Les infortunes chinoises de la vertu

On trouvera ci-dessous le texte de ma communication donnée le 24 mars 2017 au château de Saumane (L’Isle-sur-la-Sorgue, Vaucluse) dans le cadre du  31e colloque international de la Société d’analyse des topiques romanesques :

 Roman rose / Roman noir. Territoires hétérogènes de la fiction1.

Elle sera prochainement revue et dûment complétée ici-même.

Les infortunes chinoises de la vertu. Jin Yun Qiao zhuan, un roman rose très noir du XVIIe siècle, inédit en français. 

Depuis son introduction de manière très modeste et brouillonne dans la Description de la Chine, le monumental ouvrage édité par le Père Du Halde en 1735, le roman chinois est généralement considéré comme le genre le mieux adapté pour se faire une idée de la manière dont vivaient, pensaient et ressentaient les Chinois. C’est ainsi qu’Antoine Bazin (1799-1863), un de ceux qui, à la suite d’Abel Rémusat (1788-1832) et de Stanislas Julien (1797-1873), poursuivit l’œuvre des missionnaires jésuites du XVIIIe siècle, l’envisageait en 18532.

Revenant un siècle plus tard sur l’apport des sinologues du xixe siècle dans ce domaine, Paul Demiéville (1894-1979) écrivit qu’« un des aspects les plus piquants de l’œuvre de Stanislas Julien (1797-1873)  est l’intérêt qu’il porta à des textes de littérature vulgaire (súwénxúe 俗文學) qui de son temps étaient mésestimés en Chine dans les milieux  lettrés… Il s’attacha […] à toute une série de petits romans à l’eau de rose dont le choix ne s’explique guère, tels Blanche et bleue 白蛇精記 ([Baishe jingji], 1834), Les deux  jeunes filles lettrées 平山冷燕 ([Ping Shan Leng Yan], 1860), Les deux  cousines 玉嬌梨 ([Yu Jiao Li], 1864), et d’autres encore extraits de divers recueils. Je ne sache pas que ces petits récits sentimentaux aient été particulièrement populaires en Chine, encore qu’on les y ait classés à un moment donné parmi ce qu’on appelait les dix œuvres de génie [Shi caizi shu] 十才子書..  Sans doute Julien les choisit-il parce qu’il les trouva parmi les livres envoyés en France par les missionnaires, parce qu’il tenait à étudier des textes en langue vulgaire, et parce qu’ils révélaient au public français des mœurs que les Européens ne pouvaient alors observer de visu. […] Mais peut-être l’intérêt porté par Julien (et par d’autres sinologues de son époque) au roman et au théâtre chinois était-il dû avant tout au fait que ces genres étaient mieux adaptés au goût européen que les Classiques ou que la poésie. »3

Sur ce dernier point, comme sur la motivation de ses prédécesseurs, le grand sinologue ne se trompait pas, mais il reproduisait, un peu facilement, un jugement largement partagé à son époque sur le roman chinois, jugement qui avait cours depuis des siècles déjà en Chine même où le roman a toujours été suspect et tenu en basse estime. Pour ce qui concerne le groupe de textes qui  nous importent aujourd’hui, appelé cáizǐ jiārén xiǎoshūo 才子佳人小說, ou « romans du génie littéraire et de la beauté », il fut doublement dénigré : parce qu’écrit en langue vulgaire, mais aussi pour sa thématique, principalement sentimentale.

Curieusement certains romanciers, dont le plus grand d’entre eux, Cáo Xuěqín  曹雪芹 (1715-1763), s’en prenaient aussi régulièrement au caractère « léger et convenu » de ce type de productions. Dans les premières pages de son chef-d’œuvre, l’auteur du Rêve dans le pavillon rouge (Hónglóumèng  紅樓夢), tient, du reste, à se distinguer clairement de ceux qui en composaient4. On ne peut lui en vouloir de marquer sa différence en accablant ses prédécesseurs, mais il y a une part de mauvaise foi dans  son réquisitoire qui n’évoque à aucun moment la dette qu’il pouvait avoir vis-à-vis d’une production qui était de fait la mouture moderne d’une tradition littéraire plus que millénaire.

On peut, en effet faire remonter le goût des histoires sentimentales à des narrations en langue classique qui se sont développées à différentes époques de l’histoire chinoise : encore rares dans les collections de récits courts qui circulèrent avant le VIIe siècle, elles constituent une large part des récits en langue classique appelés chúanqí 傳奇 ou « transmissions de l’extraordinaire » qui apparurent à partir de la dynastie des Táng (618-907) : les lettrés de cette époque, et ceux des suivantes, cherchèrent à captiver leurs lecteurs avec des histoires d’amour hors normes, n’hésitant pas à l’occasion à confronter leurs personnages à des manifestations d’un imaginaire teinté de surnaturel — dont les esprits-renardes sont les plus connues.

Le théâtre, qui a tellement en commun avec la fiction narrative car il puise dans le même fonds d’intrigues, et use pour les dialogues de la même langue vulgaire que le roman, que cela, celui des Yuán (1271-1368), d’abord, et surtout celui de la dynastie Ming (1368-1644), fournit, notamment avec des pièces aussi puissantes que le Mǔdantíng 牡丹亭 ou Pavillon aux Pivoines de Tāng Xiǎnzǔ 湯顯祖 (1550-1616), un fabuleux terrain d’expérimentation du sujet à la mode : le sentiment amoureux, qíng .

C’est justement à la fin des Ming, soit au mi-temps du xviie siècle, que le genre se distingue du conte ou de la nouvelle proposés en recueils qui exploitent largement ce filon très apprécié du lectorat et qui fit, en son temps, la fortune de générations de conteurs publiques ; ce faisant, il se distingue du roman érotique qui, avec plus on moins de bonheur, d’inventivité et de réalisme, expose tout ce que lui préfère suggérer par la poésie et l’allusion ; quoi qu’il en soit, il sera également confronté à la censure qui s’imposa progressivement à toutes les sortes de romans. Au début du XVIIIe siècle, en 1712 pour être précis, défendant le point de vue des censeurs, car pour lui il reste dangereux de mettre des romans dans les mains des lecteurs qui sont si peu nombreux à savoir vraiment les lire correctement, le lettré Liu Tingji 劉廷璣 écrivait que, contrairement aux ouvrages érotiques, « si elles prennent des libertés avec ce qui est correct, ces romances, dans lesquelles des génies et des beautés rivalisent en délicatesse et en qualité, ne ruinent pas complètement les convenances ». ((Voir notre traduction du passage dans la revue en ligne Impressions d’Extrême-Orient, n° 6, à l’URL http://ideo.revues.org/523)) Une cinquantaine de romans érotiques survécut aux vagues de proscription, c’est autant de cáizǐ jiārén xiǎoshūo que l’on a pu recenser pour son Âge d’or qui, grosso modo, couvre le gros siècle qui va de 1640 à 1750, soit un corpus significatif qu’on a commencé à redécouvrir en Chine au début des années 1980. On sait peu de choses certaines sur ceux à qui on les doit, sinon que ce sont la plupart du temps des lettrés évoluant à la marge de la société mandarinale à laquelle des échecs aux concours de recrutement très stricts les condamnent. Il semble que certains ont fait profession de l’écriture et de la diffusion de ce type de fictions. Ceci n’empêche pas de pouvoir discerner des tendances, et permet de contredire ceux qui ont discréditer ce sous-genre comme proposant des œuvres stéréotypées sans saveur, limitant souvent leurs analyses à l’examen d’une poignée d’entre elles, ou pire, se contentant de ne lire que celles qui furent traduites au XIXe siècle.

Certes, toutes ces fictions partagent indéniablement des caractéristiques formelles facilement repérables :

  • la taille d’abord : elle s’étend entre 12 et 26 chapitres, ce qui en fait des romans de taille moyenne, loin derrière le format mastodonte d’un Jīn Píng Méi 金瓶梅 (100 chapitres).
  • la thématique est donc exclusivement sentimentale, avec en filigranes les germes d’une revendication pour les jeunes gens de choisir ceux avec qui ils vivront, ou les rudiments d’une dénonciation, parfois à peine voilée des travers de la société mandarinale et du système des examens et des concours mandarinaux ; des motifs fantastiques, héroïques et « chevaleresques » peuvent venir se combiner avec des intrigues qui suivent un déroulé bien rôdé.
  • on retrouve, en effet, une structure narrative proche de celle des pièces de théâtre. Au risque de caricaturer, on peut ramener les intrigues à trois moments forts :
  1. la rencontre : c’est celle du cáizǐ lequel est un étudiant jeune, beau, généralement sans fortune, avec une jeune fille  également belle et talentueuse, généralement de bonne famille, la jiārén. Un amour franc et sincère, mais gardé secret, naît de l’échange de regards croisés par hasard lors d’une des rares sorties de la jeune fille et se renforce par l’échange de poésies bien tournées, pouvant conduire dans certains cas à des relations physiques très intenses avant le mariage final.
  2. la séparation : ses causes peuvent être multiples mais elles surviennent souvent lors du déplacement du jeune homme à la Capitale où il doit passer le concours pour entrer dans la fonction mandarinale, laissant la jeune fille sans défense et s’exposant lui même à des dangers, comme celui de devenir soit le protégé d’un personnage puissant qui va lui imposer d’épouser sa fille, soit la cible d’un richissime jaloux fourbe et sans scrupule, ou bien les deux.
  3. la mise à l’épreuve de la fidélité : les circonstances sont multiples et souvent liées à un succès aux examens du jeune homme et à des aléas qui peuvent conduire la jeune fille à traverser l’empire pour sauver son amour.
  4. la réunion finale : en général, le succès aux concours du jeune homme règle l’ensemble des problèmes, et le père de la jeune fille n’est dès lors plus réticent pour accorder un mariage tant espéré. Les fins pluri-matrimoniales sont monnaie courante et toujours justifiées par les circonstances. 
  • si la poésie, en style régulier ou chanté, est toujours présente dans le roman, son emploi prend ici une importance plus grande car elle permet de faire avancer l’action ; elle soutient une part non négligeable du discours sentimental, en évitant notamment des descriptions trop crues pour leur préférer les registres métaphorique et allusif.   

Mais penchons-nous sur une de ces constructions supposément « roses » ou « à l’eau de rose » et qu’on dit « sans relief ».

Jīn Yún Qiào zhuàn 金雲翹傳

Le titre du roman en question est Jīn Yún Qiào zhuàn 金雲翹傳 : ses trois premiers caractères évoquent les noms de trois des principaux protagonistes, comme l’avait naguère fait Jin Ping Mei ; le dernier, zhuàn , « biographie », renvoie quant à lui au champ de l’historiographie. C’est sans conteste un cáizǐ jiārén xiǎoshūo, mais c’en est un qui frappe par bien des aspects que nous n’épuiserons pas tous aujourd’hui.

Le plus remarquable d’entre eux est sans conteste qu’il donne la primeur à un personnage féminin, Wáng Cuìqiào 王翠翹, dont on va suivre presque sans interruption les faits et gestes du premier au dernier chapitre  — mis à part le Chīpózi zhuàn 癡婆子傳 ou « Biographie d’une folle (d’amour) »5, roman érotique du milieu du xvie siècle dans lequel une femme très délurée livre, à la première personne et sans pudeur aucune, les détails les plus croustillants de sa vie sexuelle —, c’est la première fois qu’une femme se trouve si pleinement au centre d’une fiction de cette ampleur. On suit par le menu l’évolution de sa perception des situations qu’elle rencontre et analyse, soit intérieurement, soit via le registre poétique ou même onirique, et surtout dans des dialogues qui occupent une place très importante du récit ; on constate également la constance de ses sentiments, et on peut s’extasier devant la force morale dont elle fait preuve en toute circonstance. Elle prend souvent la parole et argumente inlassablement, comme portée par une force de conviction et une rhétorique semblant s’inspirer de celle de Mencius, dont les préceptes tissent le canevas moral de l’œuvre, lequel est celui de l’orthodoxie confucéenne au pouvoir. Autre curiosité notable, on trouve (à cheval sur les chapitres X et XI) un long développement sur l’art d’être une courtisane rentable6

Mais voici un bref résumé des infortunes de la belle Cuìqiào :

Wáng Cuìqiào 王翠翹, fille ainée d’un notable peu fortuné de la capitale est très belle, encore plus belle que sa sœur cadette Cuìyún 翠雲 et encore plus cultivée que son frère Wáng Guán. Jīn Zhòng 金重, jeune et beau lettré promis à un glorieux avenir en tombe amoureux. Leur amour se développe rapidement grâce à l’échange de poèmes. Mais la jeune fille, pourtant vivement éprise du jeune homme, lui refuse ses faveurs, prouvant, avec une argumentation solide à l’appui, son respect des conventions. Alors que leur passion grandit, le jeune Jin doit aller chercher dans une lointaine contrée la dépouille d’un oncle décédé. Au même moment, M. Wáng est impliqué à tort dans une affaire judiciaire. Pour s’en sortir, il lui faut trouver une forte somme d’argent. La pieuse Cuìqiào décide donc de se vendre et personne n’arrive à ébranler sa détermination. Avant de partir, elle insiste pour que sa jeune sœur épouse Jīn Zhòng. A partir de ce moment, commence le calvaire de Cuìqiào qui sans le savoir s’était vendue à un lupanar. Après une tentative d’évasion qui la plonge encore plus dans la fange, elle est ensuite cédée à un jeune richard, mais comme simple concubine et à ce titre, elle subit l’ire de l’épouse principale qui apprend son existence et planifie sa vengeance. Elle n’en sort vivante que pour se trouver à nouveau vendue dans un bordel où elle est repérée par le chef pirate Xú Hǎi 徐海 (mort en 1556) qui tombe amoureux d’elle et en fait sa femme. Cuìqiào n’est pas sans avoir de l’influence sur celui qui tient en échec les troupes impériales. Contactée par deux envoyées secrètes de Hú Zōngxiàn 胡宗憲 (mort en 1565) qui commande les troupes Ming engagées contre Xu, elle fait accepter à son mari une reddition, ce qu’elle regrette aussitôt car Hú rompt ses engagements et fait exécuter le chef pirate. Cuìqiào est capturée et n’échappe pas aux avances du vainqueur. Pour se faire pardonner, le tombeur de Xú Hǎi donne Cuìqiào à un de ses généraux en qualité de concubine. Se sentant responsable de la mort tragique du pirate, la jeune femme tente de se suicider. Elle est miraculeusement sauvée des eaux de la rivière Qiántáng 錢塘 par une nonne de ses connaissances qui, sans le savoir, la conduit auprès de Jīn Zhòng lequel a, entre temps, épousé Cuìyún et est devenu un mandarin haut placé. Sous la pression de ses parents, Cuìqiào finit par accepter d’épouser son ancien amoureux, mais contre toute attente elle refuse de consommer l’union, car son corps n’a plus sa pureté d’antan.

Ainsi s’achève, sur une tonalité mineure, l’œuvre d’un certain Qīngxīn cáirén 青心才人, (Le génie au Cœur pur)7. Qu’il s’agisse d’un lettré célèbre — certains ont proposé Yu Huai 余懷 (1616-1696) — ou d’un parfait inconnu, il livrait là, sans doute au tout début de la dernière dynastie (aux alentours de 1660 pour risquer une date), une amplification romanesque à des sources en langue classique figurant dans les écrits d’une bonne demi-douzaine de lettrés de la fin des Ming et déjà exploitées à deux reprises dans le genre du conte (hùaběn 話本). Il fit néanmoins œuvre créatrice en donnant de l’épaisseur au personnage de Cuìqiào et en comblant les vides des biographies anciennes axées sur le rôle supposé de la jeune femme dans la pacification des côtes chinoises et l’éradication de la piraterie. Ce faisant, il offrait, en 20 chapitres et quelque 160 000 caractères, une romance aux couleurs pour le moins contrastées.

Le versant rose

Si Jīn Yún Qiào zhuàn bouscule le mode traditionnel du cáizǐ jiārén xiǎoshūo, en reléguant notamment le brillant cáizǐ et les autres hommes qu’il fait intervenir au rang de faire valoir du personnage féminin principal, il conserve indéniablement des marqueurs du genre et peut donc passer pour un « roman rose » :

  • la poésie y est abondante. Cuìqiào est non seulement une fine poétesse, mais aussi une raffinée musicienne maîtrisant à merveille le húqin 胡琴 (vielle à 2 ou 4 cordes) avec lequel elle accompagne ses déchirantes mélopées ; son genre de prédilection n’est pas que le (poésie chantée) ; elle excelle également dans les autres modes poétiques.
  • la rencontre intervient comme souvent lors d’une des rares sorties permises aux jeunes filles de bonne famille. C’est à l’occasion de la Fête des morts et dans un cimetière. L’amour naît au premier coup d’œil échangé. Fou de désir, le jeune homme installe son cabinet de travail dans une propriété possédant un jardin mitoyen avec la résidence des Wang dont un des murs, un peu délabré, offre une faille propice au passage.
  • la fidélité à l’engagement initial n’est jamais brisé. Tout du long, et malgré les épreuves qu’elle endure, Cuìqiào conserve cet attachement exclusif pour le garçon à qui elle s’est lié par un pacte que la destinée qui s’abat sur elle l’empêche d’honorer. Elle sera donc irréprochable au terme de son parcours bien qu’avilie par des cohortes d’hommes et la vilénie de femmes, illustrant dans sa chair le sort qui attend les plus belles créatures, selon la formule qui veut qu’une triste destinée frappe les beautés hors du commun, hóngyán bómìng 紅顏薄命. Ce destin, fruit d’une vie antérieure dont il faut expier les crimes, est prédit au cimetière par l’intervention de l’esprit d’une ancienne courtisane de la capitale qui y est enterrée. Cette malédiction, qu’accepte avec beaucoup de philosophie la jeune fille, va assombrir terriblement la suite du roman ; on passe ainsi très rapidement du registre sentimental au récit tragique, récit qui offre bien quelques îlots de paix, mais fait vivre à la pauvre héroïne 15 longues années de tourments. De fait, c’est ce parcours douloureux qui constitue le corps du roman dont la lecture est, il faut le reconnaître, loin d’être toujours plaisante tant son personnage central fait face à des difficultés. Le contraste est particulièrement cru entre le début du roman pendant lequel Cuìqiào préserve sa chasteté vis-à-vis du seul homme avec lequel elle serait désireuse de la perdre, et avec lequel elle n’aura in fine aucun contact physique, et les chapitres VII à XIX pendant lesquels le corps de Cuìqiào est rudement mis à mal.

Le versant noir

Sans dépasser les bornes de la bienséance en livrant des descriptions oiseuses dont raffole le genre érotique, le roman va nous montrer la déchéance physique de la douce et belle Cuìqiào. Vendue à une maison close, elle est d’abord déflorée sans ménagement par celui qui a abusé elle et sa famille ; arrivée au lupanar, elle est très cruellement rudoyée par la maquerelle qui veut la dompter et lui faire payer d’avoir, dit-elle, « séduit son mari » : la scène est d’une violence que l’on retrouvera encore à plusieurs reprises, notamment lorsqu’une épouse jalouse lui fera payer l’amour de son mari pour elle, puis lorsque devenue la compagne du puissant pirate Xú Hǎi, Cuìqiào, alors en position de force, se venge de chacun de ceux qui l’ont humiliée et torturée toutes ces années durant : on frappe sans compter, on fouette jusqu’au sang, on ligote, on expose la nudité et, pire, on dénoue les bandelettes qui couvrent les pieds bandés —notons au passage que le premier sang versé est celui du père et du frère de Cuìqiào victimes des féroces sbires des autorités mandarinales !

Mais l’humiliation est souvent poussée à un degré de raffinement rarement décrit dans ce type de fiction. De ce point de vue, le personnage de la femme jalouse est sans conteste une des grandes réussites du roman, et son plan pour ruiner une entente somme toute harmonieuse entre son mari et Cuìqiào qu’il avait tirée du bordel où elle était devenue la courtisane la plus prisée, fera l’admiration des meilleurs stratèges en guérilla conjugale. L’ayant fait enlevée par une troupe d’homme de main qui la font passer pour morte, elle prend, sans que celle-ci s’en doute, Cuìqiào à son service et l’oblige à la servir elle et son mari, mari qui bien que stupéfait de revoir celle qu’il aime et qu’il croit morte, n’ose avouer son forfait passé. La souffrance psychologique des deux est très touchante et contraste avec la jubilation de cette redoutable virago chinoise ; même le lecteur le plus blasé prendra, quelques chapitres plus tard, plaisir à découvrir comment Cuìqiào se venge finalement de cette maîtresse femme.

Je souhaite que ce trop rapide survol de l’œuvre aura au moins montré qu’on est avec Jīn Yún Qiào zhuàn  loin des fadaises insipides que nous promettaient les détracteurs du genre. Sa lecture attentive nous offre une fresque colorée de motifs plus souvent gris que roses, voire parfois franchement noirs. Finalement, s’y déploie le portrait d’une société en crise et particulièrement injuste, dans laquelle la violence la plus brutale cherche à broyer la droiture et l’intégrité qu’incarne Cuìqiào.

Nous disposons là d’une œuvre encore inédite en français d’une grande richesse dont l’importance se mesure également par l’impact qu’elle a eu dans le temps et l’espace : elle fut abondamment lue, sans doute par Cáo Xuěqín lui-même, et souvent adaptée, pour ne pas dire pillée ou plagiée, notamment dans la forme du poème lyrique par Nguyên Du 阮攸 (1766-1820) sous le titre de Kim Vân Kiêù Truên 金雲翹傳, pour devenir le grand chef-d’œuvre de la littérature nationale vietnamienne ; mais pas seulement : on en trouve des adaptations au Japon où elle fut importée en 1754, et aussi en Corée. Alors, pourquoi ne pas la traduire ?

Sa traduction est, me semble-t-il, nécessaire pour au moins trois bonnes raisons :

  • rendre justice à sa qualité, à son originalité et à son influence…
  • clouer le bec aux critiques qui défendent la supériorité du Kiêù vietnamien en snobant une source qu’ils ne sont pas en mesure de lire.
  • mais aussi pour laver le genre du cáizǐ jiārén xiǎoshūo des critiques de « tissu de fadaises »  de « roman à l’eau de rose » qui ont trop longtemps pesé sur lui.

Du reste, imaginerait-on de se passer des Infortunes de la vertu de Sade, œuvre à laquelle on pense si souvent en lisant Jīn Yún Qiào zhuàn ?

Je prend donc l’engagement solennel de ne pas quitter cette existence sans avoir traduit Jīn Yún Qiào zhuàn en français, ou, si la possibilité d’y parvenir ne m’est pas donnée dans cette vie, je m’engage à le faire lors d’une prochaine. Le destin décidera. 命也 !

  1. Voir l’annonce sur le carnet de recherches de l’axe Littératures d’Asie et traduction, à l’URL : http://leo2t.hypotheses.org/693 []
  2. « [Ce] genre de littérature, réputé frivole, peut nous apprendre sur la Chine et ses habitants une foule de choses que nous ignorons en Europe. », Voir Chine moderne ou descriptions historique, géographique et littéraire de ce vaste empire  d’après des documents chinois,  Seconde partie,  Paris : Firmin-Didot, 1853, p. 475. []
  3. « Aperçu historique des études sinologiques en France »,  Acta Asiatica (Bulletin of the Institute of Eastern Culture), 11, Tokyo, 1966, pp. 56-110. []
  4. « Quant aux ouvrages consacrés aux amours de galants et talentueux jouvenceaux et de belles demoiselles, à chaque page s’y répètent les allusions à des aventures fastidieusement légendaires de Wenjun ou de Zijian. Des ouvrages par milliers, mais tous de même mine. Et pour finir, l’inévitable aboutissement aux débordements luxurieux ! L’auteur ne songe qu’à nous sortir quelques stances de vers d’amour, ou d’élégantes évocations lyriques de son cru. Il donne figure à deux personnages, avec apparence et nom d’homme à l’un, de femme à l’autre, puis il ne manque pas de les flanquer d’un vilain quidam chargé d’embrouiller l’intrigue, à la manière des perfides bouffons des pièces de théâtre. Et, dans la bouche de soubrettes et servantes, des particules grammaticales classiques émaillant un langage littéraire ou didactique, qui, à un examen minutieux, se révèle farci d’incohérences, et faisant à la fois injure à la raison et à la vérité des sentiments. » 至若佳人才子等書,則又千部共出一套,且其中終不能不涉於淫濫,以致滿紙潘安、子建、西子、文君。不過作者要寫出自己的那兩首情詩艷賦來,故假擬出男女二人名姓,又必旁出一小人其間撥亂,亦如劇中之小丑然。且鬟婢開口即者也之乎,非文即理。故逐一看去,悉皆自相矛盾、大不近情理之話…, Li Tche-houa, J. Alezais, Le rêve dans le pavillon rouge, Paris :  Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », 1981, t. 1, pp. 11-12. []
  5. Ou Vie d’une amoureuse dans la traduction française dans Vie d’une amoureuse. Récits érotiques traduits du chinois par Huang San et Lionel Epstein. Arles : Editions Philippe Picquier, 1991, pp. 5-83 []
  6. Exposé méthodique qui complète celui d’un des chefs-d’œuvre du conte en langue vulgaire, « Le vendeur d’huile »  ou « Maiyou lang du zhan Huakui » 賣油郎獨占花魁 (Jingu qiguan 今古奇觀, 7 ; Xingshi hengyan 醒世恆言, S III, 3) et qui aurait ravi, non seulement Antoine Bazin, mais surtout Gustav Schlegel (1840-1903) qui traduisit et commenta, en 1877, le fameux conte de Feng Menglong 馮夢龍 (1574-1646) []
  7. Pour ce pseudonyme dissimulant aujourd’hui encore son identité, l’auteur a décomposé en deux caractères celui qui sert pour désigner le sentiment amoureux, qing 情 []

2 réflexions au sujet de « Les infortunes chinoises de la vertu »

  1. Ping : Roman rose, roman noir, romans chinois | Littératures d'Asie et traduction

  2. Ping : Bibliographie | Kaser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *