Traduire le roman érotique chinois ancien en langue vulgaire

Verbatim de mon intervention à la première journée du stage organisé à Aix-en-Provence par la Jeune Équipe Littérature Chinoise et Traduction (Université de Provence) [ancien Leo2t], le vendredi 3 février 2006, suivi des réponses données aux questions posées par un public composé de l’ensemble des stagiaires.

La littérature dont il va être question est une littérature de fiction qui souffre depuis sa naissance du mépris et de la méfiance de l’orthodoxie lettrée chinoise et qui, d’une certaine manière, est toujours considérée comme inférieure, de moindre qualité et d’intérêt secondaire dans l’élucidation et l’exploration de la culture et de la civilisation chinoises anciennes. Le xiaoshuo 小說 ancien en langue vulgaire, est au même titre que l’expression dramatique chinoise, avec laquelle elle partage tant, un genre qui fut considéré comme mineur incapable de rivaliser avec la poésie et la prose classiques. Lire la suite

Le Moine Mèche-de-lampe (1)

Le Moine Mèche de Lampe (1998)

Le Moine Mèche de Lampe (1998)

Notice sur le Dengcao heshang zhuan 燈草和尚傳pour Gaetan Brulotte, John Phillips (eds.),
Encyclopedia of Erotic Literature (Routlegde, 2006) (Version française inédite – version anglaise)

Le Moine Mèche-de-Lampe

Il n’y a aucune chance que ce petit roman coquin en douze chapitres soit l’œuvre de Gao Ming (mort en 1359), célèbre poète et dramaturge de la dynastie des Yuan (1279-1368), à qui il fut attribué. La recherche à partir des pseudonymes qui l’accompagnent conduit à d’autres ouvrages licencieux mineurs, mais n’aboutit à aucune attribution. Sa première mention sur une liste de proscription en situe la diffusion à une date antérieure à 1810 — il y survivra sous différents titres. Il date plus vraisemblablement de la fin des Ming (1368-1644) ou du tout début des Qing (1644-1911), ce qui en fait un digne représentant de la production romanesque en langue vulgaire de ce milieu du XVIIe s. chinois si riche en romans de ce genre. Il s’en distingue néanmoins par une tonalité rare dans ce domaine en combinant à un érotisme torride, l’humour et le fantastique, faisant preuve au passage d’une imagination débridée. Lire la suite

Le Moine Mèche-de-Lampe (2)

DCHS01On trouvera ci-dessous la reproduction de l’introduction, des extraits du répertoire, l’avertissement à la traduction et un extrait du chapitre cinq du Dengcao heshang zhuan 燈草和尚傳 : Le Moine Mèche-de-Lampe. Roman pornographique du début des Qing. Traduit du chinois et présenté par Aloïs Tatu (pseud. Pierre Kaser). Arles : Editions Philippe Picquier, coll. « Le pavillon des corps curieux », 1998. 169 p. Réédition en collection « Picquier Poche»,  n° 173, 2002. 169 p.

« Introduction »

[Les mots suivis d’un astérisque sont expliqués dans le « Répertoire » ci-dessous.]

— Que diable nous proposez-vous donc ? Un Moine Mèche-de-Lampe ? Rien que ça ! Et qu’est-ce donc, s’il vous plaît ? Un missel taoïsant ? Une de ces bouddhi-niaiseries à la mode ? Lire la suite

Enfer chinois (04)

[…] Dans ce billet numéroté 04 de la série « Enfer chinois », je vais m’en tenir à une sobre présentation de trois titres que j’ai eu le plaisir de réaliser sous la direction de Jacques Cotin pour la collection d’érotiques qu’il a créée en 1996 chez le même éditeur et qui a pour nom « Le Pavillon des corps curieux » (PCC).

Directeur littéraire à la « Bibliothèque de La Pléiade » (Gallimard) de 1987 à 1996 — il y a notamment accueilli Les Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Jingu qiguan 今古奇觀) traduits par Rainier Lanselle en 1996 —, Jacques Cotin a notamment épaulé André Lévy, non seulement pour Fleur en Fiole d’Or (1985) et La Pérégrination vers l’Ouest (1991), mais aussi plus récemment pour les Chroniques de l’étrange (Picquier, 2005) de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715). En plus d’être un orfèvre de l’édition, Jacques Cotin est aussi un expert ès curiosa et un fin connaisseur des littératures des marges, mariant admirablement fantaisie et rigueur. Son Dictionnaire des postures amoureuses (Arles : Picquier-Poche, « PCC », 2001, 434 p.) relève de ces deux facettes de sa personnalité et permet une approche originale d’un corpus que certains préfèrent éviter ou condamner sans appel. Lire la suite

Emboîtements-01 : Wu Jun 吳均 (469-520)

Xu Qi Xie Ji« Le lettré de Yangxian », « Yangxian shusheng » 陽羡書生, est un xiaoshuo 小說 en wenyan 文言 bien connu des amateurs de ce type de récits, ces « contes en langue classique » chinois si particuliers qui fleurirent principalement pendant la période dite des Six dynasties [1] et que Robert Ford Campany qui les a étudiés avec attention appelle « anomaly accounts » ou « strange writing » [2]. Etranges, ils le sont autant par le contenu qui plonge le plus souvent dans l’inexplicable, le supra-, ou le para-humain, que par leur nature propre qui se situe quelque part entre la fiction inspirée et le pensum d’historiographe.

Ce conte est attribué à Wu Jun 吳均 (469-520) qui l’a intégré dans sa Suite aux Notes de Qi Xie, Xu Qi Xie ji 續齊諧記. Figure littéraire reconnue de son époque et historiographe de la dynastie sudiste des Liang 梁 (502-557), Wu Jun est prisé non seulement pour son style très personnel, mais aussi pour avoir, dit-on, « livré avec ce recueil le produit le plus élaboré de cette période  initiale  de  l’art narratif  chinois » [3].

Lire la suite