Les infortunes chinoises de la vertu

On trouvera ci-dessous le texte de ma communication donnée le 24 mars 2017 au château de Saumane (L’Isle-sur-la-Sorgue, Vaucluse) dans le cadre du  31e colloque international de la Société d’analyse des topiques romanesques :

 Roman rose / Roman noir. Territoires hétérogènes de la fiction1.

Elle sera prochainement revue et dûment complétée ici-même.

Les infortunes chinoises de la vertu. Jin Yun Qiao zhuan, un roman rose très noir du XVIIe siècle inédit en français. 

Lire la suite

  1. Voir l’annonce sur le carnet de recherches de l’axe Littératures d’Asie et traduction, à l’URL : http://leo2t.hypotheses.org/693 []

Retour aux sources

 Un précédent billet intitulé « From China to Vietnam » avait fourni une rapide présentation du roman chinois Jin Yun Qiao zhuan 金雲翹傳 et rappelé son influence sur l’écriture du chef-d’œuvre de Ngyuen Du 阮攸, le Kim-Vân-Kiêu. Il se trouve que ce roman toucha également le Japon avec entre autres le Fuzoku kingyoden 風俗金魚伝 de Takizawa Bakin 滝沢 馬琴 (1767-1848) dont je reproduis ici les pages 8B-9A du premier volume de l’Imprimé conservé à la Bibliothèque de l’Université de Waseda.

La prise en compte de l’influence de ce roman en Chine même, notamment sur le théâtre, et bien sûr sur la production romanesque et poétique au-delà des frontières de l’empire chinois rend naturellement son étude intéressante, mais la manière dont celui-ci combine des sources classiques touchant à des événements historiques, en fait un objet d’étude passionnant. Du reste, sa composition et, par exemple, la manière dont il traite quasi exclusivement des aventures de la belle Wang Cuiqiao 王翠翹, prouvent son originalité par rapport à la production à laquelle on l’associe d’ordinaire, savoir le caizi jiaren xiaoshuo 才子佳人小說. Il n’est pas loin, par moments, de faire penser aux Infortunes de la vertu de Sade. Il mérite plus que le mépris affiché par les spécialistes vietnamiens du Kieu qui le décrivent comme une œuvre médiocre et sans intérêt, le pus souvent sans avoir jamais jeté un regard à ce qui tient de source à leur chef-d’œuvre national.

C’est aussi pour moi une sorte de retour aux sources, puisque je me rappelle avoir lu ce roman voici exactement 30 ans ! Une édition légèrement expurgée en avait été donnée en 1983 par Li Zhizhong 李致忠 pour la collection « Ming-mo Qing-chu xiaoshuo xuankan » 明末清初小說選刊 des Editions Chunfeng wenyi de Shenyang.

Tout cela pour dire que j’ai inscrit l’étude du Jin Yun Qiao zhuan au programme des cours de traduction de la spécialité « Recherche en sinologie » du master Aire culturel Asiatique (AMU) et, qu’en conséquence, je devrais être en mesure de faire état de nos progrès dans la découverte de cet ouvrage sur ce carnet, l’espace de travail restant réservé aux étudiants. La traduction complète de la version longue viendra en son temps.

From China to Viêt Nam

JYQZA l’occasion de la Conférence internationale « Evaluer l’interface : Etudes régionales et interdisciplinaires sur l’Asie du Sud-Est et le Pacifique/Search for the Interface : Interdisciplinary and Areas Studies in South-East Asia and the Pacific », qui s’était tenue à Marseille (Université de Provence, Site St Charles) et sur le Danielle Casanova, navire de la SCNM, entre le continent et Bastia, du 23 au 25 juin 2004, j’avais eu l’honneur de donner une communication intitulée en français :  « De la Chine au Vietnam : les avatars du Jin Yun Qiao zhuan, roman chinois en langue vulgaire du milieu du XVIIe siècle. » Je reproduit ci-dessous le texte qui avait été présenté en anglais, langue retenue pour cette manifestation organisée par l’IRSEA. Lire la suite