S 11 (IACCCLV-6)

S11La maison qui m’a donné le jour

S 11. Séparé de ses parents depuis sa prime enfance, un jeune homme adopte sans le savoir son véritable père et sauve fortuitement sa mère et sa bien-aimée des griffes des brigands. Il retrouve finalement les lieux de son enfance.

Introduction : Le poème liminaire exprime les souffrances d’une jeune femme de la haute société prise dans la tourmente de la marche des Bandits Déferlants (chuangzei  闖賊) de Li Zicheng 李自成  (1605 ?- 1645) vers le Sud : déshonorée, elle se refuse la mort qui l’exposerait aux mânes accusateurs de son défunt mari. Tout cela n’a peut-être que peu de rapport avec le récit à venir, mais quoi qu’il en soit, c’est en dernier lieu au Créateur, Zaowu   造物, que revient le loisir de séparer et de réunir les gens.

Le récit principal se déroule à la fin des Song 宋 (960-1279). Yin Hou 尹厚 est un riche propriétaire du xian de Zhushan 竹山, préfecture de Yunyang 鄆陽 au Huguang 湖廣. Sa fortune, il l’a faite à la force de son poignet, aidé en cela par son épouse Pang 龐. Son surnom de Xiaolou 小樓 (Petite bâtisse) lui vient de son sens aiguë de l’économie, sens qu’il a manifesté en n’édifiant qu’une modeste résidence de trois pièces destinée à accueillir une nombreuse progéniture. Malgré sa petitesse, le lieu est propice car Dame Pang y donne bientôt naissance à un beau garçon. Le rejeton, qui se singularise par un unique testicule, n’a pas quatre ans lorsqu’il disparaît mystérieusement : on suppose qu’il a été mangé par un tigre. Les années passent et aucun autre heureux événement ne vient réjouir les déjà vieux époux. Ils pourraient certes adopter un fils, mais personne dans leur entourage ne remplit leurs exigences. En désespoir de cause, Yin Xiaolou décide de partir à la recherche de l’oiseau rare à la fois affectueux et désintéressé. Pour ce faire, il se déguise en mendiant et s’expose à la risée publique en s’offrant pour dix taëls à qui voudra d’un père.

Un jour qu’il se trouve dans le xian de Huating 華亭, préfecture de Songjiang 松江, il est malmené par une bande de chenapans. Un jeune homme répondant au nom de Yao Ji  姚繼 prend alors sa défense et accepte le curieux marché. Orphelin de père et de mère, il avait été recueilli dans sa prime enfance par le sieur Cao Yuyu 曹玉宇 du village de Hankou 漢口, préfecture de Hanyang  漢陽, qui l’a initié au métier de courtier en tissu. Décidé à le mettre à l’épreuve jusqu’au bout, le vieil homme teste les sentiments du jeune homme qui se révèle être le fils idéal dont il avait rêvé. Mais, on apprend bientôt que les troupes mongoles des Yuan 元 (1279-1378) ne vont pas tarder à investir Nankin et de toutes parts se forment des bandes de brigands qui ravagent tout sur leur passage. Face à la tournure que prennent les événements, Xiaolou dévoile son projet initial à Yao Ji et lui révèle la réalité de sa fortune. Les deux hommes tombent d’accord pour gagner au plus vite la résidence paternelle à Yungang.

En route, le jeune homme fait pourtant escale à Hankou pour demander à Cao Yuyu la main de sa fille qu’il aime tendrement depuis toujours. Devant le refus catégorique du batelier d’attendre le retour de Yao Ji, Xiaolou lui confie cent taëls et le presse de venir le rejoindre. Quand il réalise que, dans l’excitation de la séparation, il a oublié de lui indiquer son véritablement nom et sa véritable adresse, Yao est déjà hors de portée de voix.

Le jeune homme n’est pas long à apprendre que sa bien-aimée a été enlevée par des brigands déguisés en soldats mongols. Cruellement désappointé, il reprend sans plus attendre la direction de Yunyang. Lors d’une escale dans le village de Xiantao 仙桃, également nommé le port de Xianyu 鮮魚, il a vent que les pillards y écoulent leurs captives. Yao Ji saute sur l’occasion et court à la recherche de Mademoiselle Cao. Il est malheureusement impossible de faire son choix car les femmes, vendues au poids, sont cachées dans des sacs. Du reste, les brigands obligent tous les curieux à mettre la main à la poche et Yao Ji se retrouve possesseur d’une quinquagénaire. Passé la première déception, il traite la rescapée avec les égards dus à une mère et projette de l’offrir comme concubine à son père. Pour le remercier de ses louables attentions, la vieille lui signale que le lendemain sera mise en vente une beauté de bonne famille. Pour la reconnaître, il lui suffira de tâter les sacs. En effet, elle cache dans sa manche une règle en jade qu’il ne peut manquer de remarquer. Encouragé par ces instructions, Yao se porte dès potron-minet acquéreur d’un nouveau paquet qu’il prend la précaution de n’ouvrir qu’une fois loin du rivage.  Celle qui en sort n’est autre que la belle Cao. C’est donc dans l’allégresse qu’ils se rendent sans plus tarder vers Yunyang sans même prendre garde aux panneaux dont Yin Xialou a balisé la route. Tout naturellement, ils ne retrouvent pas celui qu’il cherchait et les deux amants acceptent finalement l’invitation de la vieille femme qui habite dans les environs. Et c’est justement là que Xiaolou les attend ! Celui-ci est non seulement heureux de retrouver son cher fils, mais aussi sa fidèle épouse — la vieille femme achetée par Yao Ji —, qui avait été enlevée.

Mais, la compagnie n’est pas au bout de ses surprises car en pénétrant dans la maison que les Yin offrent aux deux amoureux — celle-là même où leur était un fils —, Yao Ji retrouve des souvenirs d’enfance qui pendant les vingt ans écoulés n’avaient cessé de lui apparaître en rêve. Un examen des bourses du jeune homme confirme ce que tout le monde pense : Yao Ji, qui n’a qu’un seul testicule,  est nul autre que le fils de Yin Xiaolou !

A ceux qui ne voudront pas croire à l’extraordinaire manifestation du Créateur, Yin demandera de se rendre compte de visu de la particularité physique de son fils à qui l’on attribua le surnom de Dushen Yinjia 獨腎尹家, Unicouille de la Famille Yin. Par la suite, et pour faire mentir les inquiets, la lignée des Yin perdurera jusqu’à l’ère Hongzhi 弘治 (1488-1505) des Ming.

Commentaire final. Une fois de plus, Jueshi baiguan 覺世稗官 [Le Romancier Qui Eveille le Monde = Li Yu] sera parvenu à surprendre son lecteur et à  le convaincre que « celui qui veut être un homme de bien et faire de bonnes actions doit être aussi patient que persévérant ».

  1.  « La maison qui m’a donné le jour », « Shengwo lou »  生我樓
  2. Quatre chapitres,  10 000 caractères environ.
  3. Milieu de commerçants.
  4. genre. Cf. thèmes des retrouvailles finales : S III 3
  5. Anecdote d’introduction : évocation de la fin des Ming. Récit principal : Fin des Song. Prise de Nanjing par les Yuan.
  6. La vente des femmes en sacs est attestée par plusieurs sources. voir Sun Kaidi 孫楷第 (« Li Liweng yu Shi’er lou » 李笠翁與十二樓, Li Yu quanji   (Hangzhou, 1991) vol. 20, pp. 5-65) qui signale WANG Shizhen     , Chibei outan     ,  j.  24 : « Yi jia wan zhong ». Il en est également question sous la plume du Père Louis Lecomte, « De la politique et du gouvernement chinois », in Un Jésuite à Pékin. Nouveaux mémoires  sur l’état présent de la Chine, 1687-1692. Paris : Phébus, 1990. 554 p., pp. 343-344. Lecomte rapporte une anecdote similaire se déroulant au moment de la chute de Nankin en 1645. Li Yu a tiré une adaptation dramatique de sa nouvelle : Qiao tuanyuan 巧團圓. Cf. Henry, Chinese Amusements, pp. 186-202.
  7. Traductions : Voir ITLEO : http://tinyurl.com/nc9ovng [Accès réservé]
  • japonais : Karashima Takeshi幸 島驍, « —– », Juniro 十二樓. Tôkyô, Tôyôbunsha kyôkai, 1958, pp.  , coll. « Zenyaku Chûkoku bungaku taikei », I. 23.
  • russe : D. N. Voskrisenski,« —– », Moscou : xxxxxxxxxx, (1985) 1999, pp.
  • allemand : Franz Kuhn, « Der Turm des Wiedergeborenen Ich », in Die Dreizehnstökkige Pagode, Essen, 1956, pp. 143-176 ; Franz Kuhn, « Der Turm des Wiedergeborenen Ich », in Altchinesische Liebesgeschichten. Wiesbaden-Berlin : Emil Wollner ed., 1961, pp. 96-117.
  • anglais : Patrick Hanan (trad.), « Nativity Room » in A Tower for the Summer Heat.  New York : Ballantine Books, 1992, xv + 249 p., pp. 221-249 ; Samuel B[irch], « Yin Seaou Lou or the Lost Child », Asiatic Journal and Monthly Registor, XXXV (1941), p. 33-48 [1841] ; Nathan Mao [adaptation], « Father and Son », Twelwe Towers. Hong Kong, The Chinese U.P. (1975) 1979, pp. 115-126. (Adaptation)

[En travaux] Voir « Shi’er lou pour l’IACCCLV 6 » : http://kaser.hypotheses.org/672


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *