Le théâtre et le roman chinois anciens en France (en bref)

L’article reproduit ci-dessous a été rédigé pour une revue coréenne qui va proposer deux numéros consacrés à la traduction et à la réception de la littérature d’Asie en France. Il sera prochainement remplacé par une version plus développée donc plus complète.

Le théâtre et le roman chinois anciens en France

La littérature chinoise ancienne en France, c’est avant tout le corpus des traductions dans notre langue qui ont été données de ses œuvres ; il en va ainsi du roman et du théâtre chinois anciens que l’on ne connaît pas grâce à des histoires complètes, mais dont on peut, néanmoins, se faire une idée à travers des présentations sommaires et, surtout, à travers des traductions.  Lire la suite

Frictions textuelles

La lecture des pages 51 et 52 de La Seconde main ou le travail de la citation dont les Editions du Seuil viennent de donner une édition de poche avec une postface inédite de l’auteur, Antoine Compagnon, m’a offert le beau terme de « Frictions textuelles » dont je vais user, voire abuser, à chaque fois que je me pencherai sur la manière dont un texte en cite, en vampirise un autre. Il me paraît plus ouvert que celui d’« emboîtement » dont je m’étais servi pour titrer plusieurs billets de ce carnet. Il me servira à englober toutes sortes de relations textuelles dont l’emboîtement n’est qu’une modalité, de même que la greffe, ou les autres combinaisons que peut nous offrir la littérature chinoise.  Lire la suite

Greffes-01 : Jin Yun Qiao zhuan 金雲翹傳, chapitre 5

貫華堂評論金雲翹傳二十回清刊本-卷一31B-32A

La lecture du Jīn Yún Qiào zhuàn 金雲翹傳 réserve bien des surprises1. L’une d’entre elles figure à la fin du chapitre 5, quand pour convaincre M. Wang qu’il doit se faire à l’idée d’abandonner sa fille à son destin — lequel sera terrible, car, pour sauver son père d’une sombre affaire, elle se vend sans le savoir à un lupanar et non, comme elle le croit, comme concubine à un honnête homme —, on lui raconte une histoire qui doit avoir raison de ses derniers scrupules. On sait qu’il en faudra plus, mais regardons l’anecdote en question qui tranche avec le récit et passe pour une pièce rapportée dont je cherche toujours la source — il me semble avoir lu une histoire similaire, mais ma mémoire flanche désespérément : Lire la suite

  1. Voir une description de ce roman dans notre billet « Les infortunes chinoises de la vertu » []

Histoire des traductions en langue française [CR à venir]

Yves Chevrel, Jean-Yves Masson (s.l.d.), Histoire des traductions en langue françaiseLagrasse : Verdier, 2012-201?

  • à paraître : XXe siècle (s.l.d. de Bernard Banquin, J.-Y. Masson et Isabelle Poullin)
  • 2015 : XVe et XVIe siècles. 1470-1610 (s.l.d. de Véronique Duché, 1341 p.)
  • 2014 : XVIIe et XVIIIe siècles, 1610-1815 (s.l.d. d’Yves Chevrel, Annie Cointre et Yen-Maï Tran-Gervat, 1373 p.)
  • 2012 : XIXe siècle. 1815-1914 (s.l.d. d’ Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez, 1369 p.

L’ensemble de ce colossal projet est dûment présenté dans un document accessible sur le site de l’éditeur, résumé ici ou là en un paragraphe éclairant :  Lire la suite

Les Comédies silencieuses de Li Yu en mandchou

Début de la la table des matières du Liyan ceng bi bithe (Haikou : Hainan, 2001)

Je rassure ceux qui ont été intrigué par le titre de ce billet : je ne me suis pas (encore) mis au mandchou, bien que l’envie m’en soit venu à plusieurs reprises, savoir à chaque fois que la traduction d’un roman chinois ancien dans cette langue était signalée dans de savants écrits. Ce fut notamment le cas lorsque je lus, voici longtemps, l’article que Martin Gimm consacra à ce sujet dans Literary Migrations. Traditional Chinese Fiction in Asia (17-20th centuries) édité par Claudine Salmon voici 30 ans1 et plus particulièrement lorsqu’il y fait référence à des traductions de xiaoshuo de Li Yu 李漁. Je le cite ci-dessous en respectant ses choix typographiques et de transcription :  Lire la suite

  1. Beijing : International Culture Publishing Corporation, 1987. L’article de Martin Gimm est intitulé « The Manchu Translations of Chinese Novels and Short Stories — An Attempt at an Inventory », in Op. cit, pp. 143-208 []

Emboîtements-02 : Ji Yun 紀昀 (1724-1805)

Pour le premier emboitement de cette série, je m’étais penché sur « Le lettré de Yangxian », « Yangxian shusheng » 陽羡書生, récit en langue classique attribué à Wu Jun 吳均 (469-520), qui, à la réflexion, est, non seulement une belle métaphore de l’art de conter, mais aussi une manière très piquante d’évoquer l’emprunt d’un motif littéraire et une magistrale démonstration de la façon de le plier à sa volonté (j’y reviendrai un jour prochain).

Dans le récit dont on va lire une traduction, nous allons retrouver une évocation de ce conte, sous le titre de « Yangxian elong » 陽羨鵝籠 (La cage aux oies de Yangxian), histoire que son protagoniste principal se remémore alors qu’il est témoin d’un phénomène d’emboitement similaire lors d’un piquant concours d’histoires de fantômes auquel il assiste sur les bords du Lac Boyang.  Lire la suite

Les infortunes chinoises de la vertu

On trouvera ci-dessous le texte de ma communication donnée le 24 mars 2017 au château de Saumane (L’Isle-sur-la-Sorgue, Vaucluse) dans le cadre du  31e colloque international de la Société d’analyse des topiques romanesques :

 Roman rose / Roman noir. Territoires hétérogènes de la fiction1.

Les infortunes chinoises de la vertu. Jin Yun Qiao zhuan, un roman rose très noir du XVIIe siècle, inédit en français. 

Lire la suite

  1. Voir l’annonce sur le carnet de recherches de l’axe Littératures d’Asie et traduction, à l’URL : http://leo2t.hypotheses.org/693 []

Sinologists as Translators [CR]

9789629966072_boarder-500x730Lawrence Wang-chi Wong, Bernhard Fuehrer (eds.), Sinologists as Translators in the Seventeenth to Nineteenth Centuries. Hong Kong : The Chinese University Press – Research Centre for Translation, « Asian Translation Traditions Series », 2, 2015, xx-440 p.

Onze contributions en langue anglaise composent ce beau volume qu’ouvre une introduction signée Bernhard Fuehrer, de la SOAS, dont il est le coéditeur avec Lawrence Wong de la CUHK.

On peut consulter le contenu de l’ouvrage sur le site de l’éditeur qui propose également en version pdf l’introduction (pp. xi-xx) et la description suivante :  Lire la suite

HDR, etc.

hdrDepuis samedi 28 novembre 2015, je peux ajouter une ligne à mon CV, puisque c’est la date à laquelle s’est tenue ma soutenance pour l’obtention d’une habilitation à diriger des recherches (HDR). L’événement s’est déroulé salle des professeurs du centre des lettres de notre Université d’Aix-Marseille. Le jury était présidé par Vincent Durand-Dastès (INALCO) et comprenait Roger Darrobers (Paris 10), Noël Dutrait (AMU), Jin Siyan (Université d’Artois), Alexis Nuselovici (AMU). Lire la suite

Enfer chinois (01-a)

LiulichangBookstoreDans un article du Monde des Livres (du 23.04.2009) qui signale la sortie du film de John Woo et la réédition de la traduction du roman qui a inspiré les Trois Royaumes, Nils C. Ahl rappelle fort justement à ses lecteurs que ce livre, le Sanguo yanyi 三國演義, est « un monument de la littérature chinoise » : « Les Trois Royaumes figurent parmi les quatre œuvres classiques du panthéon littéraire chinois aux côtés du Voyage en Occident, d’Au fil de l’eau et du Rêve dans le pavillon rouge. Sa particularité, c’est qu’il est de très loin le plus lu, le plus connu, le plus populaire. La seule façon pour le lecteur occidental d’imaginer sa notoriété est de la comparer à celle des Trois Mousquetaires, d’Alexandre Dumas – comme le fait Jean Lévi dans son introduction. En Chine et en Asie du Sud-Est, tout le monde connaît l’intrigue générale et les personnages des Trois Royaumes. Nul besoin de l’avoir lu, nul besoin même de savoir lire. » Certes, mais n’y-a-t-il pas dans cette envolée érudite source de confusion, voire, in fine, un regrettable oubli. Lire la suite

Retour aux sources

 Un précédent billet intitulé « From China to Vietnam » avait fourni une rapide présentation du roman chinois Jin Yun Qiao zhuan 金雲翹傳 et rappelé son influence sur l’écriture du chef-d’œuvre de Ngyuen Du 阮攸, le Kim-Vân-Kiêu. Il se trouve que ce roman toucha également le Japon avec entre autres le Fuzoku kingyoden 風俗金魚伝 de Takizawa Bakin 滝沢 馬琴 (1767-1848) dont je reproduis ici les pages 8B-9A du premier volume de l’Imprimé conservé à la Bibliothèque de l’Université de Waseda.

La prise en compte de l’influence de ce roman en Chine même, notamment sur le théâtre, et bien sûr sur la production romanesque et poétique au-delà des frontières de l’empire chinois rend naturellement son étude intéressante, mais la manière dont celui-ci combine des sources classiques touchant à des événements historiques, en fait un objet d’étude passionnant. Du reste, sa composition et, par exemple, la manière dont il traite quasi exclusivement des aventures de la belle Wang Cuiqiao 王翠翹, prouvent son originalité par rapport à la production à laquelle on l’associe d’ordinaire, savoir le caizi jiaren xiaoshuo 才子佳人小說. Il n’est pas loin, par moments, de faire penser aux Infortunes de la vertu de Sade. Il mérite plus que le mépris affiché par les spécialistes vietnamiens du Kieu qui le décrivent comme une œuvre médiocre et sans intérêt, le pus souvent sans avoir jamais jeté un regard à ce qui tient de source à leur chef-d’œuvre national.

C’est aussi pour moi une sorte de retour aux sources, puisque je me rappelle avoir lu ce roman voici exactement 30 ans ! Une édition légèrement expurgée en avait été donnée en 1983 par Li Zhizhong 李致忠 pour la collection « Ming-mo Qing-chu xiaoshuo xuankan » 明末清初小說選刊 des Editions Chunfeng wenyi de Shenyang.

Tout cela pour dire que j’ai inscrit l’étude du Jin Yun Qiao zhuan au programme des cours de traduction de la spécialité « Recherche en sinologie » du master Aire culturel Asiatique (AMU) et, qu’en conséquence, je devrais être en mesure de faire état de nos progrès dans la découverte de cet ouvrage sur ce carnet, l’espace de travail restant réservé aux étudiants. La traduction complète de la version longue viendra en son temps.

Shi’er lou pour l’IACCCLV 6

JSBGSELDans la note de la rédaction rédigée pour présenter une contribution inédite de Jacques Dars initialement destinée à l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire (IACCCLV), mais publiée dans le volume d’hommages que lui a consacré la revue en ligne Impressions d’Extrême-Orient [1], je rappelais combien le regretté traducteur du Shihuizhuan  水滸傳 et de tant d’autres chefs-d’œuvre de la littérature narrative chinoise ancienne [2], avait contribué à poursuivre le travail initié pas André Lévy à la fin des années 1970. J’ajoutais en citant le maître d’œuvre de l’entreprise : « Ce projet avait pour but de dresser « l’inventaire analytique et critique du corpus des huaben 話 本 » et, ainsi, de « mettre en valeur les richesses documentaires de toutes sortes du corpus et les rendre plus facilement exploitables, tant du point de vue de la thématique littéraire que de l’histoire sociale et économique » [3]. Vingt-huit ans après la publication du premier volume de l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire, paraissait, en 2006, un cinquième volume dans lequel Jacques Dars s’était chargé du Xihu jiahua 西湖佳話 (1673), chef-d’œuvre tardif de cette vogue littéraire qui s’est développée à la fin des Ming 明 (1368-1644) et au début des Qing 清 (1644-1911) » [4] Je concluais : « Un sixième volume pourrait, un jour, mettre un point final à cette entreprise qui a déjà traité 19 recueils et offert des résumés d’un peu plus de 400 contes. » Lire la suite

S 1 (IACCCLV-6)

HeyinglouLes gloriettes de la réunion des reflets

S 1. Malgré d’infinies précautions et grâce aux manigances d’un vieil ami, un barbon confucéen se trouve contraint d’abandonner sa fille chérie au fils de son beau-frère, un libertin qu’il déteste. Le jeune homme, un instant éconduit, voit sa persévérance doublement récompensée car il épouse en prime la fille du vieil ami.

Introduction : Comme l’annonce un ci liminaire, rien ne peut arrêter un amour déclaré. En découle la nécessité de séparer autant que possible les appartements intérieurs des autres parties de la maison afin d’éviter les rencontres entre personnes des deux sexes. Ne prendre aucune précaution, c’est laisser la porte ouverte à des aventures du genre de celles qui arrivèrent à Li Jing 李靖 (z. Yaoshi 葯師, 571-649) telles qu’elles sont narrées dans le Hongfuji  紅拂記 ou à Cui Qianniu 崔千牛, ou encore à celles qu’illustre ce roman. Lire la suite

S 2 (IACCCLV-6 )

S02ALe cabinet du choix des époux

S 2. Initialement fiancées à quatre prétendants aussi ignares qu’affreusement laids, deux jumelles épousent finalement l’unique lauréat d’un concours dirigé de main de maître par un jeune mandarin désireux de trancher équitablement un litige familial.

Introduction : Un ci liminaire met en garde les parents contre les unions qui vont contre le désir de leurs enfants et font leur malheur. Si chacun se donnait la peine de réfléchir avant de sceller des fiançailles et bannissait toute précipitation, le ridicule et les complications d’un revirement seraient épargnés aux uns et aux autres, pour le bien des deux partis comme le repos des juges qui peinent toujours à trancher ces délicats litiges familiaux.  Lire la suite

S 11 (IACCCLV-6)

S11La maison qui m’a donné le jour

S 11. Séparé de ses parents depuis sa prime enfance, un jeune homme adopte sans le savoir son véritable père et sauve fortuitement sa mère et sa bien-aimée des griffes des brigands. Il retrouve finalement les lieux de son enfance.

Introduction : Le poème liminaire exprime les souffrances d’une jeune femme de la haute société prise dans la tourmente de la marche des Bandits Déferlants (chuangzei  闖賊) de Li Zicheng 李自成  (1605 ?- 1645) vers le Sud : déshonorée, elle se refuse la mort qui l’exposerait aux mânes accusateurs de son défunt mari. Tout cela n’a peut-être que peu de rapport avec le récit à venir, mais quoi qu’il en soit, c’est en dernier lieu au Créateur, Zaowu   造物, que revient le loisir de séparer et de réunir les gens. Lire la suite