Li Yu en français

Statue de Li Yu,  Jieziyuan,  Lanxi (Zhejiang, RPC)

L’article reproduit ci-dessous a été écrit pour paraître en chinois dans un recueil de communications données à l’occasion du 400e anniversaire de la naissance de Li Yu qui a été fêté en septembre 2011 à Lanxi    兰溪  (Province de Zhejiang, RPC).

Il sera complété prochainement par des éléments découverts après sa rédaction finale qui est intervenue en novembre 2011.

Pour un non initié, Li Yu 李 漁 (1611-1680) est un inconnu sur les terres de Diderot, un nain dans l’espace littéraire français. Ceci tient à un contexte culturel et linguistique qui n’a rien de bien porteur : dorénavant, les Français sont, dans leur grande majorité, peu curieux des littératures anciennes et encore moins lorsqu’elles viennent d’Orient — tout est naturellement phénomène de mode et nous nous trouvons actuellement dans le creux d’une vague ; de plus, notre pays ayant peu de lecteurs sinophones, le rôle des sinologues est de ce point de vue crucial.

Or, force est de constater que la sinologie française n’a pendant longtemps fait que peu de cas de la littérature pure, et, qui plus est, a reproduit le schéma traditionnel en Chine touchant le roman (xiaoshuo 小说) et le théâtre (xiqu 戏曲), accordant peu d’attention à des œuvres et à des auteurs jugés mineurs face aux textes et aux personnalités qui ont marqué l’histoire de la pensée, des idées, des religions ou la grande Histoire. Ceux qui ont dérogé à ce dogme l’ont en général fait pour satisfaire une légitime curiosité pour les mœurs chinoises à une époque où l’on ne pouvait pas se rendre facilement en Chine : le roman et le théâtre leur semblaient alors pouvoir suppléer à cette lacune en leur offrant des tableaux vivants de la manière dont on vivait et pensait en Chine ; Stanislas Julien (1797-1873), Abel Rémusat (1788-1832), Léon D’Hervey Saint-Denys (1822-1892) ont ainsi, avec plus ou moins de bonheur, ouvert la voie aux traducteurs modernes. Il faut en fait attendre les années 70 du siècle précédent pour que deux pionniers qui ont abondamment traduit et ont soit formé, soit influencé la génération suivante, savoir André Lévy (1925-) et Jacques Dars (1941-2010), s’attaquent de front à ce qu’on peut appeler la littérature de divertissement des temps anciens.(1)

Cet engouement qui a produit ses fruits, laisse dorénavant le pas, loin derrière les travaux sur la littérature contemporaine et l’expression artistique et intellectuelle de nos jours — Li Yu applaudirait sans doute à ce clivage en faveur du nouveau au détriment de l’ancien, même s’il joue en sa défaveur car les possibilités éditoriales en France sont relativement réduites en raison d’une attente elle aussi modeste ; les tirages sont à la hauteur d’un marché limité aux spécialistes et à des amateurs convaincus : le plus souvent ce ne sont que quelque deux à trois mille exemplaires seulement qui sont tirés pour chaque édition.

Les ouvrages de vulgarisation sont souvent des pis-aller anecdotiques et les études purement sinologiques restent quant à elles confidentielles et réservées aux spécialistes de la discipline qui compte ses chapelles et ses réseaux — les professeurs de littérature comparée eux-mêmes ne les pratiquent qu’avec la plus grande frilosité, que dire du « grand public » qui sait peu de choses des richesses culturelles et littéraires de la Chine d’avant 1911. Le supplétif à cette situation peu propice à la sensibilisation du lectorat vis-à-vis de la littérature ancienne, et donc de l’œuvre de Li Yu, reste, outre certaines publications de type encyclopédique, de fournir un appareil critique dense aux traductions des textes retenus par un monde éditorial frileux et pas toujours réceptif pour des développements savants.

Il n’empêche, qu’il y a bien longtemps, alors jeune étudiant, j’ai découvert Li Yu dans les pages que lui avait consacrées mon maître, André Lévy dans sa magistrale étude sur Le conte chinois en langue vulgaire du XVIIe siècle (Paris, Collège de France-Institut des hautes études chinoises, 1981). Fruit d’une thèse d’état pionnière et très documentée soutenue en 1974, ce travail ne verra le jour en édition qu’en 1981, soit la même année que The Chinese Vernacular Story (Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1981) de Patrick Hanan qui a renforcé mon intérêt pour cet auteur et ses xiaoshuo. (2)  C’est sous la direction du grand spécialiste français du xiaoshuo des Ming qui venait de publier la traduction du Jin Ping Mei cihua 金瓶梅词话 (Fleur en Fiole d’Or, Gallimard,                        « Bibliothèque de la Pléiade », 1985) que j’entrepris une thèse soutenue en 1994 dans laquelle je retraçais le parcours novateur du Li Yu romancier. (3) Mon mérite le plus grand n’est pas tant d’avoir éclairci certains points encore confus de l’histoire de la publication des différents romans de Li Yu en affinant les travaux alors en cours des spécialistes chinois et japonais (4), mais, me semble-t-il, d’avoir sensibilisé Jacques Dars, membre de mon jury, à l’œuvre de Li Yu dont il traduira plus tard avec bonheur les pages les plus inspirées du Xianqing ouji  闲情偶寄 dont il sera question plus loin.

Mais tirons un bilan de ce que l’on peut lire en français sur et de Li Yu en ce 400ème anniversaire de sa naissance.

Hormis trois notices dans des dictionnaires encyclopédiques (5), et des paragraphes plus ou moins longs dans des présentations générales ou des anthologies de la littérature chinoise ancienne (6), c’est à travers le texte traduit que mes compatriotes d’aujourd’hui peuvent découvrir l’œuvre de Li Yu. En effet, peu d’entre eux sauront tirer profit des rares articles publiés dans des collections ou revues savantes, ou des notices critiques qui figurent dans le cinquième volume d’une œuvre collective dirigée à partir de 1975 dans le cadre de travaux de l’équipe « Etudes littéraires et historiques chinoises » du CNRS par André Lévy sur les huaben 话本 sous le titre d’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire. Paru en 2006, ce volume (Chan Hing-ho (ed.), Paris, Collège de France-Institut des Hautes études chinoises, 2006) propose notamment les notices pour l’ensemble des Wushengxi 无声戏 (Comédies silencieuses) en deux groupes : les douze récits du Wushengxi xiaoshuo 无声戏小说 (W), par Rainier Lanselle (pp. 127-167) et les six de sa suite (Wushengxi erji 二集,WII) (pp. 169-195) par moi-même qui a revu l’ensemble en fournissant outre une bibliographie sélective, une synthèse reprenant les conclusions de ma thèse sur l’imbrication de la publication des œuvres romanesques de Li Yu (pp. 119-126). Le sixième volume fera, un jour, une place aux douze récits du Shi’er lou 十二楼 (Douze pavillons) dont je signerai les notices qui, comme les précédentes, comprendront outre un résumé détaillé, une fiche portant l’ensemble des éléments en rapport avec chaque récit : description physique  et analyse du contenu du point de vue sociologique et culturel, relevé des sources, des influences et des éventuelles traductions. Il est bien évident qu’il s’agit de matériaux pour une recherche à venir et que l’amateur de roman ne peut en être que frustré, désireux d’avoir plus, notamment des traductions.
Sorti du cadre restreint des chercheurs, la connaissance de Li Yu par un public plus vaste se fait donc naturellement par la traduction, vecteur incontournable de la diffusion d’un auteur dans une culture étrangère : Li Yu en France, c’est donc essentiellement Li Yu en traduction. (7)

De ce point de vue, Li Yu ne se distingue guère des autres monuments littéraires chinois avec lesquels il va cohabiter. Mais son originalité se révèle clairement à qui veut bien faire l’effort de la consultation d’une anthologie de textes sur le roman dirigée par Chan Hing-ho 陳慶浩 et Jacques Dars : Comment lire un roman chinois. Anthologie de préfaces et commentaires aux anciennes œuvres de fiction (Arles, Editions Philippe Picquier, 2001). Parmi ce choix de textes accompagnant une trentaine d’œuvres peu ou prou accessibles en traduction française, on trouve la préface au Shi’er lou traduite par Brigitte Teboul-Wang (pp. 176-179) et ma traduction de la totalité des commentaires de fin de chapitres du Rouputuan 肉蒲團 (Chair, tapis de prière) précédée d’une présentation du roman (pp. 179-198).

Pour en venir enfin aux textes eux-mêmes, il est piquant de noter que l’histoire des traductions de Li Yu en français commence relativement tôt. Elle implique une poignée de sinologues convaincus par l’intérêt que présentent ses écrits. Ils s’y sont consacrés pour des raisons diverses et en visant des objectifs différents qui n’évitent pas toujours les contresens et les arrières pensées, notamment commerciales.

Pour en faciliter l’approche prenons successivement les différentes personnalités littéraires de cet auteur touche à tout : le poète, le dramaturge, le romancier, et l’essayiste.

Le Li Yu poète est inconnu des lecteurs français. Ceci n’a rien de très surprenant : la poésie des Ming et des Qing n’a guère retenu l’attention des sinologues français ; l’Anthologie de la poésie chinoise classique (Paul Demiéville (ed.), Paris, Gallimard, 1962) offre deux poèmes de Wu Weiye 吴伟业 (1609-1671) et retient deux demi-douzaines de poètes pour les Qing, mais ne fait pas de place à Li Yu. Ce n’est pas le cas d’un ouvrage plus ancien de Hsu Sung-Nien [Xu Zhongnian 徐仲年 (1904-1981) alias He Songnian 鹤颂年]. La page 288 de son Anthologie de la littérature chinoise. Des origines à nos jours publiée à Paris en 1932 (Librairie Delagrave, coll. « Pallas », 445 p.), donne sous le titre « En cueillant des lotus » deux des dix quatrains heptasyllabes, savoir le 3ème et le 8ème, de la série de 10 intitulée « Cailian ge shi shou » 采莲歌十首, quatrains qu’on retrouve justement dans le quatrième Shi’er lou, « Xiayilou » 夏宜楼 , en 2ème et 8ème position de la partie liminaire. La traduction est correcte mais ne parvient pas à rendre la sensualité du propos.

Le même ouvrage (pp. 73-74) évoque rapidement l’œuvre dramatique de Li Yu par un cours résumé de Fengzhengwu 风筝误 (L’erreur du cerf-volant), occasion pour l’auteur de rappeler le goût de Li Yu pour la comédie et aussi la mauvaise réputation dont il jouissait.
C’est certes peu mais à l’époque où Xu Zhongnian fréquentait les milieux universitaires lyonnais, c’était déjà une prouesse de ne pas oublier le Li Yu poète. Inutile de dire que cette incursion ne rend pas justice à l’œuvre conséquente de celui qui nous parle tant de lui dans ses textes poétiques. On devrait prochainement lire un ensemble de poèmes que ses concubines inspirèrent à Li Yu ; ces traductions en cours de réalisation accompagneront la traduction de l’émouvante biographie combinée qu’il leur avait consacrée après leur disparition.

Que dire maintenant du Li Yu dramaturge et du sort qui lui a été réservé dans la patrie de Molière et de Diderot avec lesquels il entretient d’indéniables connivences.
Il est un peu mieux connu puisque les histoires ou les différentes présentations de la littérature chinoise prennent la peine de signaler son apport, dix chuanqi 传奇, et d’évoquer ses propos sur le théâtre, Quhua 曲话. Cet intérêt remonte même, la chose est assez bien connue, à une lointaine époque, celle où le Père Angelo Zottoli alias Chao Deli 晁德蒞 (1826-1902) fournissait aux lecteurs du premier volume de ses Cursus litteræ sinicæ neo-missionariis accomodatus (1879) (Chang-hai, Ex typographia missionis catholicae, pp. 396-411) des courts extraits de trois pièces de celui qu’il appelle le « famoso Li wong », « le célèbre Liweng [笠翁] » (p. 307). Chaque traduction y fait face au texte chinois et illustre un aspect du chapitre « Dialogi comici » (Dialogues comiques). C’est ainsi qu’était fournie la traduction latine d’un extrait de la scène 20 de  Shenluan jiao       慎鸾交, des passages des scènes 6, 7 et 8 du Fengzheng wu 风筝误, ainsi qu’un bout de la scène 2 de Nai he tian  奈何天.

Douze ans plus tard, soit en 1891, le Père jésuite Charles de Bussy, toujours pour le compte de  l’Imprimerie de la Mission catholique de Zi-ka-wei (Xujiahui 徐家汇) de Shanghai rendit en français ces mêmes passages sous les titres respectifs de la  « Circonspection à l’égard du lien conjugal », « L’erreur du cerf-volant » et du « Destin inéluctable ».

L’année précédente, soit en 1890, Camille M. Imbault-Huart (1857-1897), publiait dans le Journal Asiatique (Vol. VIII, n° 15, 1890, pp. 483-492), un long article sur  Bimuyu 比目鱼 intitulé « Les deux soles ou acteur par amour. Drame chinois en prose et en vers (XVIIe siècle) ». On avait là une rapide présentation de Li Yu, « tout à la fois poète, historien, moraliste, critique, naturaliste » et, naturellement, dramaturge, suivie d’un long résumé intégrant quelques dialogues. Promesse était également faite par Imbault-Huart de             « revenir ailleurs, avec plus de détails, sur les pièces de ce recueil [Liweng shizhong qu  笠翁十種曲] devenu en quelque sorte classique : quelques unes sont véritablement charmantes et méritent d’être traduites en entier » (p. 483).

En 1933, Camille Poupeye (1874-1963) fera une place à Yusaotou 玉搔头 avec un résumé du chuanqi dans son Théâtre chinois qui parut à Bruxelles (Editions Labor, 194 p.) et reverra le jour, chez le même éditeur, en 1984 (voir pp. 143-144)
De fait, la plus grande contribution sur le théâtre de Li Yu touche Bimuyu dont certains aspects semblent intéresser plus profondément les Français. Elle nous vient de Marie-Thérèse Brouillet qui a consacré une thèse conduite sous la direction de Jacques Pimpapeau au dramaturge dans laquelle elle fournit une traduction de la pièce. Soutenu en 1984, ce travail conséquent qui porte pour titre « Li Yu : théâtre et métathéâtre » présente rapidement Li Yu et l’ensemble de son œuvre dramaturgique et deux traductions : le Quhua et Bimuyu. Il n’empêche que, quand la traduction de la pièce semble suivre de très près le texte allemand d’une traduction d’Alfred Forke (1867-1944) qui ne sera publiée qu’après sa mort sous forme de livre (8), la traduction du Quhua manifeste souvent sa dette vis-à-vis de la version allemande qu’en avait donnée Helmut Martin dans un travail datant de 1966 (Li Li-weng über das Theater, pp. 80-218).

Il n’en reste pas moins que ces deux traductions sont restées jusqu’alors très confidentielles et accessibles qu’aux chercheurs sauf pour deux extraits de la pièce intégrés par Jacques Pimpaneau dans son Anthologie de la littérature chinoise classique (Arles, Picquier, 2004). Il s’agit de passages des scènes 14 (pp. 901-2) et 15 (pp. 902-905). Au regard de la qualité assez médiocre du rendu en français cela est mieux pour Li Yu que l’on ne puisse pas en lire plus. Une traduction médiocre a tendance à accentuer les aspects les plus incongrus aux yeux du public français de la forme dramaturgique chinoise. Rares sont ceux qui chez nous sont parvenus à rendre ce genre littéraire si particulier sans le dénaturer. (9) J’ai eu l’occasion de développer cette réflexion dans un article sur les traductions de Bimuyu et sa source romanesque :  « Traduire le théâtre littéraire chinois ancien : Les Amants de la scène de Li Yu (1611-1680) » (Charles Zaremba, Noël Dutrait (s.l.d.), Traduire : un art de la contrainte. Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Langues et écritures », 2010, pp. 67-79). J’y montre les réticences et les difficultés qu’il y a à aborder cette littérature pour la scène et donne un exemple dont la relative qualité doit beaucoup à l’aide apportée par une doctorante spécialiste des traductions françaises du Jingu qiguan 今古奇观, Mlle Huang Chunli 黃春麗. Il formule aussi une évidence : les xiaoshuo de Li Yu sont bien plus abordables, à la fois pour le traducteur et le lecteur français, que ses chuanqi.

C’est pour cela que le Li Yu romancier est mieux connu chez nous.
Son seul xiaoshuo en wenyan 文言, « Qinhuai Jian’er zhuan» 秦淮健儿传 a été traduit sous le titre « Le Costaud de Qinhuai » par Jacques Pimpaneau qui l’a intégré dans un ouvrage intitulé Biographies des regrets éternels. Biographies de Chinois illustres (Arles, Editions Philippe Picquier, 1989, pp. 157-164). […]

Mais tournons-nous vers la partie de l’œuvre de Li Yu qui peut le plus séduire le public français dont les goûts ont certes varié mais qui d’une manière constance en apprécie la fantaisie humoristique et cavalière pour ne pas dire libertine. D’abord, une première constatation : les romans de Li Yu figurent parmi les premiers titres de la création romanesque chinoise à être accessibles dans notre langue : prenons les dans l’ordre chronologique.

Shi’er lou 十二樓. Les trois seuls pavillons a avoir été accessibles dans notre langue sont les trois premiers de la collection lesquels avaient fait, les premiers, l’objet d’un rendu en anglais. On doit le passage en français au sinologue Jean-Pierre Abel Rémusat qui les intégra dans son recueil intitulé Contes chinois (Paris, Moutardier, 1827, 3 vols.) :  « Heying lou » 合影樓, figure dans le volume 2 (pp. 7-64) sous le titre « L’ombre dans   l’eau », « Duojin lou » 奪錦樓 et « Sanyu lou » 三與樓 dans le volume trois, respectivement sous les titres « Les deux jumelles » (pp. 99-142) et « San-iu-leou ou les trois étages consacrés » (pp. 7-96). Après avoir présenté les deux premiers dans ses Mélanges asiatiques, ou choix de morceaux de critique et de mémoires  (Paris, Librairie Orientale de Dondey-Dupré père et fils, 1826, vol 2, respectivement, pp. 339-341 et pp. 341-343), Rémusat leur offrait une plus grande visibilité en les soumettant à une révision propre à séduire le lectorat de cette première moitié du XIXe siècle si friande d’orientalisme.
En fait, Rémusat avait été précédé par le Marseillais Antoine Bruguière de Sorsum (1773-1823) qui, sur la fin de sa vie, traduisit depuis l’anglais des textes d’Orient. C’est donc lui qui devait donner la première française de « Sanyulou » dans un ouvrage intitulé : Laa-Seng-Cul-Eul (ou le Vieillard auquel il naît un héritier), comédie chinoise suivie de San-in-Léou (ou les Trois étages consacrés), conte moral, traduit du chinois en anglais par J.-T. Davis, et de l’anglais en français, avec des additions du traducteur (Paris, Roy et Gravier, 1819). Il n’empêche que Rémusat, connaissant le chinois et disposant de plusieurs éditions anciennes de qualité déposées à la Bibliothèque royale (dorénavant conservées à la Bibliothèque Nationale de France), a pu corriger quelques unes des imperfections commises par ses aventureux prédécesseurs. Son travail sera repris en partie un demi siècle plus tard par Emile Louis Jean Legrand, qui reproduit sans modification, et surtout sans citer sa source, la traduction de « Duojin lou » de Rémusat dans La matrone du pays de Soung – Les deux jumelles (Paris, A. Lahure, 1884, pp. 41-73).

Il n’en reste pas moins que les Shi’er lou n’ont pas encore produit leur effet sur le public français. La traduction en cours de préparation devrait rendre un jour justice à ce chef-d’œuvre de la nouvelle chinoise. J’y travaille avec la conscience de la difficulté extrême qui existe pour rendre dans un français d’aujourd’hui la fluidité d’une langue maîtrisée par un conteur rôdé et imaginatif.

Rouputuan 肉蒲團. Avant de parler des deux traductions françaises du Rouputuan 肉蒲團 qui viennent après celle tout aussi historique et que problématique de l’Allemand Franz Kuhn (1884-1961) datant de 1959, rappelons que l’édition critique la plus complète à ce jour de ce texte dont l’attribution à Li Yu n’est plus à remettre en cause (10), est le fruit d’un long travail de M. Chen Qinghao 陳慶浩 [Chan Hing-ho] pour le compte de l’URA 1067 (« Etudes historiques et littéraires chinoises ») du CNRS. Cette édition critique utilisant outre les meilleures éditions anciennes, le manuscrit japonais daté de l’année 1657 conservé à Tôkyô, constitue le 15ème volume de la collection « Siwuxie huibao »       思無邪匯寶 publiée à Taiwan en 1994 (Taibei, Daying baike). Elle offre non seulement le meilleur rendu du texte, mais aussi l’ensemble des commentaires, et qui plus est, un choix important des illustrations reçues par ce chef-d’œuvre de la littérature érotique chinoise.
Notons aussi que ce genre particulier de la création littéraire chinoise est très représenté chez nous avec pas moins de quinze traductions pour la plupart uniques. Vu sous cet angle, la publication de Jéou-P’ou-T’ouan ou La chair comme tapis de prière aux éditions Jean-Jacques Pauvert (11) en 1962 peut passer pour un acte fondateur qui profita de l’apport d’un amoureux de la Chine et de sa littérature, en la personne d’Etiemble (1909-2002). Ce pionnier des études de littérature mondiale en signa la préface qu’il développera plus tard dans un article intitulé « Le tapis de prière en chair (Note sur l’érotique chinoise) » (Connaissons-nous la Chine ? Paris, Gallimard, 1964, pp. 113-127). Il y indiquait que le rendu français du roman de Li Yu avait profité de l’expertise d’un sinologue (Jacques Pimpaneau) et du savoir faire d’un auteur talentueux, par ailleurs traducteur de l’allemand, tel que Pierre Klossowski (1905-2001). Le résultat, qui use des caractères chinois yangwu « 陽物 » et yinhu « 陰戶 » dans la plupart des scènes d’action et élimine l’essentiel des poésies, car jugées sans « valeur poétique », rend néanmoins justice à un ouvrage qui posait alors des problèmes de diffusion — il sera plusieurs fois édité dans son format initial (1962, 1969) et dans des éditions de luxe (Cercle du livre précieux, 1963), puis en poche en collection « Domaine étranger », chez 10/18 (Paris, 1995).

La censure encore très suspicieuse dans les années 1960 ne s’appliquant plus au moment de sa réalisation, la seconde traduction avait toute latitude pour restituer le style très libre de cette construction romanesque très osée. Elle fut commandée à Christine Corniot, une sinologue spécialiste du Shijing 詩經, par un éditeur qui se fit, un temps au moins, le grand défenseur de la littérature chinoise des deux dernières dynasties et notamment de son « second rayon ». C’est donc en 1991 que De la chair à l’extase sortit aux Editions Philippe Picquier d’abord à Paris, puis à Arles, et dans différents formats dont l’un illustré (1996) avant une édition en poche à partir de 1994. Malgré des carences dues à la médiocrité de l’édition utilisée — il s’agit du manuscrit japonais de 1705, et à un manque de maîtrise de la traduction du texte romanesque chinois, ce livre est sans conteste devenu le roman chinois ancien le plus vendu, et donc le plus lu. Souhaitons qu’un jour prochain, une troisième traduction supplante ces deux tentatives qui sont loin d’atteindre à la qualité du coup de maître réalisé par Patrick Hanan pour la langue anglaise avec The Carnal Prayer Mat (1990). Les défis que pose ce roman sont suffisamment nombreux  pour mobiliser l’attention d’un habitué de l’humour et de la virtuosité de Li Yu. (12)

Wushengxi  无声戏. Comparés au Rouputuan, les trente contes du Wushenxi sont restés dans un espace plus confidentiel et réservé à un public d’amateurs qui a pu en découvrir seulement sept en deux temps. D’abord en 1987, grâce à Rainier Lanselle ce sont : W6      [« Nan Meng mu jiaohe sanqian » 男孟母教合三遷] et W10 [« Yi qi huan qie guishen qi » 移妻換妾鬼神奇], traduits respectivement sous les titres de « Bel ami, tendre épouse » (pp. 307-354) et « Les femmes jalouses » (pp. 245-270). Ils apparaissent dans une anthologie de douze contes légers parus sous le titre Le poisson de jade et l’épingle de phénix. Douze contes chinois du XVIIe siècle (Paris : Gallimard, 1987) et qui reprend entre autres des récits du Huanxi yuanjia 欢喜冤家, du Yipianjing 一片情, du Zuixingshi 醉醒世, du Pai’an jingqi 拍案惊奇 et du Fengliu wu 风流悟.

Trois ans plus tard, soit en 1990, je traduisais pour les Editions Philippe Picquier, cinq nouveaux récits parus sous le titre d’A mari jaloux, femme fidèle (238 p.). (13) Le choix de ce qui devait être le premier volume d’une traduction intégrale rapidement abandonnée par l’éditeur a permis à trois contes des Wushengxi xiaoshuo (W) de cohabiter avec deux du Wushengxi erji (WII), soit : « La laideur récompensée » (W 1 : « Chou langjun pa jiao pian de yan »  醜 郎君怕嬌偏得艷), « Une vraie Chen Ping ! » (W 5 : « Nü  Chen Ping ji sheng qi chu » 女陳平計生七出), « Reine de cupidité »  (W 7 : « Ren su ji qionggui su piao yuan » 人宿妓窮鬼訴嫖冤), « Le Maître ès jalousie » (W II 3 : « Duqi shou you fu zhi gua, Nuofu huan bu si zhi hun » 妒妻守有夫之寡, 懦夫還不死之鬼), « A mari jaloux, femme fidèle » (W II 6 : « Qingguan qiao duan jia wushi » 清官巧斷家務事).

A chaque fois, le texte intégral était respecté, accompagné qui plus est de la totalité des commentaires, de notes et d’analyses, et, pour mon volume, des illustrations des éditions originales. Si j’en crois la critique qu’André Lévy donna de ma modeste contribution dans la revue de sinologie Etudes chinoises (vol. IX, n° 2 (automne 1990), pp. 189-192), j’avais dans ce premier essai dans l’art difficile de la traduction, réussi à capter quelque chose de l’esprit de Li Yu.

Cet esprit n’a cessé de me passionner depuis et je tente à l’occasion d’en rendre perceptible les aspects les plus surprenants comme dans « Les métamorphoses du sexe dans les contes et les nouvelles de Li Yu », communication donnée à l’occasion du colloque « Traduire l’amour, la passion, le sexe, dans les littératures d’Asie », organisé les 15 et 16 décembre 2006 à Aix en Provence par l’équipe de recherche « Littérature d’Extrême-Orient, textes et traduction » (Université de Provence) à laquelle j’appartiens. (14) La revue en ligne de notre équipe, Impressions d’Extrême-Orient (IDEO), devient également le canal idéal pour offrir de nouveaux points d’observation sur la richesse de l’œuvre et la complexité de l’homme. Sa première livraison consacrée au thème du voyage délivre une traduction inédite d’un des nombreux essais du Xianqing ouji 閑情偶寄. (15)

Mais cette traduction n’est pas la seule à révéler au public français le Li Yu, essayiste.
Bien avant Jacques Pimpaneau qui reprit 5 essais dans son Anthologie de la littérature chinoise classique (Arles, Picquier, 2004, pp. 897-901)16, la version française de The Importance of Living (1937) de Lin Yutang 林语堂 (1895-1976) publiée en 1948 et revue pour une réédition en 2004 aux Editions Philippe Picquier, L’importance de vivre (17) avait assuré aux visées originales de Liweng une certaine publicité. Mais c’est sous une forme originale mêlant écriture et traduction que Jacques Dars contribua le mieux à rendre visible la part la plus attachante de l’œuvre de Li Yu. Les carnets secrets de Li Yu, sous-titrés Un art du bonheur en Chine (Arles, Philippe Picquier, 2003, réédition en format poche en 2009), offre une part importante des juan 3 à 6 de l’œuvre. L’ensemble composé selon la fantaisie du traducteur est traduit avec justesse et beaucoup d’élégance. Il est également livré dans une présentation aussi richement que pertinemment illustrée. Ce volume qui fut le dernier opus de Jacques Dars est le livre idéal pour prendre contact avec une œuvre et un écrivain sans égal, et pourquoi pas la littérature chinoise    elle-même. (18)

Il nous reste pour être complet à signaler l’extraordinaire travail réalisé voici un siècle par Raphaël Petrucci (1872-1917) sur le Jieziyuan huazhuan 芥子园画传 : Kiai-tseu-yuan Houa Tchouan. Encyclopédie de la peinture chinoise. Les Enseignements de la Peinture du Jardin grand comme un Grain de Moutarde (Paris, Henri Laurens, 1912-1917) qu’on peut désormais lire en ligne grâce à Pierre Palpant. (19)

Arrivé là, on peut se désoler de devoir arrêter ce relevé à un nombre aussi limité de titres qui, mis bout à bout, offre une vision très partielle de la riche carrière créatrice de Li Yu ; on peut aussi se réjouir d’en avoir autant et souhaiter en avoir encore plus dans l’avenir.
Pour ce qui me concerne, j’offrirai prochainement à mes compatriotes outre une traduction de la biographie des deux concubines chéries de Li Yu, « Qiao Fusheng Wang Zailai erji hezhuan » 喬復生王再來二姬合傳, celle de la source romanesque de Bimuyu, savoir le conte du Wushengxi  er ji « Qing fugui nüdan quan zhen » 轻富贵女旦全贞 , et,    je le souhaite dans un délai raisonnable, une traduction intégrale des Shi’er lou.

Pour conclure, je dirais que Li Yu mérite la plus grande attention et d’être aussi connu des lecteurs français que Diderot avec lequel il me semble partager beaucoup de points communs, points que Jacques Dars, à qui je dédie ce bref exposé, avait maintes fois évoqués, me conseillant de relire régulièrement Jacques le fataliste afin de rendre dans notre langue le génie de son alter ego chinois avec toute la vivacité nécessaire. Puissè-je exhausser un jour ses vœux.

NOTES

1) Pour prendre la mesure de l’œuvre sinologique de Jacques Dars voir mon hommage dans Etudes chinoises, vol. XXX (2011), pp. 13-25 ou en ligne sur le site de l’Association française des études chinoises (AFEC), à l’URL : http://www.afec-etudeschinoises.com/Hommage-a-Jacques-Dars
Une bibliographie très sommaire des nombreux travaux d’André Lévy jusqu’à 1996 est accessible sur le site de l’Ecole Française d’Extrême-Orient à l’URL http://www.efeo.fr/biographies/notices/levy2.htm.
2) Le huitième chapitre (pp. 165-190) entièrement consacré à Li Yu, que le spécialiste américain amplifia magistralement sept ans plus tard avec The Invention of Li Yu (Harvard University Press, 1988), comme le travail pionnier d’Helmut Martin 马汉茂 (Li Li-weng über das Theater 李笠翁论戏曲. Heidelberg, 1966) furent des aiguillons dans mon cheminement personnel. En plus de cette thèse, Helmut Martin avait, ne l’oublions pas, rendu accessible l’œuvre de Li Yu encore difficile d’accès dans une œuvre complète en facsimilé qui me fut d’une grande utilité : Li Yu quanji 李渔全集 (Taipei, Chengwen, 1970).
3)  « L’œuvre romanesque de Li Yu (1611-1680), parcours d’un novateur » sous la direction de M. le Pr. André Lévy, Université Paris VII/Jussieu, 1994. 589 p.
4)  Voir mes articles « Li Yu : Le retour du Vieux Pêcheur au Chapeau de Paille », Revue bibliographique de sinologie, vol. IX (1991), pp. 279-285. Traduit en chinois sous le titre de « Li Yu : Liweng de huigui » 李漁 -笠翁德回歸 Sinologie française – Faguo hanxue 法國漢學, vol. 3. Beijing : Zhonghua shuju, 1998, pp. 326-333, qui en plus de notices régulières publiées dans la Revue Bibliographique de Sinologie tenaient le public sinologique informé de l’actualité des études sur Li Yu dans le monde.
5)  André Lévy in Dictionnaire de la civilisation chinoise. Paris, Encyclopædia Universalis-Albin Michel, 1998, pp. 422-423 ; Rainier Lanselle in André Lévy (ed.), Dictionnaire de littérature chinoise. Paris, PUF, « Quadrige », (1994) 2000, pp. 178-180 ; Pierre Kaser, « Li Yu » in Pascal Mougin, Karen Haddad-Wotling,  Dictionnaire mondial des littératures. Paris, Larousse, 2002, p. 534
6)  Pimpaneau, Histoire de la littérature chinoise. Arles : Philippe Picquier, 1989 ; André Lévy, La littérature chinoise ancienne et classique. Paris : PUF, « Que sais-je ?», n° 296, 1991.
7)  Le bilan que je pouvais dresser en 1997 pour la Revue Bibliographique de Sinologie n’a pas fondamentalement changé en 14 ans. On peut s’y reporter dans sa version chinoise « Zhongguo gudian wenxue zai Faguo » 中國古典文學在法國 (La littérature chinoise ancienne en France) Sinologie française – Faguo hanxue 法國漢學, vol. 4. Beijing : Zhonghua shuju, 1999, pp. 279-301.
Les travaux que conduit l’axe de recherche « Littérature d’Extrême-Orient, textes et traduction » (Leo2t, IrAsia) complèteront un jour cette première approche discursive avec la mise en ligne d’une base de données des traductions françaises pour les littératures chinoises et d’Extrême-Orient. Le suivi de l’avancée de ce travail ouvert à la collaboration la plus large peut se faire à partir de notre plateforme internet netvibes.com/leo2t, onglet ‘ITLEO’ pour « Inventaire des traductions françaises des Littératures d’Extrême-Orient ».
8)  Zwei chinesische Singspiele der Qing-Dynastie (Li Yu und Jiang Shiquan), übersetzt von Alfred Forke, Mit, it einer Ergänzung : Ein anonymes Singspiel der Yuan-Zeit in der Fassung von John Hefter, bearbeitet und ergänzt von Martin Gimm. Stuttgart : Franz Steiner Verlag, « Sinologica Coloniensia » Band 16, 1993, 503 pp.
9)  André Lévy est pour l’heure le seul à y être parvenu pour ses deux traductions de Tang Xianzu 湯顯祖 : savoir Mudanting  牡丹亭 (Musica Falsa, 1998) et Handanji  邯鄲記 (MF, 2007)
10)  Voir ma thèse, op. cit., pp. 169-209.
11)  Jean-Jacques Pauvert a fait une présentation suivie d’un court passage du chapitre XVII dans le premier des quatre volumes de son Anthologie historique des lectures érotiques (Paris, Stock/Spengler, 1996, pp. 746-751).  Pour sa part, Jacques Pimpaneau reprend un bref passage du chapitre III de la même traduction dans son Anthologie de la littérature chinoise classique. Paris, Philippe Picquier, 2004, pp. 906-911.
12) Voir à ce propos le compte-rendu que j’ai donné d’une séance de travail sur la traduction du Rouputuan dans le cadre des Vingt Sixièmes Assises de la traduction littéraire (Arles 2009) : Traduire Eros. Arles : Actes Sud / ATLAS, 2010, pp. 151-154 et ma notice dans Gaetan Brulotte, John Phillips (eds.), Encyclopedia of Erotic Literature. New York-Londres, Routledge, 2006, « Li Yu and Rouputuan [The Carnal Prayer Mat] »,               pp. 809-813.
13)  Une édition de poche augmentée d’une postface (pp. 267-269) sortit en 1998,  « Picquier-Poche », n° 95.
14) Cette contribution est accessible en ligne (http://publications.univ-provence.fr/lct2006/index153.html) comme l’ensemble des travaux que je livre dans le cadre de l’équipe (voir le blog : http://jelct.blogspot.com/)
15)  « Li Yu et le bonheur de voyager » traduction de 道途行樂之法 dans « 頤養部 :  行樂第一), Impressions d’Extrême-Orient, n° 1, 2010, mis en ligne le 2 février 2010, URL : http://ideo.revues.org/72
16) Il s’agit de « Du maintien », traduction de « Taidu » 态度 (juan 3), pp. 897-899 ;  « S’asseoir » « Zuo » 坐  (juan 6) p. 899 ; « Se tenir debout », « Li » 立 (juan 6), p. 900 et de « Le sterculier », « Wutong » 梧桐 (juan 5), pp. 900-901.
17)  Voir notamment le chapitre IX, « La jouissance de vivre »
18)  C’est la conclusion de mon compte-rendu des Carnets secrets  pour la revue Etudes chinoises, vol. XXIII (2004), pp. 532-540.
19)  voir http://www.chineancienne.fr/traductions/kiai-tseu-yuan-houa-tchouan-jieziyuan-huazhuan-trad-r-petrucci/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *