Les Douze pavillons : mise en chantier

Alors que Les Dix jours de Yangzhou ne sont pas encore arrivés dans les librairies, me voici, non pas véritablement désœuvré, mais pour ainsi dire orphelin. Certes, je suis loin d’avoir rempli toutes mes obligations du moment, notamment concernant les diverses occupations de l’axe Leo2t (deux numéros d’IDEO sur le gril et l’inventaire ITLEO à alimenter, etc.), mais l’envie d’en découdre avec un texte chinois est trop forte. Après quelques minutes d’hésitation, j’ai fait mon choix.

L’objet de mon attention pour les mois à venir sera donc le Shi’er lou 十二樓.

Mais avant de me lancer véritablement dans le travail de traduction, il va me falloir dans un premier temps réunir l’ensemble des éléments épars accumulés au cours des nombreuses années pendant lesquelles j’ai nourri et, d’une certaine façon, fait avancer ce projet.

Si j’avais lu des bribes du Shi’er lou au hasard des anthologies de contes anciens auparavant, ma première lecture de la collection dans sa globalité remonte au mois d’avril 1986, date à laquelle les éditions Shanghai guji l’avaient remise en circulation dans une édition en caractères simplifiés établie par Xiao Rong 蕭容. Ce tirage sobre à 1,95 yuan proposait un appareil critique intéressant reprenant notamment la préface de Sun Kaidi 孫楷第 (1898-1989) à l’historique édition de la Yadong tushuguan 亞東圖書館 de 1935. Le même mois, les éditions Remin wenxue de Pékin sortait une édition augmentée elle aussi du texte de Sun Kaidi qui constituait, alors, l’étude la plus complète sur ce recueil de douze récits. Ce tirage offrait également sept des 24 illustrations que portait le bel imprimé sorti au Xiaoxianju 消閒居 — sans doute l’édition la plus ancienne de la collection — que je consulterai peu après à la Bibliothèque de l’Université de Pékin ; était également reproduite la page de garde portant le double titre de Jueshi mingyan – Xiuxiang Shi’er lou 覺世名言繡像十二樓 (Propos fameux pour éveiller le monde – Edition finement illustrée des Douze pavillons) [voir illustration ci-dessus].

C’était amplement suffisant pour un premier contact sérieux, prémisse de nombreux autres. En plus des deux douzaines d’éditions anciennes consultées en Chine et au Japon à la recherche d’indices permettant de retracer l’histoire de la circulation du texte, ce ne sont pas moins d’une bonne dizaine d’éditions modernes différentes que j’ai pu, depuis, me procurer. Parmi elles, c’est celle qui figure dans le neuvième volume du Li Yu quanji 李漁全集 (Œuvres complètes de Li Yu) publiée à Hangzhou par Xiao Xinqiao 蕭欣橋 (Zhejiang guji, 1991, revue en 1998 (vol. 4), puis en 2010), que j’ai pris l’habitude d’utiliser. Les commentaires marginaux et de fin de récit sont présents, ainsi que l’indication des rares variantes ; toutes les illustrations sont également reproduites, et le texte est ponctué par Du Weimo 杜維沫. Si je ne me prive pas de consulter d’autres éditions (notamment taïwanaises en caractères non simplifiés comme celle de la maison Haixiao, Taibei, 1998), il me semble, qu’à part celle réalisée par  Cui Zi’en 崔子恩 pour la collection « Zhongguo huaben daxi » 中國話本大系 des éditions Jiangsu guji (Nankin, 1991), la totalité des éditions concurrentes venues rejoindre ces publications soignées n’apportent rien à la connaissance de ce texte devenu un classique de la littérature romanesque chinoise.

Du reste, cette œuvre pose beaucoup moins de problèmes que les autres écrits romanesques de Li Yu, à savoir les Wushengxi 無聲戲 (Comédies silencieuses, 1654-1656) et Rouputuan 肉蒲團 (Chair, tapis de prière, 1657). Datant de 1658, la collection a bénéficié d’une remarquable stabilité, et mis à part son deuxième récit qui pourrait bien avoir été emprunté à la deuxième livraison des Wushengxi, on dispose là d’un ensemble d’une grande homogénéité : des récits courts, d’une taille comprise entre 7000 et 19000 caractères, découpés en chapitres (de 1 (sic) à 6) dont les intrigues font toutes intervenir un lou 樓, bâtiment qui se retrouve évoqué dans un titre en trois caractères. Cette astuce offre au traducteur son premier défi, défi que j’ai provisoirement relevé en donnant au caractère lou une traduction différente à chaque fois. Voici donc ces solutions suivies de brefs résumés des douze récits  :

  • S 1, « Heying lou »  合影樓, Les gloriettes de la réunion des reflets : Malgré d’infinies précautions et grâce aux manigances d’un vieil ami, un barbon confucéen se trouve contraint d’abandonner sa fille chérie au fils de son beau-frère, un libertin qu’il déteste. Le jeune homme, un instant éconduit, voit sa persévérance doublement récompensée car il épouse en prime la fille du vieil ami. (3 chapitres, 10 500 caractères environ)
  • S 2, « Duojin lou »  奪錦樓, Le cabinet du choix des époux : Initialement fiancées à quatre prétendants aussi ignares qu’affreusement laids, deux jumelles épousent finalement l’unique lauréat d’un concours dirigé de main de maître par un juge désireux de trancher un litige familial. (1 chapitre, 7000 caractères environ)
  • S 3, « Sanyu lou »  三與樓, La tour des trois enseignements : En s’appropriant jusqu’à son dernier refuge la résidence d’un esthète dépensier, un riche propriétaire terrien condamne sa famille à la ruine et au déshonneur. Finalement c’est le propre fils du lettré spolié qui la sortira de l’ornière dans laquelle l’avait plongé la cupidité. (3 chapitres, 10 000 c.  environ)
  • S 4, « Xiayi lou » 夏宜樓, La villa du confort estival : Comment un jeune et brillant lettré choisit sa femme à l’aide d’un télescope qui le fait passer auprès d’elle pour un immortel et lui permet de balayer tous les obstacles qui se sont dressés entre lui et l’élue de son cœur. (3 chapitres, 11000 c. environ)
  • S 5, « Guizheng lou » 歸正樓, Le monastère de la résipiscence : Après une existence entièrement consacrée à l’art de dérober, un voleur de génie quitte la carrière pour se faire moine taoïste. Ses dons trouvent leur consécration dans un épisode final nous montrant par quels subterfuges il parvient à faire financer par d’autres la construction de son monastère. (4 chapitres, 13500 caractères environ)
  • S 6, « Cuiya lou » 萃雅樓, Le Pavillon de tous les raffinements : Ayant refusé les avances du cruel et influent Yan Shifan, un jeune mignon cultivé tombe dans les mains d’un vieil eunuque qui le fait castrer pour le garder à son service. Cédé en héritage au fils du Premier Ministre Yan, l’eunuque malgré lui prendra finalement sa revanche en obtenant de l’empereur la tête du responsable de sa déchéance. (3 chapitres, 10 500 c. environ)
  • S 7, « Fuyun lou » 拂雲樓, Le belvédère perce-nuages : A peine débarrassé d’une épouse laide, un jeune et brillant bachelier tente par tous les moyens de renouer avec sa première fiancée, une beauté sans égale jadis rejetée pour son impécuniosité. Il n’y parvient que grâce à l’aide de la camériste de celle-ci, qui, tout en travaillant au bonheur de sa maîtresse, n’oublie pas le sien propre en devenant la concubine du jeune homme. (6 chapitres, 19 000 c. environ)
  • S 8, « Shijin lou » 十巹樓, Le hall des dix noces : Après neuf alliances dont il n’a pu se satisfaire, un jeune bachelier se marie pour la seconde fois avec sa première épouse, une femme d’une frigidité extrême. Comme prévu par un diseur de bonne aventure, le dixième mariage sera le bon. (2 chapitres, 7 000 c. environ)
  • S 9, « Hegui lou » 鶴歸樓, Le havre du retour de la grue : Sa philosophie de la moindre espérance permet à un brillant lettré réticent à entrer dans la carrière mandarinale d’affronter avec succès l’adversité d’un monde cruel et de préserver son épouse des affres de la séparation. (2 chapitres, 7000 c. environ)
  • S 10, « Fengxian lou » 奉先樓, Le sanctuaire du sacrifice aux ancêtres : Séparé des siens par les troubles de la fin des Ming, un bachelier retrouve après des mois de recherches effrénées, son fils, seul héritier de son clan, et son épouse qui, au prix de sa vertu, a su le préserver de la mort en suivant un bienveillant général mandchou. (2 chapitres, 7500 caractères environ)
  • S 11, « Sheng wo lou » 生我樓, La maison qui m’a donné le jour : Séparé de ses parents depuis sa prime enfance, un jeune homme adopte sans le savoir son véritable père et sauve fortuitement sa mère et sa bien-aimée des griffes d’une bande de brigands. De retour dans sa maison natale, il retrouve les objets qui marquèrent son enfance. Une particularité physique confirme que l’enfant disparu n’avait pas été, comme on l’avait supposé alors, dévoré par un tigre. (4 chapitres, 10 000 caractères environ)
  • S 12, « Wenguo lou » 聞過樓, L’hôtel de la conscience morale : Comment, grâce à l’aide d’un préfet éclairé, un groupe de lettrés réussit à faire revenir leur ami, un excentrique dont ils prisent les avis, sur sa promesse de ne jamais plus remettre les pieds en ville laquelle est vue par lui comme le lieu de tous les tourments et qu’il a quitté un an plus tôt pour se livrer à une vie d’ermite paysan libre-penseur. (3 chapitres, 10 000 caractères environ)

Ce sont naturellement des choix susceptibles d’être modifier. Il n’en reste pas moins que même si certains sonnent faux, j’y suis attaché car ils m’accompagnent depuis maintenant plus d’un quart de siècle et sont associés à des souvenirs d’un séjour à l’Université de Pékin (1985-1988), de longs trajets en train entre la capitale du Nord et celle du sud, puis ensuite aux années de travail sur l’œuvre romanesque de Li Yu pour une thèse de doctorat à Paris, etc. C’est dire le mal que j’aurais, le cas échéant, à m’en défaire.

Pour ce qui est du titre du recueil, je vais m’en tenir, pour le moment, à le traduire par (Les) Douze pavillons, solution qui remplace (Les) Douze tours un temps privilégié. Il n’en reste pas moins que le plus gros est à accomplir, soit rendre de la meilleure manière qui soit les 135 000 caractères d’un ensemble que je considère, mais je ne suis pas le seul, comme le sommet de l’écriture romanesque de Li Yu.

Ce carnet de recherche fera, aussi souvent que possible, état de mon avancée dans ce travail, sans rien cacher des hésitations, des doutes, et sans doute également des  joies, qu’il ne va pas manquer de susciter. Un dernier point : bien qu’à l’état de chantier, cette traduction est toujours en quête d’un éditeur ; la disparition de Jacques Dars (1941-2010) l’a privé d’un soutien aussi solide qu’éclairé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *