Les Comédies silencieuses de Li Yu en mandchou

Début de la la table des matières du Liyan ceng bi bithe (Haikou : Hainan, 2001)

Je rassure ceux qui ont été intrigué par le titre de ce billet : je ne me suis pas (encore) mis au mandchou, bien que l’envie m’en soit venu à plusieurs reprises, savoir à chaque fois que la traduction d’un roman chinois ancien dans cette langue était signalée dans de savants écrits. Ce fut notamment le cas lorsque je lus, voici longtemps, l’article que Martin Gimm consacra à ce sujet dans Literary Migrations. Traditional Chinese Fiction in Asia (17-20th centuries) édité par Claudine Salmon voici 30 ans1 et plus particulièrement lorsqu’il y fait référence à des traductions de xiaoshuo de Li Yu 李漁. Je le cite ci-dessous en respectant ses choix typographiques et de transcription :  Lire la suite

  1. Beijing : International Culture Publishing Corporation, 1987. L’article de Martin Gimm est intitulé « The Manchu Translations of Chinese Novels and Short Stories — An Attempt at an Inventory », in Op. cit, pp. 143-208 []

Shi’er lou pour l’IACCCLV 6

JSBGSELDans la note de la rédaction rédigée pour présenter une contribution inédite de Jacques Dars initialement destinée à l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire (IACCCLV), mais publiée dans le volume d’hommages que lui a consacré la revue en ligne Impressions d’Extrême-Orient [1], je rappelais combien le regretté traducteur du Shihuizhuan  水滸傳 et de tant d’autres chefs-d’œuvre de la littérature narrative chinoise ancienne [2], avait contribué à poursuivre le travail initié pas André Lévy à la fin des années 1970. J’ajoutais en citant le maître d’œuvre de l’entreprise : « Ce projet avait pour but de dresser « l’inventaire analytique et critique du corpus des huaben 話 本 » et, ainsi, de « mettre en valeur les richesses documentaires de toutes sortes du corpus et les rendre plus facilement exploitables, tant du point de vue de la thématique littéraire que de l’histoire sociale et économique » [3]. Vingt-huit ans après la publication du premier volume de l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire, paraissait, en 2006, un cinquième volume dans lequel Jacques Dars s’était chargé du Xihu jiahua 西湖佳話 (1673), chef-d’œuvre tardif de cette vogue littéraire qui s’est développée à la fin des Ming 明 (1368-1644) et au début des Qing 清 (1644-1911) » [4] Je concluais : « Un sixième volume pourrait, un jour, mettre un point final à cette entreprise qui a déjà traité 19 recueils et offert des résumés d’un peu plus de 400 contes. » Lire la suite

S 1 (IACCCLV-6)

HeyinglouLes gloriettes de la réunion des reflets

S 1. Malgré d’infinies précautions et grâce aux manigances d’un vieil ami, un barbon confucéen se trouve contraint d’abandonner sa fille chérie au fils de son beau-frère, un libertin qu’il déteste. Le jeune homme, un instant éconduit, voit sa persévérance doublement récompensée car il épouse en prime la fille du vieil ami.

Introduction : Comme l’annonce un ci liminaire, rien ne peut arrêter un amour déclaré. En découle la nécessité de séparer autant que possible les appartements intérieurs des autres parties de la maison afin d’éviter les rencontres entre personnes des deux sexes. Ne prendre aucune précaution, c’est laisser la porte ouverte à des aventures du genre de celles qui arrivèrent à Li Jing 李靖 (z. Yaoshi 葯師, 571-649) telles qu’elles sont narrées dans le Hongfuji  紅拂記 ou à Cui Qianniu 崔千牛, ou encore à celles qu’illustre ce roman. Lire la suite

S 2 (IACCCLV-6 )

S02ALe cabinet du choix des époux

S 2. Initialement fiancées à quatre prétendants aussi ignares qu’affreusement laids, deux jumelles épousent finalement l’unique lauréat d’un concours dirigé de main de maître par un jeune mandarin désireux de trancher équitablement un litige familial.

Introduction : Un ci liminaire met en garde les parents contre les unions qui vont contre le désir de leurs enfants et font leur malheur. Si chacun se donnait la peine de réfléchir avant de sceller des fiançailles et bannissait toute précipitation, le ridicule et les complications d’un revirement seraient épargnés aux uns et aux autres, pour le bien des deux partis comme le repos des juges qui peinent toujours à trancher ces délicats litiges familiaux.  Lire la suite

S 11 (IACCCLV-6)

S11La maison qui m’a donné le jour

S 11. Séparé de ses parents depuis sa prime enfance, un jeune homme adopte sans le savoir son véritable père et sauve fortuitement sa mère et sa bien-aimée des griffes des brigands. Il retrouve finalement les lieux de son enfance.

Introduction : Le poème liminaire exprime les souffrances d’une jeune femme de la haute société prise dans la tourmente de la marche des Bandits Déferlants (chuangzei  闖賊) de Li Zicheng 李自成  (1605 ?- 1645) vers le Sud : déshonorée, elle se refuse la mort qui l’exposerait aux mânes accusateurs de son défunt mari. Tout cela n’a peut-être que peu de rapport avec le récit à venir, mais quoi qu’il en soit, c’est en dernier lieu au Créateur, Zaowu   造物, que revient le loisir de séparer et de réunir les gens. Lire la suite