondateur de la sinologie allemande, car c’est en français, mais à partir du manchou, que Georg von der Gabelentz (1840-1893), alors professeur de langues orientales à Leipzig livra en 1879 dans la Revue orientale et américaine éditée par le savant japonologue Léon de Rosny (1837-1914), une traduction du chapitre xiii du roman. Celui-ci — « Li Ping’er geqiang miyue ; Yingchun nü kuixi touguang » 李瓶兒隔牆密約 迎春女窺隙偷光 —, devient avec lui : « Li Pin’er s’engage secrètement à un rendez-vous derrière le mur ; (la servante) Ing-tchun l’observe furtivement par une fente »[2].

Dans son introduction à ce « Kin-P’ing-mei. Les Aventures galantes d’un épicier. Roman réaliste. Traduit pour la première fois du Mandchou »[3], celui qui passe pour avoir su parler 20 langues et en maîtriser 80, explique que feu son père, Hans Conon von der Gabelentz (1807-1874)[4], grand spécialiste du mandchou, avait réussi à se procurer un exemplaire de la traduction mandchoue du roman supposée réalisée par le frère de l’empereur Qianlong 乾隆 (1711-1799, r. 1735-1796)[5] et en avait composé une version allemande complète à l’exception de quatre chapitres (xiii à xvi) : « La traduction que j’ai faite de ceux-ci, a été revue et çà et là corrigée par mon père. C’est à cette partie que j’emprunte les pages suivantes. »

J’en saurais assurément beaucoup plus sur le travail de von der Gabelentz Père (et sans doute sur celui de son fils également), si j’avais pu lire l’ouvrage que Martin Gimm lui a consacré. Comme j’en suis privé pour le moment, je vais devoir me contenter de ce que j’ai sous les yeux.

Preuve avouée que son texte source est la version mandchoue, Georg von der Gabelentz utilise le cas échéant, pour des termes qu’il ne parvient pas, ou ne désire pas traduire, les transcriptions qui en découlent, transcription qu’un lecteur assidu du roman reconnaîtra sans difficulté quand il s’agit des noms propres, mais qui le laisseront sceptique lorsqu’il s’agit d’autre chose, comme avec « les fleurs giu », « les fenêtres extérieures fa, et les fenêtres intérieures liao », ou quand il s’agit de la description d’une gravure osée « peinte et ornée du da-tsing, du sioo-lou et du ni-gin… »

Des problèmes, Georg von der Gabelentz en a encore rencontré ailleurs. Il avoue en effet la difficulté de l’entreprise en insérant à plusieurs reprises des « (?) » révélateurs de ses hésitations, et à l’occasion d’une note (p. 195) attaché au rendu d’un passage poétique, il confesse : « Ces vers présentent quelques difficultés sérieuses, et la traduction que nous en avons risquée n’a pas la prétention d’être infaillible ».

On sent aussi, ça et là, la trace d’un manque d’assurance qui lui fait user de parenthèses pour introduire des nuances telles que « Ne fais pas de (mauvaises) plaisanteries » (p. 196), mais l’ensemble est loin d’être honteux ; on y retrouve une part de la fluidité initiale du récit, jusque dans ses ponctuations poétiques (pp. 187-188) :

« À la lueur d’une lanterne, derrière un rideau de gaze une épaule blanche se mouvant sans cesse ; un petit pied levé bien haut ; en même temps, des sons comme le rire de la rigolette et le chant de l’hirondelle. Ne dirait-on pas que Dchang-giun-chui et Ing-ing (1) se sont rencontrés, ou que c’est Soung-in qui enlêve la fille d’outre-tombe ? En touchant à la fois la montagne et la mer, au pied de la montagne, ils concluent leur alliance. Cupides comme le papillon, persécutants comme l’abeille, ils ne trouvent pas de fin. Le tapis se meut, une goutte de la corne du buffle vient de tomber sur ce sein luisant. Ils ont attaché le rideau à un crochet d’argent… deux lignes étroites et bien tracées de sourcils se plient dans une figure de jade. »

Je n’oublie pas la note qui prend le partie que le lecteur a encore en tête les extraits traduits du Xixiangji 西廂記 publiés dans la revue Atsume-Gusa par Stanislas Julien (1799-1873) un an avant sa mort et qu’il est en mesure d’identifier, sous la transcription courante à l’époque, le chef-d’œuvre de Wang Shifu 王實甫 Le pavillon de l’ouest : « Héros et héroïne du drame Si-siang-ki, devenus les modèles d’une belle paire d’amants » Certes, le passage ne résiste pas longtemps à une analyse poussée, ou même à une confrontation avec une des deux traductions modernes[6], il n’en porte pas moins une part de la charge érotique initiale.

Par contre, quand le texte n’est plus allusif, mais bien descriptif, la bienséance lui interdit le recours aux mots trop crus qui pourtant s’imposent ; on les trouve donc sous une forme abrégée comme dans ce dicton : « Qui veut élever des enfants ne doit pas prétendre qu’ils ch… de l’or [et] p… de l’argent » (p. 194). C’est la même réserve qui le conduit à réaliser une coupe relativement importante, correspondant à quelque 200 caractères du texte original que voici :

說著。一隻手把他褲子扯開。只見他那話兒軟仃當。銀托子還帶上面。問道你實說。晚夕與那淫婦弄了幾遭。西門慶道。弄到有數兒的只一遭。婦人道。你指著你這旺跳的身子。賭個誓。一遭就弄的他恁軟如鼻涕。濃如醬。恰似風癱了的一般。有些硬朗氣兒也是人心。說著把托子一揪掛下來。罵道沒羞的黃貓黑畫的強盜。嗔道教我那裡沒尋。原來把這行貨子悄地帶出。和那淫婦㒲搗去了。那西門慶便滿臉兒陪笑兒說道。恠小淫婦兒。麻犯人死了。[新刻金瓶梅詞話 https://new.shuge.org/view/jin_ping_mei_ci_hua/]

Le passage en gras est quant à lui dûment traduit ; néanmoins, Georg von der Gabelentz ne peut s’empêcher de signaler entre crochets à l’endroit même de la coupure (p. 193) que « [Nous renonçons à faire savoir aux lecteurs comment Pan-gin-lian poursuivit son enquête.] Si-men-king dit d’un air souriant : Ma biche (1) est-ce ainsi que tu taquines les gens ? » [Note : 1. En mandchou : ajige garingga.]

Je ne résiste pas au plaisir de reproduire le passage … dans la traduction d’André Lévy, avec sa note initiale et celle qui en découle (Fleur en Fiole d’Or, t. 1, p. 266) :

« Ce disant, elle lui ouvrit le pantalon et aperçut sa chose molle et pendante, encore armée de l’anneau d’argent. Elle lui demanda : « Dis-moi la vérité : depuis hier soir tu l’as fait combien de fois avec cette garce ? — Je l’ai fait un nombre de fois qui s’élève à un ! — Jure-le sur la vigueur de ton corps ! Une seule fois l’aurait mis dans cet état lamentable, mou comme morve, épais comme sauce ? À croire qu’il est paralysé de froid. S’il montrait un peu de vigueur, ce serait bien de la bonté de sa part. » Ce disant elle s’empara de l’anneau et le fit glisser en pestant : « Brigand éhonté de chat roux tient en noir(note) ! » Et s’indignant : « Dire que je ne le trouvais plus : l’anneau tu l’avais emporté discrètement pour foutre et pilonner la putain ! » Devenant tout sourire, Ximen Qing répliqua : « Sacrée petite garce, tu me rends dingue !… »

Note : Huangmao heihua : sur cette curieuse expression particulière à notre roman, voir n. 2, p. 144*. Ici elle est reprise avec la variante hua, « changer », au lieu de wei, « queue ». *(Note 2, p. 144-145) Huangmao heiwei : cette curieuse expression ne semble pas attestée ailleurs que dans notre roman où nous la retrouverons, à maintes reprises (voir chap. xiii, xxviii, lix, lxi, lxvii, lxxxvii), appliquée aussi bien à des hommes – mao, en chinois, désigne le chat sans précision du sexe. Le sens général de l’expression semble être l’hypocrisie : par la queue, le chat donne le change sur sa vraie couleur.]

– et dans celle de David T Roy (1933-2016) (The Plum in the Golden Vase. t. 1, p. 270) :

As she spoke, she pulled open his trousers with one hand, exposing to view his limp and flaccid organ, which still had a silver clasp fastened around it. “Tell me the truth,” she demanded. “How many times did you make out with that whore last night?” “Only once that would be really count,” replied His-men Ch’ing. “You’ll have to swear an oath on that all too vigorous body of yours before you can get me to believe that,” said the woman. “One time only and it’s: As soft as driveling snot and thick as gravy. It might as well have been stricken with paralysis. The slightest sign of vitality would be cause for hope.” As she spoke, she removed the clasp with a single motion of her hand, and continued to berate him, saying, “You shameless ruffian!  You may be a brown cat, but you’ve got a black tail. No wonder I turned the place upside down looking for it, and all the time it was you who had spirited the thing away in order to screw around with that whore.” Affecting an ingratiating smile, His-men Ch’ing said, “You crazy little whore! You’ll be the death of me yet….

Il est naturellement difficile de tirer des conclusions de la confrontation de deux passages aussi courts. Il n’en reste pas moins clair que les deux traducteurs se sont attachés à rendre tout le texte et rien que le texte, ce que Georg von der Gabelentz ne désire pas faire… encore qu’il soit difficile de trancher en la matière sans avoir la capacité d’accéder au texte relais, ce dont je suis incapable.

Autre point saillant d’une lecture rapide de cette publication tombée dans l’oubli est le titre retenu par Georg von der Gabelentz pour la désigner à son lectorat. Il use naturellement des transcriptions, à savoir Kin-p’ing-meï obtenu à partir du chinois, et Gin-ping-mei, à partir du mandchou, mais tente un rendu original dont la pertinence sera différemment appréciée.

Il est vrai que la traduction du titre est délicate. Que ce soit Rémusat, en 1816, avec « Kin-p’hing meï »[7], Antoine Bazin (1799-1863) avec « Kin-p’ing-meï » en 1853[8], Léon d’Hervey-Saint-Denys (1822-1892)[9] en 1862, tous s’en tiennent à des transcriptions. C’est donc Georg von der Gabelentz qui va risquer une traduction pour coiffer ce bout de Jin Ping Mei, dont il explique la composition du titre à ses lecteurs français en lui fournissant des vues sur l’intrigue principale :

« Kin-P’ing-mei, ou selon la transcription mandchoue que dorénavant nous suivrons, Gin-ping-mei, est l’histoire des aventures d’un homme riche et débauché. Si-men-King, c’est son nom, est épicier dans une des grandes villes du Nord. Doué d’un certain esprit naturel, bon garçon, comme on dit, accoutumé de l’amusement et au loisir, il n’a pas manqué de rassembler autour de lui un cercle d’amis, pour la plupart sycophantes, partisans de ses festins, et parfois complices de ses aventures galantes. Protégé par quelques mandarins, il a réussi à obtenir une magistrature qui, loin de le distraire de son libertinage, ne fait qu’augmenter son crédit et son assurance. Non content des charmes de son épouse Ou-youeï-niang, excellente femme d’ailleurs, il reçoit, l’une après l’autre dans son harem, cinq ou six concubines, dont trois, Pan-gin-lian, Li-ping-el, et Tchun-mei ont fourni le titre à notre livre. »

Titre qu’il traduit en toute logique Les Aventures galantes d’un épicier.

Il offrait là une solution qui ouvre la voie à celle plus accrocheuse que retiendra Jean-Pierre Porret pour la version française de la version allemande de Franz Kuhn avait publié en 1930, Kin Ping Meh oder die abenteurliche Geschte von Hsi Men und seinen sechs Frauen[10] : Kin P’ing Mei ou la Merveilleuse Histoire de Hsi Men avec ses six femmes (1949), qui deviendra pour déjouer la censure : Kin p’ing mei ou les Six fleurs du mandarin.

À peine cinq ans après Georg von der Gabelentz, Maurice Jametel envisagera la première traduction directe du titre et non plus à partir de son contenu ; cela donnera : Le prunier au flacon d’or.[11] Mais avant Soulié, qui usa un temps de Mlles Kin, P’ing et Mei (1912), avant d’opter, pour son adaptation réductrice, d’un Lotus d’Or[12] focalisant l’attention sur, non plus Ximen Qing « l’épicier », mais sur Pan Jinlian, ce sera, Hsu Sung-Nien [Xu Zhongnian 徐仲年] (1904-1981), qui dans son Anthologie de la littérature chinoise. Des origines à nos jours[13], parue en 1932, proposera Les fleurs de mei dans un vase d’or. Il n’en traduit aucun extrait, se contentant de présenter l’ouvrage (p. 64) : « Si-men K’ing, riche et oisif, aime les femmes. Il en a une, légitime, et plusieurs concubines dont P’an Kin-lien, Tchouen-mei, servante de la première, et Li P’ing-eul qui sont des personnages importants du récit. Le romancier a emprunté un caractère à chacun des noms de ces trois femmes et il a composé ainsi le titre de son histoire : Les Fleurs de mei (mei) dans un vase (p’ing) d’or (kin). Le roman contient tous les détails de la vie intime de ces femmes et même des scènes parfaitement obscènes. »

Il faudra donc attendre 1985 pour qu’André Lévy parvienne à imposer son Fleur en Fiole d’Or, titre qui en évite un autre plus problématique et sur lequel revient le traducteur dans son introduction (pp. xli-xlii) :

« Un dernier mot sur le titre du roman et le problème que pose sa traduction. La préface originale rappelle qu’il fait allusion à trois des personnages féminins, Lotus-d’Or, Fiole et Fleur-de-Prunier, si l’on suit l’ordre des mots chinois, celui, aussi, des personnages qui dominent successivement la matière romanesque. La syntaxe du français oblige à le renverser : les trois vocables se prêtent en effet au jeu de mots « fleur en fiole d’or », que l’on retrouve, avec ce sens à divers endroits du texte (non sans variantes), notamment aux chapitres x, xxxi et lxviii. Il semble difficile de l’attribuer au hasard. Ainsi s’est accréditée la légende selon laquelle le futur auteur, invité à procurer un ouvrage érotique et pris au dépourvu, aurait improvisé ce titre en voyant des fleurs dans un vase de métal. C’est qu’en chinois, il suffit de juxtaposer les trois mots sans la moindre marque syntaxique. L’or, jin, est aussi le métal en général, élément associé à l’ouest, l’automne et la mort. Ping, vase à col étroit, évoque le réceptacle de la fécondité ; mei, le prunier qui fleurit en hiver, ou tout au début du printemps, la constance certes, mais aussi la sexualité hors de saison. Bref, le titre se prête à des analyses qui partent dans des directions différentes.

Entre toutes les solutions possibles, notre choix a d’abord tenu compte du nom que portent les héroïnes auxquelles il est fait allusion, ensuite des caractéristiques dominantes de la matière romanesque dont le titre est en quelque sorte l’étiquette. La légende […] présente l’œuvre comme littéralement empoisonnée. C’est ce qu’évoque le mot « fiole », plus féminin que « vase », puisque le mot chinois ping désigne tout récipient allongé, de la bouteille au flacon ou à la carafe. C’est aussi, par métaphore, l’organe sexuel féminin, si bien que le titre se prête à la traduction de « Prunes en vagin d’or » qu’illustre le chapitre xxvii. »

Il n’en reste pas moins que cette trouvaille n’eut pas l’heur de satisfaire totalement Jacques Dars :

« Le Jinpingmei présente un problème quasiment insoluble, puisque le titre reprend les noms de personnages du roman. […] Seul André Lévy eut le courage de le sous-titrer par une équivalence en jeu de mots : Fleur en Fiole d’Or, et je ne pense pas faillir à l’amitié en disant que cette « fiole » est un pis-aller. »[14]

Il n’empêche que Fleur en Fiole d’Or s’est imposé avec la même force qu’Au bord de l’eau pour la traduction du Shuihuzhuan 水滸傳que Jacques Dars livra en 1978 à la « Bibliothèque de la Pléiade »[15]. Les deux grands chefs-d’œuvre qui ont tant en commun sont maintenant en collection « Folio » preuve de leur acceptation dans le paysage littéraire français.[16] Gageons que Jin Ping Mei n’aurait sans doute pas gagner son audience avec un titre tel que celui qu’avait choisi pour lui Georg von der Gabelentz.

Quoi qu’il en soit, un conseil, lisez ce jalon oublié de la découverte du meilleur des Quatre grands romans extraordinaires des Ming, chef-d’œuvre de la littérature mondiale, et profitez de l’été pour relire Fleur en Fiole d’Or ou The Plum in the Golden Vase !

[1] Fleur en Fiole d’Or (Jin Ping Mei cihua). Texte traduit, présenté et annoté par André Lévy. Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de La Pléiade », 1985, cxlix-1272-lix-1483 p.

[2] Dans Fleur en Fiole d’Or (1985), André Lévy traduit : « Un rendez-vous secret donné par Fiole, de l’autre côté du mur, À la fente par laquelle la servante Yasmine se rince l’œil » (t. 1, p. 250) ; dans The Plum in the Golden Vase (Princeton : Princeton University Press, 1993-2013, 5 vols.), David T. Roy traduit : « Li P’ing-erh makes a secret tryst over the garden wall ; the maid Ying-ch’un peeks throught a crack and gets an eyeful » (vol. 1, p. 253)

[3] Georg von der Gabelentz, « Kin-P’ing-mei. Les Aventures galantes d’un épicier. Roman réaliste. Traduit pour la première fois du Mandchou », Revue orientale et américaine, Nouvelle série, tome troisième, 1879, pp. 169-197. Voir le catalogue de la BNF, à l’URL : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb36587683k, catalogue qui indique une réédition à Berlin en 2010 dans la traduction allemande de Hans Conon von der Gabelentz Père : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb423116440

[4] Sur la traduction de Jin Ping Mei par von der Gabelentz Père, voir Martin Gimm, Hans Conon von der Gabelentz und die Übersetzung des chinesischen Romans Jin Ping Mei. Wiesbaden : Harrassowitz, 2005

[5] Martin Gimm, « The Manchu Translations of Chinese Novels and Short Stories — An Attempt at an Inventory », in Claudine Salmon (ed.), Literary Migrations. Traditional Chinese Fiction in Asia (17-20th Centuries). Beijing: International Culture Publishing Corporate, 1987, pp. 158-161.

[6] Pour la traduction d’André Lévy, voir Fleur en Fiole d’Or, t. 1, p. 261-263 ; pour la traduction de D. T. Roy, voir The Plum, vol. 1, p. 264-266.

[7] Voir Jean-Pierre Abel-Rémusat, Le Livre des récompenses et des peines. Paris : Antoine-Augustin Renouard, 1816, note 15, p. 39.

[8] Louis Bazin, La Chine moderne ou Description historique, géographique et littéraire de ce vaste empire, d’après des documents chinois. Seconde partie : Arts, littérature, mœurs, agriculture, histoire naturelle, industrie, etc. Paris : Firmin Didot, 1853, pp. 545 ; Li Shiwei, Op. cit., pp. 156-188.

[9] Léon d’Hervey-Saint-Denys, Poésies de l’époque des Thang (viie, viiie et ixe siècles de notre ère) Traduites du chinois pour la première fois, avec une étude sur l’art poétique en Chine et des notes explicatives.  Paris : Amyot, 1862, p. 30 et note 1, p. 30-31.

[10] Jean-Pierre Porret, Kin P’ing Mei ou la merveilleuse histoire de Hsi Men avec ses six femmes. Paris : Guy le Prat, 1949, 2 vols. L’ouvrage sera réédité plusieurs fois, notamment en 1952, 1978-1979 ; sa version abrégée (Productions de Paris, 1962) également.

[11] Maurice Jametel, Souvenirs d’un collectionneur : la Chine inconnue. Paris : J. Rouam, 1886, 250 p., lequel reprend, dans le cinquième chapitre de sa troisième partie, « La Chine des bouquins », l’article publié en septembre 1884, p. 129 et suivantes.

[12] George Soulié de Morant, Lotus-d’Or. Paris : Charpentier et Fasquelle, 1912, viii-294 p.

[13] Hsu Sung-Nien, Anthologie de la littérature chinoise. Des origines à nos jours. Paris : Librairie Delagrave, coll. « Pallas », 1932, 445 pages.

[14] Jacques Dars, « Traduction terminable et interminable », in V. Alleton, M. Lackner (eds), De l’un au multiple. Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1999, pp. 145-159 :

[15] Shi Nai-An, Luo Guan-Zhong, Au bord de l’eau (Shui-hu-zhuan). Traduction, introduction et annotation Jacques Dars. Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1978, cli-1408-1376 p.

[16] Voir Shi Nai-an, Au bord de l’eau (Shui-hu-zhuan). Paris : Gallimard, coll. « Folio », n° 2954-2955, 1997 et Fleur en Fiole d’Or (Jin Ping Mei cihua). Paris : Gallimard, coll. « Folio », n° 3997-3998, 2004.


2 réflexions sur « Enfer chinois (01-b) »

  1. Il semble que le traducteur mandchou a le plus souvent évité l’expression huangmao heihua. Je ne la trouve traduite qu’au chapitre 67: mini jui sakda eniye bi sini tere yacin uncehengge suwayan kesike i mujilen be bodome bahanarakū mujanggo “Mon fils, est-il possible que la veille mère que je suis ne puisse pas se figurer que tu as l’esprit d’un chat jaune à la queue noir ?”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.