Lecteurs du Yu Jiao Li

Illustration tirée d'une édition Qing du Huajian ji 花箋記

Illustration tirée d’une édition Qing du Huajian ji 花箋記

Ce billet est le premier d’une série, dont les composants seront déclinés sur le mode de « Lecteurs du …» et dont le but est de collectionner des éléments textuels en rapport avec la réception d’une traduction d’un roman chinois ancien en français. Il s’agit d’une extension à un complément au travail mené dans le cadre de l’axe de recherche Littérature d’Extrême-Orient, textes et traduction, sur l’Inventaire des traductions françaises des littératures d’Extrême-Orient (ITLEO). Ce complément a pour intitulé provisoire « Itleo+ » et vise à collecter et à analyser les écrits critiques sur le roman chinois ancien en français depuis le début du XVIIIe siècle.

Ce premier billet s’attache au Yu Jiao Li 玉嬌梨 , roman de type caizi jiaren 才子佳人, connu grâce à Jean-Pierre Abel-Rémusat qui le rendit accessible sous le titre : Iu-kiao-li, ou, Les deux cousines ; roman chinois (Paris : Moutardier, 1826, 4 vol.). Sur ce sujet on pourra également lire l’article de Philippe Postel : « Les traductions des romans de mœurs chinois classiques en français », Impressions d’Extrême-Orient, n° 3 (2013), [En ligne à l’URL : http://ideo.revues.org/241] La traduction a été numérisée par Pierre Palpant sur son site Chineancienne.fr, à l’URL : http://www.chineancienne.fr/traductions/yu-kiao-li-ou-les-deux-cousines-trad-rémusat/

Je vais, pour commencer, reprendre des billets ou fragments de billets déjà publiés sur internet.          [Les liens et dates de publication initiales seront fournis entre crochets].

Yu Jiao Li 玉嬌梨

Yu Jiao Li 玉嬌梨

Le rideau, essai en sept parties (Gallimard, 2005) de Milan Kundera est un livre rare qu’il faut avoir lu au moins une fois si l’on aime la littérature et surtout si on a en charge d’en explorer une parcelle et/ou qu’on se risque à l’enseigner. Pour preuve, ce simple paragraphe extrait de la deuxième partie, « Die Weltliteratur » [(pp. 43-72), p. 51] :

« (Et les professeurs de littératures étrangères ? N’est-ce pas leur mission toute naturelle d’étudier les œuvres dans le contexte de la Weltliteratur ? Aucun espoir. Pour démontrer leur compétence d’experts, ils s’identifient ostensiblement au petit contexte national des littératures qu’ils enseignent. Ils adoptent ses opinions, ses goûts, ses préjugés. Aucun espoir : c’est dans les universités à l’étranger qu’une œuvre d’art est le plus profondément embourbée dans sa province natale.) »

Deux citations supplémentaires seront les bienvenues pour mieux envisager cette incise dont on a tous, à un moment ou un autre, vérifié la justesse, et qui est présentée, sublime élégance, entre parenthèses :

« Il y a deux contextes élémentaires dans lesquels on peut situer une œuvre d’art : ou bien l’histoire de sa nation (appelons-le le petit contexte), ou bien l’histoire supranationale de son art (appelons-le le grand contexte). » (p. 49)

« Ce que je viens de dire, c’est Goethe qui l’a formulé pour la première fois : « La littérature nationale ne représente plus grand-chose aujourd’hui, nous entrons dans l’ère de la littérature mondiale (die Weltliteratur) et il appartient à chacun de nous d’accélérer cette évolution. » Voilà, pour ainsi dire, le testament de Goethe. Encore un testament trahi. Car ouvrez n’importe quel manuel, n’importe quelle anthologie, la littérature universelle y est toujours présentée comme une juxtaposition de littératures nationales. Comme une histoire des littératures ! Des littératures, au pluriel ! » (p. 50)

Les mots de Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) – « Nationalliteratur will jetzt nicht viel sagen, die Epoche der Weltliteratur ist an der Zeit und jeder muß jetzt dazu wirken, diese Epoche zu beschleunigen. » – , ont été rapportés par Johann Peter Eckermann (1792-1854) à la date du mercredi 31 janvier 1827. Ils apparaissent après un passage souvent cité par maint sinologue dans lequel le « plus grand écrivain allemand », le « Sage de Weimar », l’auteur des Souffrances du jeune Werther (1774), des Affinités électives (1809) et de tant d’autres chefs-d’œuvre, annonce à son visiteur qu’il n’a pas vu de quelques jours, avoir « beaucoup lu, notamment un roman chinois » sans en donner le titre.

Selon les commentaires, il s’agirait du Haoqiu zhuan 好逑傳 disponible dans la médiocre version anglaise de Wilkinson depuis 1761, du Yu Jiao Li 玉嬌梨 qui venait d’être traduit en français par Abel-Rémusat (Les deux cousines, Moutardier, 1826) [c’est l’option retenue par Jean Chuzeville dans sa traduction : Conversations de Goethe avec Eckermann, Gallimard, 1943, pp. 156-158], ou, comme le propose André Lévy [dans sa préface à Rainier Lanselle (trad.), Le poisson de jade et l’épingle au phénix, Gallimard, 1987, p. 8], le Huajian ji 花箋記 , non pas un ‘roman’ comme les deux autres, mais une ballade cantonaise publiée dans la « balbutiante traduction de Thoms » en 1824.

La question mérite, vous en conviendrez, un examen attentif même si sa résolution relève plus du petit contexte que du grand.

Dans le succulent et très humoristique conte « How to Write a Blackwood Article » (1838), Edgar Allan Poe (1809-1849) s’amuse avec une ironie piquante à faire énumérer par le patron du Blackwood’s Magazine (1817-1980), M. William Blackwood (1776-1834) en personne, les ingrédients indispensables aux histoires qu’il publie. Son élève, la très attentive et studieuse Signora Psyché Zenobia qui nous rapporte son entrevue après moult palabres désopilantes dont une réfutation de son surnom de Suky Snobbs (Cuistre prétentieuse), mettra en pratique les préceptes de son mentor dans une seconde partie pas moins réussie que la première (« A Predicament » publiée à nouveau en 1840 sous le titre «The Scythe of Time »).

Voici un rapide résumé de l’« exacte méthode », « fort simple » pour composer « un article dans le goût du vrai Blackwood [Magazine] » selon le grand Edgar qui y fit plusieurs fois référence dans ses contes.

D’abord, il faut une « plume jamais taillée » et « de l’encre bien noire », « un assaisonnement suffisant de choses carrément inintelligibles » et des « sensations ». Mais, il faut aussi que l’auteur se mette « dans une situation anormale où personne ne s’est encore trouvé avant [lui] » ; le sujet arrêté, il lui faut encore « trouver le ton », et là, il a le choix entre plusieurs options, dont le « ton métaphysique », le « ton transcendantal » et le « ton hétérogène », lequel est « tout simplement un mélange judicieux, en égales proportions, de tous les autres tons, et par conséquent tout ce qu’il y a de profond, de grand, de bizarre, de piquant, d’à propos, de joli, entre dans sa composition ». Enfin, « la partie la plus importante, l’âme de tout le procédé », c’est, déclare M. Balckwood, « le remplissage. On ne saurait supposer qu’une lady ou un gentilhomme a passé sa vie à dévorer les livres. Et cependant, il est nécessaire avant tout que votre article ait un air d’érudition, ou qu’il offre au moins des signes évidents d’une lecture étendue.» Pour y parvenir à moindre frais, Blackwood propose un éventail d’expédients qu’il répartit en deux catégories : 1. « Faits piquants pour la confection des comparaisons » et 2. « Expressions piquantes à introduire selon l’occasion ».

Voici maintenant le début de cette deuxième « division » dans la traduction de F. Rabbe (« Comment s’écrit un article à la Blackwood », Derniers contes. Paris : A. Savine, 1887, (pp. 101-144), p. 117) que j’utilise depuis le début d’après le fac-similé de la BNF, avant de m’apercevoir que le Project Gutenberg en propose une version texte (URL : http://www.gutenberg.org/files/12562/12562-8.txt).

« Le vénérable roman chinois Ju-Kiao-Li. En introduisant adroitement ces quelques mots, vous faites preuve d’une connaissance approfondie de la langue et de la littérature chinoise. Avec cela vous pouvez vous passer d’arabe, de sanscrit, ou de chickasaw. Mais aucun sujet ne saurait se passer d’espagnol, d’italien, d’allemand, de latin et de grec. …»

Or donc, en élève attentive et disciplinée, Zenobia écrivit son article en appliquant, presque à la lettre prés les préceptes édictés par son maître. C’est ainsi qu’on peut lire sous sa plume forcément mal taillée, le passage suivant : «… et moi je sanglotais bien fort. Circonstances touchantes ! qui ne peuvent manquer de rappeler au souvenir du lecteur lettré le passage exquis sur la convenance des choses, qui se trouve au commencement du troisième volume de cet admirable et vénérable roman chinois, le Jo-go-Slow. Dans ma promenade solitaire à travers la cité, ….» (pp. 125-126) C’est ainsi que « Ju-Kiao-Li » est devenu grâce à la magie créatrice de Miss Zenobia « Jo-go-Slow ». Il y a sans doute, une intention humoristique derrière ce dérivé (I go slow ?), mais peu importe, car c’est le premier des deux titres qui m’intéresse.

En effet, derrière cette transcription barbare se cache un roman chinois connu, [et que] si Poe avait utilisé le pinyin, qui n’existait pas à son époque, il aurait sûrement écrit Yu Jiao Li et non pas Ju-Kiao-Li. […]

Comme le signale l’auteur des pages consacrées à Abel Rémusat  sur le site (le) Fil d’Ariane, de l’Association de Recherches Historiques en Val de Seine, Val d’Ecole, Pays de Bière, Gâtinais Français :

« Dès sa parution en 1826, ce petit roman, précédé d’une longue préface, connut un succès immédiat en France et à l’étranger. Tout Paris en parle, on le lit dans les salons. Stendhal l’annonce à ses lecteurs anglais du New Monthly Magazine : « Je ne veux pas insister sur l’impression que m’ont fait quelques portraits de Ju-Kiao-Li quand j’ai entendu lire ce livre… Ce roman peint, à mon sens, un tableau aussi fidèle des mœurs de la Chine que Tom Jones des mœurs anglaises…»  Les « Conversations » de Goethe l’évoquent à plusieurs reprises : « ces jours-ci, j’ai lu un roman chinois qui m’occupe encore, qui me parait excessivement curieux.»  (31.1.1827). Il est traduit en anglais dès 1827. Carlyle, Emerson s’y réfèrent, Thoreau le cite à plusieurs reprises dans son journal : Nourri de l’étude dix mille ouvrages divers / le pinceau à la main, on est pareil aux dieux. / Qu’on ne place pas l’humilité au rang des vertus / le génie ne cède jamais la palme qui lui appartient. Abel-Rémusat, qui ne semble pas avoir pratiqué une modestie excessive, aurait pu reprendre ces quatre vers à son compte !»

S’il n’est pas assuré que Goethe se réfère véritablement à ce roman […], il est, par contre, certain que la traduction de Rémusat produisit son effet sur le public occidental cultivé de l’époque. L’année de sa sortie, on peut lire dans le Journal Asiatique une critique très positive : « Cet ouvrage fera mieux qu’aucun autre connaître avec exactitude, les moeurs, les habitudes, la tournure d’esprit, le caractère national et social du peuple chinois, dans son intérieur et dans les actes ordinaires de la vie » (Journal Asiatique, juillet 1826, pp. 63-64)

Le 19 décembre 1826, Julius Mohl (1800-1876) écrit à Rémusat son maître au Collège royal (le futur Collège de France) : « Je Vous remercie infiniment d’avoir bien voulu me dessiner un exemplaire des deux Cousines, mais quelque flatteur que me soit une marque de votre souvenir, je n’oserais pas la disputer à une dame. Au reste vos Cousines chinoises ne sont pas les seules qui excitent l’admiration de Londres ; j’en ai vu d’autres ici, qui certainement ont aussi leur mérite. Si elles n’ont pas la figure aussi jolie que Mlle Lo au moins elles ont les pieds aussi petits et les ongles des mains aussi longues que qui que ce soit ; et si elles ne sont pas aussi savantes que Mlle Pe, aussi elles sont plus indulgentes, et n’exigent pas qu’on soit absolument un Litaïpe pour les avoir. »

En 1828 (octobre), The North American Review (Volume 27, Issue 61, p 524-562) en donne un long compte-rendu sous le titre « Chinese Manners »

La traduction anglaise de cette version française parut en mai 1827, à Londres (Hunt and Clarke, Covent-Garden), sous le titre : Iu-Kiao-Li : or the Two Fair Cousins. A Chinese Novel from the French Version of M. Abel-Rémusat, in Two Volumes. (I. xxxv, 259 p. ; II. 290 p). Elle sera rééditée en 1830.

C’est sans doute cette édition qui est passée dans les mains d’Edgar Poe. Sa transcription du titre est plus proche de celle proposée par Rémusat, que celle qui chapeaute la première traduction partielle du roman paru en 1821, laquelle serait Yu-kiao-lee selon Wang Lina (1988) qui l’attribue à G. T. Staunton lequel aurait traduit 4 des 20 chapitres de l’original, pages 227 à 241, de Narrative of the Chinese Embassy to the Khan of the Tour-gouth Tartars in the Years 1712, 13, 14, 15.

G. T. Staunton doit être le fils de Sir Georges-Leonard Staunton (1737-1801), docteur en médecine qui accompagna Lord Georges Macartney (1737-1806) en Indes d’abord puis en Chine. « Le petit Georges Staunton, qui comme écrit Macartney, avait appris à parler et à écrire le chinois avec beaucoup d’aisance » devint par la suite le premier des sinologues britanniques.

IKLCher Moser,
Grand merci pour l’argent ! – Le temps est redevenu si mauvais, qu’il faut renoncer à l’espoir de te voir demain. – Je me suis trouvé tout à fait mal depuis dimanche : j’ai dû recourir au médecin et à la pharmacie. Maintenant, cela va mieux. – Mon éditeur Campe m’a fait visite ces jours-ci. – Je ne puis écrire que peu. – Je te prie de demander à Lehmann les trois livraisons des Annales politiques ; je les reprendrai quand j’irai te voir. – Outre les romans français, je recommence à m’occuper de l’histoire d’Angleterre. Je t’en prie, laisse un moment le sanscrit, et apprends le chinois, et traduis-moi un roman chinois : c’est ce qu’il a de mieux à faire et à lire. Depuis que j’ai fait connaissance avec les Deux Cousines, mon âme est à Péking, Nanking, To-tzong, et autres lieux dont je ne puis prononcer le nom.
Je t’embrasse : adieu. Ton ami.

Le signataire de cette lettre écrite à Potsdam, le 5 juin 1829  est Heinrich Heine (1797-1856). On la trouve dans la Correspondance inédite (Paris : Michel Lévy Frères, 1866, pp. 38-39 du livre ou pp. 45-46 du document pdf fourni par la BNF : Gallica à l’URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k69365s]. Rédigée en allemand est était adressée à son ami Moses Moser (1796-1838) dont la Jewish Encyclopedia  en ligne nous apprend qu’il fut un « German merchant (…), educated for a business career, and was for a time an assistant of the banker Moses Friedländer in Berlin. Afterward he became the confidential cashier of Moritz Robert there. Moser had considerable mathematical talent; and he also studied philology. With [Eduard] Gans [(1797 ou 1798-1839)] and [Leopold] Zunz [(1794-1886)] he helped to found the Verein für Kultur und Wissenschaft des Judenthums. He thus became friendly with Heine, who had a high opinion of his ability and character. (…) Many of Heine’s most intimate letters were addressed to Moser, who was his closest friend up to the year 1830. »

Le texte original de la lettre se trouve sur Das Heinrich-Heine-Portal (URL : http://germazope.uni-trier.de/Projekte/HHP) avec ses notes et ses gloses. On y lit notamment la note suivante : « den beiden Cousinen – Heine las den Roman des französischen Sinologen Abel Rémusat, Fu-kiao-li, ou Les deux cousines, Paris 1826. Er war in Deutschland unter dem Titel » Ju-kin-li oder die beiden Basen« (Stuttgart 1827) erschienen. »

Voici pour conclure, la fin de la lettre de Heine dans sa version allemande :

« Ich bitte Dich, laß das Sanskritt liegen u lerne chinesisch u überstze mir einen chinesischen Roman; das ist das beste was einer thun u lesen kann. Seit meiner Bekanntschaft mit den beiden Cousinen ist meine Seele in Peking, Nangink u To-tzong, ja in Orten die meine Zunge nicht einmahl aussprechen kann. Ich umarme Dich; leb wohl. Dein Freund. H. Heine. »


4 réflexions au sujet de « Lecteurs du Yu Jiao Li »

  1. merci pour ce travail considérable qui va m’être hautement utile. je ne manquerai pas de renvoyer à votre site dans mes références. je serai ravie de discuter avec vous de l’influence des Deux Cousines dans la découverte de la Chine dans le premier XIXe siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *