Emboîtements-01 : Wu Jun 吳均 (469-520)

Xu Qi Xie Ji« Le lettré de Yangxian », « Yangxian shusheng » 陽羡書生, est un xiaoshuo 小說 en wenyan 文言 bien connu des amateurs de ce type de récits, ces « contes en langue classique » chinois si particuliers qui fleurirent principalement pendant la période dite des Six dynasties [1] et que Robert Ford Campany qui les a étudiés avec attention appelle « anomaly accounts » ou « strange writing » [2]. Etranges, ils le sont autant par le contenu qui plonge le plus souvent dans l’inexplicable, le supra-, ou le para-humain, que par leur nature propre qui se situe quelque part entre la fiction inspirée et le pensum d’historiographe.

Ce conte est attribué à Wu Jun 吳均 (469-520) qui l’a intégré dans sa Suite aux Notes de Qi Xie, Xu Qi Xie ji 續齊諧記. Figure littéraire reconnue de son époque et historiographe de la dynastie sudiste des Liang 梁 (502-557), Wu Jun est prisé non seulement pour son style très personnel, mais aussi pour avoir, dit-on, « livré avec ce recueil le produit le plus élaboré de cette période  initiale  de  l’art narratif  chinois » [3].

Lire la suite

Un conte chinois en quête d’éditeur

XMPY9-IllLe premier semestre de l’année s’achève. Il aura permis à une petite équipe composée principalement d’étudiants de la spécialité « Recherche en sinologie » du master Aire culturelle asiatique de l’Université Aix-Marseille, de traduire un conte chinois en langue vulgaire à raison de deux heures par semaine pendant une douzaine de semaines.

Le texte au programme était une adaptation d’un récit de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715)  tiré du Liaozhai zhiyi 聊齋誌異  (intégralement traduit par André Lévy sous le titre de Chroniques de l’étrange, Picquier, 2005). Il s’agit du neuvième conte du Xingmeng pianyan 醒夢駢言 (Propos raffinés pour sortir des songes). Cette traduction, qui est en cours de finition, a pour vocation à être diffusée le plus largement possible ; elle est donc en quête d’éditeur. Lire la suite