Les Carnets secrets de Li Yu

Les Carnets secrets de Li Yu

Je reproduis ci-dessous un compte-rendu publié dans la revue Études chinoises, vol. XXIII (2004), pp. 532-540.

Il concerne la dernière traduction signée par Jacques Dars qui nous a quitté le 28 décembre 2010. [Voir l’hommage publié dans Etudes Chinoises, n° 30 (2011)]. Je me suis contenté d’ajouter les caractères à la version initiale.

Fin 2009, l’ouvrage dont il traite a été réédité dans un format réduit chez le même éditeur.

Jacques Dars,  Les Carnets secrets de Li Yu. Un art du bonheur en Chine. Arles : Editions Philippe Picquier, 2003, 336 p.

Le premier contact que l’on a avec cet ouvrage est aussi enthousiasmant que déroutant. L’enthousiasme d’abord car sa présentation séduit immédiatement la main – avec un beau volume (20,5 x 26 x 3 cm) de 900 g. de beau papier agréable au toucher – , et l’œil – avec sur la jaquette un détail d’une belle peinture d’un des « Quatre grands maîtres des Ming », Qiu Ying 仇英 (1494 ?-1552 ?) : un lettré en plein exercice de l’art du farniente, dignement allongé sur une peau de tigre sous une tonnelle de bambous avec pour compagnie une grue. On retrouve une autre vue du même rouleau page 190 avec son titre Le jardin du plaisir (Cleveland Museum of Art). Cet habillage constitue une irrésistible invite à la découverte d’un travail dont on voit tout de suite en le feuilletant qu’il a été réalisé avec passion et goût, grâce, apprend-on page 336, aux bons soins de Florence Remy, Anne Thiollent et Antonia Bou. C’est ainsi que, tout au long de la lecture, le regard est tenu en haleine par une mise en page harmonieuse qui met en valeur un texte composé en deux couleurs (le rouge intervenant toujours à bon escient pour faire ressortir les titres et les sous-titres, les légendes des illustrations et le numéro des pages). Une quarantaine de reproductions de peintures pleines pages ne sont pas les seules illustrations à charmer le regard, loin de là. On admirera le travail d’intégration dans le corps du texte de ponctuations iconographiques (peintures, gravures, sceaux, calligraphies, en contrepoint ou pleine page en blanc sur fond noir comme pour les pages de garde des cinq chapitres). De fait, peu des 336 pages de l’ensemble ont été laissées vierges d’enrichissement. Celui-ci est toujours de bon goût sauf peut-être pages 80-81 quand le fond (une peinture) perturbe la lecture (idem pages 280 et 289). On retrouve aussi en bonne place (pages 138, 145, 147, 148-9, 152-3) des illustrations tirées d’éditions anciennes de l’ouvrage. Celle-ci a suscité un travail éditorial dont il faut saluer l’élégance et la justesse.

Ainsi mis en appétit, et tout à son plaisir, le lecteur pressé de satisfaire sa curiosité ne prendra sans doute pas garde à ce que Gérard Genette (Seuils, 1987) appelle le péritexte, à savoir les données éditoriales dont le texte a été entouré (les éléments que nous venons d’évoquer constituant, bien entendu, une partie non négligeable de cet appareil). Mais s’il s’y attache, les éléments qui lui sont proposés risquent bien de le plonger dans une hésitation que la quatrième de couverture ne chasse pas totalement. Celle-ci est pourtant claire. Le livre que nous allons lire est l’œuvre de Li Yu 李漁(1611-1679 sic !), et les Carnets secrets du titre un « véritable feu d’artifice d’inventions et de recettes pour transformer le quotidien en perpétuelle création, pleine de grâce et de surprises ». Or la page de couverture intègre ces deux éléments (l’auteur et le nom de son ouvrage) dans le titre, lequel est flanqué d’un sous-titre Un art du bonheur en Chine. Sur la page 3, l’ensemble se retrouve en complément d’un nouveau titre : Au gré d’humeurs oisives ! À chaque fois, l’auteur indiqué n’est pas, comme on aurait pu s’y attendre Li Yu, mais Jacques Dars. Comble de la confusion, la première page porte quant à elle la calligraphie cursive de six caractères, que le sinisant déchiffrera sans difficulté, puis qu’il s’agit de Li Yu et de Xianqing ouji 閒情偶寄 qui viennent compléter cette surabondance d’informations.
Avant de jeter un rapide coup d’œil à cet ouvrage, remettons donc les choses à leur place. Ce livre est la présentation par le sinologue et traducteur Jacques Dars de sa traduction quasi-intégrale de l’œuvre maîtresse d’un des essayistes les plus attachants de la dynastie Qing (1644-1911), à savoir le Xianqing ouji de Li Yu (13 septembre 1611-12 février 1680), alias Li Liweng 李笠翁.

Vouloir traiter de l’un sans l’autre semble bien téméraire, tant Li Yu et son œuvre sont indissociables. L’attitude peu respectueuse de l’orthodoxie de ce Chinois qui s’est détourné très tôt (1642) de la voie des concours mandarinaux pour vivre du fruit de son imagination et certaines de ses créations (au premier chef desquelles Rouputuan 肉蒲團 ou Chair, tapis de prière, 1657), les ont tous deux desservis. Li Yu et son œuvre ont connu une longue éclipse en Chine entre la fin des années trente jusqu’au début des années quatre-vingt (1), et il a fallu attendre 1991 pour voir la publication d’une œuvre complète digne de ce nom (2). S’ils ne sont plus à présenter aux sinologues occidentaux qui ont pu découvrir ces vingt dernières années quelques savantes monographies (3) les concernant et des traductions d’une partie de l’œuvre romanesque (4), le grand public à qui s’adresse ce livre ne sait rien ou si peu du talent de ce créateur hors norme, « un des plus joyeux génies et un des plus charmants excentriques que la Chine ait produits, un écrivain qui fut avec autant de bonheur dramaturge, romancier et nouvelliste, poète et essayiste », comme le présente d’entrée de jeu Jacques Dars  (page 6).

À elle seule, son œuvre littéraire qu’on connaît encore si peu en France lui vaut ce titre de génie car elle offre à chacun des genres abordés par lui au cours d’une longue carrière des chefs-d’œuvre d’invention et d’esprit. Si son œuvre romanesque – en commençant par ses Shi’er lou 十二樓 (Douze pavillons) – , devrait être entièrement révélée (nous nous y sommes engagés et nous y travaillons) pour le quatre centième anniversaire de sa naissance, on n’est pas prêt semble-t-il de lire avant longtemps une ou plusieurs de ses dix pièces d’opéra-théâtre qui le hissent pourtant quelque part aux côtés de Goldoni, Molière et Marivaux. On peut aussi prédire sans grand risque d’être rapidement contredit, que sa poésie subtile et abondante dormira encore de longues années avant qu’on en révèle le meilleur et notamment ses exquises « poésies chantables » (Naigeci 耐歌詞) . Il est donc particulièrement heureux de pouvoir lire le meilleur de cette collection d’essais si savoureux, part de choix de la production d’un essayiste tapageur qui aima parler de lui mais aussi aborder avec un humour et un esprit corrosifs les sujets en vogue à son époque, comme l’histoire avec un Lungu 論古 (De l’histoire, 1664) si peu conformiste. Mais avec le Xianqing ouji, il n’est plus question seulement de marquer sa différence par rapport à une tradition exégétique et de faire grincer les dents des confucianistes bon teint, mais d’affirmer haut et fort sa personnalité, son originalité et son extraordinaire inventivité en frappant fort afin de retenir l’attention et de recueillir les subsides indispensables à qui vit presque essentiellement de son pinceau.

Le Xianqing ouji, ouvrage au titre qui reçut jusqu’à cet excellent Notes au gré d’humeurs oisives diverses traductions (5), n’avait jamais été envisagé de front. On peut en lire des bribes dans plusieurs ouvrages anciens comme The Importance of Living de Lin Yutang  林語堂 (1895-1976) (6) qui en faisait grand cas, ou récents grâce à notamment Martine Vallette-Hémery (Les paradis naturels. Jardins chinois en prose. Arles : Picquier, 2001, pages 139-144) ou encore à Jacques Pimpaneau (Anthologie de la littérature chinoise. Arles : Picquier, 2004, pages 897-901). Si on en croise aussi de nombreux extraits (souvent les mêmes) dans les choix chinois de prose classique, le recueil est de nouveau facilement accessible dans les librairies chinoises. Depuis sa première édition moderne en 1985 à Hangzhou (Zhejiang guji) par Shan Jinheng 單錦珩, il a été souvent édité, et plus seulement, comme ce fut le cas pendant longtemps, pour ses deux juan 卷 liminaires qui traitent de l’art dramatique, le (Li Liweng) Quhua 曲話 ou Propos sur le théâtre. On s’y intéresse aussi et même surtout pour le reste, tout le reste (7). Et comme les subtilités de la langue de Li Yu peuvent échapper au lecteur  moderne et que son style est, comme le note si joliment Jacques Dars « très particulier et personnel – du vif-argent – à la fois nerveux, plein de ruptures et de surprises, de jeux de mots et de forme, de locutions détournées et d’échos subtils » (p. 316), il a été présenté dans une bonne demi-douzaine de traductions en chinois moderne, le plus souvent accompagnées de l’original en langue classique (8). Au milieu de cette pléthore d’éditions qui ont des mérites très divers, la meilleure édition disponible reste sans doute celle qui occupe le troisième volume du Li Yu quanji 李漁全集 (Hangzhou, 1991), lequel reprend la version de Shan Jinheng (1985) en reportant en marge les nombreux et piquants commentaires que Li Yu avait obtenus d’un grand nombre de lettrés en vue. On y retrouve aussi ce texte d’un millier de caractères sur les pieds bandés que signa son ami Yu Huai 余懷 (zi Danxin 澹心, 1616-1695). Soit un ensemble fort imposant de quelque 200 000 caractères qui correspond, pour donner une idée, à plus de quatre Fusheng liuji 浮生六記 de Shen Fu 沈復 (1763-ap. 1808) ouvrage deux fois traduit (9) et qui se place dans la mouvance du texte de Li Yu.
Bien qu’il y fasse référence à plusieurs reprises, Jacques Dars n’a pas retenu les deux premiers rouleaux consacrés au théâtre (« Ciqu bu » 詞曲部, soit plus de 60 000 caractères). Le non sinisant doit donc toujours se contenter de la traduction allemande quasi-intégrale réalisée voici bientôt quarante ans par Helmut Martin (10) pour lire ce texte dont la valeur n’a cessé d’être signalée depuis sa première diffusion en 1671.
Dans l’impressionnant ensemble subsistant (soit quelque 200 essais plus ou moins développés), Jacques Dars procède encore à un choix selon ses goûts et, pourrait-on dire, sa fantaisie — attitude tout à fait indiquée quand on a affaire à un texte de cette nature. Comme ce dégraissage se double d’une réorganisation de la matière, il n’est pas aisé d’en évaluer l’étendue, mais il ne doit pas de beaucoup dépasser le cinquième des quatre juan restant (« Shengrong bu » 聲容部, « Jushi bu »居室部, « Yinzhuan bu »飲饌部, « Yiyang bu » 頤養部). Une nouvelle cohérence est trouvée en cinq chapitres plus ou moins épais, chacun gratifié d’un titre qui en exprime fort élégamment l’esprit : 1. « Magie au féminin » (30 pages), 2. « Du beau partout » (118 pages),  3. « Éloge de la saveur » (54 pages), 4. « La science joyeuse du quotidien » (45 pages) et 5. « Un rêve rêvé en vain ? » (40 pages).

Si l’on peut s’étonner de ne pas y trouver certains passages tels que ces savoureuses considérations sur les incontestables disponibilités féminines à l’étude des belles-lettres, car « lorsqu’elles s’y appliquent, nous dit Li Yu, elles se montrent bien plus intelligentes que les hommes » (j. 3 : notule “Wenyi” 文藝) et un certain nombre d’autres moments forts, on constate très vite que ce que Jacques Dars nous offre là rend pleinement justice à l’ensemble, sans en trahir l’esprit. On peut même penser que, confronté aux mêmes exigences éditoriales, Li Yu n’aurait pas procédé autrement. Il a de fait remodelé son texte, réduisant son nombre de juan de seize à six. Qui plus est, il prônait que pour garder leur attrait aux écrits du passé, il fallait régulièrement les rénover (j. 2 : “Bian jiu cheng xin”    變舊成新). C’est ainsi qu’il se permit de réécrire des scènes entières des plus fameuses pièces du répertoire dramatique comme le Pipaji 琵琶記 et le Mingzhuji 明珠記. Chemin faisant, sans doute stimulé par sa volonté de faire partager sa passion pour le texte qu’il traduit si admirablement, Jacques Dars se livre. Il le fait en confiant au lecteur une liste de ses « menus plaisirs » (pages 22-23), mais aussi au travers d’un choix de citations qui, de Zhuangzi 莊子 à Su Dongpo 蘇東坡 et Lin Yutang, de Sénèque à Thoreau et Borges, pour n’en retenir que quelques-unes, trace des liens de parentés, souvent imprévus et féconds, qui contribuent à asseoir Li Yu dans le champ de la littérature mondiale — la meilleure —, tout en le débarrassant des pesanteurs de l’approche sinologique qui en a trop souvent terni la portée. Pourtant, cette décontraction affichée n’arrive pas à masquer le métier et l’érudition du traducteur-sinologue qui a déjà beaucoup donné à la littérature chinoise ancienne (11). On les retrouve dans les brillantes synthèses qui introduisent l’ouvrage   (« Li Yu, un génie au parcours fantasque », pp. 6-15, « Des aventures minuscules »,          pp. 16-24),  comme dans celle qui le clôt  (« Pour prendre congé », pp. 315-317), ainsi que dans les treize pages de notes et les utiles « suggestions bibliographiques » finales. Les présentations et les transitions que Jacques Dars insère avant ou entre les essais sont toujours fort bien dosées et remarquablement inspirées. Elles sont si souvent en phase avec le texte qu’elles introduisent qu’il arrive même que le lecteur ne parvienne pas toujours à les distinguer de la prose souple et nerveuse de Li Yu. La différence de taille de la police, censée régler ce problème, est, il est vrai, fort peu marquée et l’icône qui indique le début d’un passage traduit fort discret. Mais peu importe puisqu’on est pris par la jubilation conjuguée de l’écrivain et de son traducteur, l’un et l’autre heureux de communier dans l’évocation de sujets aussi divers que fondamentaux tels que l’art de manger des crabes, de balayer, de s’asseoir, de se tenir en bonne santé et de bonne humeur — la liste est encore longue —, dessinant par touches pudiques une véritable philosophie de vivre dégagée du pathos et des systèmes philosophiques en place.

Pour conclure cette présentation, nous aimerions à nouveau citer Jacques Dars quand,  avant de « prendre congé », il écrit (page 316) que le Xianqing ouji est « à [s]es yeux un chef-d’œuvre littéraire sans équivalent : l’inventivité jaillissante, l’extrême variété des sujets abordés et la tournure plaisante ou malicieuse donnée à leur présentation ; l’art de la formule, l’agrément du style primesautier, alerte et gracieux ; le sens du concret et de l’application pratique ; une certaine charmante tournure d’esprit qui sait à merveille découvrir l’extraordinaire sous la banalité, la richesse des réflexions souvent teintées d’ironie … Voilà déjà de beaux motifs d’étonnement, voilà de quoi procurer de grands bonheurs de lecture ! »

De fait, lorsqu’on referme ce revigorant livre, on se sait plus qui on doit remercier le plus, Li Yu ou celui à qui l’on doit que ces Carnets secrets de Liweng (Liweng mishu 笠翁秘書, titre originel du recueil) ne soient pas restés la propriété d’un nombre réduit mais peuvent être dorénavant appréciés de tous.

1) Voir P. Kaser,  « Li Yu : Le retour du Vieux Pêcheur au Chapeau de Paille », Revue bibliographique de sinologie (ci-après RBS) 1991, p. 279-285.
2) Voir mon compte rendu pour le Li Yu quanji 李漁全集 (Hangzhou : Zhejiang guji, 1991, 20 vols.), RBS 1992, p. 226-228.
3) Les deux plus récentes sont aussi les plus complètes : Patrick Hanan, The Invention of Li Yu.  Cambridge (Mass.) : Harvard University Press, 1988 (dont on trouvera des comptes rendus in T’oung Pao, LXXVI (1990), pp. 130-1, CLEAR 13, (1991), pp. 95-100 et RBS 1989), pp. 224-5) et Chun-shu Chang et Shelley Hsueh-lun Chang, Crisis and Transformation in Seventeenth-Century China: Society, Culture and Modernity in Li Yü’s World.  Ann Arbor : The University of Michigan Press, 1992 (cf. RBS 1992, pp. 224-226 et  CLEAR 15 (1993), pp. 180-182.).
4) Pour une liste quasi-exhaustive des traductions disponibles, voir Jacques Dars et Chan Hingho, Comment lire un roman chinois. Anthologie de préfaces et commentaires aux anciennes œuvres de fiction. Arles : Philippe Picquier, 2001, pp. 177-181.
5) Citons les choix les plus récents : Impressions anodines consignées sans façon (Rainier Lanselle), Notes occasionnelles dues au sentiment de disponibilité (André Lévy), Envois fortuits d’une passion oisive (Roger Darrobers), Au hasard du loisir (Martine Valette-Hémery), Notes de loisir envoyées au hasard (Jacques Pimpaneau) et notre Notes jetées au gré du sentiment d’oisiveté.
6) Ouvrage dont les Editions Philippe Picquier viennent de rééditer (Arles : 2004) la traduction (tronquée d’un cinquième de son contenu) de 1948 par J. Biadi, L’importance de vivre.
7) C’est le cas notamment de l’édition annotée que Zhao Wenqing 趙文卿 publia en 1991 aux Editions de Chongqing sous le titre de Liweng mishu 笠翁秘書. Il s’agit des quatre derniers juan réorganisés en six chapitres.
8 ) La majorité d’entre elles ont vu le jour avant 1996. (Voir RBS 1996). Shan Jinheng a lui-même publié en 1992 une version en langue parlée du Xianqing ouji sans les chapitres sur le théâtre. Voir le compte rendu. In RBS vol. XI/XII (1993/1994), n° 416.
9) Shen Fu, Six récits au fil inconstant des jours, traduits par Pierre Ryckmans, Paris : Bourgois, « 10/18 »  (1966, 1982) 1996 et Chen  Fou, Récits d’une vie fugitive (Mémoires d’un lettré pauvre), traduits par Jacques Reclus, Paris : Gallimard, « Connaissance de l’Orient », (1967) 1986.
10) Helmut Martin, Li Li-weng über das Theater. Heidelberg, 1966. Marie-Thérèse Brouillet en a fourni un fidèle rendu en français dans sa thèse de doctorat soutenue en 1984, Li Yu : Théâtre et métathéâtre, Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris III), travail qui propose également une traduction d’une des pièces de Li Yu, Bimuyu, précédemment traduite  par Alfred Forke (1867-1944) et rééditée dans un ouvrage intitulé Zwei chinesische Singspiele der Qing-Dynastie (Li Yu und Jiang Shiquan), mit einer Ergänzung: Ein anonymes Singspiel der Yuan-Zeit. Stuttgart: Franz Steiner (Sinologica Coloniensia, 16, John Hefter, Martin Gimm, éd),1993.
11) Rappelons qu’on doit à Jacques Dars, outre une magistrale traduction du Shuihuzhuan 水滸傳 (Au bord de l’eau) parue [chez Gallimard] à la « Bibliothèque de la Pléiade » (1978) et en collection « Folio » (1997), d’avoir fait connaître (entre autres) le Xu Xiake youji 徐霞客遊記 (Randonnées aux sites sublimes, 1993), Ji Yun 紀昀 (1724-1805) et une partie de son  Yuewei caotang biji 閱微草堂筆記 (Passe-temps d’un été à Luanyang, 1998), ainsi que la fameuse collection de contes  en langue vulgaire Qingpingshan tang huaben 清平山堂話本 (Contes de la montagne sereine, 1987) dans la collection « Connaissance de l’Orient » qu’il dirige aux Editions Gallimard. Sans oublier les récits en langue classique de Qu You 瞿佑 (1341-1427) et de Li Zhen 李禎 (1376-1452) (En mouchant la chandelle : nouvelles chinoises des Ming,  Gallimard, « L’imaginaire », 1986).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *