Frictions textuelles

La lecture des pages 51 et 52 de La Seconde main ou le travail de la citation dont les Editions du Seuil viennent de donner une édition de poche avec une postface inédite de l’auteur, Antoine Compagnon, m’a offert le beau terme de « Frictions textuelles » dont je vais user, voire abuser, à chaque fois que je me pencherai sur la manière dont un texte en cite, en vampirise un autre. Il me paraît plus ouvert que celui d’« emboîtement » dont je m’étais servi pour titrer plusieurs billets de ce carnet. Il me servira à englober toutes sortes de relations textuelles dont l’emboîtement n’est qu’une modalité, de même que la greffe, ou les autres combinaisons que peut nous offrir la littérature chinoise. 

« Frictions textuelles » pourra donc constituer un terme générique, un fourretout bien pratique, pour ranger des billets écrits sans plan d’ensemble et au fil de mes lectures, dont le détail sera fourni ci-dessous et qui fera peut-être sens un de ses prochains jours.

Emboîtements

  • 01. Wu Jun 吳均 (469-520), « Yangxian shusheng » 陽羡書生  (29/12/2013) :
  • 02. Ji Yun 紀昀 (1724-1805), récit tiré de « Ru shi wo wen » 如是我聞, Yuewei caotang biji 閱微草堂筆記  (02/04/2017) :
  • 03. Tang Xianzu 湯顯祖 (1550-1616), sc. 17 du Mudanting 牡丹亭 (en travaux) :
    • https://kaser.hypotheses.org/1056

Greffes

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.