Li Yu 李漁 (1611-1680), une micro-biographie

Li Yu par Wang Jiaxun 王家训

Pour ceux qui ne seraient pas familiers de Li Yu, voici, pour satisfaire leur légitime curiosité, une micro-biographie rédigée pour le Dictionnaire mondial des littératures (Pascal Mougin, Karen Haddad-Wotling (eds.), Paris : Larousse, 2002, p. 534) à laquelle je me suis contenté d’ajouter les caractères chinois.

LI Yu 李漁 (1611-1680) occupe une place tout à fait originale dans l’histoire des lettres chinoises, mais son apport dépasse largement le seul domaine littéraire. Ayant très tôt abandonné l’idée de faire carrière dans l’administration impériale, il se lança dans diverses activités dont il tira ses revenus. C’est ainsi qu’il vécut plus de ce que pouvait lui rapporter son imagination que de l’assistance peu fiable des mandarins qu’il côtoya d’abord à Hangzhou 杭州 (1650-1660), puis à Nankin 南京. En 1677, il retrouve la métropole culturelle à laquelle l’associe définitivement son surnom le plus connu de Hushang Liweng 湖上笠翁, Le Vieux pêcheur du bord du Lac (de l’Ouest). Sa créativité sans cesse en ébullition se manifesta non seulement dans le domaine de l’édition, mais aussi dans celui de la décoration de jardin et de la direction théâtrale. Sa production écrite est à l’image de son caractère. Elle est loin de se résumer comme on le fait encore trop souvent aux deux cahiers liminaires de son recueil d’essais libres, Xianqing ouji 閒情偶寄 (Notes jetés au gré du sentiment d’oisiveté). Outre, ce texte fondamental qui constitue une véritable dramaturgie dont la valeur n’a cessé d’être prisée depuis sa publication en 1671, il laisse une œuvre riche et variée. Mais c’est surtout dans le roman, genre qu’il privilégia entre 1654 et 1658 avec la diffusion de deux collections de récits courts en langue vulgaire, à savoir Wushengxi 無聲戲 (Comédies silencieuses) et Shi’erlou 十二樓 (Douze Pavillons) et un roman érotique en vingt chapitres, Rouputuan 肉蒲團 (Chair, tapis de prière), qu’il fait office de novateur. Composée dans l’urgence, cette création révèle un maître dans l’art de construire des intrigues sortant des sentiers battus et un humoriste tapageur qui prend un malin plaisir à user, voire abuser, de paradoxes. Elle manifeste plus d’une fois l’ambition de son créateur de doter ses textes destinés à la lecture silencieuse des ressorts propres au théâtre. Parallèlement, le théâtre de Li Yu trahit souvent ses liens avec le roman. L’abondance des dialogues, couchés dans une langue vulgaire proche de celle de ses xiaoshuo 小說 (contes et roman) y renvoie sans cesse. Quatre de ses dix chuanqi 傳奇 (le seul genre dramatique dans lequel il se manifesta) sont, fait unique, adaptés de ses propres récits. Orchestrateur aussi attentionné que minutieux de ses narrations, Li Yu fut également leur meilleur défenseur et leur plus fervent commentateur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *