Les Comédies silencieuses de Li Yu en mandchou

Début de la la table des matières du Liyan ceng bi bithe (Haikou : Hainan, 2001)

Je rassure ceux qui ont été intrigué par le titre de ce billet : je ne me suis pas (encore) mis au mandchou, bien que l’envie m’en soit venu à plusieurs reprises, savoir à chaque fois que la traduction d’un roman chinois ancien dans cette langue était signalée dans de savants écrits. Ce fut notamment le cas lorsque je lus, voici longtemps, l’article que Martin Gimm consacra à ce sujet dans Literary Migrations. Traditional Chinese Fiction in Asia (17-20th centuries) édité par Claudine Salmon voici 30 ans1 et plus particulièrement lorsqu’il y fait référence à des traductions de xiaoshuo de Li Yu 李漁. Je le cite ci-dessous en respectant ses choix typographiques et de transcription :  Lire la suite

  1. Beijing : International Culture Publishing Corporation, 1987. L’article de Martin Gimm est intitulé « The Manchu Translations of Chinese Novels and Short Stories — An Attempt at an Inventory », in Op. cit, pp. 143-208 []

Emboîtements-02 : Ji Yun 紀昀 (1724-1805)

Pour le premier emboitement de cette série, je m’étais penché sur « Le lettré de Yangxian », « Yangxian shusheng » 陽羡書生, récit en langue classique attribué à Wu Jun 吳均 (469-520), qui, à la réflexion, est, non seulement une belle métaphore de l’art de conter, mais aussi une manière très piquante d’évoquer l’emprunt d’un motif littéraire et une magistrale démonstration de la façon de le plier à sa volonté (j’y reviendrai un jour prochain).

Dans le récit dont on va lire une traduction, nous allons retrouver une évocation de ce conte, sous le titre de « Yangxian elong » 陽羨鵝籠 (La cage aux oies de Yangxian), histoire que son protagoniste principal se remémore alors qu’il est témoin d’un phénomène d’emboitement similaire lors d’un piquant concours d’histoires de fantômes auquel il assiste sur les bords du Lac Boyang.  Lire la suite