Enfer chinois (02)

swxhbL’affaire est entendue [voir « Enfer chinois (01) »] ! Il n’y a de bonnes traductions qu’à partir de bonnes éditions. La distance entre le texte d’origine et le rendu final s’en trouve réduit d’autant et n’est plus seulement contingent que du talent et de la compétence du traducteur. Or donc, si l’on met de côté ces deux derniers paramètres, il y a deux catégories de traductions – j’ai naturellement en tête celles des textes anciens, mais il devrait en être de même pour les textes plus récents, voire même contemporains -, et à fortiori deux catégories de traducteurs : ceux qui prennent pour base une édition critique de qualité établie à partir de la consultation de l’ensemble ou d’un nombre significatif des éditions subsistantes, ou à défaut l’établissent eux-mêmes, et les autres, qui – volontairement ou non – se satisfont d’une seule édition dont ils ne remettent pas en cause la validité et qu’ils présentent souvent sans autre forme de procès comme « originale » ou « de référence » ou simplement « ancienne », parfois même « unique ». Avant de traiter […] des traductions qui s’offrent au lecteur curieux de l’eros chinois, voici une (trop) rapide présentation d’une collection vraiment unique dont la consultation et l’usage combleront traducteurs et chercheurs. Elle a déjà, du reste, largement contribué à stimuler les études sur ce corpus […]. Si elle a bénéficié d’une collaboration internationale qui mit à contribution les meilleurs spécialistes du genre romanesque, dont Wang Qiugui 王秋桂, co-éditeur, c’est surtout grâce à la volonté et à la ténacité, d’un chercheur hors pair, Chan Hing-ho 陳慶浩 (CNRS), qu’on la doit. Voici en quels termes celui-ci la présentait, en 1994, dans l’avant-propos français figurant dans le premier volume :

« Le sacro-saint respect du monde chinois pour la chose écrite souffre maintes exceptions, tant du fait de la censure d’Etat que de la pression sociale. Depuis le prince Shang, premier ministre légiste de Qin, qui dans son désir de réforme fit brûler les textes confucéens en 356 av. J.-C., imité en 213 av. J.-C. par le tyran Qinshi huangdi, la censure a toujours plus ou moins sévit dans l’empire. Sous les Yuan [(1279-1368)], le premier ministre Boyan interdit en 1336 certaines pièces de théâtre, certains contes, réputés mal pensants. Les Ming [(1368-1644)], époque à laquelle s’épanouit le roman, interdirent, ceux qu’ils jugeaient néfastes ; par exemple, le recueil de contes Jiandeng xianhua [剪燈新話] « En mouchant la chandelle » et même le fameux Shuihuzhuan [水滸傳] « Au bord de l’eau ». Les Qing [(1644-1911)] exercèrent une censure politique et morale étroite, notamment au moyen d’une loi sur la littérature vulgaire, romans, théâtre … Ainsi disposons-nous de trois listes d’ouvrages à l’index émises par des gouverneurs provinciaux, la première, du Jiangsu, en 1837, comportant 115 titres ; une autre, du Zhejiang, en 1844, avec 119 titres, et une du Jiangsu, en 1866, avec 121 titres et un supplément de 34 autres titres. Cette tradition se perpétua sous la République et le régime communiste, pour atteindre des sommets durant la « Révolution culturelle ». Mais moins tyrannique que les pouvoirs constitués, la pression sociale contribua également à occulter toute littérature vulgaire, en en réprouvant la lecture, surtout parmi la jeunesse ; en tenant cette production pour inférieure et indigne de l’attention d’un vrai lettré. De sorte que de nos jours, et alors que l’optique est tout autre, on découvre que ces ouvrages ne figuraient généralement pas dans les bibliothèques publiques ou dans les cabinets des bibliophiles, ou du moins, s’ils y figuraient, qu’on avait dédaigné de les mentionner dans les catalogues, ce précieux outil d’investigation. On constate également que, en raison du peu d’attention qui leur était accordée, nombre d’ouvrages romanesques ont disparu, sont perdus à jamais, sauf trouvaille miraculeuse. Au début du siècle, certains lettrés commencèrent à s’intéresser à cette littérature et à l’inventorier. Ainsi, un lettré du nom de Huang Ren (1868-1913) dressa en 1907 une liste de plus de 80 romans qu’il avait lus. Eh bien, plus du tiers des titres cités ont d’ores et déjà disparu ! Mais de tous ces ouvrages interdits, perdus, dédaignés, les plus interdits, les plus perdus, peut-être pas les plus dédaignés, mais à coup sûr les plus cachés, demeurent les romans érotiques. L’étude de ces matériaux est donc des plus malaisées, tant par la rareté des textes que par la mauvaise volonté d’aucunes bibliothèques, d’aucuns collectionneurs à communiquer ceux dont elles ou ils disposent. Van Gulik, grand maître en la matière, n’eut connaissance que d’une douzaine d’entre eux, et encore dans des versions parfois sujettes à caution. De tels ouvrages toutefois n’ont cessé de circuler, la persistance des listes d’ouvrages à l’index en témoigne. On en retrouve dans les bibliothèques étrangères, Japon, Russie, Occident ; chez des particuliers ou des libraires, à condition d’être servi par la chance. Qui désire se pencher sur l’ancienne littérature romanesque, érotique ou non, n’en demeure pas moins astreint à de longs déplacements, quand ce n’est pas à d’harassantes tracasseries. D’où l’initiative, depuis quelques années, en liaison avec l’Institut de littérature chinois de l’Académie des sciences sociales de Chine, d’une grande collection de romans chinois anciens, (Guben xiaoshuo congkan [古本小說叢刊] chez Zhonghua shuju à Pékin). Cette collection regroupera quelque cinq cents titres, 205 étant déjà parus, sous forme de fac-similés d’éditions anciennes, princeps, rares, voire unique, ou même de manuscrits ; sans parler de l’appareil critique. Toutefois la censure toujours vigilante n’a pas permis d’inclure les textes érotiques dans cette collection. Ainsi, il a été diffusé en 1993 une liste de cinquante romans Ming et Qing « à ne pas publier », liste comportant 14 ajouts par rapport à celle des Qing. La nécessité apparut alors d’une collection hors censure. Cette collection complémentaire, différente mais obéissant à la même logique, comporte à l’heure actuelle cinquante titres Ming, Qing, voire plus récents ; ainsi qu’un volume annexe groupant des textes érotiques anciens et des textes rédigés en chinois par des Japonais, de manière à constituer un corpus aussi complet que possible. Outre les romans les plus célèbres, tels que Jin Ping Mei [金瓶梅] et Rou putuan [肉蒲團], qui figurent bien entendu, on s’est attaché à réunir des ouvrages perdus (et retrouvés !), ou non republiés, des exemplaires uniques et rares, des manuscrits, tous textes pratiquement introuvables. Par exemple, Hailing yishi [海陵佚史] « Les Débauches de (l’empereur) Hailing », roman Ming perdu dont un exemplaire incomplet fut récemment trouvé chez un collectionneur de Shanghai, par exemple encore un extraordinaire manuscrit de plus d’un million de caractères, le Guwangyan [姑妄言] « A prendre et à laisser », de Cao Qujing [曹去晶], originaire de Sanhan [三韓], dont la préface est datée de 1730. Ce manuscrit inconnu, mentionné par Boris Riftin dans une liste d’ouvrages se trouvant à Moscou, sera donc publié pour la première fois (un fragment retrouvé représentant un trentième du texte avait paru dans les années 40 à Shanghai) et constitue vraisemblablement le plus long roman de la littérature chinoise classique. La publication en fac-similé adoptée dans la collection générale ne convenait pas à la littérature érotique. En effet, l’interdiction d’un ouvrage entraîne inévitablement la médiocrité de l’édition, une impression hâtive, incorrecte et tronquée. On a donc préféré réunir les éditions disponibles (parfois réduites à une seule), déterminer l’édition la plus fiable et établir un texte en s’aidant des variantes. On n’en a pas moins reproduit quelques feuillets significatifs ainsi que bien sûr, les jeux d’illustrations de diverses éditions encore existants. Chaque roman comporte une note critique (auteur, date de création, éditions, résumé sources, influence, questions techniques…). Furent mises à contribution des bibliothèques japonaises, la bibliothèque de Leiden (collection van Gulik), The British Librairy, la bibliothèque de l’université de Pékin (collection Ma Lian [馬廉 (1893-1935)]), la bibliothèque nationale de Russie … ainsi que des collections particulières, entre autres celle du regretté professeur, et ami, Wu Xiaoling [吳曉鈴 (1914-1995)].
Autant qu’on puisse en juger, cette collection regroupe plus des neuf dixièmes des textes érotiques connus à ce jour. Toutefois la communication de quelques documents n’a pu être obtenue de leurs détenteurs publics ou privés. Et il n’est pas interdit d’espérer que certains ouvrages dont seuls les titres nous sont parvenus seront peut-être exhumés un jour. Il existe certes nombre de catalogues mais un examen exhaustif reste à faire. L’équipe URA 1067 du CNRS de Paris, en collaboration avec l’Institut de littérature chinoise de l’Académie des sciences sociales de Chine, a entrepris un catalogue universel des romans chinois classiques qui, sans doute, permettra de nouvelles trouvailles, dont nous ne manquerons pas de faire bénéficier notre estimé lecteur. La publication de cette collection est réalisée au sein de l’équipe URA 1067 du CNRS. Envers les bibliothèques et collectionneurs, envers les collaborateurs de ce long travail, envers leurs dévoués conseillers, les éditeurs expriment leur infinie gratitude. »

思無邪匯寶 Siwuxie huibao (SWXHB)*, le nom donné à cette collection ne manque pas de piquant. Il s’inspire d’un passage fameux du Lunyu 論語 [II.2] dans lequel Confucius donne sa définition de ce qui pourrait bien être le Classique de la poésie, le Shijing 詩經 : « Les Trois cents poèmes ? » dit le Maître, « En un mot qui en couvre la totalité : « Penser droit ! »  [Entretiens avec ses disciples (LEVY, André, trad.), Paris : GF, 1994, p. 3) : 子曰:「詩三百,一言以蔽之, 曰:『思無邪』。」]

Les 36 volumes de cette « précieuse collection pour penser droit » ont été publiés à Taiwan entre 1995-1997. Ils ne retiennent pas le Jin Ping Mei comme initialement prévu et je n’ai, pour ma part pas eu connaissance de la publication des trois volumes supplémentaires proposant ses suites [savoir les deux romans publiés sous les Qing que sont Xu Jin Ping Mei 續金瓶梅 de Ding Yaokang 丁耀亢 (1599-1669) publié depuis dans un Ding Yaokang quanji 丁耀亢全集 en trois volumes (Zhengzhou : Zhongzhou guji, 1999) et Sanxu Jin Ping Mei 三續金瓶梅]. Il n’empêche que, même privé de ces pièces de choix, le résultat des efforts de Chan Hing-ho est remarquable tant par la qualité du travail éditorial dont il vient d’être question, mais aussi par la quantité des ouvrages proposés : une quarantaine de romans en langue vulgaire auxquels est venue s’adjoindre un peu moins d’une douzaine de textes plus courts en langue classique. En voici l’inventaire succinct établi en respectant l’ordre des volumes — les romans ou recueils de contes des 11 premiers sont datés de la fin des Ming (1368-1644), comme les trois premiers du 24e volume ; tous les autres sont des Qing (1644-1911) ; les textes reproduits dans deux derniers volumes complémentaires baptisés Siwuxie waibian 思無邪外編 : Dongfang yanqing xiaoshuo zhenben 東方豔情小說珍本 (C.1 et C.2) sont d’époques diverses ; certains, même, sont des textes japonais écrits en chinois :

A. 1. Hailing yishi 海陵佚史 ; 2. Xiuta yeshi 繡榻野史 [en annexe : Huaying jinzhen 花營錦陣] ; 3. Zhaoyang qushi 昭陽趣史 ; 4. a. Langshi 浪史 , b. Yu Gui Hong 玉閨紅 ; 5. Longyang yishi 龍陽逸史 ; 6. Bian er chai 弁而釵 ; 7. Yichun xiangzhi 宜春香質 ; 8. Bie you xiang 別有香 ; 9. Zai huachuan 載花船 ; 10-11. Huanxi yuanjia 歡喜冤家 ; 12. a. Qiaoyuan yanshi 巧緣艷史 , b. Yanhun yeshi 艷婚野史 , c. Baihua yeshi 百花野史 , d. Liangrouyuan 兩肉緣 ; 13. a. Huanfuqi 換夫妻, b. Fengliu heshang 風流和尚, c. Bi Yu Lou 碧玉樓, d. Huanxi langshi 歡喜浪史 ; 14. Yipianqing 一片情 ; 15. Rou putuan 肉蒲團 ; 16. a. Wutong ying 梧桐影, 16. b. Wumeng yuan 巫夢緣 ; 17. a. Xinghua tian 杏花天, b. Nongqing mishi 濃情秘史 ; 18. a. Taohua ying 桃花影 , b. Chundeng nao 春燈鬧 ; 19. a. Naohua cong 鬧花叢 , b. Qinghaiyuan 情海緣 ; 20. a. Wushan yanshi 巫山艷史 , b. Zhulin yeshi 株林野史 ; 21. Nongqing kuaishi 濃情快史 ; 22. a. Dengcao heshang zhuan 燈草和尚, b. Yiqingzhen 怡情陣 ; 23. a. Chundeng mishi 春燈迷史 , b. Yaohu yanshi 妖狐艷史, c. Taohua yanshi 桃花艷史, d. Huanxi yuan 歡喜緣 ; 24. a. Ruyijun zhuan 如意君傳, b. Chipozi zhuan 癡婆子傳, c. Sengni niehai 僧尼孽海, d. Chunmeng suoyan 春夢瑣言 – B. Guwangyan 姑妄言 [10 vols.] – C. 1. a. Youxian ku 游仙窟 (Tang), b. Zhao Feiyan waizhuan 趙飛燕外傳, c. Zhao Feiyan biezhuan 趙飛燕別傳, d. Wu Zhao zhuan 武曌傳 (Ming), e. Kong Hejian mishi 控鶴監秘記, f. quatre textes japonais composés en chinois : 大東閨語, 三山秘紀, 春脔拆甲, 枕藏史, g. Huaying gelian lu 花影隔簾綠 ; 2. Su E pian 素娥篇 (Ming : fac-similé)

15 des titres de cette impressionnante liste ont été traduits […]. Malheureusement, toutes ces traductions qu’on va bientôt passer en revue n’ont pas profiter du travail de bénédictin réalisé par Chan Hing-ho à qui l’on doit encore beaucoup de choses tant dans le domaine de la littérature ancienne que moderne. Pour l’heure, notons juste qu’il est également à l’origine de la redécouverte de la physionomie originale d’un recueil de contes chinois en langue vulgaire du XVIIe siècle, le Xing shi yan 型世言 (Contes exemplaires) dont il a édité, à Taiwan en 1992, un beau fac-similé et une savante édition moderne (Nankin, 1993) qui ont été maintes fois piratées depuis […]. De la même manière, le contenu de SWXHB a depuis sa sortie dans le luxueux tirage des Editions Encylopædia Britannica (Daying baike 大英百科) de Taipei a été fréquemment exploité par des éditeurs peu scrupuleux et la totalité des textes a été mise en ligne sur bon nombre de sites plus ou moins éphémères. Tel est la rançon d’un succès qui montre que cette collection a rempli un vide et a rendu tant aux amateurs de lectures légères, qu’aux chercheurs, d’irremplaçables services. Nous verrons la prochaine fois le profit qui en a été fait chez nous au niveau de la traduction, mais ne manquons pas de saluer cette contribution qui marque une étape importante dans l’exploration tant du roman chinois ancien que de l’érotisme chinois.

* [Pour une présentation en chinois : http://baike.baidu.com/view/1171278.htm]

Billet initialement publié le mardi 26 février 2008 à l’URL : http://jelct.blogspot.fr/2008/02/enfer-chinois-02.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *