HDR, etc.

hdrDepuis samedi 28 novembre 2015, je peux ajouter une ligne à mon CV, puisque c’est la date à laquelle s’est tenue ma soutenance pour l’obtention d’une habilitation à diriger des recherches (HDR). L’événement s’est déroulé salle des professeurs du centre des lettres de notre Université d’Aix-Marseille. Le jury était présidé par Vincent Durand-Dastès (INALCO) et comprenait Roger Darrobers (Paris 10), Noël Dutrait (AMU), Jin Siyan (Université d’Artois), Alexis Nuselovici (AMU).

HDR-PicA cette occasion, j’ai soutenu une synthèse intitulée « Roman chinois ancien et traduction » et défendu l’ensemble de mes travaux, savoir mes traductions  ― cinq volumes publiées entre 1990 et 2013 ― , et différents écrits réalisés ces 25 dernières années répartis en deux volumes de quelque 500 pages chacun : le premier reprend des articles, préfaces, comptes rendus, etc., écrits pendant cette période ; le second fait la collection d’une partie des billets mis en ligne sur les différents blogs et carnets de recherche que j’ai tenus depuis une dizaine d’années, soit sous mon nom, soit pour le compte des équipes qui ont évolué au fil des ans pour devenir l’axe de recherche « Littératures d’Extrême-Orient, textes et traduction » (Leo2t) de l’IrAsia. (Ces trois volumes sont consultables en ligne à partir d’un espace Dropbox en accès libre : il suffit d’activer les hyperliens).

Ce fut un moment intense pour moi, semble-t-il pas sans intérêt pour les membres du jury tous très généreux dans leur appréciations, mais aussi, je le souhaite, pour ceux qui étaient venus me soutenir ― j’en profite pour adresser un grand merci à tous les présents, mais aussi à ceux qui m’accompagnaient par la pensée. Je garderai probablement de cette soutenance un souvenir aussi ému et tenace que celui de ma soutenance de thèse qui s’était tenue 21 ans moins quelques jours plus tôt : le 14 décembre 1994. C’était dans les anciens locaux de l’université Paris 7-Jussieu en présence du regretté Jacques Dars, de mon directeur André Lévy, et de messieurs Paul Bady et Donald Holzman. Le travail soutenu portait sur Li Yu 李漁 (1611-1680) et son œuvre romanesque.

Thèse-PicIl en fut à nouveau question, avec l’évocation du travail accompli depuis cette date, mais aussi à travers l’esquisse de ce qu’il reste à faire pour rendre cette œuvre dans notre langue ― deux recueils de contes et de nouvelles, Wushengxi 無聲戲 et Shi’er lou 十二樓, pour la plupart inédits en français, et un roman, Rouputuan 肉蒲團, lequel mérite une troisième traduction plus conforme à son esprit. D’autres projets, certains récents, d’autres nourris de longue date, ont également étaient signalés ― notamment la présentation et la traduction du Jin Yun Qiao zhuan 金雲翹傳. Fort de l’accueil qu’on leur faisait, je me suis engagé à les réaliser sans trop tarder.

L’intérêt de la HDR n’est pas seulement de permettre à celui qui l’obtient de franchir une marche dans la carrière d’enseignant chercheur, car le détenteur du diplôme universitaire le plus élevé peut diriger des travaux des doctorants qui le sollicitent, mais aussi de prendre le temps de faire un bilan critique sur son expérience d’enseignant et de chercheur. Ce bilan critique lui permet de redéfinir ses priorités et d’envisager la poursuite de sa vie de chercheur avec plus de pertinence et de détermination. Ce travail de réflexion et la collecte des travaux accomplis ces six derniers mois m’ont aussi permis de prendre pleine conscience de la dette que j’avais vis-à-vis de l’ensemble de ceux auprès de qui j’ai étudié et ceux qui m’ont, au fil des ans, inspiré, soutenu et encouragé, et plus particulièrement vis-à-vis d’André Lévy et de Jacques Dars. Cette réflexion menée à un rythme intense pour coller à un calendrier serré m’a aussi montré que je n’avais finalement fait que continuer inlassablement à tenter de satisfaire une curiosité tenace vis-à-vis de certains pans de la culture lettrée de la Chine ancienne et à baliser un champ particulièrement riche de sa littérature.

Cette curiosité toujours aussi vivace et prompt à s’enflammer pour de nouvelles rencontres littéraires sans tabou ― d’où mon incartade en faveur de trois roman érotiques traduits pour la collection « Le Pavillon des corps curieux » de Jacques Cotin (Editions Philippe Picquier), et un pas de côté en direction d’un texte peu littéraire mais à valeur historique indéniable, savoir le Yangzhou shiriji 揚州十日記 devenu pour les Editions Anacharsis (Toulouse), Les Dix jours de Yangzhou. Journal d’un survivant (2013) ― , ne s’est pas bornée à ces domaines particuliers, mais a parcouru un large spectre de la création littéraire chinoise, ancienne, moderne et contemporaine, mais aussi asiatique. C’est ce qui ressort d’un survol du volume consacré à mes publications en ligne dont la quantité m’a, je doit l’avouer, surpris.

Pour part relevant de ce qu’on peut qualifier de veille scientifique dans le droit fil de ce que j’ai appris à faire naguère pour la Revue bibliographique de sinologie, et dans un cadre plus large pour le Bulletin critique du livre français, pour part, ce qu’on pourrait appeler des « miscellanées », dans l’esprit de celles d’un Camille Imbault-Huart (1857-1897) ou, mieux encore, des « notes au fil du clavier », pour reprendre la belle expression inventée par Vincent Durand-Dastès, en référence au biji 筆記, ces « notes au fil du pinceau » des lettrés chinois d’antan, cet ensemble, pour peu académique qu’il soit ― tant par le support que par la forme et le style ― n’en a pas moins séduit les membres du jury qui ont relevé son apport et son intérêt. J’avoue avoir été touché par cette reconnaissance d’un travail particulièrement chronophage dont j’avais eu tendance à minimiser l’impact malgré le nombre des visites accumulées au fil des années.

Un autre encouragement reçu est celui d’assumer plus clairement une approche traductologique et de continuer à défendre l’idée selon laquelle, comme l’a très pertinemment exprimée Alexis Nuselovici en se référant à Benjamin, « la traduction n’est pas qu’une activité dont la valeur est égale à celle de la critique, elle est elle-même une forme de critique ».

A presque un mois de cet événement marquant pour moi et ma carrière, je formule le vœu qu’il me soit donné de ne pas décevoir les attentes qui se sont exprimées en cette occasion.


2 réflexions au sujet de « HDR, etc. »

  1. Ping : Les Comédies silencieuses de Li Yu en mandchou | Kaser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *