Emboîtements-02 : Ji Yun 紀昀 (1724-1805)

Pour le premier emboitement de cette série, je m’étais penché sur « Le lettré de Yangxian », « Yangxian shusheng » 陽羡書生, récit en langue classique attribué à Wu Jun 吳均 (469-520), qui, à la réflexion, est, non seulement une belle métaphore de l’art de conter, mais aussi une manière très piquante d’évoquer l’emprunt d’un motif littéraire et une magistrale démonstration de la façon de le plier à sa volonté (j’y reviendrai un jour prochain).

Dans le récit dont on va lire une traduction, nous allons retrouver une évocation de ce conte, sous le titre de « Yangxian elong » 陽羨鵝籠 (La cage aux oies de Yangxian), histoire que son protagoniste principal se remémore alors qu’il est témoin d’un phénomène d’emboitement similaire lors d’un piquant concours d’histoires de fantômes auquel il assiste sur les bords du Lac Boyang. 

Ji Yun 紀昀 (1724-1805) l’a intégré au second volume, « Ru shi wo wen » 如是我聞 (Tel que je l’ai entendu, 1791, 4 juande son monumental  Yuewei caotang biji 閱微草堂筆記 ou Notes de la chaumière des observations subtiles, selon la traduction proposée par Jacques Dars lequel en avait si bien présenté et traduit les 6 juan du premier volume, « Luanyang xiaoxia lu » 滦阳消夏录 (1789), sous le titre de Passe-temps d’un été à Luanyang1. On se rappelle que cet ensemble, achevé en 1798, comptant plus de 2000 récits répartis en 5 volumes, est une des œuvres phares de la période, la seule à véritablement pouvoir rivaliser avec le Liaozhai zhiyi  聊齋誌異 de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715)2, voire même capable de la détrôner. Il n’est que de relire ce qu’écrit Jacques Dars sur le style mis en œuvre dans ce registre de l’anecdote savoureuse pour conclure en sa faveur : « A son art tout de sobriété et de densité, Ji Yun sut adjoindre, et c’est son apport « moderne  » d’homme du XVIIIe siècle, des réflexions originales, des commentaires critiques et ironiques mais tolérants ; la lecture du Passe-temps d’un été à Luanyang fait l’effet d’un amical entretien avec un bel esprit du passé, qui se révèle, à la fréquentation, extrêmement attachant. »3

On sait que Ji Yun, maître des histoires à faire froid dans le dos, a aussi beaucoup d’humour4. Il le montre ici dans une construction emboîtée que je vous laisse découvrir dans une traduction partielle faisant l’impasse sur le tiers central du texte qui livre sept distiques (cinq pentasyllabes, deux heptasyllabes)5 en attente d’une traduction honorable :

Wang Juzhuang m’a raconté l’histoire d’un étudiant qui, ayant accosté à la nuit tombée sur les rives du Lac Poyang, marcha au clair de lune pour profiter de la fraîcheur, jusqu’à une taverne remplie de gens qui d’après leur nom étaient tous du même village. Il commanda de l’alcool et se mêla à la bonne humeur qui régnait parmi les convives, lesquels se racontaient des histoires de fantômes, chacun guidé par la volonté de surprendre par l’étrangeté et la nouveauté de son propos. L’un d’entre eux prit la parole : « Ce sont là des faits bien extravagants, mais aucun n’est plus curieux que celui dont j’ai été personnellement témoin lorsqu’autrefois, désirant m’affranchir du brouhaha de la capitale, je m’étais installé à Fengtai chez un jardinier. C’est là que je rencontrai par hasard un lettré avec lequel je me mis à discuter, lui ventant les grâces du lieu, mais me plaignant de la détestable présence de fantômes au milieu des tombes laissées à l’abandon, ce à quoi le lettré m’opposa :  « Il faut, parmi les fantômes, distinguer le bon grain de l’ivraie. J’ai autrefois, lors d’un déplacement dans les Montagnes de l’Ouest, rencontré un homme dont les avis sur la poésie étaient d’une grande finesse et qui psalmodia pour moi quelques unes de ses compositions […/…], toutes d’une délicatesse hors du commun. Alors que je m’apprêtai à l’interroger sur son lieu de résidence, des clochettes se mirent à tintinnabuler et, soudain, il ne resta plus trace de lui. Comment pourrait-on trouver détestable un tel fantôme ? » Mais alors, qu’agréablement touché par la l’ouverture d’esprit de celui qui venait de me conter ce fait, je l’invitai à partager une collation, celui-ci secoua ses habits en se levant et me dit : « Il est déjà heureux que Monsieur ne me trouve pas détestable, comment oserais-je, abuser de ses largesses ? » Et, dans un éclat de rire, il disparut. Je compris que celui qui venait de me conter une histoire de fantôme en était lui-même un ! » Amusé par le récit, l’étudiant s’exclama : « Voilà qui est particulièrement extraordinaire — du jamais entendu ! Cela me rappelle l’histoire de La Cage aux oies de Yangxian, qui faisait sortir un mirage d’un mirage, chacun naissant de l’autre avant de s’en retourner. Comment savoir si celui qui vient de parler d’un fantôme parlant d’un fantôme n’en est pas un lui-même ! » A ces mots, la mine des présents changea ; une légère brise se leva, les lampes s’obscurcirent, et les convives se transformèrent en un brouillard vaporeux – tous disparurent comme la brume se dissipe !6

Cette anecdote a été rapportée à l’auteur par une de ses connaissances. Il s’agit d’un certain Wang Juzhuang 王菊莊, sur lequel je ne sais rien sinon qu’il est à nouveau évoqué au premier juan du volume trois du Yuewei caotang biji, le « Huaixi zazhi » 槐西杂志 (Récits divers du studio Huaixi, 1792) qui renvoie à une histoire de fantôme femelle, nügui 女鬼, qu’il aurait raconté dans le premier volume de la série7 mais qu’il nous reste à identifier — la chasse est donc ouverte ! Ce faisant, Ji Yun semble vouloir nous faire croire à la véracité de l’histoire qu’il nous livre-là. Y croit-il lui-même ? Ne serait-il pas plus vraisemblable d’imaginer que Ji Yun, conteur sans pareil, ait eu le souhait de mettre à profit la technique d’emboîtement qu’il désigne par la formule de huan zhong chu huan 幻中出幻, « faire sortir l’illusion de l’illusion » ?  Voilà autant de questions qu’il reste à trancher. 

Avant de les intégrer dans ce billet (et de compléter ma traduction), je vous livre les éléments nouveaux dont j’ai pris connaissance ces derniers jours et remercie chaleureusement Alain Rousseau pour sa sympathique et efficace contribution :

  • 11/04/17. Complément suite à la lecture de Sing-chen Lydia Chiang, Collecting the SelfBody and Indentity in Stange Tale Collections of Late Imperial China. Leiden-Boston : Brill, 2005, x-284 p. [895.13 CHI]
    • Sur Wang Juzhuang 王菊莊. Il s’agit du nom adopté par Wang Jinying 王金英 (Originaire de Jiangning 江寧. Voir pp. 225-231 et 238-241). Il est évoqué dans un récit du « Huaixi zazhi », traduit et commenté par Lydia Chiang pages 225 et suivantes où elle nous apprend qu’il s’agit d’un disciple de Ji Yun qui l’a reçu à l’examen provincial de 1762. Mort jeune, ce proche de Ji, son zhiyin 知音, lui transmit un ensemble de tibishi 題壁詩 (poésies écrites sur des murs) (Voir Chiang, Op.cit. p. 219) anonymes qu’il avait collecté. 
    • Dans le même chapitre (V, « Creation, Transmission, and the Ghostly Poet », pp. 197-243), Chiang traduit intégralement le récit qui nous intéresse ici, et lui trouve un titre : « A Ghost Storytelling Contest » (Voir Op. cit., pp. 238-240). 
  • 12/04/17. Extrait du message d’Alain Rousseau reçu ce jour :
    • Je me suis régalé à la lecture de ton récent billet sur Ji Yun et ses fantômes, billet qui en plus de nous offrir une savoureuse traduction d’un conte qui ne l’est pas moins, met en lumière la grande maîtrise formelle de Ji Yun, et son art tout en finesse et en élégance d’amener sans en avoir l’air une réflexion pertinente et stimulante sur la création littéraire. Bien entendu, j’ai mené ma petite enquête pour essayer d’en savoir plus sur cet énigmatique Wang Juzhuang et d’identifier le récit auquel Ji Yun fait allusion dans le « Huaixi zazhi ». Voici le résultat de mes recherches : selon le récit n° 2 du « Huaixi zazhi », Wang Juzhuang, de son nom officiel Wang Jinying 王金英 (Juzhuang était son « zi »), originaire de Jiangning (Nankin), a obtenu son grade de « juren » en 1762 grâce à Ji Yun qui était son examinateur. Il aimait écrire des poèmes et aurait rédigé des notes sur la poésie 詩話 qui sont aujourd’hui perdues. Yuan Mei (jamais bien loin quand il est question de Ji Yun) le mentionne très brièvement à 4 reprises dans ses Suiyuan shihua 隨園詩話, où il cite quelques vers de sa composition, ce qui laisse entendre qu’il aurait eu une certaine notoriété en tant que poète.
    • Quant au récit à identifier dans le 1er volume, il se trouve à la toute fin du 1er juan : il est vrai que Wang Juzhuang n’y apparaît que sous le nom de Wang Jinying. Il figure aux pp. 96-97 de la traduction de Jacques Dars, sous le titre «Motus», car il y est question d’un fantôme de sexe féminin condamné à la mutité pour avoir de son vivant semé la zizanie par ses calomnies et ses intrigues. Ah, les femmes, toutes les mêmes !
    • J’ai été aidé dans ces recherches par le livre de Sing-chen Lydia Chiang, Collecting the Self, Body and Identity in Strange Tale Collections of Late Imperial China», paru chez Brill en 2005, et qui offre des vues originales sur certains thèmes du Liaozhai zhiyi, du Zibuyu et du Yuewei caotang biji, et de le la façon dont leurs auteurs mettent en oeuvre ces thèmes. Ouvrage intéressant mais pas toujours facile à suivre, en raison notamment de son style hyper-académique qui en plombe souvent la lecture (on peut en lire de larges extraits sur Google Livres). On y trouve aux pp. 238-241 une traduction complète du conte qui fait l’objet de ton billet, sous le titre « A Ghost Storytelling Contest », accompagné d’un commentaire de S. L. Chiang. J’ai également appris grâce à Google Livres que cette traduction avait d’abord été publiée en 1995 dans un recueil intitulé « Two Lines », sous le titre « Dead Poets Society ». Pas mal vu, non ?
  1. Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », n° 99, 1998, xvi-563 p. []
  2. Voir Pu Songling, Chroniques de l’étrange, traduit du chinois et présenté par André Lévy, édition établie par Jacques Cotin. Arles : Philippe Picquier, 2005. []
  3. Jacques Dars, « Introduction », Passe-temps d’un été, op. cit., p. xv []
  4. Voir sur ce point Huang Chunli, « Traduire l’humour des lettrés : les jeux de caractères de JI Yun 纪昀 (1724-1805) », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 02 avril 2017. URL : http://ideo.revues.org/280 []
  5. 有曰: 深山遲見日,古寺早生秋;又曰: 鐘聲散墟落,燈火見人家;又曰: 猿聲臨水斷,人語入煙深;又曰: 林梢明遠水,樓角挂斜陽;又曰: 苔痕寢病榻,雨氣入昏燈;又曰: 鵂盋歲久能人語,魍魎山深每晝行;又曰: 空江照影芙蓉淚,廢苑尋春蛺蝶魂。 []
  6. 王菊莊言,有書生夜泊鄱陽湖,步月納涼,至一酒肆,遇數人,各道姓名,云皆鄉里。因沽酒小飲,笑言既洽,相與說鬼。搜異抽新,多出意表。一人曰:「是固皆奇,然莫奇於我所見矣。曩在京師避囂,寓豐臺花匠家,邂逅一士共談。吾言此地花事殊勝,惟墟墓間多鬼 可憎。士曰:『鬼亦有雅俗,未可概棄。吾曩遊西山,遇一人論詩,殊多精詣。自誦所作 […/…] 皆楚楚有致。方擬問其居停,忽有鈴馱琅琅,欻然滅跡。此鬼寧復可憎耶?』吾愛其脫灑,欲留共飲,其人振衣起曰:『得免君憎,已為大幸,寧敢再入郇廚?』一笑而隱。方知說鬼者即鬼也。」書生因戲曰:「此等奇絕,古所未聞。然陽羨鵝籠,幻中出幻,乃轉輾相生,安知說此鬼說鬼者,不又即鬼耶?」數人一時變色,微風颯起,燈光黯然,並化為薄霧輕煙,濛濛四散。Le texte figure en édition fac-simile et en version numérique sur ChineseTextProject, mais aussi page 141 de l’édition moderne publiée à Jinan aux Qi Lu shushe, en 2007 dans la collection « Lidai biji mingzhu congshu » []
  7. Voir Op. cit., p. 251 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *