Enfer chinois (01-a)

LiulichangBookstoreDans un article du Monde des Livres (du 23.04.2009) qui signale la sortie du film de John Woo et la réédition de la traduction du roman qui a inspiré les Trois Royaumes, Nils C. Ahl rappelle fort justement à ses lecteurs que ce livre, le Sanguo yanyi 三國演義, est « un monument de la littérature chinoise » : « Les Trois Royaumes figurent parmi les quatre œuvres classiques du panthéon littéraire chinois aux côtés du Voyage en Occident, d’Au fil de l’eau et du Rêve dans le pavillon rouge. Sa particularité, c’est qu’il est de très loin le plus lu, le plus connu, le plus populaire. La seule façon pour le lecteur occidental d’imaginer sa notoriété est de la comparer à celle des Trois Mousquetaires, d’Alexandre Dumas – comme le fait Jean Lévi dans son introduction. En Chine et en Asie du Sud-Est, tout le monde connaît l’intrigue générale et les personnages des Trois Royaumes. Nul besoin de l’avoir lu, nul besoin même de savoir lire. » Certes, mais n’y-a-t-il pas dans cette envolée érudite source de confusion, voire, in fine, un regrettable oubli. Lire la suite

Retour aux sources

 Un précédent billet intitulé « From China to Vietnam » avait fourni une rapide présentation du roman chinois Jin Yun Qiao zhuan 金雲翹傳 et rappelé son influence sur l’écriture du chef-d’œuvre de Ngyuen Du 阮攸, le Kim-Vân-Kiêu. Il se trouve que ce roman toucha également le Japon avec entre autres le Fuzoku kingyoden 風俗金魚伝 de Takizawa Bakin 滝沢 馬琴 (1767-1848) dont je reproduis ici les pages 8B-9A du premier volume de l’Imprimé conservé à la Bibliothèque de l’Université de Waseda.

La prise en compte de l’influence de ce roman en Chine même, notamment sur le théâtre, et bien sûr sur la production romanesque et poétique au-delà des frontières de l’empire chinois rend naturellement son étude intéressante, mais la manière dont celui-ci combine des sources classiques touchant à des événements historiques, en fait un objet d’étude passionnant. Du reste, sa composition et, par exemple, la manière dont il traite quasi exclusivement des aventures de la belle Wang Cuiqiao 王翠翹, prouvent son originalité par rapport à la production à laquelle on l’associe d’ordinaire, savoir le caizi jiaren xiaoshuo 才子佳人小說. Il n’est pas loin, par moments, de faire penser aux Infortunes de la vertu de Sade. Il mérite plus que le mépris affiché par les spécialistes vietnamiens du Kieu qui le décrivent comme une œuvre médiocre et sans intérêt, le pus souvent sans avoir jamais jeté un regard à ce qui tient de source à leur chef-d’œuvre national.

C’est aussi pour moi une sorte de retour aux sources, puisque je me rappelle avoir lu ce roman voici exactement 30 ans ! Une édition légèrement expurgée en avait été donnée en 1983 par Li Zhizhong 李致忠 pour la collection « Ming-mo Qing-chu xiaoshuo xuankan » 明末清初小說選刊 des Editions Chunfeng wenyi de Shenyang.

Tout cela pour dire que j’ai inscrit l’étude du Jin Yun Qiao zhuan au programme des cours de traduction de la spécialité « Recherche en sinologie » du master Aire culturel Asiatique (AMU) et, qu’en conséquence, je devrais être en mesure de faire état de nos progrès dans la découverte de cet ouvrage sur ce carnet, l’espace de travail restant réservé aux étudiants. La traduction complète de la version longue viendra en son temps.

Traduire le roman érotique chinois ancien en langue vulgaire

Verbatim de mon intervention à la première journée du stage organisé à Aix-en-Provence par la Jeune Équipe Littérature Chinoise et Traduction (Université de Provence) [ancien Leo2t], le vendredi 3 février 2006, suivi des réponses données aux questions posées par un public composé de l’ensemble des stagiaires.

La littérature dont il va être question est une littérature de fiction qui souffre depuis sa naissance du mépris et de la méfiance de l’orthodoxie lettrée chinoise et qui, d’une certaine manière, est toujours considérée comme inférieure, de moindre qualité et d’intérêt secondaire dans l’élucidation et l’exploration de la culture et de la civilisation chinoises anciennes. Le xiaoshuo 小說 ancien en langue vulgaire, est au même titre que l’expression dramatique chinoise, avec laquelle elle partage tant, un genre qui fut considéré comme mineur incapable de rivaliser avec la poésie et la prose classiques. Lire la suite

Le vendeur d’huile

Illustration à Zhan Huakui 占花魁 de Li Yu 李玉 .

Illustration à Zhan Huakui 占花魁 de Li Yu 李玉 .

On trouvera ci-dessous la brève préface rédigée pour Le Vendeur d’huile qui conquiert Reine de Beauté (Récit traduit du chinois sous la direction de Jacques Reclus. Paris : Editions Philippe Picquier, 1990, pp. 5-10). Il s’agissait de présenter la réédition d’un ouvrage paru sous le même titre en 1976 et d’en assuré la révision (transcription). L’illustration ci-contre est empruntée à une édition de la pièce de théâtre tirée de l’histoire ; c’est une des six qui avait été ajoutées à ce volume qui est maintenant épuisé. 

Depuis sa parution, la publication dans la « Bibliothèque de La Pléiade » de Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Jingu qiguan) (Gallimard, 1996) a offert une nouvelle traduction par Rainier Lanselle de ce conte sous le titre « Le marchand d’huile conquiert seul la Reine des Fleurs » (voir pages 201-279 et les commentaires pages 1721-1737). Lire la suite

From China to Viêt Nam

JYQZA l’occasion de la Conférence internationale « Evaluer l’interface : Etudes régionales et interdisciplinaires sur l’Asie du Sud-Est et le Pacifique/Search for the Interface : Interdisciplinary and Areas Studies in South-East Asia and the Pacific », qui s’était tenue à Marseille (Université de Provence, Site St Charles) et sur le Danielle Casanova, navire de la SCNM, entre le continent et Bastia, du 23 au 25 juin 2004, j’avais eu l’honneur de donner une communication intitulée en français :  « De la Chine au Vietnam : les avatars du Jin Yun Qiao zhuan, roman chinois en langue vulgaire du milieu du XVIIe siècle. » Je reproduit ci-dessous le texte qui avait été présenté en anglais, langue retenue pour cette manifestation organisée par l’IRSEA. Lire la suite

Lecteurs du Yu Jiao Li

Illustration tirée d'une édition Qing du Huajian ji 花箋記

Illustration tirée d’une édition Qing du Huajian ji 花箋記

Ce billet est le premier d’une série, dont les composants seront déclinés sur le mode de « Lecteurs du …» et dont le but est de collectionner des éléments textuels en rapport avec la réception d’une traduction d’un roman chinois ancien en français. Il s’agit d’une extension à un complément au travail mené dans le cadre de l’axe de recherche Littérature d’Extrême-Orient, textes et traduction, sur l’Inventaire des traductions françaises des littératures d’Extrême-Orient (ITLEO). Ce complément a pour intitulé provisoire « Itleo+ » et vise à collecter et à analyser les écrits critiques sur le roman chinois ancien en français depuis le début du XVIIIe siècle.

Ce premier billet s’attache au Yu Jiao Li 玉嬌梨 , roman de type caizi jiaren 才子佳人, connu grâce à Jean-Pierre Abel-Rémusat qui le rendit accessible sous le titre : Iu-kiao-li, ou, Les deux cousines ; roman chinois (Paris : Moutardier, 1826, 4 vol.). Sur ce sujet on pourra également lire l’article de Philippe Postel : « Les traductions des romans de mœurs chinois classiques en français », Impressions d’Extrême-Orient, n° 3 (2013), [En ligne à l’URL : http://ideo.revues.org/241] La traduction a été numérisée par Pierre Palpant sur son site Chineancienne.fr, à l’URL : http://www.chineancienne.fr/traductions/yu-kiao-li-ou-les-deux-cousines-trad-rémusat/

Je vais, pour commencer, reprendre des billets ou fragments de billets déjà publiés sur internet.          [Les liens et dates de publication initiales seront fournis entre crochets]. Lire la suite

Emboîtements-01 : « Le lettré de Yangxian » de Wu Jun 吳均 (469-520)

Xu Qi Xie Ji« Le lettré de Yangxian », « Yangxian shusheng » 陽羡書生, est un xiaoshuo 小說 en wenyan 文言 bien connu des amateurs de ce type de récits, ces « contes en langue classique » chinois si particuliers qui fleurirent principalement pendant la période dite des Six dynasties [1] et que Robert Ford Campany qui les a étudiés avec attention appelle « anomaly accounts » ou « strange writing » [2]. Etranges, ils le sont autant par le contenu qui plonge le plus souvent dans l’inexplicable, le supra-, ou le para-humain, que par leur nature propre qui se situe quelque part entre la fiction inspirée et le pensum d’historiographe.

Ce conte est attribué à Wu Jun 吳均 (469-520) qui l’a intégré dans sa Suite aux Notes de Qi Xie, Xu Qi Xie ji 續齊諧記. Figure littéraire reconnue de son époque et historiographe de la dynastie sudiste des Liang 梁 (502-557), Wu Jun est prisé non seulement pour son style très personnel, mais aussi pour avoir, dit-on, « livré avec ce recueil le produit le plus élaboré de cette période  initiale  de  l’art narratif  chinois » [3].

Lire la suite

Un conte chinois en quête d’éditeur

XMPY9-IllLe premier semestre de l’année s’achève. Il aura permis à une petite équipe composée principalement d’étudiants de la spécialité « Recherche en sinologie » du master Aire culturelle asiatique de l’Université Aix-Marseille, de traduire un conte chinois en langue vulgaire à raison de deux heures par semaine pendant une douzaine de semaines.

Le texte au programme était une adaptation d’un récit de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715)  tiré du Liaozhai zhiyi 聊齋誌異  (intégralement traduit par André Lévy sous le titre de Chroniques de l’étrange, Picquier, 2005). Il s’agit du neuvième conte du Xingmeng pianyan 醒夢駢言 (Propos raffinés pour sortir des songes). Cette traduction, qui est en cours de finition, a pour vocation à être diffusée le plus largement possible ; elle est donc en quête d’éditeur. Lire la suite

Shi’er lou, recueil de contes ou de nouvelles ?

SEL-TDM01Le problème est sans aucun doute marginal. En effet, qui donc se formalisera de voir  le Shi’er lou 十二樓 qualifié de « recueil de nouvelles » au lieu du  traditionnel « recueil de contes »  ? On pourrait même trouver sur la couverture et partout ailleurs, quelque chose comme « douze récits en langue vulgaire du début de la dynastie Qing » sans que personne ne s’en émeuve particulièrement. Il n’empêche que le choix d’un terme au détriment de l’autre mérite deux mots d’explication.

La consultation des dictionnaires français de termes littéraires s’avère sans grand secours de ce point de vue, aussi je me contenterai de me tourner exclusivement vers un des ouvrages qui a affronté ce point précis dans le contexte chinois, c’est-à-dire Le conte chinois en langue vulgaire du XVIIe siècle (Paris : Collège de France-Institut des hautes études chinoises, 1981) qui est la version éditée d’une thèse soutenue par son auteur André Lévy, le 11 janvier 1974, thèse portant le sous titre de Vogue et déclin d’un genre narratif de la littérature chinoise. Lire la suite

Shi’er lou en traduction

Avant de se lancer dans une traduction, il n’est pas inutile de faire le point sur la manière dont le texte auquel on va se consacrer pendant de longs mois a été reçu de par le monde.

J’ai déjà eu l’occasion (ailleurs et ici) de traiter ce sujet pour la partie française, ce qui fut, du reste, très rapide puisque seuls trois des Shi’er lou 十二樓 ont été, à ce jour, traduits dans notre langue, et à chaque fois, à partir d’une version anglaise réductrice – il s’agit des trois premiers récits qui figurent parmi les toutes premières œuvres romanesques chinoises à avoir été offertes dans une langue occidentale. C’était en 1815 grâce à  J. F. Davis, qui s’était d’abord attaqué à S3* avant de revoir, en 1822, sa traduction et de lui adjoindre deux autres lou, S1 et S2. Ce sont ces trois textes qu’Abel Rémusat (1788-1832) fera passer en français en 1827 ; il avait été précédé de peu par Antoine Bruguière de Sorsum (1773-1823) qui avait rendu S3 dans notre langue à partir de la première version de Davis : « San-iu-leau ou les trois étages consacrés, conte moral » (Roy & Gravier, 1819). Depuis, aucune nouvelle traduction française n’est apparue. Lire la suite

Les Douze pavillons : mise en chantier

Alors que Les Dix jours de Yangzhou ne sont pas encore arrivés dans les librairies, me voici, non pas véritablement désœuvré, mais pour ainsi dire orphelin. Certes, je suis loin d’avoir rempli toutes mes obligations du moment, notamment concernant les diverses occupations de l’axe Leo2t (deux numéros d’IDEO sur le gril et l’inventaire ITLEO à alimenter, etc.), mais l’envie d’en découdre avec un texte chinois est trop forte. Après quelques minutes d’hésitation, j’ai fait mon choix.

L’objet de mon attention pour les mois à venir sera donc le Shi’er lou 十二樓.

Mais avant de me lancer véritablement dans le travail de traduction, il va me falloir dans un premier temps réunir l’ensemble des éléments épars accumulés au cours des nombreuses années pendant lesquelles j’ai nourri et, d’une certaine façon, fait avancer ce projet. Lire la suite

Les Dix jours de Yangzhou (suite)

La traduction est une occupation solitaire, le travail de recherche qui l’entoure également. Pour alléger le poids de cette pesante solitude, j’ai tenté de faire partager mon intérêt pour le Yangzhou shiri ji 揚州十日記 à mes étudiants de master, lesquels se sont ainsi retrouvés confrontés à des extraits  directement tirés de l’ouvrage ou ayant un rapport avec lui (voir ici, les 3 derniers billets). Si je n’ai pas soulevé une vague d’enthousiasme, j’ai néanmoins reçu, en retour de mes perfides sollicitations, une attention polie et somme toute relativement studieuse que je souhaite saluer ici ; j’en profite également pour remercier chaleureusement celles et ceux qui ont contribué à ma recherche en me procurant des documents chinois difficiles d’accès. Lire la suite

Les Dix jours de Yangzhou

La sortie prochaine aux Editions Anacharsis (coll. « Famagouste », Toulouse) de la traduction par mes soins du Yangzhou shiri ji 揚州十日記 de Wang Xiuchu 王秀楚, me donne l’occasion de réactiver ce carnet de recherche délaissé depuis le milieu de l’été 2012. En guise d’apéritif, je vous livre, aujourd’hui, le bref aperçu fourni à l’éditeur qui a sélectionné ce titre au milieu de trois propositions (faites il y a deux années quasiment jour pour jour) — les deux  autres propositions étaient des textes de Li Yu, lequel devra attendre :

La seule ville d’Yangcheu, qui estoit egalement belle & riche, resista puissamment aux troupes de l’Ennemy, & mesme le fils d’un des Generaux Tartares perdit la vie dans une attaque. Un Colao, appellé Zuüs, tres-fidelle à l’Empereur, commandoit dans cette place une puissante garnison ; mais enfin il fallut se rendre à la discretion du Vainqueur, qui fit passer tous les soldats, & tous les habitants au fil de l’épée ; enleva tout ce qu’on pouvoit prendre dans les maisons ; & de peur que la pourriture des corps morts n’infectast l’air, & ne produisit la peste, les fit mettre sur le haut des maisons, & puis brusla la ville & les fauxbourgs. Lire la suite

Le Tombeau des amants

Le Tombeau des amants

On trouvera ci-dessous la préface à la traduction du 14e conte du Shidiantou 石點頭 (1635) dans 

Le Tombeau des amants.  Conte chinois de la fin des Ming. Traduit du chinois et annoté par Thomas Pogu. Paris, Editions Cartouche, 2012, 63 p.

Elle occupe les pages 5 à 15. J’ai ajouté les caractères et intégré les notes de bas de pages dans le corps du texte entre crochets. L’illustration ci-contre est celle que reçut le récit dans l’édition du Yejingchi  葉敬池 de Suzhou à la fin des Ming conservée à l’Université de Tôkyô. Sur le  recueil, on pourra consulter le tome quatrième de l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire (André Lévy, Michel Cartier, avec la collaboration de Rainier Lanselle), Paris, Collège de France – Institut des Hautes Etudes Chinoises, « Mémoires de l’Institut des Hautes Etudes Chinoises », vol. VIII-4, 1991, pp. 1-59. La notice pour  « Pan Wenzi qihe yuanyang zhong » 潘文子契合鴛鴦塚  (Pan Wenzi reste uni à son ami dans la tombe des canards mandarins), a été réalisée par Jacques Dars (1941-2010) sous le titre « Les deux amis », pp. 56-59.

Dans son Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de la Chine (1615), Matteo Ricci (1552-1610) écrit : « Il y a des rues pleines de garçons habillés en prostituées. Et il y a des gens qui achètent ces garçons et leur enseignent la musique, le chant et la danse ; après quoi, bellement vêtus et maquillés comme des femmes, ces pauvres hommes sont initiés à ce terrible vice. » Le « premier sinologue » avait bien plus tôt, soit quelque semaines après son arrivée en Chine, déjà relevé qu’un « des vices énormes » des mandarins n’était autre celui des goûts « contre nature », soit les amours de la cour arrière comme on les appelait là-bas. Lire la suite

Les Carnets secrets de Li Yu

Les Carnets secrets de Li Yu

Je reproduis ci-dessous un compte-rendu publié dans la revue Études chinoises, vol. XXIII (2004), pp. 532-540.

Il concerne la dernière traduction signée par Jacques Dars qui nous a quitté le 28 décembre 2010. [Voir l’hommage publié dans Etudes Chinoises, n° 30 (2011)]. Je me suis contenté d’ajouter les caractères à la version initiale.

Fin 2009, l’ouvrage dont il traite a été réédité dans un format réduit chez le même éditeur.

Jacques Dars,  Les Carnets secrets de Li Yu. Un art du bonheur en Chine. Arles : Editions Philippe Picquier, 2003, 336 p. Lire la suite