Les Dix jours de Yangzhou

La sortie prochaine aux Editions Anacharsis (coll. « Famagouste », Toulouse) de la traduction par mes soins du Yangzhou shiri ji 揚州十日記 de Wang Xiuchu 王秀楚, me donne l’occasion de réactiver ce carnet de recherche délaissé depuis le milieu de l’été 2012. En guise d’apéritif, je vous livre, aujourd’hui, le bref aperçu fourni à l’éditeur qui a sélectionné ce titre au milieu de trois propositions (faites il y a deux années quasiment jour pour jour) — les deux  autres propositions étaient des textes de Li Yu, lequel devra attendre :

La seule ville d’Yangcheu, qui estoit egalement belle & riche, resista puissamment aux troupes de l’Ennemy, & mesme le fils d’un des Generaux Tartares perdit la vie dans une attaque. Un Colao, appellé Zuüs, tres-fidelle à l’Empereur, commandoit dans cette place une puissante garnison ; mais enfin il fallut se rendre à la discretion du Vainqueur, qui fit passer tous les soldats, & tous les habitants au fil de l’épée ; enleva tout ce qu’on pouvoit prendre dans les maisons ; & de peur que la pourriture des corps morts n’infectast l’air, & ne produisit la peste, les fit mettre sur le haut des maisons, & puis brusla la ville & les fauxbourgs.

Ce passage de l’Histoire de la guerre des Tartares contre la Chine contenant les révolutions estranges qui sont arrivés dans ce grand Royaume, depuis quarante ans (1655) que l’on doit au père jésuite Martino Martini (1614-1661) évoque un épisode dramatique de l’histoire de Chine survenu à Yangzhou au mois de mai 1645. La grande cité commerçante du Bas-Yangzi et sa population venaient d’être sacrifiées pour l’exemple par les envahisseurs mandchous désireux d’affermir leur contrôle sur la Chine des Ming chancelante et d’affirmer l’autorité de la nouvelles dynastie Qing (1644-1911).

Wang Xiuchu, un survivant de cet épisode crucial de l’invasion, nous en a laissé un témoignage poignant de ces dix jours de carnage. Son texte, rigoureusement banni à travers tout le XVIIIe siècle, sera très prisé dans les milieux anti-Qing à la fin du XIXe siècle et anti-Japonais au début du siècle suivant. Il conserve aujourd’hui encore son intérêt historique et toute sa force.

La traduction française qui en fut donnée en 1907 par Pierre Aucourt sous le titre  de   « Journal d’un bourgeois de Yang-tcheou (1645) » [Bulletin de l’Ecole Française d’Extrême-Orient, 1907, volume 7, numéro 1, pp. 297-312, voir ici ou ] est loin de rendre justice à ce témoignage unique. Une nouvelle traduction s’avère indispensable pour faire entendre la détresse des suppliciés de la ville qui deviendra au XVIIIe siècle le phare de l’âge d’or de la dernière dynastie impériale chinoise.

Vous pourrez juger, fin février, si la nouvelle traduction agrémentée d’une longue introduction de 48 pages et qui paraîtra sous le titre Les Dix jours de Yangzhou. Journal d’un survivant aura ou non fait progresser la connaissance de ce texte et apporté des lumières sur l’événement qu’il décrit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *