Traduire le roman érotique chinois ancien en langue vulgaire

Verbatim de mon intervention à la première journée du stage organisé à Aix-en-Provence par la Jeune Équipe Littérature Chinoise et Traduction (Université de Provence) [ancien Leo2t], le vendredi 3 février 2006, suivi des réponses données aux questions posées par un public composé de l’ensemble des stagiaires.

La littérature dont il va être question est une littérature de fiction qui souffre depuis sa naissance du mépris et de la méfiance de l’orthodoxie lettrée chinoise et qui, d’une certaine manière, est toujours considérée comme inférieure, de moindre qualité et d’intérêt secondaire dans l’élucidation et l’exploration de la culture et de la civilisation chinoises anciennes. Le xiaoshuo 小說 ancien en langue vulgaire, est au même titre que l’expression dramatique chinoise, avec laquelle elle partage tant, un genre qui fut considéré comme mineur incapable de rivaliser avec la poésie et la prose classiques. Lire la suite

Galantes chroniques de renardes enjôleuses (1)

Galantes Chroniques de renardes enjôleuses (2005)

Galantes Chroniques de renardes enjôleuses (2005)

Notice sur Yaohu yanshi 妖狐艷史
pour Gaetan Brulotte, John Phillips (eds.),
Encyclopedia of Erotic Literature (Routlegde, 2006)
(Version française inédite – version anglaise)

Galantes chroniques de renardes enjôleuses

Pas plus identifiable que la plupart des romans en chinois vulgaire qui s’adressent à un public friand d’érotisme et à la recherche d’un divertissement facile, ce roman en douze chapitres doit vraisemblablement dater de la première moitié de la dynastie Qing (1644-1911).

Son auteur n’est assurément pas le poète Xu Lin (1462-1538) à qui il fut attribué quand bien même le jeu de pseudonymes qu’il propose mènerait vers lui. C’est également le cas d’un autre petit roman de même taille et de même facture, le Taohua yanshi qui pourrait bien sortir de la même officine. Lire la suite

Galantes chroniques de renardes enjôleuses (2)

Galantes chroniques de renardes enjôleuses (2014)

Galantes chroniques de renardes enjôleuses (2014)

On trouvera ci-dessous la reproduction de l’introduction (avec ses notes et des extraits du Répertoire) à la traduction du Yaohu yanshi 妖狐艷史 : Galantes chroniques de renardes enjôleuses. Féerie érotique et morale des Qing.
Traduite du chinois par Aloïs Tatu, présentée et annotée par Pierre Kaser 
suivie de « Les renardes par l’une d’elles » par Solange Cruveillé
. Arles : Éditions Philippe Picquier, 
Collection « Le Pavillon des corps curieux », 2005. 166 p. Réédition en format de poche chez le même éditeur : 2014, 176 p.

Introduction

Galantes chroniques de renardes enjôleuses est un roman* en langue vulgaire, un tongsu xiaoshuo selon la terminologie chinoise. Lire la suite

Enfer chinois (04)

[…] Dans ce billet numéroté 04 de la série « Enfer chinois », je vais m’en tenir à une sobre présentation de trois titres que j’ai eu le plaisir de réaliser sous la direction de Jacques Cotin pour la collection d’érotiques qu’il a créée en 1996 chez le même éditeur et qui a pour nom « Le Pavillon des corps curieux » (PCC).

Directeur littéraire à la « Bibliothèque de La Pléiade » (Gallimard) de 1987 à 1996 — il y a notamment accueilli Les Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Jingu qiguan 今古奇觀) traduits par Rainier Lanselle en 1996 —, Jacques Cotin a notamment épaulé André Lévy, non seulement pour Fleur en Fiole d’Or (1985) et La Pérégrination vers l’Ouest (1991), mais aussi plus récemment pour les Chroniques de l’étrange (Picquier, 2005) de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715). En plus d’être un orfèvre de l’édition, Jacques Cotin est aussi un expert ès curiosa et un fin connaisseur des littératures des marges, mariant admirablement fantaisie et rigueur. Son Dictionnaire des postures amoureuses (Arles : Picquier-Poche, « PCC », 2001, 434 p.) relève de ces deux facettes de sa personnalité et permet une approche originale d’un corpus que certains préfèrent éviter ou condamner sans appel. Lire la suite