Enfer chinois (04)

[…] Dans ce billet numéroté 04 de la série « Enfer chinois », je vais m’en tenir à une sobre présentation de trois titres que j’ai eu le plaisir de réaliser sous la direction de Jacques Cotin pour la collection d’érotiques qu’il a créée en 1996 chez le même éditeur et qui a pour nom « Le Pavillon des corps curieux » (PCC).

Directeur littéraire à la « Bibliothèque de La Pléiade » (Gallimard) de 1987 à 1996 — il y a notamment accueilli Les Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Jingu qiguan 今古奇觀) traduits par Rainier Lanselle en 1996 —, Jacques Cotin a notamment épaulé André Lévy, non seulement pour Fleur en Fiole d’Or (1985) et La Pérégrination vers l’Ouest (1991), mais aussi plus récemment pour les Chroniques de l’étrange (Picquier, 2005) de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715). En plus d’être un orfèvre de l’édition, Jacques Cotin est aussi un expert ès curiosa et un fin connaisseur des littératures des marges, mariant admirablement fantaisie et rigueur. Son Dictionnaire des postures amoureuses (Arles : Picquier-Poche, « PCC », 2001, 434 p.) relève de ces deux facettes de sa personnalité et permet une approche originale d’un corpus que certains préfèrent éviter ou condamner sans appel. Lire la suite

Enfer chinois (07)

[Afin d’éviter les répétitions qu’une republication intégrale du billet numéroté 07-a dans la série « Enfer chinois » impliquerait, en voici une version réduite. Il concerne le chef-d’œuvre du roman érotique chinois, le Rouputuan 肉蒲團 (Chair, tapis de prière, 1657) sur lequel on pourra lire d’autres billets. Catégorie : Rouputuan 肉蒲團.] Lire la suite

Emboîtements-01 : Wu Jun 吳均 (469-520)

Xu Qi Xie Ji« Le lettré de Yangxian », « Yangxian shusheng » 陽羡書生, est un xiaoshuo 小說 en wenyan 文言 bien connu des amateurs de ce type de récits, ces « contes en langue classique » chinois si particuliers qui fleurirent principalement pendant la période dite des Six dynasties [1] et que Robert Ford Campany qui les a étudiés avec attention appelle « anomaly accounts » ou « strange writing » [2]. Etranges, ils le sont autant par le contenu qui plonge le plus souvent dans l’inexplicable, le supra-, ou le para-humain, que par leur nature propre qui se situe quelque part entre la fiction inspirée et le pensum d’historiographe.

Ce conte est attribué à Wu Jun 吳均 (469-520) qui l’a intégré dans sa Suite aux Notes de Qi Xie, Xu Qi Xie ji 續齊諧記. Figure littéraire reconnue de son époque et historiographe de la dynastie sudiste des Liang 梁 (502-557), Wu Jun est prisé non seulement pour son style très personnel, mais aussi pour avoir, dit-on, « livré avec ce recueil le produit le plus élaboré de cette période  initiale  de  l’art narratif  chinois » [3].

Lire la suite

Un conte chinois en quête d’éditeur

XMPY9-IllLe premier semestre de l’année s’achève. Il aura permis à une petite équipe composée principalement d’étudiants de la spécialité « Recherche en sinologie » du master Aire culturelle asiatique de l’Université Aix-Marseille, de traduire un conte chinois en langue vulgaire à raison de deux heures par semaine pendant une douzaine de semaines.

Le texte au programme était une adaptation d’un récit de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715)  tiré du Liaozhai zhiyi 聊齋誌異  (intégralement traduit par André Lévy sous le titre de Chroniques de l’étrange, Picquier, 2005). Il s’agit du neuvième conte du Xingmeng pianyan 醒夢駢言 (Propos raffinés pour sortir des songes). Cette traduction, qui est en cours de finition, a pour vocation à être diffusée le plus largement possible ; elle est donc en quête d’éditeur. Lire la suite

Shi’er lou, recueil de contes ou de nouvelles ?

SEL-TDM01Le problème est sans aucun doute marginal. En effet, qui donc se formalisera de voir  le Shi’er lou 十二樓 qualifié de « recueil de nouvelles » au lieu du  traditionnel « recueil de contes »  ? On pourrait même trouver sur la couverture et partout ailleurs, quelque chose comme « douze récits en langue vulgaire du début de la dynastie Qing » sans que personne ne s’en émeuve particulièrement. Il n’empêche que le choix d’un terme au détriment de l’autre mérite deux mots d’explication.

La consultation des dictionnaires français de termes littéraires s’avère sans grand secours de ce point de vue, aussi je vais me contenter de me tourner exclusivement vers un des ouvrages qui a affronté ce point précis dans le contexte chinois, c’est-à-dire Le conte chinois en langue vulgaire du XVIIe siècle (Paris : Collège de France-Institut des hautes études chinoises, 1981) qui est la version éditée d’une thèse soutenue par son auteur André Lévy, le 11 janvier 1974, thèse portant le sous titre de Vogue et déclin d’un genre narratif de la littérature chinoise. Lire la suite

Shi’er lou en traduction

Avant de se lancer dans une traduction, il n’est pas inutile de faire le point sur la manière dont le texte auquel on va se consacrer pendant de longs mois a été reçu de par le monde.

J’ai déjà eu l’occasion (ailleurs et ici) de traiter ce sujet pour la partie française, ce qui fut, du reste, très rapide puisque seuls trois des Shi’er lou 十二樓 ont été, à ce jour, traduits dans notre langue, et à chaque fois, à partir d’une version anglaise réductrice – il s’agit des trois premiers récits qui figurent parmi les toutes premières œuvres romanesques chinoises à avoir été offertes dans une langue occidentale. C’était en 1815 grâce à  J. F. Davis, qui s’était d’abord attaqué à S3* avant de revoir, en 1822, sa traduction et de lui adjoindre deux autres lou, S1 et S2. Ce sont ces trois textes qu’Abel Rémusat (1788-1832) fera passer en français en 1827 ; il avait été précédé de peu par Antoine Bruguière de Sorsum (1773-1823) qui avait rendu S3 dans notre langue à partir de la première version de Davis : « San-iu-leau ou les trois étages consacrés, conte moral » (Roy & Gravier, 1819). Depuis, aucune nouvelle traduction française n’est apparue. Lire la suite

Les Douze pavillons : mise en chantier

Alors que Les Dix jours de Yangzhou ne sont pas encore arrivés dans les librairies, me voici, non pas véritablement désœuvré, mais pour ainsi dire orphelin. Certes, je suis loin d’avoir rempli toutes mes obligations du moment, notamment concernant les diverses occupations de l’axe Leo2t (deux numéros d’IDEO sur le gril et l’inventaire ITLEO à alimenter, etc.), mais l’envie d’en découdre avec un texte chinois est trop forte. Après quelques minutes d’hésitation, j’ai fait mon choix.

L’objet de mon attention pour les mois à venir sera donc le Shi’er lou 十二樓.

Mais avant de me lancer véritablement dans le travail de traduction, il va me falloir dans un premier temps réunir l’ensemble des éléments épars accumulés au cours des nombreuses années pendant lesquelles j’ai nourri et, d’une certaine façon, fait avancer ce projet. Lire la suite

Les Dix jours de Yangzhou (suite)

La traduction est une occupation solitaire, le travail de recherche qui l’entoure également. Pour alléger le poids de cette pesante solitude, j’ai tenté de faire partager mon intérêt pour le Yangzhou shiri ji 揚州十日記 à mes étudiants de master, lesquels se sont ainsi retrouvés confrontés à des extraits  directement tirés de l’ouvrage ou ayant un rapport avec lui (voir ici, les 3 derniers billets). Si je n’ai pas soulevé une vague d’enthousiasme, j’ai néanmoins reçu, en retour de mes perfides sollicitations, une attention polie et somme toute relativement studieuse que je souhaite saluer ici ; j’en profite également pour remercier chaleureusement celles et ceux qui ont contribué à ma recherche en me procurant des documents chinois difficiles d’accès. Lire la suite

Les Dix jours de Yangzhou

La sortie prochaine aux Editions Anacharsis (coll. « Famagouste », Toulouse) de la traduction par mes soins du Yangzhou shiri ji 揚州十日記 de Wang Xiuchu 王秀楚, me donne l’occasion de réactiver ce carnet de recherche délaissé depuis le milieu de l’été 2012. En guise d’apéritif, je vous livre, aujourd’hui, le bref aperçu fourni à l’éditeur qui a sélectionné ce titre au milieu de trois propositions (faites il y a deux années quasiment jour pour jour) — les deux  autres propositions étaient des textes de Li Yu, lequel devra attendre :

La seule ville d’Yangcheu, qui estoit egalement belle & riche, resista puissamment aux troupes de l’Ennemy, & mesme le fils d’un des Generaux Tartares perdit la vie dans une attaque. Un Colao, appellé Zuüs, tres-fidelle à l’Empereur, commandoit dans cette place une puissante garnison ; mais enfin il fallut se rendre à la discretion du Vainqueur, qui fit passer tous les soldats, & tous les habitants au fil de l’épée ; enleva tout ce qu’on pouvoit prendre dans les maisons ; & de peur que la pourriture des corps morts n’infectast l’air, & ne produisit la peste, les fit mettre sur le haut des maisons, & puis brusla la ville & les fauxbourgs. Lire la suite

Li Yu and Rou putuan [The Carnal Prayer Mat]

Page 1A du Rou putuan 肉蒲團

Je reproduis ci-dessous dans son intégralité une notice composée en 2005 pour paraître dans l’Encyclopedia of Erotic Literature  éditée par Gaetan Brulotte et John Phillips, et qui sortit chez Routledge (New York) l’année suivante en deux volumes. Elle figure pages 809 à 813 du volume 2. Elle a été traduite du français par Victor Thibout. Dans l’édition papier, la notice sur le roman intervient (pp. 809-811) avant la biographie (pp. 811-813). Je me suis contenté d’ajouter les caractères chinois. Pour une courte présentation de l’Encyclopedia of Erotic Literature voir l’article en ligne de Gaetan Brulotte (http://www.gbrulotte.com/en/books/file.xhtm) ; pour une note sur la place réservée à la littérature chinoise dans cette encyclopédie, voir « L’Enfer chinois dans l’Encyclopedia of Erotic Literature » En illustration : page 1A du chapitre 1 du roman dans le manuscrit japonais  conservé à l’Université de Tôkyô : Sôkôdô bunka  雙紅堂文庫 (Tôyô bunka kenkyujo  東京文化研究所).

Li Yu 李漁 (1611-1680) is a quite original and astounding figure in the history of Chinese letters. As it is, his work and contribution widely exceed the sole field of literature. After failing three times the examination to what then was the step before last to an official position, the Bachelor’s degree, Li Yu soon (probably around 1642) abandoned any hope of making a career in the Imperial administration. He subsequently withdrew from society for a while, before taking up various activities which were to become his only source of income until the end of his lifetime. Lire la suite

Le Tombeau des amants

Le Tombeau des amants

On trouvera ci-dessous la préface à la traduction du 14e conte du Shidiantou 石點頭 (1635) dans 

Le Tombeau des amants.  Conte chinois de la fin des Ming. Traduit du chinois et annoté par Thomas Pogu. Paris, Editions Cartouche, 2012, 63 p.

Elle occupe les pages 5 à 15. J’ai ajouté les caractères et intégré les notes de bas de pages dans le corps du texte entre crochets. L’illustration ci-contre est celle que reçut le récit dans l’édition du Yejingchi  葉敬池 de Suzhou à la fin des Ming conservée à l’Université de Tôkyô. Sur le  recueil, on pourra consulter le tome quatrième de l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire (André Lévy, Michel Cartier, avec la collaboration de Rainier Lanselle), Paris, Collège de France – Institut des Hautes Etudes Chinoises, « Mémoires de l’Institut des Hautes Etudes Chinoises », vol. VIII-4, 1991, pp. 1-59. La notice pour  « Pan Wenzi qihe yuanyang zhong » 潘文子契合鴛鴦塚  (Pan Wenzi reste uni à son ami dans la tombe des canards mandarins), a été réalisée par Jacques Dars (1941-2010) sous le titre « Les deux amis », pp. 56-59.

Dans son Histoire de l’expédition chrétienne au royaume de la Chine (1615), Matteo Ricci (1552-1610) écrit : « Il y a des rues pleines de garçons habillés en prostituées. Et il y a des gens qui achètent ces garçons et leur enseignent la musique, le chant et la danse ; après quoi, bellement vêtus et maquillés comme des femmes, ces pauvres hommes sont initiés à ce terrible vice. » Le « premier sinologue » avait bien plus tôt, soit quelque semaines après son arrivée en Chine, déjà relevé qu’un « des vices énormes » des mandarins n’était autre celui des goûts « contre nature », soit les amours de la cour arrière comme on les appelait là-bas. Lire la suite

Les Carnets secrets de Li Yu

Les Carnets secrets de Li Yu

Je reproduis ci-dessous un compte-rendu publié dans la revue Études chinoises, vol. XXIII (2004), pp. 532-540.

Il concerne la dernière traduction signée par Jacques Dars qui nous a quitté le 28 décembre 2010. [Voir l’hommage publié dans Etudes Chinoises, n° 30 (2011)]. Je me suis contenté d’ajouter les caractères à la version initiale.

Fin 2009, l’ouvrage dont il traite a été réédité dans un format réduit chez le même éditeur.

Jacques Dars,  Les Carnets secrets de Li Yu. Un art du bonheur en Chine. Arles : Editions Philippe Picquier, 2003, 336 p. Lire la suite

Li Yu 李漁 (1611-1680), une micro-biographie

Li Yu par Wang Jiaxun 王家训

Pour ceux qui ne seraient pas familiers de Li Yu, voici, pour satisfaire leur légitime curiosité, une micro-biographie rédigée pour le Dictionnaire mondial des littératures (Pascal Mougin, Karen Haddad-Wotling (eds.), Paris : Larousse, 2002, p. 534) à laquelle je me suis contenté d’ajouter les caractères chinois.

LI Yu 李漁 (1611-1680) occupe une place tout à fait originale dans l’histoire des lettres chinoises, mais son apport dépasse largement le seul domaine littéraire. Ayant très tôt abandonné l’idée de faire carrière dans l’administration impériale, il se lança dans diverses activités dont il tira ses revenus. C’est ainsi qu’il vécut plus de ce que pouvait lui rapporter son imagination que de l’assistance peu fiable des mandarins qu’il côtoya d’abord à Hangzhou 杭州 (1650-1660), puis à Nankin 南京. En 1677, il retrouve la métropole culturelle à laquelle l’associe définitivement son surnom le plus connu de Hushang Liweng 湖上笠翁, Le Vieux pêcheur du bord du Lac (de l’Ouest). Sa créativité sans cesse en ébullition se manifesta non seulement dans le domaine de l’édition, mais aussi dans celui de la décoration de jardin et de la direction théâtrale. Sa production écrite est à l’image de son caractère. Elle est loin de se résumer comme on le fait encore trop souvent aux deux cahiers liminaires de son recueil d’essais libres, Xianqing ouji 閒情偶寄 (Notes jetés au gré du sentiment d’oisiveté). Outre, ce texte fondamental qui constitue une véritable dramaturgie dont la valeur n’a cessé d’être prisée depuis sa publication en 1671, il laisse une œuvre riche et variée. Lire la suite

Li Yu en français (suite 2)

Théophile Gautier, Le Pavillon sur l’eau

L’autre référence absente du relevé établi sous le titre   « Li Yu en français » est celle d’une adaptation de « Heyinglou » 合影樓 (Les gloriettes de la réunion des reflets), premier des Shi’er lou 十二樓 dont on sait déjà qu’il a été rendu en français par Jean-Pierre Abel-Rémusat en 1827 sous le titre « L’ombre dans l’eau » (Contes chinois. Paris, Moutradier, 1827) à partir de la traduction anglaise de Sir John Davis parue 5 ans plus tôt dans Chinese Novels, « The Shadow in the Water » (Londres, 1822, pp. 51-106).

En fait, c’est le 25 janvier 2012 que j’ai pu prendre connaissance, grâce à Pierre Palpant, de cette adaptation réalisée par Théophile Gautier (1811-1872) : Le Pavillon sur l’eau (Paris, Ferroud, 1900, VIII, 48 pages). Le Maître du site chineancienne.fr a eu la bonne idée de mettre ce texte à la disposition des amateurs de littérature chinoise en lui conservant sa présentation élégante et en reproduisant l’ensemble des illustrations d’Henri Caruchet ; on peut aussi lire la préface de Camille Mauclair (1872-1945) qui ne nous apprend rien sur la genèse de cette adaptation libre éditée 28 ans après la disparition du  père de Judith Gautier (1845-1917). Rien n’est dit, non plus, des précédentes éditions du récit : en 1863, dans  Romans et contes (Paris, Charpentier, 1863, pp. 353-369) et en 1897, dans Oeuvres de Théophile Gautier. Romans et contes (Paris,  A. Lemerre, pp. 385-403). Lire la suite

Li Yu en français (suite 1)

Paris, Mercure de France, 1932

Les choses sont ainsi faites : quelques jours après avoir envoyé la version chinoise de l’article « Li Yu en français » dont ce billet est un début de complément, j’ai retrouvé un livre acheté naguère chez un bouquiniste dans lequel George Soulié de Morant (1875-1955) avait traduit des poèmes de Li Yu.

Je ne reviendrai pas ici sur l’œuvre de Soulié et sur son apport à la connaissance de la littérature chinoise en France. On trouvera des éléments non seulement sur un site créé à sa gloire, lequel donne une liste exhaustive de ses publications, mais aussi dans un article de Jeanine Jacquemin facilement accessible en ligne ici. Son œuvre de traducteur est souvent l’objet d’évaluations critiques. On en trouvera notamment une sous la plume de Philippe Postel dans un article publié dans le numéro 2 d’Impressions d’Extrême-Orient (ici). Lire la suite