Li Yu en français (suite 2)

Théophile Gautier, Le Pavillon sur l’eau

L’autre référence absente du relevé établi sous le titre   « Li Yu en français » est celle d’une adaptation de « Heyinglou » 合影樓 (Les gloriettes de la réunion des reflets), premier des Shi’er lou 十二樓 dont on sait déjà qu’il a été rendu en français par Jean-Pierre Abel-Rémusat en 1827 sous le titre « L’ombre dans l’eau » (Contes chinois. Paris, Moutradier, 1827) à partir de la traduction anglaise de Sir John Davis parue 5 ans plus tôt dans Chinese Novels, « The Shadow in the Water » (Londres, 1822, pp. 51-106).

En fait, c’est le 25 janvier 2012 que j’ai pu prendre connaissance, grâce à Pierre Palpant, de cette adaptation réalisée par Théophile Gautier (1811-1872) : Le Pavillon sur l’eau (Paris, Ferroud, 1900, VIII, 48 pages). Le Maître du site chineancienne.fr a eu la bonne idée de mettre ce texte à la disposition des amateurs de littérature chinoise en lui conservant sa présentation élégante et en reproduisant l’ensemble des illustrations d’Henri Caruchet ; on peut aussi lire la préface de Camille Mauclair (1872-1945) qui ne nous apprend rien sur la genèse de cette adaptation libre éditée 28 ans après la disparition du  père de Judith Gautier (1845-1917). Rien n’est dit, non plus, des précédentes éditions du récit : en 1863, dans  Romans et contes (Paris, Charpentier, 1863, pp. 353-369) et en 1897, dans Oeuvres de Théophile Gautier. Romans et contes (Paris,  A. Lemerre, pp. 385-403). En attendant de pouvoir vous offrir une traduction nouvelle ou de fines analyses sur la manière dont le récit de Li Yu a été adapté à partir de la traduction française d’une traduction anglaise, je vous renvoie aux sites de Pierre Palpant qui offrent la source [ici] et l’adaptation [ici]. Bonne lecture.


Une réflexion au sujet de « Li Yu en français (suite 2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *