Li Yu en français (suite 1)

Paris, Mercure de France, 1932

Les choses sont ainsi faites : quelques jours après avoir envoyé la version chinoise de l’article « Li Yu en français » dont ce billet est un début de complément, j’ai retrouvé un livre acheté naguère chez un bouquiniste dans lequel George Soulié de Morant (1875-1955) avait traduit des poèmes de Li Yu.

Je ne reviendrai pas ici sur l’œuvre de Soulié et sur son apport à la connaissance de la littérature chinoise en France. On trouvera des éléments non seulement sur un site créé à sa gloire, lequel donne une liste exhaustive de ses publications, mais aussi dans un article de Jeanine Jacquemin facilement accessible en ligne ici. Son œuvre de traducteur est souvent l’objet d’évaluations critiques. On en trouvera notamment une sous la plume de Philippe Postel dans un article publié dans le numéro 2 d’Impressions d’Extrême-Orient (ici). Lire la suite