Enfer chinois (07)

[Afin d’éviter les répétitions qu’une republication intégrale du billet numéroté 07-a dans la série « Enfer chinois » impliquerait, en voici une version réduite. Il concerne le chef-d’œuvre du roman érotique chinois, le Rouputuan 肉蒲團 (Chair, tapis de prière, 1657) sur lequel on pourra lire d’autres billets. Catégorie : Rouputuan 肉蒲團.] Lire la suite

Li Yu and Rou putuan [The Carnal Prayer Mat]

Page 1A du Rou putuan 肉蒲團

Je reproduis ci-dessous dans son intégralité une notice composée en 2005 pour paraître dans l’Encyclopedia of Erotic Literature  éditée par Gaetan Brulotte et John Phillips, et qui sortit chez Routledge (New York) l’année suivante en deux volumes. Elle figure pages 809 à 813 du volume 2. Elle a été traduite du français par Victor Thibout. Dans l’édition papier, la notice sur le roman intervient (pp. 809-811) avant la biographie (pp. 811-813). Je me suis contenté d’ajouter les caractères chinois. Pour une courte présentation de l’Encyclopedia of Erotic Literature voir l’article en ligne de Gaetan Brulotte (http://www.gbrulotte.com/en/books/file.xhtm) ; pour une note sur la place réservée à la littérature chinoise dans cette encyclopédie, voir « L’Enfer chinois dans l’Encyclopedia of Erotic Literature » En illustration : page 1A du chapitre 1 du roman dans le manuscrit japonais  conservé à l’Université de Tôkyô : Sôkôdô bunka  雙紅堂文庫 (Tôyô bunka kenkyujo  東京文化研究所).

Li Yu 李漁 (1611-1680) is a quite original and astounding figure in the history of Chinese letters. As it is, his work and contribution widely exceed the sole field of literature. After failing three times the examination to what then was the step before last to an official position, the Bachelor’s degree, Li Yu soon (probably around 1642) abandoned any hope of making a career in the Imperial administration. He subsequently withdrew from society for a while, before taking up various activities which were to become his only source of income until the end of his lifetime. Lire la suite

Li Yu en français

Statue de Li Yu,  Jieziyuan,  Lanxi (Zhejiang, RPC)

L’article reproduit ci-dessous a été écrit pour paraître en chinois dans un recueil de communications données à l’occasion du 400e anniversaire de la naissance de Li Yu qui a été fêté en septembre 2011 à Lanxi    兰溪  (Province de Zhejiang, RPC).

Il sera complété prochainement par des éléments découverts après sa rédaction finale qui est intervenue en novembre 2011.

Pour un non initié, Li Yu 李 漁 (1611-1680) est un inconnu sur les terres de Diderot, un nain dans l’espace littéraire français. Ceci tient à un contexte culturel et linguistique qui n’a rien de bien porteur : dorénavant, les Français sont, dans leur grande majorité, peu curieux des littératures anciennes et encore moins lorsqu’elles viennent d’Orient — tout est naturellement phénomène de mode et nous nous trouvons actuellement dans le creux d’une vague ; de plus, notre pays ayant peu de lecteurs sinophones, le rôle des sinologues est de ce point de vue crucial. Lire la suite