Le théâtre et le roman chinois anciens en France (en bref)

L’article reproduit ci-dessous a été rédigé pour une revue coréenne qui va proposer deux numéros consacrés à la traduction et à la réception de la littérature d’Asie en France. Il sera prochainement remplacé par une version plus développée donc plus complète.

Le théâtre et le roman chinois anciens en France

La littérature chinoise ancienne en France, c’est avant tout le corpus des traductions dans notre langue qui ont été données de ses œuvres ; il en va ainsi du roman et du théâtre chinois anciens que l’on ne connaît pas grâce à des histoires complètes, mais dont on peut, néanmoins, se faire une idée à travers des présentations sommaires et, surtout, à travers des traductions. 

En effet, contrairement aux travaux sinologiques en langue anglaise provenant notamment des universités américaines, notre pays ne dispose toujours pas plus, en ce début de XXIe siècle, de vue d’ensemble du champ littéraire chinois que de monographie d’ampleur rendant hommage à ces deux pans de la production littéraire chinoise.

L’histoire de la littérature chinoise que Jacques Pimpaneau (1934-) a publiée aux Éditions Philippe Picquier en 1989, et qui a été souvent rééditée depuis, n’est, en fait, rien d’autre qu’une agréable promenade à travers la forêt des chefs-d’œuvre les plus marquants de la littérature chinoise ancienne ; elle ne traite du roman et théâtre qu’à travers l’évocation de ses chefs-d’œuvre incontournables. Bien que de taille modeste, La littérature chinoise ancienne et classique, volume n° 296 de la collection « Que sais-je ? » (Paris, PUF) signé par André Lévy (1925-2017) en 1991 pour remplacer le précédent volume intitulé La littérature chinoise d’Odile Kaltenmark, lequel datait de 1948, offre une percée plus dynamique de l’histoire monumentale de la création littéraire chinoise, et fait aux genres souvent qualifiés de « populaires » l’honneur de les traiter dans une partie judicieusement intitulée « littérature de divertissement ». C’est peu mais mieux que la manière souvent désinvolte dont la sinologie avait jusqu’alors, à part quelques exceptions anecdotiques, traité ces genres majeurs de la basse littérature, tous deux indistinctement confondus jusqu’au début du XXe siècle en Chine où ils ont toujours été méprisés et jugés dangereux par une orthodoxie confucéenne qui les combattit à de fréquentes reprises tout au long de son histoire.

Paradoxalement, écritures romanesque et dramaturgique avaient de longue date étaient placées sous l’attention des premiers sinologues qui, tel Abel Rémusat (1788-1832), Stanislas Julien (1799-1873), Antoine Bazin (1799-1862) et une poignée d’autres, en traduisirent soit dans le but de pratiquer la langue parlée, le baihua 白話, que les deux modes utilisent, soit pour donner à leur lectorat une idée des mœurs de la Chine impériale. Il n’est guère utile d’épiloguer sur les progrès qui ont été réalisés depuis. Si leurs contributions, comme celle des missionnaires jésuites du XVIIIe siècle qui alimentèrent La Description de la Chine édité par le père Du Halde en 1735, ont naturellement une valeur historique indéniable et permettent de mieux comprendre comment l’Occident se représentait l’Empire chinois à différentes époques, elles ne devraient plus faire illusion. Pourtant, nombre d’entre elles ont retrouvé vie grâce à des maisons d’édition peu sourcilleuses qui les diffusent sans les mises en garde indispensables. Ainsi le lecteur français curieux de la manière dont on pratiqua la fiction et l’art dramatique en Chine impériale, peut-il lire ces rendus réducteurs et biaisés d’une poignée de contes, de quelques bribes de roman-fleuve et des bouts de livrets d’opéra. Comme rien ne les met en garde sur la provenance de cette production désuète, la confusion est complète.

Pourtant, depuis un demi-siècle, les avancées réalisées sont, bien qu’encore insuffisantes, remarquables. Pour s’en rendre compte, voyons ce que le lecteur de bonne volonté qui ne tomberait pas dans les chausse-trapes de l’édition de bas étage peut découvrir du roman et du théâtre anciens, et commençons par le moins doté des deux : le théâtre.

Le théâtre chinois ancien en France, parent pauvre de la traduction

A l’occasion de la sortie aux Presses universitaires de France en juillet 1995 du volume n ° 2980 de la collection « Que sais-je ? », Le théâtre chinois de Roger Darrobers (1953-), j’expliquais la désaffection dont était victime ce genre majeur par différents facteurs historiques mais, aussi et surtout, par la complexité de l’expression dramatique chinoise et les difficultés que présente sa lecture et sa traduction1. Si l’on fait un bilan des acquis modernes à la découverte du genre le plus prisé des lettrés chinois depuis son apparition tardive en Chine au tournant du XIIIe siècle, on ne s’étonnera pas d’être encore loin du compte. Ce « Que sais-je ? » remplissait donc une lacune qu’avaient jusqu’alors partiellement comblée les intéressantes notices du Dictionnaire de littérature chinoise2 en mettant pour partie l’accent sur sa contribution à la littérature, ce que n’avaient pas réussi à faire les études plus anciennes qui n’en avaient traité que de l’aspect scénique de l’art dramatique chinois. En traduction, si on laisse de côté les historiques adaptations réductrices des XVIIIe et XIXe siècles, on a vraiment peu à se mettre sous les yeux.

L’on a certes fait un pas dans le bon sens pour le chuanqi 傳奇 des Ming 明 (1368-1644), avec deux traductions en moins de dix ans, savoir le Pavillon aux Pivoines, Mudanting 牡丹亭 et L’Oreiller magique de Tang Xianzu 湯顯祖 (1550-1617) traduction du Handan ji 邯鄲記, toutes deux rendues par André Lévy3, mais le théâtre chinois, qui connut avec le zaju 雜劇 son premier âge d’or sous les Yuan 元 (1271-1368), nous est toujours aussi peu accessible. Le dynamisme de la recherche chinoise qui a permis la mise à disposition de nombreux documents et combien d’outils indispensables, n’a pas encore produit chez nous son effet. La traduction française la plus facilement accessible reste toujours le recueil de trois zaju réalisé par Li Tche-Houa [Li Zhihua 李治華] en 1963 pour la collection « Connaissance de l’Orient » (Paris : Gallimard) : Le signe de patience, et autres pièces du théâtre des Yuan. Il présente, dans un style peu adapté, deux zaju de Zheng Tingyu 鄭廷玉 (Le Signe de Patience : Renziji 忍字記 et L’Avare : Kanqian nu 看錢奴) et un de Qin Jianfu 秦簡夫 (Le Fils Prodigue : Pojia zidi 破家子弟).

L’Orphelin de Zhao, ce Zhao shi gu’er 趙氏孤兒 de Ji Junxiang 紀君祥, dont l’adaptation en 1731 par le Père de Prémare (1667-1735) inspira à Voltaire son fameux Orphelin de la Chine (1755), naguère rendu par S. Julien (Moutardier, 1834) et plus récemment par Christine Corniot qui l’a elle-même édité (L’orphelin de Zhao. Drame chinois de Ji Junxiang. 1994, 57 p.), vient enfin de connaître une traduction de référence. On la doit à Isabella Falaschi qui la livre dans un beau volume bilingue avec deux autres zaju : le fameux Automne au Palais des Han, Hangong qiu 漢宮秋 de Ma Zhiyuan 馬致遠 et le Zhao Li rang fei 趙禮讓肥 de Qin Jianfu) sous le titre de Trois pièces du théâtre des Yuan ((Paris : Les Belles Lettres, coll. « Bibliothèque chinoise », 2015)). Ce soudain regain d’intérêt pour le début de l’écriture dramaturgique chinoise a également bénéficié au chef-d’œuvre incontesté du théâtre des Yuan, le Xixiangji 西廂記 de Wang Shifu 王實甫 (début du XIVe s.). C’est le même éditeur qui livre en 2015 la traduction de Rainier Lanselle sous le titre Le Pavillon de l’Ouest, traduction très maîtrisée qui vient, enfin, remplacer celle de Stanislas Julien (L’Histoire du pavillon d’Occident) qui avait été publiée 7 ans après la mort du grand sinologue (1880).

Au bout du compte, on ne connaît assez bien qu’à peine plus d’une demi-douzaine des 162 zaju subsistants des quelque 600 recensés pour la période ! On peut allonger ce trop rapide inventaire en ajoutant Cinq pièces de Guan Hanqing 關漢卿 (1225-1320) qui ont été proposées dans une revue spécialisée sur l’art dramatique Théâtre/Public (n° 186/187, fin 2007) ; mais il s’agit là de rien de plus que la mise en français des traductions faites un demi-siècle plus tôt par Yang Xianyi 楊憲益 (1915-2009) et son épouse Gladys Yang (1919-1999). C’est, disons-le crûment, une grande déception qui devrait avoir pour conséquence de faire fuir les lecteurs plutôt que de les convaincre qu’ils ont affaire à une création digne de celles des meilleures dramaturges européens.

Il reste donc beaucoup à faire pour que les amoureux du théâtre puissent prendre la mesure de l’extraordinaire apport chinois à l’art dramatique, vœu pieux car peu d’éditeurs sont prêts à investir dans cette voie. Le constat reste globalement le même pour le roman ancien, même si l’acquis est, de loin, beaucoup plus conséquent.

Le roman chinois ancien en français

Longtemps négligé, ce corpus a pris de l’épaisseur pendant le demi siècle qui vient de s’écouler grâce à une poignée de traducteurs qui ont, au début tout au moins, affirmé leurs choix à contre courant des tendances lourdes de la sinologie française et envisagé le genre, non seulement dans toute sa diversité, mais en le plaçant clairement dans le champ littéraire.

Le roman en langue classique

On connaît maintenant les grandes étapes du développement du wenyan xiaoshuo 文言小說 à commencer par le Soushenji 搜身記 dont une traduction partielle, A la recherche des esprits (1992), s’est installée dans la collection très représentative créée en 1956 par Étiemble (1909-2002), lequel fut le pionnier de ce qu’on appelle maintenant la littérature mondiale ; la collection « Connaissance de l’Orient » des Editions Gallimard (Paris), qui sera ensuite dirigée par Jacques Dars (1937-2010) jusqu’à sa mort, offrit une belle vitrine au genre.

Il s’agissait, en l’occurrence, d’un travail collectif réunissant l’ensemble des sinologues parisiens ayant un goût pour ce corpus d’histoires curieuses et au style rugueux. L’édition conduite par Rémi Mathieu est de beaucoup plus satisfaisante que celle réalisée dans les mêmes conditions par Yves Hervouet (1921-1999) en 1969 autour des récits de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715). Ces Contes extraordinaires du pavillon du Loisir (Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient ») n’offraient dans des rendus pas, tous excellents, que 26 des quelques 500 zhiguai du Liaozhai zhiyi 聊齋誌異. C’était plus que les 20 que Louis Laloy avait révélés en 1925 de manière encore plus libre. Il faudra attendre 1986 pour en lire encore plus en français et se sera grâce aux Éditions en Langues Étrangères (Beijing) qui avaient confié à Li Fengbai, assisté de Denise Ly-Lebreton, la mission de populariser ce recueil dont l’intégrale française ne sortira qu’en 2005, sous la forme d’un coffret contenant deux gros volumes, d’en tout 2000 pages, finement édités par Jacques Cotin et traduits par André Lévy. Il a fallu au traducteur qui n’en était pas à son coup d’essai beaucoup de courage pour entreprendre seul cette traduction dont il avait donné un avant-goût en 1996 en publiant, déjà aux Éditions Philippe Picquier, les deux premiers rouleaux de l’œuvre, soit 86 récits. Cette intégrale a mis, pour de longues années sans doute, un point final à une aventure dont les prémices remontent à 1880, date à laquelle Camille Imbault-Huart (1857-1897) avait traduit un récit (« Zhong li » 種梨 sous le titre de « Poirier planté ») pour le Journal Asiatique. La réception de l’œuvre a été précisément retracée par Li Jinjia 李金佳 dans une thèse devenue livre — Le Liaozhai zhiyi en français (1880-2004). Étude historique et critique des traductions (Paris : Éditions You Feng, 2009). Au final, ce ne sont pas moins d’une vingtaine de traducteurs qui se sont attachés à faire connaître ce chef-d’œuvre avant qu’il ne soit révélé entièrement.

Les grandes collections de récits en langue classique des Qing 清 (1644-1911) que sont le Yuewei caotang biji 閱微草堂筆記 de Ji Yun 紀昀 (1724-1805) et Zi bu yu 子不語 de Yuan Mei 袁枚 (1716-1798) ne sont pas encore arrivées au terme de ce long cheminement qui permet à une œuvre d’être abordable dans son intégralité. Pourtant deux autres volumes de la collection « Connaissance de l’Orient » nous en ont donné un aperçu très heureux : il s’agit dans le premier cas de la première partie de l’œuvre de Ji Yun, Luanyang xiaoxia lu 灤陽消夏錄, que Jacques Dars a rendu sous le titre de Passe-temps d’un été à Luanyang (Gallimard, 1998) et d’un choix de 135 récits (sur les 747 de l’œuvre) réalisé par Chang Fu-jui (張馥蕊, alias Tchang Fou-jouei, 1916-2006), aidé pour l’occasion de sa fille Jacqueline Chang et de Jean-Pierre Diény (1927-2014) : Ce dont le Maître ne parlait pas (Gallimard, 2011). Ji Yun avait aussi retenu l’attention de Jacques Pimpaneau lequel avait rendu un choix de moindre ampleur puisant selon sa fantaisie parmi les quelques 1196 récits de l’ensemble (Notes de la chaumière des observations subtiles. Paris : Kwok-on, 1995).

Bien d’autres zhiguai xiaoshuo 志怪小說 sont également disponibles dans des choix de taille et de qualité diverses. Le plus réussi est celui que donna Jacques Dars sous le titre d’Aux portes de l’enfer en 1984 mais popularisé en format de poche par les Éditions Philippe Picquier en 1997. Jacques Dars renouait là avec son goût pour un corpus auquel il avait consacré une thèse, et vers lequel il se tournera à nouveau en dévoilant les meilleurs contes fantastiques du Jiandeng xinhua 剪燈新話 (Nouvelles histoires en mouchant la chandelle) de Qu You 瞿佑 (1341-1427) et du Jiandeng yuhua 剪燈餘話 (Suite aux histoires en mouchant la chandelle) de Li Zhen 李禎 (1376-1452), dans un volume unique intitulé En mouchant la chandelle : nouvelles chinoises des Ming publié chez Gallimard dans la collection « L’imaginaire » (n° 162, 1986).

On ne peut fermer ce sous-chapitre sans évoquer les traductions d’André Lévy des récits fantastiques de la dynastie Tang 唐 (618-907). Là encore, nous disposons grâce à lui de deux volumes parus chez le même éditeur, qui en livra des versions de poche ultérieurement, dans lesquels il proposait le meilleur de la production de cet âge d’or de la nouvelle en langue classique : le premier parut en 1992 sous le titre d’Histoires d’amour et de mort de la Chine ancienne. Chefs-d’œuvre de la nouvelle (Dynastie des Tang. 618-907) (Paris : Aubier, coll. « Domaine chinois », 1992) ; le second en 1993, sous celui d’Histoires extraordinaires et récits fantastiques de la Chine ancienne. Chefs-d’œuvre de la nouvelle (Dynastie des Tang. 618-907) II. (Aubier, coll. « Domaine chinois », 1993).

Là encore, il a fallu pas mal de tâtonnements avant qu’on soit en mesure de disposer de traductions non seulement fiables, mais qui plus est agréables à lire de ces récits dont la plupart, ne l’oublions pas, sont encore inédits. Beaucoup de collections, autant anciennes que tardives, mériteraient plus d’attention : on en découvre des bribes ici ou là, et notamment dans les différents numéros de la revue en ligne de l’axe « Littératures d’Asie et traduction » de l’IrAsia : Impressions d’Extrême-Orient [URL : http://ideo.revues.org/] Mais passons au domaine le plus exploré de la littérature de fiction chinoise.

Le roman chinois ancien en langue vulgaire

En parcourant les traductions françaises du tongsu xiaoshuo 通俗小說 ancien, on va à nouveau croiser les mêmes traducteurs, savoir André Lévy et Jacques Dars principalement, lesquels ont également grandement œuvré pour faire connaître le meilleur de la fiction narrative chinoise en langue vulgaire ; on va, fort heureusement ajouter un petit nombre de noms de traducteurs, mais, malgré tous les efforts consentis par les uns et les autres, on est encore loin de pouvoir prendre la mesure, en français, de la créativité chinoise dans ce secteur dont les meilleurs inventaires répertorient pas moins 5000 titres de tailles et de natures très diverses.

Il faut commencer par rappeler que cette littérature n’a véritablement été envisagée comme littéraire que progressivement pendant le siècle précédent et surtout quand les deux traducteurs précédemment cités se sont penchés sur cette production. Si Abel-Rémusat et Stanislas Julien, pour ne prendre que les plus célèbres, n’avaient aucune vision de la nature particulière de cette littérature, André Lévy et Jacques Dars ont très tôt compris que les œuvres auxquelles ils allaient s’attaquer représentaient le sommet d’un art, celui des conteurs, qui tire ses sources dans le génie d’une civilisation complexe et profonde. Leurs prédécesseurs puisaient presque à l’aveuglette dans le fonds des livres rapportés par les Jésuites et déposés à la Bibliothèque Royale, comme s’il s’agissait de témoins d’une Chine immobile ; les traducteurs du XXe s., choisiront les ouvrages pour leurs qualités propres et sauront, non seulement les traduire avec talent, mais les présenter avec pertinence comme des éléments à part entière du génie littéraire mondial.

Pour gagner en clarté, distinguons plusieurs catégories d’ouvrages : d’abord les grands romans-fleuves, puis les récits en langue vulgaire (huaben 話本) publiés en recueils, avant d’affronter le roman libertin à la chinoise.

En fait, ce qui est assez surprenant, c’est que contrairement à l’exemple des pionniers du XIXe s qui s’étaient épris de romans de taille modeste et facilement présentables au public français (à savoir les Haoqiu zhuan 好逑傳, Ping Shan Leng Yan 平山冷燕 et autres Yu Jiao Li 玉嬌梨 et Baishe jingji 白蛇精記), peu d’intérêt a été accordé depuis à cette riche production connue sous l’appellation de caizi jiaren xiaoshuo 才子佳人小說, que, pour faire vite, on qualifiera de « romances » de la période de transition Ming-Qing. Les exemples remarquables de romans brefs disponibles en français sont du reste peu nombreux : outre un Dongyouji 東遊記 traduit par Nadine Perront (1993), on ne peut ajouter qu’un ou deux titres, encore le fait-on avec beaucoup de réticence. Si la Pérégrination vers l’Est qui a intégré directement la collection « Connaissance de l’Orient » en format de poche, méritait cet honneur, la traduction du Xiyou bu 西遊補, parue chez You Feng (Paris, 2010), pour ne parler que d’elle, est, à l’opposé, un véritable fiasco. Les romans de plus grande ampleur sont peu représentés, sinon brillamment par le chef-d’œuvre de Wu Jingzi 吳敬梓(1701-1754), le Rulin waishi 儒林外史 traduit par Tchang Fujui déjà cité plus haut. Les deux gros volumes publiés dans la collection « Connaissance de l’Orient » qu’il signa en 1976, firent connaître le sort des lettrés chinois soumis aux rudesses du système des examens et des concours impériaux. Les facéties d’un Ji Gong 濟公 et d’un Zhong Kui 鍾馗 sont malheureusement passées un peu inaperçues malgré l’attention qui leur a été respectivement accordée par Yves Robert (L’ivresse de l’éveil. Paris : Les Deux Océans, 1989) et Danielle Eliasberg (Le Roman du Pourfendeur de Démons. Paris : Collège de France-Institut des Hautes Études chinoises, 1976).

Si l’on monte, maintenant, un degré supplémentaire dans la complexité et la richesse narratives, on constate que le public français peut lire, dans des versions de référence complètes, les quatre romans-fleuves connus sous l’appellation de Si da qi shu 四大奇書, les Quatre grands livres extraordinaires.

Les romans-fleuves

Trois d’entre ces traductions monumentales — à chaque fois deux volumes, pour quelque 3000 pages —, figurent dans la collection la plus prestigieuse de l’édition française, savoir la « Bibliothèque de la Pléiade » des Éditions Gallimard.

Le premier a y avoir accédé fut le Shuihuzhuan 水滸傳 dans la traduction de Jacques Dars sous le titre d’Au bord de l’eau (1978). Jacques Dars fit mieux que traduire une œuvre chinoise aimée de tous ; il ajouta à la littérature française une œuvre à part entière. C’est ainsi que les critiques ont accueilli un travail exemplaire qui inspire, aujourd’hui encore, respect et admiration. Plus récemment, en 1997, il fit passer le roman en format de poche (Paris : Gallimard, coll. « Folio », 1994-1995) dans sa version réduite à 71 chapitres par Jin Shengtan 金聖嘆 (1608-1661) ; c’est assurément l’œuvre chinoise ancienne d’ampleur la plus lue et la plus appréciée.

Les deux titres suivants ont été traduits, ce qui est en soit un exploit, par le même traducteur : il s’agit d’André Lévy qui signa en 1985, Fleur en Fiole d’Or, traduction intégrale du Jin Ping Mei cihua 金瓶梅詞話 (disponible au format de poche dans la collection « Folio » en 2004) et seulement six ans plus tard, soit en 1991, la traduction tout aussi complète de Xiyouji 西遊記, sous le titre de La Pérégrination vers l’Ouest. Il s’agit non seulement d’un exploit digne d’un marathonien de la traduction, mais aussi de la fin d’une longue et chaotique quête commencée plus d’un siècle plus tôt — là encore, on ne peut que s’attrister que subsistent encore en librairie des versions anciennes, aussi partielles qu’approximatives, de ces deux chefs-d’œuvre.

Il ne fallut pas moins de temps, soit plus de 150 ans, pour qu’on dispose enfin d’une traduction complète du Sanguo yanyi 三國演義. Commencée dans les années 1950, celle de Nghiêm Toan et Louis Ricaud (chap. I-XLV) a été achevée par Angélique et Jean Lévi, pour le compte des éditions Flammarion qui le débita en sept volumes entre 1987 et 1991. On trouve dorénavant l’ensemble en trois gros volumes qui ont connu un vif succès grâce à la diffusion de l’adaptation de la saga historique au cinéma (John Woo, 2008). A nouveau, les Éditions You-Feng se sont singularisées en mettant sur le marché une « traduction maison » d’une rare indignité (L’Épopée des Trois Royaumes, 2006-2015, 5 volumes).

Si ces quatre chefs-d’œuvre semblent bien installés dans nos bibliothèques et pour longtemps, il n’est pas irraisonnable de penser que quelqu’un donnera un jour une nouvelle traduction au Hongloumeng 紅樓夢. Pourtant, les signataires en 1981 du Rêve dans le Pavillon rouge (Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade »), savoir Li Zhehua, Jacqueline Alézaïs, et ne l’oublions pas André d’Hormon (1881-1965), avaient entouré le chef-d’œuvre de Cao Xueqin 曹雪芹 (1715-1763) de la plus grande attention. Peut-être, était-elle trop pesante et ont-ils étouffé le génie particulier de cet ouvrage majeur. Mais qui serait capable de relever à nouveau le défi ?

Passons maintenant à ces petits chefs-d’œuvre qu’on découvre par grappes et qui ont fait d’abord les délices des lecteurs de la fin des Ming et du début de Qing, avant de permettre aux missionnaires Jésuites de faire leurs premières armes en chinois « de tous les jours », puis d’enthousiasmer les salons du Second empire, pour n’être véritablement découverts dans toutes leurs richesses qu’au dernier quart du XXe s.

Le genre court

Le recueil le plus souvent exploité est ce qu’on peut appeler un longseller : il s’agit du Jingu qiguan 今古奇觀 qui, mis en circulation aux alentours de 1635, a suscité à différentes époques beaucoup d’intérêt et pas moins d’une centaine de traductions réalisées par 22 traducteurs entre 1735 et 1996, date à laquelle parut la première traduction complète de l’anthologie, soit celle des quarante récits qu’elle contient. Les Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois ont naturellement intégré la « Bibliothèque de La Pléiade ». C’est un volume de plus de 2100 pages qui porte un appareil critique très conséquent de la main même du traducteur, ici Rainier Lanselle, comme pour les autres volumes de la même collection, et dans une moindre mesure pour ceux de la collection « Connaissance de l’Orient ».

Cette attention sourcilleuse à entourer la traduction d’un éclairage supplée d’une certaine manière à la rareté des travaux savants. C’est ainsi que les travaux d’André Lévy sur le conte chinois en langue vulgaire ont été d’abord diffusés à travers ses traductions d’extraits des San yan liang pai 三言兩拍 : sa thèse, soutenue en 1974, ne fut publiée qu’en 1981 sous le titre raccourci de Le conte en langue vulgaire du XVIIe siècle par le Collège de France et l’Institut des hautes études chinoises (coll. « Bibliothèque de l’Institut des hautes études chinoises », vol. XXV, 1981). Ses traductions de Ling Mengchu 凌濛初 (1580-1644), L’Amour de la renarde. Marchands et lettrés de vieille Chine (Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », 1970) et des huaben anciens retenus pour L’antre aux fantômes des collines de l’Ouest (Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », 1972) étaient déjà devenues des « classiques ». En 1981, André Lévy montra égalemnt une facette encore inconnue de cette production phare de la fin des Ming, en s’attachant à sa veine « policière » (gong’an 公安) avec 9 histoires réunies sous le titre de Sept victimes pour un oiseau (Paris : Flammarion).

En 1987, ce furent les Qingping shantang huaben 清平山堂話本, que Jacques Dars révéla sous le titre de Contes de la montagne sereine (Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient »). On doit à Rainier Lanselle d’avoir restituer en 1987 une autre collection, beaucoup tardive, dans son intégralité : il s’agit du Zhaoshibei 照世杯 (La Coupe qui reflète le monde) dont les quatre récits sont disponibles grâce aux Éditions Philippe Picquier sous le titre Le Cheval de Jade. C’est la même maison d’édition qui accepta cinq récits des Wushengxi 無聲戲 (Comédies silencieuses) de Li Yu 李漁(1611-1680), que nous avons livré sous le titre d’A mari jaloux, femme fidèle. On était en 1990, début d’une période pendant laquelle, les Éditions Picquier, d’abord basées à Paris avant de s’installer à proximité d’Arles, offrirent à des traducteurs la possibilité de publier plus facilement le fruit de leur travail et d’explorer un registre dans lequel la France s’est montrée très productive, savoir le registre de la littérature libertine, d’aucuns disent « érotique », d’autres n’hésitant pas à la qualifier de « pornographique ».

Les romans à l’index

Certaines traductions de ces ouvrages, qui cela dit en passant sont tous à l’index en République Populaire de Chine, sont signées par André Lévy. Il poursuivait là une part de son exploration commencée avec Jin Ping Mei. Il signa notamment la traduction de deux collections de huaben coquins, savoir le Huanxi yuanjia 歡喜冤家 et le Yipianqing 一片情, le premier en deux volumes sous le titre générique d’Amour et Rancune (Les Spectacles curieux du plaisir, 1997 ; Les Miroirs du désir, 1999), le second en 1997 sous le titre de Tout pour l’amour. André Lévy ne reprenait pas les textes de ces recueils que Rainier Lanselle avait précédemment traduits dans une anthologie parue chez Gallimard, d’abord hors collection avant d’être intégrée dans la collection « Connaissance de l’Orient » (1991). Celle-ci, parue en 1987 sous le titre de Poisson de Jade et l’épingle au phénix. Douze contes chinois du XVIIe siècle, donnait une idée de recueils dont les titres sont évocateurs de la liberté d’esprit de la transition Ming-Qing : en plus de deux récits des Wushengxi de Li Yu, d’autant des Pai’an jingqi 拍案驚奇 (Taper sur la table en s’exclamant Extraordinaire) de Ling Mengchu, et de contes tirés du Yipianqing, et Huanxi huanjia, il révélait des histoires provenant de La vanité du libertinage ou Fengliu wu 風流悟 et de La pierre qui dissipe l’ivresse ou Zuixing shi 醉醒石. Quoi qu’ait pu, à l’époque, en penser Étiemble, ces huaben restent très « sages » dans leurs descriptions des ébats amoureux. Ceux traitant des amours homosexuels sur lesquels André Lévy leva un peu le voile avec le premier des quatre contes du Bian’er chai 弁而釵, (Epingle de femme sous le bonnet viril. Paris : Mercure de France, 1997) et Thomas Pogu avec le 14e et dernier conte du Shidiantou 石點頭 (La Pierre qui hoche la tête) : Le Tombeau des amants. Paris : Éditions Cartouche, 2011), l’étaient tout autant.

L’adjectif « sage » n’est plus de mise avec les titres de la collection « Le Pavillon du corps curieux » dirigée par Jacques Cotin aux Éditions Philippe Picquier tous livrés sous pseudonymes : à Huang San et son co-traducteur lequel usa de pas moins de trois noms d’emprunt différents (Lionel Epstein, Oreste Rosenthal, Boorish Awadew), on doit la traduction de Chipozizhuan 癡婆子傳, Vie d’une amoureuse (1991) ; Ruyi qunzhuan 如意君傳, Biographie du Prince Idoine (1991) ; Hailing yi shi 海陵佚史, Les écarts du prince Hailing (1995) ; Xiuta yeshi 繡榻野史, Histoire hétérodoxe d’un lit brodé (1997) et Taohua ying 桃花影, A l’ombre des pêchers en fleur (2005) ; Aloïs Tatu (alias Pierre Kaser) en traduisit, pour sa part, trois entre 1998 et 2005 : le Dengcao heshang zhuan 燈草和尚傳, devenu Le Moine Mèche-de-Lampe (1998), Bi Yu Lou 璧玉樓 rendu par Le Pavillon des Jades (2003) et enfin Yaohu yanshi 妖狐豔史, finalement publié sous le titre de Galantes Chroniques de renardes enjôleuses (2005).

Les points communs de ces traductions sont d’avoir pu utiliser les éditions critiques de la collection « Siwuxie huibao » 思無邪匯寶 publiée à Taiwan par un chercheur français du CNRS, Chan Hing-ho 陳慶浩 et d’avoir révélé des faces encore inédites de la fiction chinoise des deux dernières dynasties dans ce registre particulier.

D’autres textes de cette nature avaient été également rendus accessibles au public français par le même éditeur, mais sans toutes les précautions nécessaires. Ainsi, peut-on penser que les traductions de Christine Kontler du Zhaoyang qushi 昭陽趣史 (Nuages et pluie au Palais des Han, Picquier, 1990) et du Zhulin yeshi 株林野史 (Belle de candeur, Picquier, 1990) et celle que Christine Corniot donna du Rouputuan 肉蒲團, sous un titre bancal (De la Chair à l’extase. Picquier, 1991), pourraient, sinon devraient, être revues. C’est surtout nécessaire pour ce dernier roman qui peut passer pour le chef-d’œuvre de ce genre d’écrits. Sa première traduction par Pierre Klossowski et un sinologue anonyme, sous le titre de La Chair comme tapis de prière (Paris : Jean-Jacques Pauvert, 1962) en avait suscité une nouvelle ; cette dernière, celle de Christine Corniot, attend celle qui va la remplacer. L’enjeu n’est pas dénué d’intérêt puisque le roman en question assure à l’éditeur la meilleure de ses ventes pour la littérature chinoise ancienne, domaine qu’il a finalement abandonné. Il n’en reste pas moins qu’on lui doit d’avoir contribué à mieux faire connaître, et apprécier, la littérature que la Chine actuelle ne parvient plus à occulter malgré la véhémence mise à la combattre et à la nier.


Pour conclure (provisoirement)

En guise de conclusion, je dirais que la France a fait, ces 50 dernières années tout particulièrement, d’immenses progrès dans l’appréciation et la présentation de la littérature chinoise ancienne en générale, et de la littérature de divertissement en particulier. L’ensemble repose essentiellement sur des traductions que l’on doit à une poignée de traducteurs dont les plus actifs, Jacques Dars et André Lévy, nous ont déjà quitté. On peut se demander maintenant si la relève sera assurée — il reste tant à faire ! —, ce qui est loin d’être une certitude. Du reste la situation peu engageante de l’édition papier risque, qui plus est, de brider les progrès de ceux qui seraient encore susceptibles de tenter de relever le défi. Ne serait-ce pas le moment d’envisager les choses selon d’autres paradigmes, et de se tourner vers l’édition en ligne ? L’avenir répondra à cette double interrogation.

  1. Voir Études chinoises, vol. XVI, n° 1, printemps 1997, pp. 180-183 []
  2. A. Lévy (dir.), Paris : PUF, coll. « Quadrige », 2000 []
  3. Paris : MF éditions, respectivement en 1999 et 2007 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.