Shi’er lou pour l’IACCCLV 6

JSBGSELDans la note de la rédaction rédigée pour présenter une contribution inédite de Jacques Dars initialement destinée à l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire (IACCCLV), mais publiée dans le volume d’hommages que lui a consacré la revue en ligne Impressions d’Extrême-Orient [1], je rappelais combien le regretté traducteur du Shihuizhuan  水滸傳 et de tant d’autres chefs-d’œuvre de la littérature narrative chinoise ancienne [2], avait contribué à poursuivre le travail initié pas André Lévy à la fin des années 1970. J’ajoutais en citant le maître d’œuvre de l’entreprise : « Ce projet avait pour but de dresser « l’inventaire analytique et critique du corpus des huaben 話 本 » et, ainsi, de « mettre en valeur les richesses documentaires de toutes sortes du corpus et les rendre plus facilement exploitables, tant du point de vue de la thématique littéraire que de l’histoire sociale et économique » [3]. Vingt-huit ans après la publication du premier volume de l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire, paraissait, en 2006, un cinquième volume dans lequel Jacques Dars s’était chargé du Xihu jiahua 西湖佳話 (1673), chef-d’œuvre tardif de cette vogue littéraire qui s’est développée à la fin des Ming 明 (1368-1644) et au début des Qing 清 (1644-1911) » [4] Je concluais : « Un sixième volume pourrait, un jour, mettre un point final à cette entreprise qui a déjà traité 19 recueils et offert des résumés d’un peu plus de 400 contes. »

« Les galants assortis » recension de Jacques Dars pour « Fengliu pei » 風流配, un des cinq récits du Renzhonghua 人中畫, sera donc la première pierre (enfin visible) d’un édifice dont des pans entiers dorment depuis des années, savoir les vingt contes du Longyang yishi  龍陽逸史 que s’étaient partagés Vincent Durand-Dastès et Rainier Lanselle, les 15 du Zuixing shi 醉醒石, chers à ce dernier, lequel, ne l’oublions pas, n’avait pas ménagé sa peine pour que les deux derniers volumes voient le jour. Dans le compte rendu qu’elle fit du cinquième tome de la série [5], Solange Cruveillé ajoutait à cette liste le Fengliu wu 風流悟 (8 contes), le Shi’er lou 十二樓 de Li Yu, mais aussi les contes subsistants du Shi’er xiao 十二笑 (6 contes), du Huzhong tian 壺中天 (2 contes) et les quatre récits du Zhaoshi bei 照世杯 (traduits par Rainier Lanselle : Le cheval de Jade. P. Picquier, 1987). On pourrait encore allonger la liste, mais peut-être est-il plus prudent de faire d’abord le point sur les forces qu’il convient de réunir pour conduire un tel projet à son terme.

Afin d’y contribuer à ma manière, je m’engage à publier sur ce carnet les recensions écrites de longue date pour le Shi’er lou 十二樓   (Les Douze pavillons, 1658) de Li Yu ; elles seront mises en ligne au fur et à mesure et tenues à jour quand ce sera nécessaire [6]. On pourra donc accéder à l’ensemble à partir de la liste ci-dessous :

  1. « Heying lou »  合影樓, Les gloriettes de la réunion des reflets
  2. « Duojin lou »  奪錦樓, Le cabinet du choix des époux
  3. « Sanyu lou »  三與樓, La tour des trois enseignements
  4. « Xiayi lou » 夏宜樓, La villa du confort estival
  5. « Guizheng lou » 歸正樓, Le monastère de la résipiscence
  6. « Cuiya lou » 萃雅樓, Le Pavillon de tous les raffinements
  7. « Fuyun lou » 拂雲樓, Le belvédère perce-nuages
  8. « Shijin lou » 十巹樓, Le hall des dix noces
  9. « Hegui lou » 鶴歸樓, Le havre du retour de la grue
  10. « Fengxian lou » 奉先樓, Le sanctuaire du sacrifice aux ancêtres :
  11. « Sheng wo lou » 生我樓, La maison qui m’a donné le jour
  12. « Wenguo lou » 聞過樓, L’hôtel de la conscience morale

[1]  Voir : Impressions d’Extrême-Orient, n° 4, à l’URL :  http://ideo.revues.org/238 [2] Voir la bibliographie des travaux sinologiques de Jacques Dars dans Impressions d’Extrême-Orient, 4, à l’URL : http://ideo.revues.org/335 [3] Voir André Lévy, Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire. Première partie, premier volume. Paris : Collège de France – Institut des Hautes études chinoises, coll. « Mémoires de l’Institut des Hautes études chinoises », vol. VIII, 1978, pp. v-vi.) [4] Voir Chan Hing-ho (ed.), Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire. Tome cinquième. Paris : Collège de France – Institut des Hautes études chinoises, coll. « Mémoires de l’Institut des Hautes études chinoises », vol. VIII-5, 2006, pp. 263-308. [5] Voir Solange Cruveillé, « Et de cinq ! » (16 juin 2007), à l’URL : http://jelct.blogspot.fr/2007/06/et-de-cinq.html [6] Une présentation sommaire de la collection est déjà accessible, à l’URL : http://kaser.hypotheses.org/243. Les douze illustrations, une pour chaque lou, seront tirées de l’édition la plus ancienne du Shi’er lou. Publiée au Xiaoxianju  消閒居, elle est conservée à l’Université de Pékin (Beijing daxue). Pour sa page de garde, voir http://kaser.hypotheses.org/243


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *