Greffes-01 : Jin Yun Qiao zhuan 金雲翹傳, chapitre 5

貫華堂評論金雲翹傳二十回清刊本-卷一31B-32A

La lecture du Jīn Yún Qiào zhuàn 金雲翹傳 réserve bien des surprises1. L’une d’entre elles figure à la fin du chapitre 5, quand pour convaincre M. Wang qu’il doit se faire à l’idée d’abandonner sa fille à son destin — lequel sera terrible, car, pour sauver son père d’une sombre affaire, elle se vend sans le savoir à un lupanar et non, comme elle le croit, comme concubine à un honnête homme —, on lui raconte une histoire qui doit avoir raison de ses derniers scrupules. On sait qu’il en faudra plus, mais regardons l’anecdote en question qui tranche avec le récit et passe pour une pièce rapportée dont je cherche toujours la source — il me semble avoir lu une histoire similaire, mais ma mémoire flanche désespérément :

Un fonctionnaire provincial du Jiangxi profita d’une visite qu’il devait rendre à Yangzhou pour s’y choisir une concubine. Il trouva une personne fort à son goût chez un sieur Zhou. Or, au moment d’abandonner sa fille, celui-ci ne put se résoudre à voir s’éloigner sa chère enfant, aussi lui substitua-t-il une jeune fille qu’il avait élevée, laquelle prit sa place dans l’embarcation nuptiale. Mais, au premier coup d’œil qu’il put porter sur elle, notre mandarin s’aperçut de la supercherie : « Tu n’es pas celle sur laquelle s’est arrêté mon choix hier !  —  Mais en quoi lui serais-je inférieure ?  — Ton maintien et ton charme sont hors norme, tu la vaut par dix fois ! Qui plus est, émane de toi un bonheur et une joie de vivre sans comparaison avec les siennes. Mais qu’ai-je à t’offrir en retour ? Je ne cherche qu’une concubine pour me donner un fils, ne vais-je pas de la sorte te causer du tort ?   — Me voilà ta femme.  Si la chance me sourit, jamais, vous mon mari ne connaîtrez l’indigence. Ma cadette était trop jeune pour que mes parents tolèrent de la voir partir au loin, et c’est pour cela qu’ils m’ont substitué à elle. » Notre mandarin en conçut une grande joie, et, comme une fois rentré chez lui son épouse était déjà morte, il fit d’elle sa principale. L’année suivante, elle lui donna un fils, et lui fut promu au rang de gouverneur du Shandong. Alors qu’ils passaient par Yangzhou, la jeune femme rendit visite à ses parents et à sa cadette qui n’était toujours pas mariée. Apprenant sa félicité, cette dernière en conçut un tel remords qu’elle se pendit et trépassa !2

Certes, il ne s’agit pas là d’un emboîtement de même type que ceux qui on fait l’objet de l’attention des deux premiers billets de cette série, mais nous avons en l’occurrence une insertion, une greffe, qui surprend et que rien ne justifiait véritablement : l’anecdote, qui fait suite à une série d’arguments, n’emporte absolument pas la décision. Sa narration n’a pour unique effet que de plonger Monsieur Wang dans ses réflexions. Il n’en est plus question, même au début du chapitre suivant. Pour le coup, la greffe n’a pas bien pris.

Du reste, et jusqu’à preuve du contraire, l’histoire du mandarin Liu ne figure que dans l’édition la plus ancienne conservée à la bibliothèque de Dalian 大連, laquelle a servi à Li Zhizhong 李致忠 pour établir la version moderne aux éditions Chunfeng wenyi 春風文藝 (Shenyang) de 1983 que j’utilise.3 Elle semble absente de l’ensemble des éditions plus tardives qui allègent le texte de beaucoup de ses compositions poétiques, mais il faudrait passer en revue l’ensemble des 21 versions qui nous sont parvenues du roman dont Dong Wencheng 董文成 dressa la liste dans une courte monographie4 qui reprenait en 1999 l’essentiel de ses observations menées pendant de nombreuses années sur Jin Yun Qiao zhuan. 

Il n’en reste pas moins que si vous reconnaissez cette anecdote, ou si elle vous en rappelle une autre, je vous remercie d’avance de me les signaler.

  1. Voir une description de ce roman dans notre billet « Les infortunes chinoises de la vertu » []
  2. Voir page 46 de l’édition réalisée par Li Zhizhong 李致忠 pour la collection « Ming-mo Qing-chu xiaoshuo xuankan » 明末清初小說選刊 des éditions Chufeng wenyi 春風文藝  de Shenyang en 1983, plusieurs fois rééditée depuis et qui ne me quitte pas depuis que je l’ai achetée en 1985. Pour une édition en ligne, on se reportera à deux versions fournies par ChineseTextProject :  et la version numérique à l’URL : , reproduite ci-dessous après une petite correction : 江西有一劉按臺,到揚州充作客人討妾,到周家看了一個女子中意。那周家臨嫁之時,捨不得親生女兒遠去,將一個養的女兒換了,嫁去上船。那按院一眼認出道:『你不是昨日所定的。』這女子道:『我不如他麼?』按臺道:『卿莊重艷逸,勝渠十倍,福享亦當過之。但我乃相士,抽豐而回,無子討妾,恐屈卿耳。』女子道:『嫁夫著主,我有福,夫君亦不久貧賤。舍妹年幼,父母不忍遠行,妾特代之耳。』那按院大喜。歸家值夫人已死,便立為正室。次年生一子,那按臺陞山東巡撫,過揚州,周氏來見其父母,妹猶未嫁。道其巔末,妹悔懸梁而死。 []
  3. Voir page 46. On la retrouve dans la version établie et annotée par Liu Lianli 劉蓮麗 et éditée en 1985 aux Editions Zhejiang wenyi dans la colllection « Ming Qing zhongpian xiaoshuo xuan » 明清中篇小說選, pp. 255-462. Voir p. 303 et l’illustration qui montre les pages 31B-32A de l’imprimé du Guanhuatang pinglun Jin Yun Qiao zhuan 貫華堂評論金雲翹傳, Tôkyô []
  4. Voir le numéro 75 de la collection « Chatuben Zhongguo wenxue xiao congshu » 插圖本中國文學效叢書, aux Editions Chunfeng wenyi (1999), pp. 16-19. Pour une étude plus précise des éditions, voir Dong Wencheng, « Jin Yun Qiao zhuan banben kao » 金雲翹傳版本考, Ming Qing xiaoshuo luncong, 1985, 2, pp. 163-181 & 1986, 4, pp. 113-117. Voir également Ouyang Jian 歐陽健, « Jin Yun Qiao zhuan de kanben yu chaoben » 金雲翹傳的刊本與抄本, Ming Qing xiaoshuo luncong, 1986, 4, pp. 66-69 []

2 réflexions au sujet de « Greffes-01 : Jin Yun Qiao zhuan 金雲翹傳, chapitre 5 »

  1. Cher Pierre,

    Bien que dans un genre et sur un mode assez différents, cette histoire de jeunes filles substituées l’une à l’autre me rappelle un conte de mon cher Yuan Mei 袁枚, qui figure au chapitre VII de son Zibuyu 子不語 (histoire n° 7), sous le titre 鬼差貪酒 (traduction suggérée : « Un envoyé de l’au-delà porté sur la bouteille »). Nous sommes avec Yuan Mei dans le registre du fantastique, puisque la substitution en question s’y fait post-mortem, par transmigration d’une âme dans le corps d’une défunte, avec résurrection de celle-ci. En voici un résumé : désespérée de voir son père désavouer ses amours avec un quadragénaire impécunieux, une jeune fille meurt de langueur, mais après s’être débarrassé, en le saoulant, du sbire infernal venu emporter l’âme de sa bien-aimée, le « héros », Yuan Guanlan, peut filer le parfait amour avec le fantôme de sa belle en toute quiétude. Au bout d’un an, celle-ci annonce à son amant qu’elle reviendra à la vie le lendemain dans un corps d’emprunt, celui d’une jeune fille qui mourra dans un certain village. Suivant les conseils de son amante, Yuan se rend audit village et propose à la famille éplorée de ressusciter la jeune morte en échange de la promesse qu’il pourra l’épouser. Après accord, l’homme fait mine de prononcer quelques paroles magiques à effet ressuscitatif, et la jeune fille revient à la vie comme convenu, ce qui se conclut pour les deux amants par un mariage avec une belle dot à la clé. De plus, en changeant de corps, l’épouse de Yuan a aussi gagné en beauté. Le texte original de ce conte peut être consulté ici par exemple, sur Wikisource : https://tinyurl.com/yd4h5v4t En voici ma traduction personnelle, que je ressors de mes cartons pour l’occasion (le père Wieger en a donné sa version dans son Folk-lore chinois moderne (n° 109, pages 210-211 de la version papier), mais en sabrant allègrement dans les détails comme de coutume) :

    « La quarantaine venue, Yuan Guanlan de Hangzhou était toujours célibataire. Or un de ses voisins avait une fille dont la beauté l’avait séduit, et entre elle et Yuan était né un sentiment amoureux . Mais le père de la jeune fille, trouvant Yuan trop pauvre à son goût, ne voulut pas de lui pour gendre, si bien que sa fille tomba malade d’amour et mourut de langueur.

    Yuan, inconsolable, était en train de pleurer la mort de la jeune fille par une nuit de pleine lune, tenant dans ses mains un bol de vin qu’il buvait en solitaire, quand il aperçut au coin d’un mur un homme à la chevelure hirsute, tenant une corde à la main, comme s’il traînait quelque chose derrière soi. Cet homme le regardait de biais, un petit sourire aux lèvres.

    Yuan soupçonna qu’il s’agissait de l’homme à tout faire de son voisin, aussi, l’invitant d’un geste de la main, il lui demanda : « Un peu de vin vous ferait-il plaisir ? » L’homme opina du chef. Yuan lui versa alors une coupe de vin qu’il lui offrit, mais l’homme huma le vin sans le boire. « Serait-ce trop froid à votre goût ? » demanda Yuan. De nouveau, l’homme opina du chef. Yuan fit alors chauffer une coupe de vin et la présenta à l’homme, mais celui-ci, derechef, huma le vin sans le boire, et plus il humait, plus son visage s’empourprait. Comme il avait la bouche grande ouverte, au point de ne plus pouvoir la refermer, Yuan lui versa le vin dans le gosier : à chaque goutte de vin, le visage de l’homme se rétractait, et quand tout le cruchon fut vidé, son visage et son corps avaient tellement rapetissé qu’on aurait dit un nouveau-né. Il avait l’air tout rassoté et restait paralysé sur place.

    Au bout de la corde qu’il traînait était attachée la fille du voisin. Yuan exulta : s’emparant de l’homme à la chevelure hirsute, il le plongea dans une amphore remplie de vin dont il scella l’ouverture, puis il traça sur l’amphore un trigramme magique afin de mettre l’individu hors d’état de nuire.

    Après avoir délivré la jeune fille de ses liens, il l’emmena sous son toit et tous deux y vécurent comme mari et femme. La nuit, la jeune fille était pourvue d’une forme visible et pouvait s’unir à Yuan, mais dans la journée, seule sa voix était perceptible.

    Un an plus tard, la jeune fille déclara toute joyeuse: « Je vais pouvoir revenir à la vie, et qui plus est, je serai pour vous une épouse de toute beauté ! Dans un certain village, demain, une jeune fille rendra le dernier soupir : c’est dans son corps que je renaîtrai. Faites en sorte que tout le mérite vous en revienne, et vous y gagnerez l’argent de ma dot. » Le lendemain, Yuan alla faire une visite au village en question, où une jeune fille, en effet, venait de rendre le dernier soupir et d’être mise en bière. Ses parents poussaient des cris éplorés. « Si vous m’accordez votre fille en mariage, leur dit Yuan, j’ai là une médecine qui saura faire revenir son âme. »

    Fous de joie, les parents consentirent au mariage. Yuan s’approcha alors de la jeune fille et marmotta quelques mots à son oreille. Au bout d’un moment, elle se dressa d’un bond, à la stupéfaction des villageois assemblés qui virent en Yuan quelque divinité, ensuite de quoi on procéda aux épousailles.

    La mémoire de la jeune fille était vierge de tout souvenir se rapportant à sa famille, mais peu à peu, au bout d’un an, celle-ci n’eut plus le moindre secret pour elle. Quant à son minois, il était encore plus ravissant que celui de la fille qu’elle avait été auparavant. »

    Il n’y a bien sûr aucune chance pour que cette histoire soit celle que tu aies en tête, mais j’avoue que je n’ai pas pu résister au plaisir d’en faire profiter les lecteurs de ton carnet de recherche, d’autant que Yuan Mei est irrésistible !

    Bien amicalement,

    Alain Rousseau

  2. Ping : Frictions textuelles | Pierre Kaser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.