Les Dix jours de Yangzhou (suite)

La traduction est une occupation solitaire, le travail de recherche qui l’entoure également. Pour alléger le poids de cette pesante solitude, j’ai tenté de faire partager mon intérêt pour le Yangzhou shiri ji 揚州十日記 à mes étudiants de master, lesquels se sont ainsi retrouvés confrontés à des extraits  directement tirés de l’ouvrage ou ayant un rapport avec lui (voir ici, les 3 derniers billets). Si je n’ai pas soulevé une vague d’enthousiasme, j’ai néanmoins reçu, en retour de mes perfides sollicitations, une attention polie et somme toute relativement studieuse que je souhaite saluer ici ; j’en profite également pour remercier chaleureusement celles et ceux qui ont contribué à ma recherche en me procurant des documents chinois difficiles d’accès. Lire la suite

Les Dix jours de Yangzhou

La sortie prochaine aux Editions Anacharsis (coll. « Famagouste », Toulouse) de la traduction par mes soins du Yangzhou shiri ji 揚州十日記 de Wang Xiuchu 王秀楚, me donne l’occasion de réactiver ce carnet de recherche délaissé depuis le milieu de l’été 2012. En guise d’apéritif, je vous livre, aujourd’hui, le bref aperçu fourni à l’éditeur qui a sélectionné ce titre au milieu de trois propositions (faites il y a deux années quasiment jour pour jour) — les deux  autres propositions étaient des textes de Li Yu, lequel devra attendre :

La seule ville d’Yangcheu, qui estoit egalement belle & riche, resista puissamment aux troupes de l’Ennemy, & mesme le fils d’un des Generaux Tartares perdit la vie dans une attaque. Un Colao, appellé Zuüs, tres-fidelle à l’Empereur, commandoit dans cette place une puissante garnison ; mais enfin il fallut se rendre à la discretion du Vainqueur, qui fit passer tous les soldats, & tous les habitants au fil de l’épée ; enleva tout ce qu’on pouvoit prendre dans les maisons ; & de peur que la pourriture des corps morts n’infectast l’air, & ne produisit la peste, les fit mettre sur le haut des maisons, & puis brusla la ville & les fauxbourgs. Lire la suite

Le Tombeau des amants

Le Tombeau des amants

On trouvera ci-dessous la préface à la traduction du 14e conte du Shidiantou 石點頭 (1635) dans 

Le Tombeau des amants.  Conte chinois de la fin des Ming. Traduit du chinois et annoté par Thomas Pogu. Paris, Editions Cartouche, 2012, 63 p.

Elle occupe les pages 5 à 15. J’ai ajouté les caractères et intégré les notes de bas de pages dans le corps du texte entre crochets. L’illustration ci-contre est celle que reçut le récit dans l’édition du Yejingchi  葉敬池 de Suzhou à la fin des Ming conservée à l’Université de Tôkyô. Sur le  recueil, on pourra consulter le tome quatrième de l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire (André Lévy, Michel Cartier, avec la collaboration de Rainier Lanselle), Paris, Collège de France – Institut des Hautes Etudes Chinoises, « Mémoires de l’Institut des Hautes Etudes Chinoises », vol. VIII-4, 1991, pp. 1-59. La notice pour  « Pan Wenzi qihe yuanyang zhong » 潘文子契合鴛鴦塚  (Pan Wenzi reste uni à son ami dans la tombe des canards mandarins), a été réalisée par Jacques Dars (1941-2010) sous le titre « Les deux amis », pp. 56-59.

Dans son Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de la Chine (1615), Matteo Ricci (1552-1610) écrit : « Il y a des rues pleines de garçons habillés en prostituées. Et il y a des gens qui achètent ces garçons et leur enseignent la musique, le chant et la danse ; après quoi, bellement vêtus et maquillés comme des femmes, ces pauvres hommes sont initiés à ce terrible vice. » Le « premier sinologue » avait bien plus tôt, soit quelque semaines après son arrivée en Chine, déjà relevé qu’un « des vices énormes » des mandarins n’était autre celui des goûts « contre nature », soit les amours de la cour arrière comme on les appelait là-bas. Lire la suite

Les Carnets secrets de Li Yu

Les Carnets secrets de Li Yu

Je reproduis ci-dessous un compte-rendu publié dans la revue Études chinoises, vol. XXIII (2004), pp. 532-540.

Il concerne la dernière traduction signée par Jacques Dars qui nous a quitté le 28 décembre 2010. [Voir l’hommage publié dans Etudes Chinoises, n° 30 (2011)]. Je me suis contenté d’ajouter les caractères à la version initiale.

Fin 2009, l’ouvrage dont il traite a été réédité dans un format réduit chez le même éditeur.

Jacques Dars,  Les Carnets secrets de Li Yu. Un art du bonheur en Chine. Arles : Editions Philippe Picquier, 2003, 336 p. Lire la suite

Li Yu en français (suite 2)

Théophile Gautier, Le Pavillon sur l’eau

L’autre référence absente du relevé établi sous le titre   « Li Yu en français » est celle d’une adaptation de « Heyinglou » 合影樓 (Les gloriettes de la réunion des reflets), premier des Shi’er lou 十二樓 dont on sait déjà qu’il a été rendu en français par Jean-Pierre Abel-Rémusat en 1827 sous le titre « L’ombre dans l’eau » (Contes chinois. Paris, Moutradier, 1827) à partir de la traduction anglaise de Sir John Davis parue 5 ans plus tôt dans Chinese Novels, « The Shadow in the Water » (Londres, 1822, pp. 51-106).

En fait, c’est le 25 janvier 2012 que j’ai pu prendre connaissance, grâce à Pierre Palpant, de cette adaptation réalisée par Théophile Gautier (1811-1872) : Le Pavillon sur l’eau (Paris, Ferroud, 1900, VIII, 48 pages). Le Maître du site chineancienne.fr a eu la bonne idée de mettre ce texte à la disposition des amateurs de littérature chinoise en lui conservant sa présentation élégante et en reproduisant l’ensemble des illustrations d’Henri Caruchet ; on peut aussi lire la préface de Camille Mauclair (1872-1945) qui ne nous apprend rien sur la genèse de cette adaptation libre éditée 28 ans après la disparition du  père de Judith Gautier (1845-1917). Rien n’est dit, non plus, des précédentes éditions du récit : en 1863, dans  Romans et contes (Paris, Charpentier, 1863, pp. 353-369) et en 1897, dans Oeuvres de Théophile Gautier. Romans et contes (Paris,  A. Lemerre, pp. 385-403). Lire la suite

Li Yu en français (suite 1)

Paris, Mercure de France, 1932

Les choses sont ainsi faites : quelques jours après avoir envoyé la version chinoise de l’article « Li Yu en français » dont ce billet est un début de complément, j’ai retrouvé un livre acheté naguère chez un bouquiniste dans lequel George Soulié de Morant (1875-1955) avait traduit des poèmes de Li Yu.

Je ne reviendrai pas ici sur l’œuvre de Soulié et sur son apport à la connaissance de la littérature chinoise en France. On trouvera des éléments non seulement sur un site créé à sa gloire, lequel donne une liste exhaustive de ses publications, mais aussi dans un article de Jeanine Jacquemin facilement accessible en ligne ici. Son œuvre de traducteur est souvent l’objet d’évaluations critiques. On en trouvera notamment une sous la plume de Philippe Postel dans un article publié dans le numéro 2 d’Impressions d’Extrême-Orient (ici). Lire la suite

Li Yu en français

Statue de Li Yu,  Jieziyuan,  Lanxi (Zhejiang, RPC)

L’article reproduit ci-dessous a été écrit pour paraître en chinois dans un recueil de communications données à l’occasion du 400e anniversaire de la naissance de Li Yu qui a été fêté en septembre 2011 à Lanxi    兰溪  (Province de Zhejiang, RPC).

Il sera complété prochainement par des éléments découverts après sa rédaction finale qui est intervenue en novembre 2011.

Pour un non initié, Li Yu 李 漁 (1611-1680) est un inconnu sur les terres de Diderot, un nain dans l’espace littéraire français. Ceci tient à un contexte culturel et linguistique qui n’a rien de bien porteur : dorénavant, les Français sont, dans leur grande majorité, peu curieux des littératures anciennes et encore moins lorsqu’elles viennent d’Orient — tout est naturellement phénomène de mode et nous nous trouvons actuellement dans le creux d’une vague ; de plus, notre pays ayant peu de lecteurs sinophones, le rôle des sinologues est de ce point de vue crucial. Lire la suite