Galantes chroniques de renardes enjôleuses (2)

Galantes chroniques de renardes enjôleuses (2014)

Galantes chroniques de renardes enjôleuses (2014)

On trouvera ci-dessous la reproduction de l’introduction (avec ses notes et des extraits du Répertoire) à la traduction du Yaohu yanshi 妖狐艷史 : Galantes chroniques de renardes enjôleuses. Féerie érotique et morale des Qing.
Traduite du chinois par Aloïs Tatu, présentée et annotée par Pierre Kaser 
suivie de « Les renardes par l’une d’elles » par Solange Cruveillé
. Arles : Éditions Philippe Picquier, 
Collection « Le Pavillon des corps curieux », 2005. 166 p. Réédition en format de poche chez le même éditeur : 2014, 176 p.

Introduction

Galantes chroniques de renardes enjôleuses est un roman* en langue vulgaire, un tongsu xiaoshuo selon la terminologie chinoise. Qui dit langue vulgaire (tongsu) dit langue accessible à tous et à toutes, quel que soit son degré de culture. Cette langue qui ne mit pas moins d’un millénaire pour s’imposer comme idiome littéraire est autant compréhensible à l’analphabète à qui on en fera la lecture qu’au plus fin des lettrés à la recherche d’un dérivatif à l’abondante littérature en langue dite classique (wenyan) qui est son domaine réservé. Tout Chinois, homme ou femme, pouvait donc y trouver des raisons de se réjouir de la mise en scène de faits tirés de son quotidien ou s’émerveiller du récit d’actions hors du commun fournies au conteur-romancier par l’histoire, les héros populaires, les religions locale (taoïsme) ou d’importation (bouddhisme). En plus de proposer un passe-temps qui ne pouvait manquer de susciter en eux un écho, une émotion, voire même un malaise, le xiaoshuo ancien tel qu’il se développa à la sortie de la dynastie Song (960-1279) jusqu’à son abandon au début de l’ère moderne, se voulait aussi support de la pensée, complément à l’éducation traditionnelle et aiguillon de l’édification morale. Un divertissement complet et direct qui n’impliquait pas la maîtrise d’un jargon, même s’il respectait des règles formelles dont certaines découlaient de son lointain passé oral, et faisait preuve, souvent, d’une science accomplie de la composition digne de l’admiration des plus fins lecteurs capables de l’aborder sans a priori 1.

Mais ne nous leurrons pas. Ce court roman n’est pas le plus recommandable de la riche production qui a marqué la fin de la période impériale. De l’aveu de son auteur, Galantes chroniques de renardes enjôleuses est un cusu xiaoshuo, un roman dont le caractère vulgaire serait mieux rendu par l’adjectif grossier que par le terme vernaculaire.

Pourtant, on aurait tort d’endosser trop rapidement la posture du mépris, car comme tout témoignage d’un passé lointain et révolu, ce texte mérite pleinement qu’on l’aborde en toute impartialité, d’autant que son auteur semble avoir cherché à mettre tous les atouts de son côté pour nous toucher.

Très clairement composée pour satisfaire le public le plus large, cette œuvrette a ceci de remarquable qu’elle nous fait pénétrer dans les sous-sols de la littérature de divertissement. Elle en retient les aspects les plus marquants et les décline avec une jubilation communicative. Ceux qu’elle met le plus en avant sont la farce, la féerie, l’érotisme et l’édification morale.

Son ton est, cela saute aux yeux, celui de la farce. La page de garde de la seule édition ancienne subsistante annonce du reste la couleur avec une formule qu’on pourrait rendre par la promesse « rire assuré dès l’ouverture » (kaijuan yixiao). Certains des poèmes qui ponctuent le texte sont également présentés comme humoristiques. L’auteur ne recule pas non plus devant les jeux de mots ou les références culturelles sorties de leur contexte. Même si y affleure une critique des puissants dépravés, le ton est léger, voire burlesque. L’action a beau être située – avec un certain nombre d’anachronismes il fournira aux curieux mille et une pistes pour mieux apprécier ce genre si attachant de la littérature chinoise il est vrai – sous les Song, nous n’avons affaire à aucun personnage à l’historicité attestée. Le grand ministre corrompu dont on se gausse n’a pas plus d’existence réelle que sa malheureuse victime. Hormis les divinités et leurs assistants et toutes les espèces de créatures prodigieuses qu’on y croise, les protagonistes de cette histoire sont issus des couches moyennes et basses de la société confucéenne. Ils nous sont livrés tels des pantins entièrement à la merci de la fantaisie d’un auteur qui prend plaisir à nous en montrer les travers. Certains portent plus à sourire que d’autres : le bon notable, qui a pris toutes ses précautions pour éviter à son fils de tomber dans la débauche, l’y plonge involontairement ; les vrais voleurs déguisés en moines enfilent la défroque du dupeur dupé ; le serf émancipé ruine sa liberté retrouvée et finit en tas de cendres. Certes, emporté par l’envie de nous faire participer à cette tromperie où sont pris qui voulaient prendre, l’auteur oublie quelque peu d’agencer avec patience les éléments de son récit. Néanmoins, même si son humour est souvent limité à l’usage de grosses ficelles, son burlesque nous rapproche par moments des pitreries d’un Scarron (1610-1660) auquel n’aurait manqué que le génie du verbe.

Les effets néfastes de cette carence – qu’Aloïs Tatu s’est efforcé d’estomper autant que faire se peut – sont gommés par une plongée dans les contrées pourtant éloignées du fantastique. Déboulant sur les terres du Moine* Mèche-de-Lampe, se tenant parfois fort proche du Pavillon* des Jades, Galantes chroniques offre, à son tour, un curieux mélange des genres. De fait, plus qu’un comique dont les contours auraient mérité d’être mieux dessinés, c’est le caractère fantastique qui domine cet ouvrage dont les personnages non humains tiennent, ou tentent de tenir, les premiers rôles. Aux deux renardes friponnes qui jettent leur dévolu coupable sur un jeune homme pas si naïf qu’il y paraît, viennent s’adjoindre deux renards pas moins dévergondés qui entraînent avec eux une poignée d’Immortels et de divinités flanquées de leurs assistants aussi zélés que terrifiants. L’originalité tient ici en ce que, dans un espace réduit, on voit à l’oeuvre plusieurs aspects de ces esprits-renards qui peuplent l’imaginaire chinois et qui animent bon nombre de ses manifestations littéraires. Quand les esprits-renards se montrent sous un angle particulièrement équivoque et nuisible, uniquement occupés par la satisfaction de leurs besoins propres, les femelles nous en offrent deux facettes diamétralement opposées. Nous avons, d’une part, le succube qui cherche à profiter de l’énergie vitale de sa victime ; de l’autre, la renarde reconnaissante et protectrice qui sait s’effacer face à une mortelle.
Ces figures vulpines qui renvoient à d’autres lectures, parmi lesquelles on peut citer le Zhaoyang qushi déjà rendu en français sous le titre de Nuages et pluie au palais des Han, évoluent dans un environnement féerique reconstitué avec toutes ses composantes : un lieu mystérieux et inquiétant – une montagne peu accueillante peuplée de créatures d’une nature indéfinie, qui recèle des caches au luxe inimaginable, renfermant des trésors emprunts du plus subtil des raffinements et dignes des demeures princières, lieux d’agapes divines auxquelles le lecteur a l’honneur de prendre part. Il y a aussi ces déplacements fulgurants dont les Immortelles ont le secret, sorte de télétransportations bien en avance sur celles de notre Star Trek futuriste ; il y a encore ces médecines fabuleuses sorties de la pharmacopée céleste ou impériale ; le tout baignant dans un halo d’irréalité qui devait renforcer le lecteur dans sa croyance en l’immortalité.

L’immortalité, fantasme tenace en terre chinoise, quête sans fin qui passionna tous les habitants de l’Empire du Milieu, de son Premier Empereur (259-210 av. J.-C.) qui dépêcha aux quatre coins du monde des expéditions chargées de lui ramener l’élixir de vie au taoïste lambda : sport national dont la récompense ultime n’aurait été offerte qu’aux plus méritants, leurs exploits hantant l’imaginaire grâce au relais des pièces de théâtre et des romans 2.

A cette atmosphère de féerie tout à la fois inquiétante et bon enfant, s’ajoute l’usage de capacités extraordinaires, hors norme, dons surnaturels dont jouissent renards et renardes qui peuvent changer de peau et réaliser des transformations à couper le souffle. Il est vrai que pour se jouer des hommes, il faut se glisser dans leurs rêves et devenir des objets de désir dont la fréquentation fait ou frôler ou rencontrer la mort. On franchit là une nouvelle étape, passant de la fantasmagorie à un érotisme brutal presque sans préliminaire, aussi cru que fugace.

De fait, les descriptions qui occupent les premiers chapitres s’adressent à un public averti et placent clairement cet ouvrage parmi la liste de ceux qu’on conservait non pas dans le cabinet de lecture mais bien plutôt dans la chambre à coucher des adultes. Son lecteur aura sans doute déjà lu et apprécié les autres œuvres dont celle-ci s’est inspirée et a su tirer profit. En plus du Nuages et pluies au palais des Han déjà évoqué et de la Biographie* du prince Idoine qu’on peut également lire en français, on pourrait en citer bien d’autres. Contentons-nous – histoire de mettre l’eau à la bouche des amateurs de roman historico-érotique – de nommer le Nongqing kuaishi 3 qui concentre son attention sur les frasques pendables de l’impératrice Wu* Zetian (624-705) et de son sensuel entourage.

Les épisodes mettant en scène deux renards sodomites renvoient quant à eux à ces collections de contes qui fleurirent dans le Hangzhou de la fin des Ming (1368- 1644) 4. Mais contrairement à ces récits qui en assuraient la promotion, notre roman en condamne les pratiques qu’il décrit pourtant avec un luxe de détails coupables. Le ton badin qui ponctue les échanges successifs des deux protagonistes laisse en effet la place à une mise en garde contre ce qui est présenté comme une déviance, un penchant nuisible dont il est bien difficile de se garder et de préserver ses enfants.

Mais avant de sanctionner ses personnages, l’auteur leur donne toute licence, et il ne s’en laisse pas compter. Curieusement, celui qui en profite le plus n’est pas – comme on pourrait s’y attendre – le couple d’Immortelles qui jette son dévolu sur Mignard, jeune homme aussi beau qu’il est naïf et désarmé. Les deux Immortelles n’avaient qu’une volonté, celle de pomper l’énergie du garçon par un commerce sexuel vampirisant. Or la situation se renverse : victime toute désignée, Mignard devient un tortionnaire capable de faire endurer mille morts à deux amantes étonnamment inexpérimentées. Si leur fréquentation le met en danger de mort, ce sont finalement elles qui subissent de plein fouet la puissance d’assauts donnés par un jouvenceau tout autant bien doté par la nature que fort versé dans une science qui aurait dû lui échapper. On suppose alors que ce jeune homme, qui a été tenu par son père à l’écart des égarements du monde, doit son surprenant savoir à ses lectures tout autant qu’à un sens inné et restrictif des relations sexuelles. La voie sodomite produit sur lui l’effet inverse que chez les renards. Leur incursion, au milieu de ses ébats avec une Immortelle, fera sur lui l’effet d’une douche froide. S’ensuivra une débandade qui amorce un virage décisif dans le cours du récit.

Dans la pièce tragicomique au centre de laquelle se débat un notable quelque peu falot, vivant dans la crainte de son épouse et se faisant aisément rouler, vient s’insérer un cas judiciaire qui trouve sa résolution grâce à une double intervention surnaturelle dans le pur style du gong’an xiaoshuo – l’ancêtre de notre roman policier 5. Les péripéties juridico-policières précèdent de peu des développements multi-matrimoniaux et une apothéose finale qui voit la réunion des familles sous le même toit dans la veine d’un autre type de roman, lequel est connu sous le nom de « roman de la belle jeune fille et du brillant lettré » (caizi jiaren xiaoshuo) 6. Se superpose à cet ensemble déjà fort copieux une fable morale qui fournit sa leçon en développant avec une rigueur toute confucéenne la règle de la rétribution des actes. Puisque morale il doit y avoir, chacun reçoit la récompense pour ses actes soit de son vivant, soit au-delà de la mort par le choix d’une réincarnation plus ou moins glorieuse ; à ceux qui – comme Mignard – savent corriger le tir, un brillant succès aux examens et un mariage avantageux ; au mandarin éclairé, une promotion expresse ; aux innocents (le père benêt, les épouses flouées, les enfants irréprochables), bonheur, gloire et richesses ; aux coupables (voleurs et profiteur, renards sodomites, haut magistrat fourbe et lubrique), le trépas ; aux renardes luxurieuses, un traitement de faveur. Sous le pinceau de l’auteur, il ne fait pas bon badiner avec les engagements du mariage, ni musarder. Ces principes conformes à une éthique confucéenne, s’appuyant à l’occasion sur des croyances mêlant le bouddhisme à des relents de taoïsme populaire, étant acquis, le romancier peut dispenser quelques bons conseils, lesquels viennent compléter les rudiments d’éducation sexuelle déjà prodigués. C’est ainsi qu’on est mis en garde contre l’usage aléatoire de la pharmacopée : le mandarin est éclairé des effets néfastes de l’impatience dans le traitement des affaires épineuses. Dans le même temps, les dangers inhérents à la fréquentation de l’école et au manque de vigilance des parents sont rappelés à chacun, l’auteur espérant sans doute qu’on lui saura gré de dispenser au lecteur ces doctes préceptes.

Ceci n’est sans doute pas le moindre des ingrédients de ce « gâteau* cent fois bon » dont la lecture ne devrait pourtant pas être trop indigeste à qui sait mastiquer ou dispose d’un solide estomac.

Se pose maintenant le problème de l’attribution et de la datation de cette œuvre dont la saveur devrait se révéler dès la première lecture. N’y allons pas par quatre chemins, le temps presse. Le jeu des pseudonymes qui s’attachent au texte ne permet pas d’identifier un auteur avec certitude 7. Ceci n’a rien d’étonnant avec ce type de production. Rares étaient, en effet, les lettrés qui osaient signer leur roman tant le genre était méprisé par l’orthodoxie confucéenne. Un texte tel que le nôtre – vil parmi les plus vils – était voué à l’anonymat. Sa mise à l’index nous permet néanmoins de situer sa mise en circulation à une date antérieure à 1838 8. Si le seul imprimé existant permet de reconstituer un texte somme toute assez complet, bien qu’entaché par de nombreuses scories dues à une révision trop rapide, voire d’une refonte en douze chapitres d’un roman plus ample et mieux construit 9, il ne fournit aucun élément pour clarifier la question de son apparition. On est donc obligé de se livrer à des conjectures. Les avis des différents spécialistes chinois s’étant risqués à fournir une datation conduisent à en situer la rédaction aux alentours du milieu de la dynastie Qing (1644-1911), soit vers 1780 ou avant 10, en faisant, à tort ou à raison, de ce roman une production de la fin de l’ère Qianlong (1736-1795). Mais, après tout, qu’importe !

Un dernier mot, néanmoins, à l’attention de ceux qui trouveraient que ces Galantes chroniques de renardes enjôleuses ne sont en fin de compte qu’un « tissu d’événements chimériques et frivoles, dont la lecture [est] dangereuse pour le goût et pour les mœurs11 » : ne vous attachez pas seulement à la forme – critiquable en bien des points, voire condamnable pour ce qui est des premiers chapitres, mais plutôt à ce qui en alimente le fond. Ce roman, comme bien d’autres de ce genre, constitue un inestimable témoignage sur les tensions qui se tissaient dans l’esprit des Chinois d’antan, qui évoluaient, ne l’oublions pas, dans une société fort peu perméable à l’expression de la liberté individuelle et laminée par un confucianisme moralisateur. Le destin de Mignard, son héros, est à ce niveau très significatif : son embardée sensuelle a la violence d’une transgression, son repentir la sapidité d’une soumission.

Comme toute œuvre littéraire, Galantes chroniques nous renvoie aussi certains échos des angoisses propres à la culture qui l’a vue naître, mais qui a une valeur universelle – comme celle de la mort sans doute –, sinon à quoi bon se fatiguer à chercher les voies pour faire durer la vie et poursuivre la quête de l’immortalité ; d’autres « marques » sont propres à une époque donnée, comme par exemple celle de la réussite aux concours* mandarinaux, quand la possession d’une bonne dose de génie littéraire n’assurait pas à celui qui le détenait de pouvoir se hisser en haut de la pyramide des charges. On y trouve aussi quelques échos des frustrations que ne manquait pas de susciter un système qui bridait les désirs. N’en retenons que les éléments les plus frappants, lesquels sont d’une part, l’évocation au chapitre premier d’un théâtre érotique plus qu’improbable dans la mesure où, contrairement aux règles fixées par la dramaturgie chinoise, il montre plus qu’il n’évoque le rapport amoureux et la complémentarité des sexes et, d’autre part, le recours aux personnages vulpins. Ces renardes maléfiques, terrifiantes tout autant qu’irrésistibles, ne sont-elles pas les amantes parfaites avec lesquelles tout homme rêve de convoler, ne sont-elles pas aussi des modèles que toute femme ambitionne d’égaler en secret alors qu’on lui rabâche depuis sa prime enfance les principes de la piété filiale, carcan qui n’offre souvent pour seule issue que le suicide des fausses femmes vertueuses et des vraies désespérées…

Puisqu’on va tout savoir sur elles12, abrégeons ces futiles préliminaires et passons sans plus tarder à la lecture de leurs débordements.

Notes de l’introduction

Les références bibliographiques complètes sont fournies dans une bibliographie générale en fin de volume (2005, pp. 161-166 ; 2014, pp. 171-176)

  1. Voir Comment lire un roman chinois. Anthologie de préfaces et commentaires aux anciennes œuvres de fiction de Jacques Dars et Chan Hingho (Picquier, 2001)
  2. On lira à ce propos le Dongyouji qui met en scène les huit plus fameux Immortels chinois (Wu Yuantai, Pérégrinations vers l’Est), mais aussi Catherine Despeux, Immortelles de la Chine ancienne.
  3. « Joyeuses chroniques de la passion amoureuse », roman érotique de la dynastie Ming, inédit en français.
  4. Comme l’explique fort bien Zhang Zaihou dans son Aimei de licheng. Zhongguo gudai tongxinglian shi (Les Chemins de traverse. Histoire de l’homosexualité dans la Chine ancienne), la littérature Ming offre de nombreux témoignages de l’intérêt des Chinois pour les relations homosexuelles. Le roman s’en fait largement l’écho soit en passant soit en focalisant l’attention sur elles. C’est le cas de collections connues des spécialistes telles que le Yichun xiangzhi, le Longyang yishi ou encore le Bian er chai, dont André Lévy a traduit un des quatre récits : Epingle de femme sous le bonnet viril. Chronique d’un loyal amour
  5. On se fera une bonne idée de ce genre en lisant les neuf contes tirés des San yan de Feng* Menglong traduits et réunis par André Lévy sous le titre de Sept victimes pour un oiseau.
  6. On ne dispose actuellement en librairie d’aucune traduction de ce genre pourtant cher au cœur des Chinois de la fin des Ming et surtout du début de la dynastie Qing (1644-1911). Cependant, il avait eu l’heur de retenir l’attention des sinologues du XIXe siècle, dont le grand Stanislas Julien (1797-1873).
  7. L’attribution à un certain Xu Lin (1462-1538), nom personnel public : Ziren ne nous semble pas pouvoir être retenue. Pourtant, il est vrai que les œuvres de ce poète originaire de Jiangning font bien apparaître le nom de plume de Ranweng, « Le Vieux Barbu », à qui sont attribués trois poèmes aux chapitres 4, 10 et 12. D’autre part, Xu Lin s’était également choisi le pseudonyme de Jiufeng daoren (« l’Ermite des Neuf Pics »). Celui-ci n’est pas sans rappeler celui du signataire du poème à chanter qui clôt le roman dans lequel s’exprime l’auteur, lequel est Jiuling xianweng (« Le Génie du Mont Jiuyi ») ; or le Mont Yi est une montagne à neuf pics au Hunan. On retrouve à nouveau Ranweng, toujours pour authentifier des poèmes aux chapitres 4, 10 et 12 d’un autre roman coquin qui situe son action sous la dynastie Tang. Egalement en 12 chapitres, ce Taohua yanshi ou Galantes chroniques des Fleurs de Pêchers se conclut par un poème à chanter sur le même air que celui du Yaohu yanshi. De par leur style, les deux romans ont du reste de très grandes similitudes. Ils pourraient sortir du même pinceau, ou, ce qui est le plus probable, du même cabinet d’édition.
  8. Il sera à nouveau signalé sur des listes de proscription de romans en langue vulgaire en 1844, puis encore en 1868.
  9. Pour établir l’édition qui a servi de base à la présente traduction (collection « Siwuxie huibao », vol. 23, p. 145-231, Taipei, Encyclopædia Britannica/Daying baike, 1994-1997), Chan Hingho a utilisé l’imprimé du Songzhu xuan (Pavillon du Pin et des Bambous) qui est conservé à l’Université de Tôkyô. Cette Nouvelle édition (Xinbian) est composée de six cahiers portant chacun deux chapitres, avec des pages de huit lignes de vingt caractères en moyenne. Les caractères fautifs sont très nombreux. Il a vraisemblablement fourni la source de trois manuscrits plus ou moins complets qui sont conservés à l’Université d’Harvard, à la Bibliothèque du Peuple de Tianjin et à la Bibliothèque de Pékin.
  10. C’est notamment le point de vue qu’expriment Li Mengsheng dans son Zhongguo jinhui xiaoshuo baihua (Shanghai guji, Shanghai, 1994, p. 419-421) et Liu Yong dans la notice qu’il consacre au roman dans le monumental Zhongguo lidai jinshu (Luo Qikun et Wang Deming éd.), Jiushou tushu, Beijing, 1998, p. 2614-2617). Les auteurs de recension dans les encyclopédies spécialisées ou les ouvrages récents consacrés aux romans mis à l’index évitent généralement le sujet. Mais n’en voulons pas à Huang Lin (Zhongguo gudai xiaoshuo baike quanshu, Zhongguo dabaike quanshu, Beijing, 1993, p. 666), Xiao Xiangkai (Zhenben jinhui xiaoshuo daguan, Zhongzhou guji, Zhengzhou, 1992, p. 225-228), ou Xue Liang (Ming Qing xijian xiaoshuo huikao, Shehui kexue wenxian, Beijing, 1999, p. 152-153), et attendons sagement de disposer de nouveaux éléments pour tenter de trancher ce problème.
  11. Telle est, dans les termes mêmes de Diderot, l’idée que l’on se faisait en son siècle du roman. Cf. Diderot, « Eloge de Richardson », Oeuvres, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1951, p. 1059.
  12. Voir la postface, « Les renardes par l’une d’elles » de Solange Cruveillé
 (2005, pp. 119-132 ; 2014, pp. 129-141)

Répertoire (extrait)

  • BIOGRAPHIE DU PRINCE IDOINE (RUYI JUN ZHUAN). Ce petit roman, qui entraîne le lecteur dans la chambre à coucher de l’impératrice Wu * Zetian (625-705), eut une influence non négligeable sur la production littéraire chinoise. Le Jin Ping Mei le cite abondamment, le Rouputuan (Chair, tapis de prière, Li Yu [1611-1680], 1657) le signale, tout comme Lü Tiancheng dans son Histoire hétérodoxe d’un lit brodé
  • CONCOURS. Au terme d’un processus d’élaboration très long, les Chinois ont fini par mettre en place un système de recrutement des élites basé sur des concours. Ce système – qui visait à s’assurer la possibilité de toujours disposer de cadres dévoués au service de l’empereur – s’était substitué (sans le faire totalement disparaître néanmoins) à un système dit de recommandation. A partir des Song, à la faveur de la prospérité de l’Empire avec un système rationalisé d’enseignement et la diffusion du livre imprimé, on élargit la base du recrutement. Dès lors, et ce jusqu’en 1905, date de leur abolition, et mis à part quelques aménagements et interruptions dus aux événements historiques, on procédera à la sélection des fonctionnaires selon un système à trois niveaux principaux, permettant chacun d’obtenir un grade, les deux derniers ouvrant à une fonction. On a pris l’habitude depuis que les missionnaires jésuites nous ont fourni une description précise de ce système d’utiliser le terme de « bachelier » pour le premier degré, lequel s’obtient, pour celui qui s’est qualifié dans les éliminatoires du niveau local s’entend, par une série d’épreuves à la préfecture ; le lauréat (xiucai, talent éminent) peut dès lors, après avoir réussi à un certain nombre d’examens intermédiaires, tenter de décrocher la « licence ». Les épreuves ont lieu à la capitale provinciale tous les trois ans à l’automne. S’il est reçu, il devient juren (homme élevé) et peut se présenter à la session suivante du doctorat, laquelle a lieu au printemps de l’année suivante. L’obtention du « doctorat » et du grade de jinshi (lettré accompli ou docteur) se fait au terme de deux séries d’épreuves qui se passent à la capitale : la première, le huishi, se déroule avec la même solennité que précédemment, c’est-à-dire que les candidats sont enfermés dans une enceinte spécialement conçue à cet effet pendant la période du concours, à savoir trois jours d’affilée à raison d’une épreuve par jour ; puis vient l’examen dit du Palais (dianshi) qui se déroule en présence de l’empereur. A chaque niveau, ce sont les connaissances livresques et la maîtrise des Classiques qui sont évaluées à travers des compositions répondant à des exigences formelles très précises. La copie est anonyme et hormis un nombre très réduit d’individus, les femmes et les gens portant le deuil d’un parent, tout le monde peut se présenter autant de fois qu’il veut. C’est ainsi qu’on pouvait voir sur les mêmes bancs de jeunes et brillants jouvenceaux plancher en compagnie de vieux puits de sciences décatis. Car en plus de ne pas fournir forcément le personnel le mieux adapté à remplir les lourdes et harassantes tâches qui incombaient aux mandarins*, tous ces raffinements de procédures ont souvent laissé de côté les plus brillants esprits du temps au profit d’une multitude de bachoteurs carriéristes.
  • GÂTEAU CENT FOIS BON. Ce « gâteau cent fois bon » est celui confectionné par un chien et un chat dans le conte pour enfant imaginé par le peintre et écrivain tchèque Josef Capek (1887-1945). On en trouve de nombreuses adaptations dans toutes les langues dont celle des « Albums du Père Castor » (Un gâteau cent fois bon, traduit par L. Hirsch, Paris, Flammarion). Il fait bien comprendre que l’accumulation d’ingrédients a pour effet de produire un ensemble indigeste, impropre à la consommation.
  • PAVILLON DES JADES (LE-) Voir, Le Pavillon des Jades (1) & (2)
  • MOINE MÈCHE-DE-LAMPE (LE –) OU DENGCAO HESHANG ZHUAN. Voir, Le Moine Mèche de lampe (1) & (2).
  • ROMAN (XIAOSHUO). [Voir la notice du répertoire attaché au billet « Le Pavillon des Jades  (2) »] Ces Galantes chroniques viennent allonger la liste déjà fort longue de ces romans les plus vils parmi les plus vils.
  • WU ZETIAN (624-705). On aura une vision plus nette et plus complète de la vie et de l’oeuvre de cette Chinoise hors norme en lisant quelques bons ouvrages d’histoire qu’en se fiant aveuglément au portrait qu’en dresse un Mignard à l’esprit embrouillé par la lecture d’ouvrages licencieux qui ont pour seul centre d’intérêt la gaudriole, à savoir le Ruyi jun zhuan ou Biographie* du prince Idoine, déjà traduit, et le Nongqing kuaishi encore inédit en traduction. Ce sont justement ces Joyeuses chroniques des amours intenses qui mettent en scène Wu Sansi et Jiang Cai, auxquels la grande histoire n’accordera pas autant d’intérêt, et qui constituent la base des connaissances de Mignard. Dans les pages qu’il consacre à Wu Zetian dans son Monde chinois (pp. 224-225), Jacques Gernet écrit que « la fin du VIIe siècle et les premières années du VIIIe siècle sont dominées par l’étonnante figure d’une ancienne concubine des empereurs Taizong (626-649) et Gaozong (649-683) du nom de Wu Zhao. Très influente à partir de 654, impératrice en titre l’année suivante, elle règne en fait après la mort de Gaozong en 683. Ecartant du pouvoir l’héritier légitime, elle prend le titre d’empereur Zetian en 690 et fonde la dynastie des Zhou dont elle sera l’unique souverain : c’est le premier et seul empereur de sexe féminin de l’histoire de la Chine. » Après un rappel détaillé des éléments marquants de cet épisode singulier, dont on retiendra sa volonté de s’affranchir du pouvoir de l’aristocratie et de « favoriser la formation d’une nouvelle classe d’administrateurs », ainsi que la mise en place d’une nouvelle organisation administrative, le grand sinologue rappelle que le succès de Wu n’aurait pu être possible sans « l’aide et le soutien occulte de l’Eglise bouddhique, grande puissance politique et économique depuis le début du VIe siècle. […] Bigote, superstitieuse, elle combla l’Eglise de ses faveurs », pour conclure que « la période pendant laquelle Wu Zetian fut au pouvoir [entame] une époque de gaspillage et de relâchement général. » Ceux qui seraient un peu rebutés par ce résumé pourraient se plonger dans la lecture des pages que Danielle Elisseeff a consacrées à celle qu’elle appelle Dame Wu Conforme au Ciel (traduction de Wu Zetian) dans son Histoire de la Chine : les racines du présent (pp. 84-94) ou dans son très agréable et richement documenté La Femme au temps des empereurs de Chine (pp. 156-168). On y découvre un personnage aux multiples facettes, aussi repoussant pour la noirceur de son cœur, que digne d’admiration pour sa témérité, son courage politique et son habileté. En somme, une femme qui ne peut laisser insensible et propre à stimuler l’imagination. Son destin a déjà fasciné beaucoup d’écrivains. Outre Lin Yutang (1895-1976), dont on peut lire L’Impératrice de Chine (1957), citons les derniers avatars de cette vogue : d’abord, la biographie romancée de Wu Zetian que l’on doit à Shan Sa, L’Impératrice, puis le feuilleton romanesque de José Frèches, L’Impératrice de la soie.

Sur Yaohu yanshi, voir également : « Galantes chroniques de renardes enjôleuses (01) » : http://kaser.hypotheses.org/508


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *