Le Moine Mèche-de-lampe (3)

L’étude de la réception de la littérature de divertissement chinoise mettant, peu ou prou, en avant la sexualité, ce que, pour aller vite, on appelle la littérature érotique, peut encore réserver de piquantes surprises à celui qui, comme moi, s’y est livrée avec conviction des années durant. En ce qui me concerne donc, les dernières en date sont toutes fraîches. Elles me sont apparues une fois que j’avais mis ce que je croyais être le point final à un panorama[1] synthétique sur le sujet. Fort heureusement, il n’était pas encore trop tard pour les intégrer dans la version française de cet article à paraître. Je vais faire état ici de l’une d’entre elles ; celle qui concerne un ouvrage auquel j’ai consacré un peu de temps il y a des années — c’était en 1998 ! —, et des billets sur ce carnet, et, repousse à plus tard de parler de la seconde qui touche au Jin Ping Mei 金瓶梅. 

Lorsque — il y a donc maintenant presqu’un quart de siècle ! —, j’ai traduit le Dengcao heshang zhuan 燈草和尚傳 et l’ai présenté pour la collection du « Pavillon des corps curieux » de Jacques Cotin aux Éditions Philippe Picquier, j’avais trouvé heureux de livrer une introduction rédigée sous forme de dialogue et n’avais pas retenu mes piques contre George Soulié de Morant (1878-1955) [GSDM] dont j’avais pu vérifier à maintes reprises le manque de sérieux dans sa manière de traiter la littérature chinoise dont il se disait pourtant un fin connaisseur. Voici le passage en question (avec en note l’entrée réservée à GSDM dans le répertoire de fin de volume) :

— Mais pour en revenir à ce Moine, ne figure-t-il pas sous le titre de Bonze Mèche-de-Lampe dans la liste des « ouvrages principaux de la littérature chinoise » établie naguère par Georges Soulié[2] dans son Essai sur la littérature chinoise, aux côtés de chefs-d’œuvre tel que Jin Ping Mei* et d’une bonne douzaine de romans ?
— Bien vu. Mais ne nous emballons pas. Vous savez de quand date cet Essai ?
— … 1912, et alors ?
— Et qui était son auteur ?…
— Évidemment : Georges Soulié de Morant pour être exhaustif, lequel a été, si je ne m’abuse, consul en Chine où il a séjourné entre 1901 et 1918. Il a de plus écrit sur la Chine et traduit quelques-unes des œuvres marquantes de la littérature chinoise ancienne. Il laisse aussi une œuvre de romancier que l’on redécouvre…
— … grâce à d’intrépides éditeurs, blablabla !… Certes, mais permettez que je mette un bémol à ce portrait un peu trop flatteur à mon goût.
— … Euhhhh !…
— Pour être honnête, je dois vous avouer que je n’étais, jusqu’à il y a peu encore, pas moins naïf que vous. Mais dès lors que l’on peut aisément juger sur pièces, je le présenterais plutôt comme un piètre romancier et un vulgarisateur fort discutable de la littérature chinoise. Mais là n’est pas le problème. Revenons-en à son jugement sur notre roman, lequel jugement n’est, vous l’aurez noté, pas plus argumenté que justifié. De deux choses l’une : soit Soulié avait lu le roman et alors il était dément ; soit il ne l’avait pas lu et dans ces conditions il bluffait.
— Alors, fou ou hâbleur ?

La question resta en suspens pour moi jusqu’à la lecture du rapport d’activité pour le comité de suivi de thèse de Wang Yiran 王怡然 qui, sous la direction de Philippe Postel (LAMO-Université de Nantes), travaille sur « La réception en France du roman érotique chinois à partir du XVIIIe siècle ». Elle y disait avoir analysé l’adaptation par GSDM de ce roman : celle-ci existait donc bien ! À partir de là, il ne me fut pas trop difficile d’en trouver la trace — que ne l’avais-je fait plus tôt ? — dans un recueil publié par GSDM en 1921[3] que je me procurai aussitôt chez un bouquiniste en ligne pour une somme fort raisonnable. Le livre[4] arriva vite sous sa couverture rouge quelque peu défraîchie mais sur laquelle on peut toujours lire en plus du titre,

Les

Contes Galants

de la Chine

par

George Soulié de Morant

Eugène Fasquelle, Éditeur

1921

les caractères chinois suivants : [en haut] Zhongguo aiqing xiaoshuo 中國愛情小說 (romans d’amour chinois) ; [à gauche] Yinshua suo Fasigaile 印刷所法寺蓋勒 (éditeur Fasquelle) ; [à droite] Zuozhe Sulie Molang 作者蘇烈穆郎 (auteur : Soulié [de] Morant). [Voir illustration ci-dessus] J’en profite en passant pour rappeler que Fasquelle avait déjà édité en 1912 le Lotus d’Or, roman adapté du chinois par GSDM qui est, ce n’est pas difficile de le deviner, une « adaptation condensée, […] libre, abrégée et édulcorée » — comme la qualifiera plus tard André Lévy[5]—, du Jin Ping Mei, adaptation sur laquelle Wang Yiran aura sans aucun doute égalemeny beaucoup à dire comme sur Le Bonze Mèche-de-Lampe qui est offert dans le présent ouvrage ainsi composé :

    • « Le Monastère du Précieux Lotus » (pp. 5-25) [SIII, 39]
    • « L’Union embrouillée » (pp. 27-58) [SIII, 8 ; JG, 28]
    • « La Fausse vieille » (pp. 59-67) [SIII, 10]
    • « Les Mariés adroits » (pp. 69-100) [SIII, 7 ; JG, 27]
    • « Le Mariage de Ya-Nei » (pp. 101-125) [SIII, 28]
    • « Le Bonze Mèche-de-Lampe » (pp. 127-165)
    • « Plus fort que l’amour » (pp. 167-181)

L’histoire, ou ce qu’il en reste, y côtoie les adaptations — c’est ainsi qu’elles sont présentées —, de cinq contes tirés du troisième et dernier recueil des San yan 三言 de Feng Menglong 馮夢龍 (1574-1646), le Xingshi hengyan 醒世恆言 (Paroles éternelles pour éveiller le monde, S III) — ce sont respectivement les numéros 39, 8, 10, 7 et 28 ; dont le deuxième et le quatrième figurent également dans le Jingu qiguan 今古奇觀 où ils apparaissent respectivement en 28e et 27e positions. Le récit sur lequel se referme ces Contes galants est une adaptation, non pas d’un récit en langue vulgaire, mais d’un conte en langue classique que GSDM appelle le Tsrwei Yng-Yng, qu’on transcrirait maintenant « Cui Yinying » et qui est, en fait, le « Yingying zhuan » 鶯鶯傳 de Yuan Zhen 元稹 (779-831) — pour lequel GSDM donne 881 pour la date de mort —, texte bien connu qui inspira à Wang Shifu 王實甫 le Xixiang ji 西廂記, chef-d’œuvre de la création dramaturgique des Yuan que GSDM a également massacré[6]. Pour lire ce texte en français, on préfèrera donc à cette variante peu satisfaisante, la traduction d’André Lévy[7] du récit classique, et pour le chef-d’œuvre du théâtre des Yuan, on se tournera vers Rainier Lanselle qui pour la collection « Bibliothèque chinoise » des Belles Lettres (Paris, 2015) le livra sous le titre Le pavillon de l’Ouest. Quant aux contes du Jingu qiguan[8], on a maintenant, à la « Bibliothèque de La Pléiade » (Gallimard, 1996), les versions intégrales et élégantes de Rainier Lanselle ; les deux autres contes n’ont pas encore de traduction véritablement recommandable : néanmoins, on peut encore lire la traduction de Stanislas Julien (1799-1873), « Les deux frères de sexe différent » (in Nouvelles chinoises. Paris : Hachette-Duprat,1859, pp. 175-271) qui aurait pu servir de source à GSDM pour « La Fausse vieille » ; quant à SIII, 28, on devra se contenter du résumé qu’en donna André Lévy dans le deuxième volume de l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire[9] qu’il avait initié et qu’il a abondamment alimenté ; les autres contes y sont également traités.

Reste donc ce Bonze ! Qu’en dire sinon que le roman source a terriblement souffert du traitement que lui a infligé GSDM. Le décalage entre ce bref rendu de quelque 52000 signes environ et le nôtre[10] — 190 000 signes environ, soit plus de trois fois et demi plus long —, et/ou le texte original, ne vient probablement pas des défaillances de l’édition source utilisée par GSDM qui la signale dans une note de bas de page (p. 129) : « Adapté du Ro-shang tsi Yüan, « Merveilleuse aventure d’un bonze », roman par le célèbre dramaturge Kao Tong tsia (Tse-Tchreng), fin du XVIe siècle ap. J.-C. », indication dans laquelle on reconnait un tirage tardif du roman paru sous le titre modifié de Heshang qiyuan 和尚奇緣 (L’extraordinaire destinée d’un moinillon), pour, vraisemblablement, échapper à la censure qui frappa le roman au moins à partir de 1810. Pour ce qui est de l’attribution de l’œuvre à Gao Ming 高明 (zi Zecheng 則誠, mort en 1359), on sait qu’elle a, de longue date, été remise en cause par Sun Kaidi 孫楷第 (1898-1989) dans son inventaire des romans chinois en langue vulgaire (Zhongguo tongsu xiaoshuo shumu 中國通俗小說書目, 1933) et ne mérite pas d’être retenue. Le roman est incontestablement plus tardif, bien qu’il soit impossible de dater son apparition avec précision. Elle est néanmoins antérieure à 1730, puisque Cao Qujing 曹去晶, l’auteur du Guwangyan 姑妄言 (Propos faciles) y fait référence dans le cinquième chapitre de son « monu-roman » dont le manuscrit[11] est précédé d’une préface portant cette date — nous y reviendrons dans un prochain billet : Le Moine Mèche-de-lampe (4) 

Pour faire court — car gageons que Wang Yiran dira sur ce sujet plus et mieux d’ici peu —, Soulié ruine le roman d’une manière qui n’a rien de créatif. Au final, le lecteur de 1921 se trouve face à une histoire de fausses nonnes qui s’introduisent dans une famille honorable et en ruine la fragile harmonie. Les passages croustillants sont rendus de manière très allusive. Ainsi lorsque la fausse nonne fit

« tomber ses propres vêtements […] apparut , ô surprise ! plus homme que bien des hommes. Mme Yang, stupéfaite, balbutiait : — Mèche-de-lampe ? C’est la mèche-de-lampe !.. Mais déjà, il était trop tard, et dans les bras de la fausse religieuse, elle répétait encore : — O mon cœur et mon foie ! O vie joyeuse ! O brûlante Mèche-de-lampe ! Cependant, la petite suivante Jade-attiédi s’était promis d’assister aux jongleries. Dès qu’elle l’avait pu, elle s’était glissée silencieusement en haut de l’escalier devant la porte de la chambre. La voix de sa maîtresse lui parvenait toute changée, ronronnante et douce, mais elle ne voyait rien. Enfin, par une fente, elle aperçut le lit. Ce qu’elle vit lui parut si comique qu’elle ne put s’empêcher de rire. Le bruit sembla réveiller Mme Yang. Elle tourna la tête. Jade-attiédi dégringola l’escalier. »

De fait, on peine à retrouver l’invention romanesque qui fait du roman un objet de curiosité, savoir ce petit diable de moinillon au crâne rasé qui a la capacité de changer de taille et de se faufiler vraiment partout. Voici, pour ceux qui ne l’auraient pas encore lu, le passage dans ma traduction :

Arrivée à proximité de la lampe, Wang fut surprise de constater qu’une petite explosion s’y était produite, aussitôt suivie d’une seconde. Dans le même temps, une goutte d’huile s’était répandue sur la table, laquelle goutte se transforma en un clin d’œil en un petit moine de trois pouces de haut. Le petit homme bondit plusieurs fois sur place avant de s’avancer vers la maîtresse de maison qu’il salua poliment ! « Eh bien ça alors ! s’écria celle-ci toute frémissante de frayeur. Mais, c’est que ce petit bout d’homme sait même parler ! — Je vous présente mon fils, claironna Rubiconde. Si Madame accepte de s’en occuper, il sera petit si elle le désire, grand si cela lui chante ; il saura aller au-devant de tous ses caprices ; Madame devrait en être folle. Follet, poursuivit-elle en s’adressant cette fois à la créature, incline-toi vite devant Madame. » Sourire aux lèvres, le petit bonze de trois pouces s’avança. Après s’être agenouillé, il s’inclina respectueusement devant Wang qui en conçut une grande satisfaction, le priant instamment de se relever. Mais à peine s’était-il redressé, qu’il s’engouffrait déjà dans la manche de son hôtesse. En un éclair, il se pelotonna entre ses seins dont il se mit à lécher goulûment ment l’extrémité. « Petit vaurien ! Sors vite de là et cesse de me sucer de la sorte », implora Wang qui, traversée d’un frisson d’aise, commençait déjà de mouiller culotte. « Mon fils ! Reviens vite et va te coucher avec Madame ! » ordonna en souriant Rubiconde, qui après avoir prévenu qu’elle s’absentait un petit moment, plongea dans la flamme de la lampe pour y disparaître sans laisser de trace. Alors que prise d’épouvante, elle s’exclamait « Diable, une immortelle ! », Wang s’aperçut que le petit moinillon de trois pouces, lequel s’était entre-temps extirpé de sa manche, se mettait à grandir petit à petit ; bientôt il mesurait six ou sept pouces ! A ce moment-là, l’esprit de Wang ne tenait plus à son corps. « Ce petit moine saurait-il s’y prendre avec les femmes ? Se pourrait-il que l’immortelle me l’ait laissé pour j’en use à ma guise ? » se demanda-t-elle, incrédule. Sans plus tergiverser, elle interrogea finalement l’intéressé : « Dis-moi un peu, serais-tu donc doté d’une broquette pour pissoter ? — Pour sûr que j’en ai une ! Si Madame veut bien prendre la peine de vérifier », et liant le geste à la parole, il ouvrit sa culotte. De fait, l’objet n’était guère plus imposant qu’une mèche de lampe et, qui plus est, à peine plus long qu’un doigt. « Mais à quoi cela pourrait-il bien me servir, hoqueta l’autre en pouffant de rire. Le vit de mon mari fait bien six pouces de long ! Et en plus, il est vraiment trapu. Quelle déveine, ton machin ne me sera vraiment d’aucun secours ! » Toujours tout sourire, le petit moine sauta alors à terre d’où il se fraya un chemin dans la culotte de son interlocutrice. Une jambière le conduisit jusqu’à sa fente qu’il se mit à laper à qui mieux mieux, dardant dans la cavité une langue experte. Il l’asticotait tant et si bien que Wang n’en put supporter davantage. Elle essaya bien de faire sortir le petit moine de son repaire, mais plus elle le tirait, plus il suçait ; soudain, il disparut entièrement dans le conduit. Il ne restait plus à Wang qu’à s’affaler d’aise sur une chaise. Elle y tomba à la renverse les quatre fers en l’air, s’abandonnant totalement à son plaisir. Il y a justement un petit impromptu qui nous décrit la scène à merveille : Crâne rasé de frais, aussi luisant que givre, le cœur de la fleur s’égare à chercher, s’engouffrant dans un douillet cocon, tel un pilon incandescent, il emporte l’adhésion. La belle dame est la première à décharger. Tête de moine, comme un battoir d’acier, pilonne les profondeurs, et tandis que deux pieds lui broient les fesses, de ses mains il malaxe un petit ventre tout dégoulinant, qu’il arrose comme on le fait aux fleurs. Or donc, bien calé dans le bijou de Madame, le moinillon lapa tant et tant que sa partenaire était comme ivre, littéralement abrutie d’aise. Hors d’elle, elle ne pouvait se retenir de proférer des « Mon petit cœur, tu me tues ! », sans penser le moins du monde que, parmi les soubrettes, il s’en trouverait une qui désirerait vivement voir les tours de Rubiconde. Celle-ci portait le doux nom de Xuanyu, Jade Accommodant. Curieuse de nature, elle s’était donc discrètement glissée en haut de l’escalier. D’où elle se tenait, elle ne pouvait manquer d’entendre les mille et un mots doux et autres pâmoisons qui s’échappaient de la bouche de sa maîtresse. « M’est avis que cette magicienne n’est pas une vraie bonne femme et que, tout gaillard qu’elle est, elle se paie du bon temps avec Madame. » Et, tout en se disant cela, elle grimpa sur le toit pour en avoir le cœur net, déplaçant au passage une tuile. Mais rien n’y fit, Wang était tellement à son affaire qu’elle ne l’entendit même pas. En jetant un coup d’œil à l’intérieur, Jade découvrit que, loin d’être sur le lit, sa maîtresse était allongée sur une chaise longue, les jambes dressées vers le ciel, ne cessant de gigoter et de gémir. « Eh bien ! ça alors, mais où donc est passée cette fichue magicienne ? » se demandait la servante complètement ébahie par le spectacle saugrenu qui lui était donné d’observer, « et à quoi rime de se trémousser de la sorte si on n’est pas dans les bras d’un gars ? » pensa-t-elle en éclatant de rire. L’ayant entendue, le petit moine sortit de sa cachette. Encore tout ruisselant, il inspecta du haut de ses sept pouces les environs. L’apercevant, Jade fut frappée de stupeur. Ne pouvant retenir un « Aya ! », elle dévala les escaliers. (pp. 30-34)

Last but not least, ces Contes Galants furent traduits en anglais : Chinese Love Tales (New York : Three Sirens Press, 1935, 161 p.) et, au moins en partie par C. de Fornaro dans un Chinese Decameron (New York, 1929) offrant à cette occasion « A Bonze in the Garb of a Nun » (Un bonze déguisé en nonne, pp. 101-131).[12] On peut se demander ce qu’il reste des piquantes et drolatiques facéties de notre moine initial après ces deux opérations : traduction d’une adaptation réductrice. Merci à ceux qui possèderaient ces ouvrages de m’aider à répondre à cette question, qui sera traiter si j’arrive à mettre la main sur ces ouvrages sans me ruiner.

[1] Une version embryonnaire en chinois de ce texte a été employée dans un ouvrage récemment publié à Nankin : « Zhongguo gudai yanqing xiaoshuo zai Faguo de fanyi he jieshou » 中國古代艷情小在法國的翻譯喝接受, in Liu Yunhong 劉雲虹, He Ning 何寧, Wu Jun 吳俊 (eds.), Nanjing daxue « Wenxue kuaxueke guoji hezuo yanjiu » lunwenji 南京大學“文學跨學科國際合作研究“ 論文集. Nanjing : Nanjing daxue, 2021 pp. 519-530 (Tong Yanchao 童雁超, trad.) ; une version anglaise augmentée devrait voir le jour dans un volume édité par Rick Qi (Translation Studies, Monash University, Melbourne) intitulé Translation and Overseas Dissemination of Classical Chinese Literature (Springer) ; quant à la version française évoquée ici, elle devrait paraître dans le numéro inaugural de la revue Cahiers de la Chine

[2] Soulié de Morant (George). Né en 1878 et mort en 1955, il passe, sans doute à tort, pour être celui qui aurait fait découvrir l’acupuncture aux Français. Il en fut un des défenseurs acharnés, ce pourquoi il est considéré comme le saint patron de l’acupuncture européenne. Certains, même, n’hésitent pas à l’honorer du titre d’Illustre Maître ! Voir à cet effet le numéro que la revue Méridiens (Revue de l’Association scientifique des médecins acupuncteurs de France) lui consacra en 1987 (n° 79), et le non moins élogieux dossier publié par la Revue française d’acupuncture en 1985 (n° 42, p. 8-48). Fort de son expérience de la Chine – où il fut un temps consul délégué à Kunming –, et de sa connaissance du chinois qu’il aurait appris tout jeune avec un lettré chinois du nom de Ting Tun Ling qui vivait chez Judith Gautier, ce sinologue de salon se piqua de vulgariser l’histoire et la littérature chinoises. Le peu de ses productions encore accessibles aujourd’hui montre que ses ambitions font peu de cas de la rigueur sinologique et joue éhontément sur les partis pris de son époque : Bijou-de-ceinture. Paris : Kwok On, 1925, 1993 ; Ts’eu-hsi, impératrice des Boxers (1911). Paris : You-Feng, 1997 ; La Passion de Yang Kwé-Fei (1924). Paris : You-Feng, 1997. Il laisse un bon nombre d’adaptations fort libres des œuvres qui avaient eu l’heur de lui plaire et plusieurs tableaux de la littérature chinoise comme son Essai sur la littérature chinoise (Paris : Mercure de France, 1912). Son jugement sur le genre romanesque montre les limites de son ouverture d’esprit : « Ils ont les mêmes qualités et les mêmes défauts que les pièces de théâtre : l’action est lente, l’intrigue est à peine fouillée et toujours retardée par des conversations interminables qui représentent fidèlement d’ailleurs celles de la vie réelle. » Un ouvrage est venu clarifier certains aspects de l’apport réel de GSDM à l’acupuncture : Johan Nguyen, La réception de l’acupuncture en France, une biographie revisitée de George Soulié de Morant (1878-1955). Paris : l‘Harmattan, 2012, 227 p.

[3] George Soulié de Morant, Contes Galants de la Chine. Paris : Charpentier et Fasquelle, 1921, 183 p.

[4] George Soulié de Morant, Lotus-d’Or. Paris : Charpentier et Fasquelle, 1912, viii-294 p.

[5] Dans l’introduction à Fleur en Fiole d’Or (Jin Ping Mei cihua). Texte traduit, présenté et annoté par André Lévy. Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de La Pléiade », 1985, pages xxxviii et cxlvi. On pourra également lire les pages 187 à 218 de la thèse de doctorat de Li Shiwei 黎詩薇, « Jin Ping Mei au travers de l’étude historique et critique de ses traductions anglaises et françaises », Aix-Marseille Université, 2016, et plus particulièrement les pages 195-218.

[6] George Soulié de Morant, L’amoureuse Oriole, jeune fille. Roman d’amour chinois du xiiie siècle. Paris : Ernest Flammarion, 1928.

[7] André Lévy (trad. et présentation), Histoires d’amour et de mort de la Chine ancienne. Chefs-d’œuvre de la nouvelle (Dynastie des Tang. 618-907). Paris : Aubier, coll. « Domaine chinois », 1992, « Folie de jeunesse », pp. 101-121, réédition en format de poche, Paris : Flammarion, coll. « GF-Flammarion », 1997, pp. 101-121.

[8] Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Jingu qiguan). Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de La Pléiade », 1996, lxi-2104 p

[9]  André Lévy, Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire. Paris : Collège de France-Institut des Hautes Études Chinoises, coll. « Mémoires de l’Institut des Hautes Études Chinoises », vol. viii-2, 1979, pour SIII, 39, voir pp. 804-807 ; SIII, 8, pp. 604-607 ; SIII, 10, pp. 612-615 ; SIII, 7, pp. 600-603 ; SIII, 28, pp. 728-734.

[10] Le Moine mèche de lampe. Roman érotique traduit du chinois et présenté par Aloïs Tatu. Arles : Éditions Philippe Picquier, coll. « Le Pavillon des corps curieux », 1998, 169 p., réédition coll. « Picquier-Poche », n° 173, 2002, 166 p.

[11]  Voir Chan Hing-ho 陳慶浩, Wang Ch’iu-kuei 王秋桂, (eds). Taipei : Encylopædia Britannica, Taiwan Daying baike, coll. « Siwuxie huibao » 思無邪匯寶. vol. 36-45, 1997.

[12] Si l’on en croit Martha Davidson, A List of Published Translations from Chinese into English, French, and German. Part I: Literature, exclusive of Poetry. New Haven (Conn.): Far Eastern Publications. Yale University, 1957, a-56.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.